Me changer moi-même et faire des percées en travaillant pour NTD en France

Bonjour vénérable Maître !
Bonjour compagnons en cultivation !


1/ Me changer moi-même et faire des percées dans le processus de préparer le Banquet de Nouvel an pour NTD en France

J’ai un jour lu ces quelques phrases en ligne : Faire quelque chose que vous n’avez encore jamais fait est appelé grandir, faire quelque chose que vous ne voulez pas faire est appelé changer, et faire quelque chose que vous n’osiez pas faire jusque-là est appelé faire une percée. Ceci s’applique à ma situation en préparant le banquet de nouvel an chinois pour NTD. C’est quelque chose que je n’avais jamais fait jusque-là, que je n’avais pas souhaité faire, ni même le courage d’essayer. Pendant deux mois qui ont précédé et suivi le banquet, je me suis sentie physiquement épuisée. Mais j’ai aussi senti que c’était un processus précieux à travers lequel j’ai mûri, changé et fait des percées.


Le 24 décembre 2016, l’après-midi du réveillon de Noël, l’équipe de NTD a décidé ensemble d’organiser au 10 février 2017 un banquet de Nouvel an chinois afin de promouvoir NTD et Shen Yun.


1) - Méditer et faire les exercices m’a aidée à passer des nuits sans sommeil

Dès que nous avons eu pris la décision, nous avons commencé à distribuer des documents afin d’attirer de potentiels sponsors. À partir de ce jour, j’ai commencé à ressentir une énorme pression. Je savais que je ne pouvais pas faire machine arrière, car l'événement avait déjà été annoncé. Nous devions bien faire sans quoi nous porterions atteinte à l’image de NTD et de Shen Yun. Dès lors, j’ai commencé à avoir des insomnies. Un jour a passé, puis deux, puis une semaine, puis deux semaines. La pression invisible me faisait sentir que je ne pouvais plus le supporter. Chaque jour, j’avais une intense charge de travail du matin au soir, et je n’arrivais pas à aller me coucher avant 2 à 3 heures du matin. Mais une fois couchée je ne pouvais pas non plus m’endormir.


Je savais que seul le Maître et Dafa pouvaient m’aider à traverser mes tribulations, alors j’ai commencé à faire la méditation chaque jour de 2 à 3 h du matin. Auparavant je ne faisais pas les exercices chaque jour. Mon excuse était que j’étais trop occupée et n’avais même pas assez de temps pour dormir. Mais je n’avais plus le choix maintenant, parce que je ne pouvais pas m’endormir. Si je voulais continuer à travailler le jour suivant, je devais faire les exercices. Lorsque je médite à présent, mes jambes ne me font plus mal même après une heure, et je peux rester assise pendant une heure et demie. Peut-être avais-je beaucoup souffert dans mon travail quotidien, ce qui était en soi un processus de cultivation, et j’avais éliminé du karma, donc mes jambes n’étaient plus douloureuses durant la méditation. En faisant les exercices, j’ai réussi à passer ces nuits sans sommeil.


2) - Faire véritablement l’expérience de la puissance des pensées droites en groupe

Il n’y avait pas beaucoup de personnes impliquées dans la phase du début de l’organisation de l’évènement, parce que d’une part personne n’avait suffisamment d’expérience et ne savait pas par quoi commencer, d’autre part, personne ne savait si l'événement allait être ou non un succès et beaucoup voulaient attendre et voir avant de s’impliquer ; enfin beaucoup étaient déjà très occupés avec leurs propres projets et la promotion de Shen Yun et n’avaient pas le temps d’aider à d’autres choses.


Pour toutes ces raisons, il n’y avait pas beaucoup de gens impliqués dans le processus de préparation de l’évènement. À ce moment, je me suis sentie seule et impuissante. Mais néanmoins aux moments critiques durant le processus de préparation, j’ai fait l’expérience de la puissance de la pensée droite en groupe. Un exemple était lors de la négociation des tarifs de la salle, l’hôtel ne voulait pas que nous louions seulement l’endroit tout en fournissant notre propre restauration, ce qui serait moins intéressant pour eux. Mais nous n’avions pas suffisamment d’argent pour leur louer également la restauration, et même si nous avions pu, nous ne voulions pas faire de dépenses là-dessus. Au moment critique des négociations, j’ai demandé au coordinateur de demander à tous d’émettre la pensée droite. La chose intéressante est que quand j’ai vu le message envoyé pour que tous émettent la pensée droite, j’ai tout à coup senti la pression sur moi s’alléger J’ai senti que j’avais un puissant soutien et j’ai eu pleinement confiance que les négociations allaient réussir. C’était une expérience réelle, tangible. Le lendemain on nous accordait l’utilisation de l’endroit à un prix incomparablement plus bas.


L’expérience m’a également fait honte, parce que dans le passé, j’ai souvent reçu des messages demandant d’émettre la pensée droite pour d’autres pratiquants mais je l’avais rarement fait de tout mon cœur. Cette fois cela avait à voir avec moi, donc je me suis vraiment concentrée sur l’émission de la pensée droite et j’ai senti que j’étais vraiment égoïste. Je sais maintenant que nous ne pouvons passer ces tests qu’avec la pensée droite de chacun et dans le futur, si d’autres pratiquants ont besoin d’être soutenus par la pensée droite, je n’oserais plus le faire à moitié, parce que je sais que cela aide véritablement à soulager ce pratiquant du poids qui pèse sur lui.


3) - Faire de mon mieux pour obtenir l’acceptation et la confiance des compagnons en cultivation

Les quinze jours de préparation ont été un processus d’interactions humaines très concentrées. J’avais souvent une centaine d’appels par jour à la fois des pratiquants et des gens ordinaires. Je parlerai d’abord de mes interactions avec mes compagnons de cultivation. Au début, il n’y avait pas beaucoup de personnes impliquées, mais à la dernière étape, une fois tous les éléments de base mis en place, tels que le lieu, les invités, les interprètes et les sponsors, etc., j’ai senti que nous pouvions inviter davantage de pratiquants à se joindre aux efforts parce qu’ils s’y sentiraient plus enclins maintenant que l'événement avait pris forme.


Dans le processus effectif de communication, jai traité avec deux sortes de gens : d’une part ceux qui coopèrent et s’harmonisent, avec 100 pour cent de confiance et d’énergie positive, et résolvent activement les problèmes, et d’autre part ceux qui posent toutes sortes de questions et veulent connaître tout le processus de préparation du début à la fin. Après avoir passé une heure à leur expliquer tout le processus et leur avoir dit ce qu’il restait encore à faire, ils se sont plaints et ont dit qu’ils ne pouvaient pas contribuer du tout. Ce genre de comportement exacerbait encore la contrainte d’un planning très serré, et ces pratiquants étaient habituellement ceux qui pensaient être très capables.


À travers ces interactions humaines hautement concentrées, j’ai profondément réfléchi. Je pourrais appartenir à la seconde sorte de pratiquants, pensant toujours que je fais mieux que les autres, que les autres ne sont pas aussi responsables que moi, et que si j’avais endossé le job de quelqu’un le résultat aurait certainement été différent. Cet évènement a sonné une alarme pour moi et c’était comme me voir moi-même dans un miroir. Dans le futur, si d’autres pratiquants me demandent d’aider lorsqu’ils sont face à des problèmes ou des tribulations dans leurs projets, ma première pensée devra être comment résoudre le problème, au lieu de me plaindre et de chercher les fautes, ce qui est inutile. Au lieu de poser des questions à propos de comment les choses sont arrivées, pourquoi ne pas faire confiance aux compagnons de cultivation, parce que lui ou elle doit être en train de faire face à ses propres difficultés.


Pendant ce mois, j’ai souvent entendu dire, tu es la coordinatrice, tu devrais faire cela, je ne peux pas m’en occuper. Tu es la coordinatrice, tu dois apprendre ce que tu ne sais pas. Tu es la coordinatrice, tu peux prendre cette décision toi-même. J’ai souvent été en colère en entendant cela, parce que je pensais : comment pourrais-je tout faire, comment pourrais-je tout savoir ? Je sentais que les autres ne voulaient pas m’aider à endosser une partie des responsabilités, et j’étais à bout chaque jour à ce moment-là. Utiliser le terme ' entre la vie et la mort' pourrait sembler exagéré, mais c’est vraiment ce que je ressentais. Je sentais que les autres pratiquants utilisaient " tu es la coordinatrice " comme une excuse pour éviter les problèmes et en faire le moins possible.


Je n’avais pas le choix à ce moment-là, parce que certains pratiquants ne voulaient pas participer, je ne pouvais que continuer à avancer, fût-ce avec un certain ressentiment. Pourtant alors que je continuais à y travailler, j’ai pris conscience que ma limite était en réalité imposée par moi-même. Je pouvais en endosser beaucoup plus, et lorsque que j’ai été vraiment prête à endosser n’importe quelle responsabilité par moi-même, la situation a complètement changé. Un exemple est la nourriture pour le banquet, d’abord la pratiquante qui était supposée aider a dû partir en raison de problèmes familiaux et n’a pas pu fournir le contrat de restauration et menu. Ensuite, une autre pratiquante qui pouvait l’assurer ne cessait de changer d’avis, et a dit qu’elle regrettait de l’avoir signé. A ce moment, le banquet n’était plus que dans quelques jours. Le délai étant si rapproché, je n’ai plus eu d’autre choix que de chercher attentivement en moi-même. Pourquoi ne cessait-elle pas de revenir sur sa parole ? Où n’avais-je pas bien fait ?


Il s’est avéré que lorsque la pratiquante chargée de la restauration au début a signé le contrat, j’étais trop préoccupée de résoudre rapidement la question du contrat afin de pouvoir commencer à préparer le banquet pour les invités, mais je n’ai pas pris un instant pour penser à cette pratiquante. Je lui donnais une énorme responsabilité, parce que chaque plat servi au banquet serait goûté et nous aurions à prendre la responsabilité légale s’il y avait le moindre problème avec la nourriture servie aux invités. A ce moment, le contrat avec cette pratiquante ne satisfaisait pas à cent pour cent au critère, et l’hôtel n’avait pas encore accepté qu’elle assure la restauration pour l’évènement.


J’ai pris conscience que le changement de cœur de ma compagne de cultivation était causé par mon échec à assumer la responsabilité. J’ai décidé ce soir-là que je dirais à l’hôtel que NTD assumerait l’entière responsabilité pour tout problème avec la restauration, et que j’étais prête à supporter toutes les répercussions légales en tant que principale coordinatrice. Le lendemain, l’hôtel a rapidement approuvé le contrat de restauration de la pratiquante et n’a pas demandé davantage de garanties de la part de NTD. Cette expérience a fait naître chez moi une grande admiration pour ces managers et coordinateurs parce que mon expérience n’a duré qu’un demi-mois. Cela ne saurait être comparé avec ce à quoi ces managers doivent faire face. Nous ne pouvons pas imaginer ce qu’ils endurent en passant par les nombreuses formes de difficultés et de souffrance auxquelles ils doivent faire face.


5) - Être touché

Le banquet s’est passé sans problème grâce au dur travail de chacun. 100 invités ont assisté à l’évènement, et nous avons reçu par la suite de nombreuses lettres d’appréciation et de soutien. Toutes mentionnaient la compassion, les sourires et le dévouement de toute l’équipe, qui les avaient fait se sentir chez eux.


Merci Maître pour nous avoir amené des êtres prédestinés. Merci compagnons de cultivation pour votre soutien tacite, votre tolérance et votre coopération sans aucune plainte. Vous êtes les véritables héros dans les coulisses. Par exemple, quelques pratiquantes âgées ont passé deux ou trois jours consécutifs à préparer infatigablement la nourriture pour le banquet. Elles étaient déjà épuisées mais lorsqu’elles ont appris que la cuisine manquait de personnel le soir du banquet, elles ont décidé de rester et d’aider. Lorsque je les ai vues dans la cuisine ce soir-là, j’avais les larmes aux yeux. Elles ne recherchaient ni gloire ni fortune, elles ont passé la soirée tout entière dans la cuisine et n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait au dehors. C’est donner une confiance et un soutien total aux autres compagnons de cultivation, en abandonnant complètement son égo, et aussi mon meilleur exemple. L'événement n’aurait pas été réussi sans eux.


2/ comment faire face aux épreuves avec droiture et chercher activement vers l'interieur de soi lors du processus de l'integration du Epoch Media Groupe en Europe

Vers la mi-juin cette année, les différentes rédactions d’Epochtimes en Europe ont fusionné, cela impliquait aussi NTD France. Pendant un ou deux mois qui ont suivi, j'ai traversé d’intenses conflits me piquant au vif au plus profond de moi, les cœurs humains touchés s'agitaient et bondissaient en permanence, j’étais perturbée au point de ne plus pouvoir me concentrer pour faire quoi que ce soit, j'étais dans un état déprimé, mais en même temps j'étais profondément consciente de la fin proche de la rectification de Fa, Le Maître utilise toutes les occasions précieuses pour que moi, son disciple, s'élève et change depuis la racine, tout ce processus d'intégration m’a permis de m’examiner moi-même sérieusement de fond en comble.


1)l'attachement au renom et au gain

Lorsque j'ai reçu le message de l'intégration d’ Epoch Média Groupe en Europe, et que j'ai vu les mots “ dissolution de NTD France “, j'ai ressenti un petit pincement desagréable, mais comme j’étais consciente que l'objectif était de mieux faire le média NTD et Epochtimes, au début, je n'avais pas beaucoup d'inquiétudes. Mais le temps passant, une semaine, deux semaines, trois semaine et plus de nouvelles, mon inquiétude grandissait de jour en jour, d'un côté j'avais encore quelques interviews importants en préparation, je ne pouvais pas les laisser tomber du jour au lendemain ; d'un autre côté je ne savais pas comment parler avec mon équipe, car ni avant ni après l'annonce, personne ne nous communiquait le comment et le pourquoi, de plus le siège de NTD nous demandait des reportages comme d'habitude, la rédaction du siège n'était pas du tout au courant de cette annonce, après avoir demandé au PDG, on lui a répondu que la recomposition ciblait pricipalement Epochtimes chinois, NTD France faisait comme il avait toujours fait. Une fois reçu ce message, j’ai senti comme une pierre retombant par terre, mon cœur est devenu tranquille. Cependant, le lendemain, lorsque j'ai raconté cela à la responsable de Epoch Média groupe européen, elle a refusé de l'admettre, je me trouvais dans une situation embarrassante.


Le Maître a dit " Dans la cultivation et la pratique rien n’arrive sans raison "(Enseignement du Fa à la Conférence internationale de Fa de Washington DC 2009). Je me suis posée des questions : En fin de compte, pourquoi cette fusion me causait autant d'agitation dans l’esprit ? Parce que je m’étais trop attachée à cette équipe, trop attachée à ma contribution à NTD, trop attachée à moi-même. Je disais avec la bouche que je n’étais pas là pour ce titre de responsable, mais est-ce qu'au fond, j’étais vraiment complètement désintéressée ? Je me suis demandée à moi-même , que va-t-il m'arriver si je ne suis plus la responsable de NTD France, voir que je ne travaille plus pour NTD ? J’avais terriblement peur de la réponse, c'est comme si tout un coup je perdais le sens et le but de ma vie humaine, car NTD c'est toute ma vie, ces dernières années tout ce que je pense tout ce à quoi je réfléchis tourne autour de NTD, je n’avais pas le cœur de quitter NTD, non seulement je me sentais perdre la face, mais j’avais aussi dans mon cœur un sentiment d'injustice comme si mes contributions allaient être reprises par d’autres, que l'équipe que j'avais formée non sans peine avec beaucoup de soin allait être sous la direction d’autres. C'était vraiment difficile pour moi de lâcher prise ! Je me souviens qu'il y a 8 ans, lorsque je suis entrée à NTD, j'étais comme un petit moine avec un cœur pur très capable d'endurer les difficultés. Quelques années plus tard, j’étais devenue la responsable, en apparence je prenais la responsabilité très au sérieux, mais imperceptiblement j'avais commencé à m’attacher au renom, au fur et à mesure de ma contribution et de mon investissement, j'avais commencé à considérer ce projet comme le mien, lorsque quelqu'un voulait toucher à l'équipe de NTD, c’était comme toucher à mon intérêt le plus profond, le cœur égoïste faisait tout pour le protéger, je trouvais difficile de contrôler mes propres pensées.


Le Maître a dit dans l'Enseignement du Fa à la Conférence de Fa de l'Ouest des États-Unis : “Tu as une exigence plus élevée pour toi-même et tu essaies de ton mieux de réprimer ces pensées pas bonnes, les choses auxquelles tu es attaché, tu fais de ton mieux pour les prendre à la légère et les repousser. La partie de toi qui parvient à atteindre le critère, même si ce n’est que pour une seconde, est alors fixée. Cela perce continuellement et constamment vers la surface de cette manière. Lorsque cela a finalement complètement percé, lorsque la toute dernière couche est traversée, tu vas découvrir que tes pensées et réflexions sont complètement différentes d’auparavant. Même ta manière de penser sera différente de celle du passé. C’est ton toi véritable, ta vraie nature.”


Après avoir lu ce passage du Fa, j’ai trouvé que l'épreuve difficile à passer devenait simple, car même si je ne satisfaisais au critère qu’ une seconde, le Maître peut fixer cet état pour moi, Les jours qui ont suivi dès que j’étais perturbée par des pensées négatives, je les rejetais immédiatement et me rectifiais tout de suite, puisque même si ma pensée n’atteint le critère qu’une seconde, le Maître m'aidera à éliminer les matières auxquelles je suis attachée. À ce moment là j'ai vraiment éprouvé la puissance de se cultiver soi-même à chaque instant.


Auparavant je n'avais pas très bien compris pourquoi le Maître a dit dans l'Enseignement du Fa aux élèves Australiens que " lorsqu'on fait quelque chose on doit la faire jusqu'au bout et la faire bien. " d'un autre côté il a dit que "Si l'on ne fait pas cette chose-là on peut cultiver et pratiquer dans d'autres domaines, où que l'on soit on peut toujours cultiver et pratiquer, il ne faut pas parce qu'on ne fait plus telle ou telle chose momentanément qu'on soit déprimé, il faut être capable d'abandonner ce cœur."


Dans ma tête il y avait là quelque chose d’un peu contradictoire. Mais maintenant j'ai compris que pour faire les choses on doit les faire du début à la fin, solidement et réellement, mais on ne doit pas s’attacher aux choses que l’on fait, leur accorder trop d'importance , il suffit de les faire avec tous nos efforts pour ne pas avoir de remords plus tard. Aux ciel il n'y a pas de chaine de télévision, Maître nous permet d'atteindre la plénitude parfaite en faisant notre travail, mais moi, en faisant mon travail j'avais engendré de l'attchement.


2) L'esprit de crainte et la fausse bienveillance

Après l'intégration du Média Groupe, j'ai à plusieurs occasions rencontré la responsable de l’Europe, ma première impression a été qu’elle avait un fort caractère, surtout lorsque j'ai reçu le message de dissoudre NTD France, je trouvais que sa venue à Paris était un mauvais signe, donc lors des quelques rencontres qui ont suivi j'ai adopté une attitude défensive, j'ai demandé à quelqu'un habile à parler dans l'équipe de NTD de m'accompagner, en apparence c'était pour défendre l'intéret de NTD, mais derrière il y avait le coeur de craindre de perdre ce que j'ai, et d’être malmenée. Comme j'avais un motif impur, le résultat s'est avèré naturellement pas bon, j'étais aussi très tourmentée, je savais que c’était mon épreuve et que je devais la passer, mais je remarquais ne plus avoir la capacité de discerner le bien du mal, le cœur humain se mêlait à Dafa et aux connaissances communes de gestion des gens ordinaires, j’étais incapable d'analyser correctement ce qui arrivait, sans parler de la sagesse qu’un pratiquant est censé avoir, Je perdais un temps fou et m’épuisais mentalement à réflêchir, c’est devenu un gaspillage interne au niveau humain. Etant donné que je n'avais pas une compréhension claire basée sur le Fa, je cédais aussi sur des questions de principe, sur le moment je pensais que j'avais abandonné quelque chose, mais au coeur de cet abandon, étaient mêlés beaucoup de cœurs humains : la crainte d'être blessée, d'avoir des ennuis, la crainte d'être considérée comme quelqu'un avide de renom et de gain. Je n’étais pas motivée à 100% par l'intérêt du groupe de média ni même de NTD, je n'avais pas le courage de dire ce que je pensais réellement dans mon cœur quelle que soit la façon dont les autres me considéraient ou me traitaient. Un membre de mon équipe m'a dit que mon point faible était que je ne pouvais pas prendre de décision déterminée au moment voulu, et que je n'arrivais pas à avoir la tolérance et la souplesse quand c’était nécessaire. En y repensant maintenant, c'est parce que mon cœur humain était préoccupé par trop de choses que je n'arrivais pas à décider une chose rapidement et avec détermination ; parce que je pensais toujour à moi même, que je n'arrivais pas à tolérer les autre ni à être magnanime et généreuse.


Le Maître a dit dans l'Enseignement du Fa à la Conférence de Fa de l'Ouest des États-Unis :
" Comme vous le savez, un bouddha ou une divinité peut abandonner sa vie pour les êtres et pour l'intérêt de l'univers ; ils peuvent tout abandonner, et même ne pas en être ébranlés. "Je me suis dit c'est le changement que je dois opérer, un vrai changement, ne plus faire les choses pour la forme, ne plus avoir peur de perdre ou de désir de gagner quelque chose, avoir le courage et la bienveillance de communiquer avec une personne apparemment très intransigeante. Donc je me suis décidée à proposer avec courage des avis différents par rapport à la gestion du média groupe au responsable Europe, en séparant NTD France de la nouvelle structure d'organigramme, je pensais que cela permettait de mieux aménager et développer NTD France. Quelques jours plus tard, mes propositions étaient acceptées symboliquement, mais sans changement effectif, par contre, sur l'organigramme il y avait de plus en plus de personnes me supervisant. Avec à l’esprit cette phrase que dit le Maître « Dans la cultivation et la pratique rien n’arrive sans raison " (Enseignement du Fa à la Conférence internationale de Fa de Washington DC 2009) je me suis retrouvée obligée de m’examiner encore une fois intérieurement.


3) Ne pas vouloir coopérer avec les autres

À vrai dire, dès le début de cette affaire, j'avais toujours eu l'idée que l'équipe allemande était principalement composée de personnes travaillant pour Epochtimes, au niveau technique mais qu’au niveau de l’expérience elle n'était pas très qualifiée pour nous diriger. Peut-être était-ce justement pour enlever ce cœur indigné, plus je trouvais qu'elle n'était pas qualifiée pour nous gérer, plus nombreux étaient les gens chargés de me superviser. En même temps une pratiquante m'a dit qu'en différentes circonstances, elle avait entendu les autres pratiquants dire que j’étais quelqu’un avec qui il était difficile de coopérer, que je n'avais pas la volonté de coopérer avec les autres. En entendant cela, je me suis sentie imcroyablement déprimée, je ne voulais plus rien faire. Bien sûr dans mon cœur j’étais consciente que cela fait partie de mon xiulian, je devais le traiter avec la raison, sans ces conflits et ces épreuves comment pouvais je m'élever et réussir mon xiulian ?


Comme le Maître l’a dit :“tu dois être responsable de toi-même dans le xiulian, te changer véritablement et abandonner les mauvaises choses auxquelles tu es attaché au fond de ton cœur – seul cela est le vrai abandon. Si en surface tu sembles faire tout bien, mais qu'au fond de ton cœur tu protèges et gardes encore les choses que tu ne veux pas abandonner, c'est absolument inacceptable.”(Enseignement du Fa à la Conférence de Fa de l'Ouest des États-Unis ) donc j'ai bien réfléchi à ce que disaient les pratiquants, je me suis rappelée les situations dans lesquelles je coopérais avec ces pratiquants, ce qu'ils disaient était vrai. Ces situations ressemblaient beaucoup à la situation de coopération où je me trouvais avec la direction allemande. C'est à dire que je trouvais que dans la coopération, c'était toujours moi qui donnais beaucoup, et que les autres contribuaient peu dans l'ensemble, je trouvais que ce genre de coopération n'avait pas de réelle utilité. En creusant plus profondément, j'ai vu mon cœur de vouloir me valider moi-même, faire des calculs égoïstes dans un projet pour sauver les gens, avoir toujours dans la tête qui a fait quoi, toi ou moi, en réalité c'est le Maître qui fait tout, en écrivant jusqu' ici, j'ai vraiment honte de moi, le Maître nous demande de coopérer, nous dit que " Ce que les divinités regardent, ce n’est pas ce que tu manifestes en apparence, ce qu’elles regardent c’est le cœur que tu y mets ! Elles ne regardent pas non plus tes compétences, elles ne regardent que si tu y mets suffisamment de cœur. Si ton cœur est sur le Fa, si tu es sur le Fa, les divinités t’aident à coopérer. " (Enseignement du Fa à la conférence de Fa de New York 2016 ) À cause de mes attachements, beaucoup de miracles ne se sont pas produits, je voudrais dire mes regrets sincères à ces pratiquants avec lesquels je n'ai pas bien coopéré.


Ce soir là j'ai fait un rêve, j'ai rêvé que devant ma porte on avait mis un énorme sac poubelle, et pendant un certain temps dès qu'il y avait de grandes quantités de déchets, on déduisait que c'étaient les miens, et les gens posaient le sac devant ma porte, pour dire que c’était trop , qu’il fallait que la propiétaire des déchets s'en occupe personnellement. Je me disais qu’il ne m’était arrivé qu’une fois au moment du déménagement de jeter un énorme sac poubelle, et que maintenant tous ces déchets n'avaient rien avoir avec moi, pourquoi est-ce qu’à chaque fois les gens me les donnaient automatiquement. Je me suis dit qu'il fallait que j’ évacue ces déchets, ils n'étaient pas à moi. Dans le rêve, une poubelle vide et une petite balle glissaient jusqu'en bas de l’escalier. Un enfant voyait la petite balle et il jouait avec moi et l'énorme sac poubelle a disparu à ce moment-là.


J'ai compris qu’une fois qu’un pratiquant a la conception de ne pas aimer coopérer avec les autres , cette matière allait alors s'accumuler sur lui, en cela une partie me revenait, mais la plupart n'était pas à moi, si je ne le réalisais pas, ni ne voulais m’en débarrasser, cette matière allait s'accumuler sur moi sans arrêt, une fois que j’ai décidé de m’en débarrasser, cette énorme matière n'était en réalité rien du tout, c'était juste un coquille vide, elle a disparu en un clin d'oeil.


4) sortir de l'état pessimiste et passif

Depuis mon enfance j’ai été entourée d’une atmosphère pessimiste, je n'avais pas l’enthousiasme de jouer, pour beaucoup de choses autour de moi je n’étais pas très intéressée ni n’en avais la curiosité, j'aimais être assise tranquillement sans rien faire, jusqu'à maintenant je suis toujours comme ça. Maître dit dans la neuvième leçon du Zhuan Falun : "Vous savez, lorsqu’une personne atteint le niveau d’arhat, quoi qu’il arrive, elle ne prend plus rien à cœur, elle ne prend absolument plus à cœur les affaires des gens ordinaires, elle est toujours de bonne humeur, peu importe qu’elle perde beaucoup, elle reste de bonne humeur et s’en moque." Je me demande pourquoi je suis tellement triste ? Pourquoi n’ai-je pas changé malgré monxiulian ? Après avoir travaillé pour NTD, les épreuves n’ont cessé de tomber et elles continuent à m'attendre, je n'arrive vraiment pas à avoir de la joie et à rire! J'ai demandé une fois à un ami non pratiquant pourquoi je n'arrivais pas être joyeuse ? Sa réponse a fait tilt dans mon esprit : Non, c'est ce que tu t'imagines. Tu t'intéresses trop à toi, c'est un problème. Tu dois t'interesser plus aux autres et tout deviendra plus intéressant. Je te l’assure.


Je remercie l'indication du Maître, au fond cette sensation triste et péssimiste est dû à une conception acquise après la naissance, c'est cette conception qui me tracasse. Au fond c'est mon égoïsme qui me fait perdre le courage d'être sans crainte, qui me fait sombrer dans une sensation pessimiste et triste. En fait, porter davantage d’attention aux autres, peut aussi apporter de la joie à soi-même. Maître nous dit que " L'homme bienveillant a toujours un cœur de compassion, sans griefs, sans haine, il prend les souffrances pour une joie. " (Points essentiels pour avancer avec diligence, " Etat d’esprit ") Comment puis-je avoir peur de subir des souffances, ne devrais je être remplie de joie en supportant la souffrance pour sauver les gens ! La chaîne NTD s'est établie en France depuis 5 ans, mais l'impact sur la communauté chinoise à Paris n'est pas suffisant, nous n'avons pas réussi à avoir un bon fonctionnement de gestion. Dans mon xiulian à l'avenir, quel que soit le rôle que je joue dans NTD, je vais retrouver l'état dans lequel j’étais quand j’ai commencé, travailler solidement en silence, endurer la souffrance et affronter les épreuves courageusement comme un petit moine, bien coopérer avec les autres pratiquants, sauver d'avantage d’êtres en déployant la puissance de nos média !


Merci Maître ! Merci compagnons en cultivation !


Ce ne sont que mes compréhensions personnelle, si quelque chose est incorrect, veuillez compagnons en cultivation avoir la compassion de me les indiquer.


[Partagé au Fahui 2017 à Mandres les Roses, France)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.