Obtenir puis pratiquer le Fa en prison, par un pratiquant Bulgare

Bonjour Maître !
Bonjour compagnons de pratique !


J’ai obtenu le Fa ici en prison il y a deux ans quand des pratiquants de la ville sont venus à nous, des gars condamnés à perpétuité, et nous ont présenté le Falun Dafa, ainsi que les deux livres Falun Gong et Zhuan Falun de Maître Li Hongzhi. Immédiatement quelque chose en moi s’est ouvert et j’ai su que c’était ce que j’avais toujours cherché et qui me manquait. Du fait de la nature de ma peine et du régime que j’avais alors, je n’avais aucune autre activité ou contact avec d’autres personnes excepté durant mes sorties dans la cour quand j’étais en contact avec les autres personnes du groupe. Durant le reste du temps, je pouvais me consacrer complètement à étudier la pratique. Une fois par semaine, pendant environ une heure et demie, des compagnons de pratique de la ville venaient nous voir et cela, pour moi et un compagnon de pratique condamné à perpétuité, c’était comme des vacances ! Nous pouvions alors discuter de nos impressions, partager, poser des questions et recevoir des documents complémentaires et des conférences de Maître Li Hongzhi. J’étais tellement absorbé que j’ai complètement arrêté de remarquer que j’étais en prison avec une telle peine et dans un tel environnement. J’étais content d’avoir la paix et tout le temps du monde pour pratiquer et étudier le Falun Dafa. Je savais que le Maître s’occupait de moi, qu’il a un arrangement pour chaque compagnon de pratique. De la sorte, une année et demie est passée en un clin d’œil.


Un jour un inspecteur du groupe m’a dit que mon régime avait été annulé et que j’étais sur le point d’être déplacé dans un autre groupe avec une peine allégée, avec d’autres détenus et que je serais dans une cellule avec deux ou trois autres gars où nous ne serions pas enfermés de toute la journée. La plupart des gens auraient été heureux parce qu’ils attendent cela pendant des années – plus d’isolement, une cellule ouverte, le contact avec d’autres gens, le temps passant se faisant plus facile et plus léger et ainsi de suite. Pour moi, ça a été exactement l’opposé – Je n’avais aucun désir de bouger parce que cela changerait ma routine et j’avais des inquiétudes concernant le fait que je serais dérangé dans ma pratique et dans l’étude de Dafa. J’ai partagé cela avec mes compagnons de pratique de la ville et ils m’ont aidé à comprendre que ce n’était pas par hasard, que ce n’était pas mauvais bien au contraire – une occasion de m’éprouver moi-même et une façon d’aider plus de personnes à comprendre le Falun Dafa. Je suis maintenant depuis plus d’un an dans un groupe avec plus de 30 co-détenus.


Je prends part à de nombreuses autres activités, clubs et cours mais néanmoins, je m’efforce de ne pas laisser cela interférer avec la pratique et l’étude quotidienne du Falun Dafa. Avec l’aide de l’administration de la prison et des compagnons de pratique de la ville, nous avons réussi à faire connaître la pratique à plus de co-détenus. Nous sommes maintenant 12 personnes qui nous réunissons deux fois par semaine pendant deux heures. Nous réussissons à faire les exercices et à lire Zhuan Falun. Évidemment, il y a également des changements dans la situation de mes compagnons de pratique en détention parce que les autres de la prison demandent et veulent participer au Falun Dafa. Bien que dès le tout début nous leur disons que le fait de nous rejoindre ne leur fera pas obtenir de " croix " (pour obtenir une réduction de peine), mais qu’ils s'investiront totalement eux-mêmes et leur propre avenir.


En tant que pratiquant durant cette dernière année et demie, j’ai eu quelques tests en rapport avec la tolérance et la cultivation de la parole compte tenu de l’environnement dans lequel je suis. Les provocations sont de tous les instants et j’essaye toujours de me considérer comme un pratiquant et me rappelle à moi-même les mots du Maître dans la Huitième Leçon de Zhuan Falun:

" …cela concerne des choses comme le prestige et les intérêts parmi les gens ordinaires dont vous n’arrivez pas à vous débarrasser, et qui n’ont rien à voir avec le travail d’un pratiquant dans la société ; cela concerne aussi les bavardages futiles entre les disciples d’une même école de Loi, les paroles qui viennent du désir de se faire valoir, la diffusion de nouvelles entendues à gauche ou à droite et la discussion de faits divers de société qui intéressent et passionnent. Ce sont tous, je pense, des attachements de gens ordinaires. " (Zhuan Falun, Huitième Leçon, Cultivation de la parole)


Je ne suis pas en train de dire que je réussis toujours à me restreindre et que je ne laisse pas échapper des mots ou des phrases inappropriés, mais je sais que ce sont des tests et je continuerai à les combattre. Je sais que le Falun Dafa est la plus grande de toutes les écoles de cultivation de l’esprit et du corps mais également la plus ardue:

" Dans notre école de Loi, on cultive et pratique exactement de cette manière, et cela vous permet vraiment d’obtenir du gong par vous-même, c’est la première fois que cela arrive depuis la création du Ciel et de la Terre, vous pouvez le vérifier dans l’histoire. L’avantage, c’est que vous obtenez le gong par vous-même, mais c’est très difficile aussi. Dans l’environnement compliqué des gens ordinaires, dans les frictions de xinxing entre les personnes, pouvoir en sortir est la chose la plus difficile. La difficulté est de perdre en toute connaissance et toute conscience les avantages des gens ordinaires ; face à vos intérêts vitaux, êtes-vous affecté intérieurement ? Dans les conflits et les intrigues entre les gens, êtes-vous affecté intérieurement ? Quand vos amis et vos parents sont dans la souffrance, êtes-vous affecté intérieurement ? Comment mesurez-vous tout cela ? C’est ça, la difficulté d’être un pratiquant de gong ! " (Zhuan Falun, Huitième Leçon, Qui pratique le gong obtient le gong)


Je vois, sens et réalise combien il est difficile de refuser et d’abandonner tous les attachements humains et je pense à ce que dit le Maître à la fin de la Neuvième Leçon de Zhuan Falun:


" En fait, à mon avis, difficile ou non, ça dépend des gens ; une simple personne ordinaire ne veut pas cultiver et pratiquer, elle pensera que c’est vraiment trop difficile, inconcevable et impossible à réussir. C’est une personne ordinaire, elle ne veut pas cultiver et pratiquer, alors elle pourra trouver cela trop difficile. "

" Une personne vraiment résolue à cultiver et à pratiquer pourra faire preuve d’endurance et laisser tomber ses attachements à toutes sortes d’intérêts personnels, elle pourra prendre cela avec légèreté ; tant que vous parviendrez à faire tout cela, ce ne sera pas difficile. "

" Lorsque des conflits entre les gens éclatent, si nous n’arrivons pas à avaler une vexation, si nous n’arrivons même pas à nous considérer comme pratiquants de gong, alors je dis que ça ne va pas." (Zhuan Falun, Neuvième Leçon, Une personne de grande prédisposition spirituelle)



Je veux être un bon pratiquant de Falun Dafa et réussir dans la cultivation!


Succès à tous les compagnons de pratique !
Veuillez, signaler si quoi que ce soit dans mon partage vous semble inapproprié !


Merci, Maître !
Merci, compagnons de pratique !


[Partagé à l'occasion de la Conférence de partage d'expériences de Falun Dafa 2018 en Bulgarie]

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.