Messages de soutien des membres du Parlement suisse en commémoration des 18 ans de résistance pacifique à la persécution

Le 20 juillet, des pratiquants suisses du Falun Gong ont organisé un rassemblement sur les bords du lac Léman devant le Haut-Commissariat des Nations Unies commémorant 18 ans de persécution du Falun Gong et appelant la communauté internationale à continuer à prêter attention aux crimes inhumains du PCC et à y mettre fin.


De nombreux membres du Parlement Suisse ont envoyé des messages de soutien.


Dominique de Buman, Vice-président du Conseil national :

 

Dénonçons sans cesse et avec force l’horreur de la persécution religieuse !

La liberté de croyance est inhérente à la nature humaine. Chacune et chacun d’entre nous doit pouvoir développer sa spiritualité, dans le respect d’autrui et de la vie en société.

Le combat des pratiquants de Falun Gong pour la libre pratique de leurs croyances s’inscrit dans ce cadre. Il est juste et doit être soutenu par la communauté internationale à tous les niveaux de pouvoirs. En particulier, la dénonciation du prélèvement d’organes forcé sur les détenus en Chine doit s’exprimer avec véhémence partout dans le monde. Parmi les victimes se trouvent de nombreux pratiquants de Falun Gong.

Il faut que cesse immédiatement et définitivement cet assassinat de masse, programmé systématiquement dans un but lucratif immonde.

Fribourg, le 6 juillet 2017


Martina Munz, Conseillère Nationale :

 

Le prélèvement d’organes forcé en Chine sur des victimes pour en faire un commerce lucratif est insupportable et je condamne ces crimes. Je demande que ce trafic d’organe cesse immédiatement. Ne pouvant être présente parmi vous pour la commémoration du 20 juillet 1999, date à laquelle la cruelle répression a commencé sur les pratiquants de Falun Gong en Chine, je voudrais joindre ma force, mon soutien en tant que conseillère nationale du Parlement en Suisse pour votre combat, pour arrêter cette persécution ignoble en Chine sur toutes les personnes innocentes. 27 juin 2017,


Lisa Mazzone, Conseillère Nationale :

 

Par ce message, je tiens à témoigner ma solidarité envers les membres du mouvement spirituel du Fa Lun Gong, victimes de détention arbitraire, de torture et de trafic d’organes en Chine.

Cela fait 18 ans que le régime communiste chinois a qualifié le mouvement du Fa Lun Gong de "menace pour la stabilité sociale et politique " suite à un sit-in pacifique organisé sur la place Tiananmen, en juillet 1999.

Depuis lors, des dizaines de milliers de pratiquants du Fa Lun Gong ont été détenus arbitrairement, avec pour objectif de les faire renoncer à leur croyance spirituelle de vérité bienveillance tolérance, souvent au moyen d'actes de torture et d'autres mauvais traitements. Ces derniers sont fréquents, bien que la Chine ait ratifié le Convention des Nations contre la torture en 1988.

Ce n’est pas tout. Le trafic d’organes des prisonniers politiques en Chine est très étendu : jusqu’à 1,5 million de greffes d’organes aurait été réalisé entre 2000 et 2015. La majorité des organes serait prélevée sur les prisonniers de conscience pratiquant le Falun Gong. 65'000 pratiquants de ce mouvement auraient ainsi été sacrifiés entre 2000 et 2008.

Face à ce carnage, que fait la Suisse ? Notre pays est l’un des premiers à avoir signé un accord de libre-échange avec la Chine. Entré en vigueur le 1er juillet 2014, il a été adopté sans présenter aucune garantie en matière de droits humains et de droit du travail. Rien ne garantit désormais que des biens réalisés grâce au travail forcé n'arrivent sur le marché suisse en profitant d'un accès facilité. A nous de mobiliser la société civile et d’exiger du Conseil fédéral qu’il pose des conditions dans ses relations, notamment commerciales, avec la Chine. C’est grâce à la mobilisation internationale que la répression ignoble que subissent les pratiquants du Fa Lun Gong pourra cesser, et j’encourage cette mobilisation internationale.


Valérie Piller Carrard, Conseillère Nationale :

 

J’ai été profondément choquée d’apprendre ce que les membres de la communauté Falun Gong endurent en Chine. Persécutés par le pouvoir communiste qui voit en lui une menace, de nombreux membres du Falun Gong sont emprisonnés torturés et finalement tués pour leurs organes, qui alimentent une véritable industrie de la transplantation. En Chine, il suffit de payer pour obtenir rapidement un organe, et visiblement c’est le Falun Gong qui sert de fonds à ce commerce. Je souhaite que la répression dont est victime la communauté Falun Gong cesse, tout comme le recours à des méthodes dignes des moments les plus sombres de l’histoire européenne.


Déclaration sur la persécution contre Falun Gong en Chine, par Jean- Daniel Vigny, expert en droit international des droits de l’homme, Berne

 

Cette manifestation pacifique du 20 juillet 2017 commémore devant le Palais Wilson du Haut-Commissariat aux droits de l’homme 18 ans de persécution contre de très nombreux pratiquants du mouvement spirituel de Falun Gong en Chine.

On peut ces derniers temps constater un léger affaiblissement de la persécution suite au soutien, aux lettres et pétitions de personnalités du monde entier. En revanche, les prélèvements d’organes sur des pratiquants de Falun Gong ont hélas été encore bien plus systématiques qu’on ne le croyait. En effet, un dernier rapport de 680 pages remis au Haut-Commissaire des droits de l’homme dénonce plus de 100 000 transplantations par an depuis l’année 2000 au lieu des 10 000 déclarées par les autorités chinoises, dont on attend toujours encore que tous les coupables soient enfin traduits en justice et condamnés.

Deux Rapporteurs spéciaux du Conseil des droits de l’homme ont rapporté en 2007 et 2008 sur les prélèvements d’organes pratiqués sur des membres du Falun Gong, sans que le Conseil n’y donne suite. Il est dès lors plus que temps pour le Conseil de se saisir de manière globale de ces violations grossières des droits de l’homme. Ainsi, des enquêtes en bonne et due forme doivent être menées à ce sujet et de concert par toutes les Procédures spéciales concernées du Conseil. A savoir en particulier le Rapporteur Spécial sur la torture et les autres traitements cruels, inhumains ou dégradants, le Rapporteur Spécial sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, le Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires, le Groupe de travail sur la détention arbitraire, le Rapporteur Spécial sur le droit à la santé, le Rapporteur Spécial sur la liberté de religion ou de conviction et le Rapporteur Spécial sur la violence contre les femmes.

Le rapport conjoint de ces Procédures Spéciales concernées sera ensuite soumis pour décision au Conseil des droits de l’homme, dont on peut espérer qu’il assumera cette fois-ci pleinement ses responsabilités.


Henry Rappaz, Député du Grand Conseil du Canton de Genève

 

Au nom du Mouvement Citoyen Genevois et du mien en particulier j'adresse un message de soutien, à l'occasion de la commémoration du 20 Juillet 1999, à toutes ces personnes qui ont subi et continuent de subir l’horreur des persécutions, pour la seule raison qu’elles pratiquent le Falun Gong.

Le Falun Gong est une forme de Tai chi né en Chine, et cette méthode culturelle apporte des bienfaits. En effet ses exercices font du bien au corps à l’esprit et les gens se sentent détendus. Les cours sont gratuits, on pratique le Falun Gong dans les parcs ou dans des salles, sans besoin de d'inscription, chacun est libre de venir aux cours. De plus la philosophie de cette méthode est de respecter trois mots, quelle que soit la croyance : vérité-bienveillance-tolérance.

Plus de 100 millions de personnes pratiquent le Falun Gong en Chine. Et pour cela ces millions de personnes innocentes vivent une terrible répression sans précédent depuis 18 ans ! Une persécution lancée par l’ancien président chinois Jiang Zemin en juillet 1999. Depuis des centaines de milliers de pratiquants sont torturés et tués en Chine, et comble de l’horreur, on leur vole les organes depuis plus de dix ans pour un commerce lucratif.

J’élève donc avec force ma voix d'homme politique et député au Grand Conseil du Canton de Genève pour dénoncer et condamner fermement les atrocités de cette ignoble persécution et l’horreur du commerce illégal du prélèvement d'organes sur les pratiquants de Falun Gong.

Je veux joindre ma voix à celles des victimes, de leur famille, de leurs amis pour les soutenir et leur dire " courage, tenez bon, nous nous battons pour vous. "Je veux que ma voix vous crée de l’espoir car nous continuons à mettre en œuvre tous les moyens à notre disposition pour arrêter ces massacres.

Souhaitons qu’un jour la réputation du Falun Gong soit rétablie comme son authenticité, bienveillance tolérance, qui sont des valeurs universelles et positives dont notre monde a tant besoin.


Marc Falquet, Député au Grand-Conseil de Genève

 

Chères et chers militants des droits humains

Excusez-moi de ne pas pouvoir me joindre à vous aujourd’hui, étant retenu par des obligations familiales. Je salue tous les défenseurs des droits de l’homme ainsi que mes collègues députés à Genève et à Berne, tous écœurés par les pratiques de prélèvements forcés d’organes en Chine.

Mes pensées vont bien entendu à ces dizaines de milliers d’innocents qui chaque année, depuis plus de vingt ans, sont lâchement assassinés en Chine pour nourrir le business des prélèvements forcés d’organes.

Je pense tout particulièrement aux pratiquants pacifiques du Falun gong et à leurs familles endeuillées, persécutés et arrêtés pour servir de réservoir vivant pour les prélèvements forcés d’organes.

Merci également à tous ceux qui, à travers le monde travaillent inlassablement à dénoncer cette barbarie, cette boucherie quasi institutionnelle, indigne d’un pays comme la Chine.

Ces pratiques cruelles et barbares ternissent considérablement l’image et renommée de la Chine dans le monde.

La Chine doit retrouver sa conscience ancestrale élevée qui a fait la force de sa civilisation. Elle était basée sur la mise en pratique d’enseignements spirituels de haute valeur morale.

Son Président, s’il veut que l’histoire se souvienne de lui, s’il veut éviter que s’abatte un terrible karma sur lui-même, sa famille et son pays, doit s’efforcer de trouver la force de mettre définitivement et très rapidement un terme à ces prélèvements forcés d’organes. L’argent gagné à grande échelle par le sang, par le crime, ne peut qu’amener la désolation pour son pays.

Nous soutenons le nouveau Président dans cette démarche. Qu’il puisse également avoir la grandeur d’esprit et le courage de demander pardon aux familles et aux âmes des centaines de milliers de victimes innocentes qui ont été massacrées pour leur voler leurs organes. Le combat précède toujours la victoire.

Genève, le 20.07.2017


André Pfeffer, Député du Grand Conseil de Genève

 

Chaque être mérite le respect et qu’on protège son intégrité. Toute persécution, prélèvements d’organes ou autres cruauté sont inadmissibles et ne devraient plus exister à notre époque. Le 22 juin 2017


Jean-Michel Bugnion, Député au Grand-Conseil de Genève

 

Député au Grand-Conseil genevois, je vous confirme mon soutien pour le combat que vous menez contre les prélèvements d’organes et les exécutions qui frappent les membres du mouvement Falun Gong en Chine. Leur réalité ne fait aucun doute et de telles exactions sont totalement inadmissibles tant humainement qu’éthiquement. D’ailleurs, la communauté internationale s’en est déjà ému à plusieurs reprises et une amélioration semble se produire sous la nouvelle présidence de la République populaire de Chine. Souhaitons qu’elle aille jusqu’au retour à la normale ! En outre, je voulais vous communiquer toute mon estime pour la ténacité et l’abnégation dont vous faites preuve depuis de si longues années de dénonciation de ces horreurs.


Version chinoise :
多位瑞士政要致信 声援法轮功反迫害(图)


Documents de référence :

Falun Gong : La pratique

Falun Gong- Enseignements et croyances

Prélèvement forcé d’organes

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.