Sauvé du seuil de la mort par le Maître
 

Sauvé du seuil de la mort par le Maître

J'ai 54 ans. J'ai commencé à pratiquer le Falun Dafa en janvier 1998. Quelques jours après avoir appris la pratique, ma maladie de foie chronique et mon hernie discale lombaire ont été complètement guéries.

Dans la nuit du 15 mai 2011, je me pressais de rentrer chez moi quand le pneu arrière de ma moto a éclaté et elle est devenue incontrôlable. Mon corps a heurté de front un arbre au bord de la route.

Bien que j'ai réussi à rester conscient peu après la collision, l'impact m'a laissé partiellement aveugle et paralysé. Un passant m'a aidé à me relever et m'a proposé de contacter ma famille. J'ai réussi à sortir mon téléphone de ma poche et j'ai indiqué le numéro de ma femme avant de perdre connaissance. Le passant a réussi à joindre ma femme, qui s'est précipitée sur le lieu de l'accident et m'a emmené aux urgences de l'hôpital du canton.

Je m’en suis fermement tenu à ma conviction que le Maître me sauverait. Bien qu’à peine conscient, je répétais dans un murmure : " Maître sauvez-moi... " Les médecins présents étaient perplexes et ont demandé des éclaircissements à ma famille. Ils lui ont expliqué :" Cet homme pratique le Falun Gong. " Un médecin a répondu : " Il aura besoin de toute la chance qu'il peut obtenir"

J'ai dû subir une intervention chirurgicale d'urgence en raison de mon hypotension artérielle et de ma faible fréquence respiratoire. Pendant l'opération, j'ai senti mon âme sortir de mon corps avant d'être emmené par deux êtres à l'emplacement d'un ancien auditorium.

Une grande table se trouvait au milieu de l'auditorium. Derrière la table, il y avait un homme vêtu de la robe des anciens fonctionnaires chinois. Des gardes se tenaient de part et d'autre, tenant diverses armes chinoises. Le fonctionnaire qui se tenait derrière la table m'a demandé : "Quelles bonnes actions avez-vous accomplies au cours de cette vie et quelles vertus avez-vous accumulées ? " J'ai répondu solennellement : "Je n'ai ni bonnes ni mauvaises actions notables et n'ai accumulé aucune vertu. J'ai simplement cultivé le Fa de Bouddha sous l'égide de Maître Li Hongzhi. "

En entendant ma réponse, il s'est immédiatement levé et a dit : " Très bien. Dans de telles circonstances, vous êtes encore en mesure de vous rappeler et de respecter votre Maître. Continuez de garder cela à l'esprit. Votre vie ne relève pas de ma juridiction. Retournez d'où vous venez. " Puis il a fait un geste de la main dans ma direction et j'ai senti une force invisible me repousser. Pendant un instant, j'ai éprouvé une sensation de chute avant de reprendre connaissance quand j'ai senti le médecin me tapoter le visage et crier mon nom.

Les médecins ont constaté que l'accident avait rompu ma rate, fracturé à neuf endroits ma cage thoracique, gravement contusionné et lacéré plusieurs de mes organes internes et avait causé une sérieuse hémorragie dans la cavité thoracique nécessitant de drainer au moins quatre litres de sang.


Les chirurgiens de l'hôpital ont passé six heures à essayer de me sauver la vie. Finalement, ils ont été contraints d'informer ma famille qu’il n’y avait quasiment pas d' espoir. Les médecins ont alors recommandé que je sois transféré dans le plus grand hôpital provincial pour d'autres soins d'urgence, mais ils ont aussi averti : " Il pourrait mourir au cours du transport. "

L'ambulance m'a transporté avec succès à l'hôpital provincial. Cependant, les urgentistes ont d'abord refusé de m'admettre, car ils considéraient mon état comme désespéré. Plus tard, l'hôpital a autorisé à contrecœur mon admission après qu'un membre de ma famille, qui y travaillait, soit intervenu en ma faveur.


Pendant que les médecins essayaient de me brancher à un respirateur plus performant, mon cœur s'est soudainement arrêté et mon âme a quitté mon corps. J'ai vu le médecin faire des compressions thoraciques sur mon corps avant de réaliser tout à coup que je ne pouvais pas passer trop de temps loin de mon corps physique, sinon ma mort deviendrait définitive. Je savais que je ne pouvais pas encore partir, car je n'avais pas accompli mon vœu d'aider le Maître à rectifier le Fa et sauver les êtres. Avec cette pensée, je suis retourné dans mon corps physique et me suis réveillé à la sensation d'une personne me giflant le visage en m'appelant par mon nom. J'ai réussi à bouger légèrement la main pour signaler que je reprenais conscience.

Un des médecins présents a dit plus tard : " Vos pupilles étaient floues, votre respiration et votre fréquence cardiaque s'étaient complètement arrêtées. On se préparait à sortir votre cadavre du bloc opératoire quand vous êtes soudainement revenu à la vie. C'était vraiment incroyable. Vous devriez chérir ce cadeau inattendu ! "

J'ai passé les six jours suivants dans un état de conscience intermittente et je n'ai repris pleinement connaissance que l'après-midi du sixième jour. Pendant tout ce temps, ma femme et mes compagnons de cultivation ont continué d'émettre la pensée droite.


J'ai passé un examen médical lors de mon huitième jour aux soins intensifs. Au milieu de l'examen, j'ai ressenti soudain un sensation accablante de douleur et un fort essoufflement. Ma femme m'a doucement rappelé de garder la pensée droite. J'ai demandé l'aide du Maître, récitant silencieusement Hong Yin et des poèmes de cultivation. L'examen s'est terminé avec succès et les médecins ont déclaré que l'état de mes reins, de mon cœur, de mon foie et de mes poumons s'était grandement amélioré.

J'ai été transféré dans un service hospitalier ordinaire après douze jours de soins intensifs. Chaque jour, ma femme passait des enregistrements des conférences du Maître. Entre-temps, je mémorisais le Fa.


Au début, mon rétablissement a progressé rapidement. Cependant, ma mentalité de me faire valoir a refait surface et je me suis forcé à me lever trop tôt. Suite au surmenage, ma plaie chirurgicale s'est rouverte et infectée. J'ai eu une forte fièvre et j'ai oublié de m'en tenir aux critères d'un pratiquant de Dafa. Ma fierté et mon attachement à la compétition ont refait surface et je me suis disputé avec ma femme au sujet d'une affaire mineure. Ma vie risquait d'être réclamée par les forces anciennes, mais je refusais de reconnaître mes failles.

Alors que j'étais dans un état de semi-conscience, le Maître miséricordieux a ouvert mes souvenirs scellés. J'ai vu de nombreuses scènes, montrant ma relation prédestinée avec le Maître et les arrangements préjudiciables faits pour moi par les forces anciennes. Je me réveillais en larmes après chaque scène avec un profond sentiment de culpabilité. Bien qu’ayant atteint le statut de pratiquant de Dafa, j'avais été impardonnablement laxiste dans ma pratique et cultivation.


Mon expérience a boosté ma détermination à renforcer mes pensées droites, chercher à l’ intérieur et œuvrer à mémoriser le Fa.

Dès que ma fièvre a disparu, j'ai demandé à sortir de l'hôpital. Mes médecins n'étaient toutefois pas d'accord, car le tube de drainage inséré dans la plèvre entourant mes poumons indiquait que mon corps produisait encore de grandes quantités de sécrétions.


En entendant leur verdict, j'ai intensifié mes efforts en émettant des pensées droites, éliminant l'interférence perverse provenant des autres dimensions. J'ai ensuite renouvelé ma demande de pouvoir quitter l'hôpital. Cet après-midi-là, les médecins ont fait un scanner et découvert que le liquide pleural avait disparu. Ils ont enlevé le drain thoracique et se préparaient à me renvoyer chez moi.

Lorsque le spécialiste de la gorge est arrivé pour refermer mon incision de trachéotomie, mes proches ont profité de l'occasion pour demander si je pourrais retrouver la voix. Le spécialiste a répondu : "C'est peu probable. "Ma femme m'a suggéré d'essayer de lire le Fa à haute voix pendant mes séances d'étude. Un après-midi, lors du troisième jour, pendant que je lisais Zhuan Falun, le téléphone a sonné. Automatiquement, j'ai décroché et salué mon interlocuteur " Vous êtes capable de parler ?" a-t-il dit surpris, j'ai répondu : " C'est grâce à mon Maître. " Ma voix s'est vite rétablie et est redevenue normale.

À un moment donné pendant ma convalescence, mon estomac a commencé à gonfler et je n'ai plus pu manger, boire ou même excréter pendant cinq jours. Poussé au bord du gouffre, je n'ai pas pu maintenir mon état de cultivation et pratique et j'ai même eu des pensées suicidaires. Ma femme et un autre pratiquant ont essayé de m'offrir du soutien en lisant le Fa à mon chevet, en émettant la pensée droite et en m'offrant des conseils. Cependant, j'étais tellement torturé par la douleur que je ne pouvais pas regarder à l'intérieur. J'ai grossièrement rejeté leurs conseils et essayé de chasser le compagnon de cultivation de chez moi. Heureusement, ce dernier savait que j'étais sous l'emprise des forces anciennes et il a refusé d'abandonner. Il a sacrifié un certain nombre de jours et de nuits pour m'accompagner dans l'étude du Fa et émettre la pensée droite.


Fort de ses encouragements déterminés, j'ai réussi à reprendre mon état de cultivation et pratique en cherchant à l'intérieur et en corrigeant mes défauts. Bien que j'ai réussi à surmonter cette tribulation difficile, ma condition physique s'était détériorée et mon poids avait chuté à 36 kg. Chaque mouvement et chaque pas étaient devenus épuisants.

À ce moment, j'ai fait un rêve où une voix disait : " Abandonne et reprends la vie d'une personne ordinaire. Tu ne peux pas gagner ce combat. " J'ai immédiatement réfuté : " Je suis la pratique enseignée par Maître Li. Le Maître nous a enseigné à adhérer au principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Les pratiquants n'ont pas d'ennemi et nous ne sommes pas impliqués dans un combat avec qui que ce soit."

J'ai continué à chercher à l'intérieur, à étudier le Fa avec ma femme et à émettre la pensée droite. Ma santé a commencé à s'améliorer, mais un peu de gonflement résiduel est resté dans ma poitrine et mon abdomen. Un soir, j'ai rêvé que je me disputais avec quelqu'un d'autre à propos de mes propres intérêts. Au milieu de notre dispute, une voix miséricordieuse venant d’en haut a résonné: " Tu aimes toujours argumenter ! " Les mots m'ont frappé profondément et je me suis réveillé en pleurant des larmes de regret. Cet incident m'a poussé à m’examiner moi-même de façon inconditionnelle. J'ai découvert de nombreuses lacunes, y compris l'égoïsme, l'orgueil, la jalousie, la combativité, la colère et la haine.

La conscience de mes attachements a stimulé mes efforts dans l'étude du Fa et l'émission de la pensée droite pour éliminer les facteurs pervers et l'interférence. Ma santé a commencé à s'améliorer et la douleur a diminué. Un matin, en pratiquant la série des cinq exercices, j'ai vu une gourde vert-jaune descendre du ciel. La gourde s'est arrêtée près de mon bras gauche et s'est préparée à entrer dans mon corps. Inconsciemment, j'ai réalisé que la gourde était un mauvais objet et j'ai émis la pensée droite. La gourde s'est instantanément fendue, libérant le sang sale et le pus qu'elle contenait.

À partir de ce jour, j'ai pu manger et boire normalement. Le gonflement de ma poitrine et de mon abdomen s'est résorbé et je me suis complètement rétabli. J'ai pu aider à la récolte d'automne sur nos terres familiales et occuper un emploi temporaire pendant les mois d'hiver. Ma force est revenue et je peux facilement soulever plus de 135 Kg ou marcher une longue distance sans effort.

Cette tribulation m'a appris à prendre la pratique et cultivation au sérieux et à chérir ma chance d'être devenu pratiquant de Dafa. Les mots ne peuvent décrire la gratitude que j’éprouve envers le Maître.


Version anglaise :
Saved from the Brink of Death by Master Li

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.