Des législateurs allemands abordent le pillage d’organes en Chine avec des militants des droits humains

Des législateurs allemands ont voulu connaître plus de détails sur la persécution du Falun Gong (aussi connu sous le nom de Falun Dafa) en Chine avant le 35e dialogue Union européenne-Chine sur les droits de l'homme.


Deux membres du Bundestag, Michael Brand et Martin Patzel, ont invité l’association Falun Dafa et d’autres organisations de droits de l’homme pour un échange, le lundi 17 octobre 2016.

De gauche à droite : Zhou Lei, présidente de l’Association Falun Dafa d'Allemagne, le pratiquant de Falun Gong Ding Lebin, Manyan Ng et Hubert Koerper, deux membres du Bureau de la Société Internationale pour les droits de l’homme, Martin Patzel membre du Bundestag, et Michael Brand, représentant de la Fondation des Camps de travail et membre du Bundestag.


Le président de la Commission condamne le prélèvement d’organes approuvé par l’État en Chine

En tant que président de la Commission sur les droits de l'homme et l’aide humanitaire, Michael Brand se préoccupe de la question des violations des droits de l’homme en Chine depuis longtemps. Après avoir refusé de retirer de son site Internet les articles sur les questions de droits de l’homme en Chine, comme le lui demandait l'ambassade de Chine, sa demande de visa pour un voyage en Chine a été rejetée en mai 2016.


Lors du dialogue de lundi avec des militants des droits de l’homme, Brand a soulevé les derniers résultats d’une enquête collaborative sur le prélèvement forcé d’organes en Chine, conduite par l’avocat des droits de l’homme canadien David Matas, l’ancien diplomate David Kilgour, et le journaliste américain Ethan Gutmann. Il estime qu’il y a davantage de crimes cachés derrière les transplantations d’organes qui n’ont pas encore été révélés.


Patzelt: Le gouvernement allemand devrait interdire le “tourisme d’organes”en Chine

Patzelt a déclaré que bien que l’Allemagne et la Chine puissent collaborer dans les affaires, le gouvernement allemand ne devrait pas vendre son âme pour le profit.


Il a fait remarquer que les gouvernements d’Israël et d’Espagne ont déjà passé des lois interdisant le " tourisme d’organes " où des gens se rendent en Chine pour s'assurer de la transplantation d'un organe illégalement obtenu. Selon lui, le gouvernement allemand devrait faire de même.


Patzel a souligné que les pratiquants de Falun Gong réfléchissent par eux-mêmes, et que le Parti communiste chinois sait qu’il ne peut pas contrôler un groupe spirituel, et c’est sous l’emprise de la peur qu’il a lancé la persécution du Falun Gong. Il a dit que seuls les dictateurs craignent les gens qui réfléchissent par eux-mêmes.


Zhou Lei, présidente de l’Association Falun Dafa allemande, a renseigné les législateurs sur les faits de la persécution. Elle a souligné le nombre considérable de pratiquants de Falun Gong qui ont disparu, très probablement victimes de prélèvements forcés d’organes approuvés par l’État.


La Société internationale pour les droits de l’homme: L’Allemagne devrait faire écho à la résolution du Parlement européen

Manyan Ng et Hubert Koerper, membres du bureau de la Société internationale pour les droits de l’homme en Allemagne, ont dit aux législateurs que leur organisation a informé le gouvernement allemand du prélèvement forcé d’organes en Chine voic dix ans.


Ils ont précisé que les hôpitaux chinois effectuent entre 60 et 100 milles opérations de greffe chaque année, un nombre dépassant de loin celui des vrais donneurs d’organes.


Ils ont rappelé aux législateurs que le Congrès des E.U et le Parlement européen ont récemment passé des résolutions exigeant que le gouvernement chinois mette fin à cette pratique. Le Parlement européen a également appelé à un enquête approfondie sur cette question.


La Société internationale pour les droits de l’homme a appelé le gouvernement allemand à se conformer à la résolution de l’UE et à interdire le " tourisme d’organes " en Chine.


Les avocats qui représentent des pratiquants de Falun Gong sont réprimés en Chine

Ding Lebin, un pratiquant de Falun Gong présent, a mentionné les actions en justice contre l’ancien dirigeant chinois Jiang Zemin, intentées par plus de 200 000 victimes de la persécution.


Ding a appris aux participants que Wang Yu, un avocat chinois lauréat d’un Prix international des droits de l’homme en 2016, qui a parlé au nom des pratiquants de Falun Gong persécutés, a été emmené par la police en juillet 2015, et est emprisonné depuis.


Ding a également mentionné Zhang Zanning,un autre avocat des droits humains et professeur de droit, qui a été réprimé par le gouvernement pour sa défense de pratiquants de Falun Gong.


Les deux législateurs ont dit que face à l’accumulation de preuves, ils n’avaient aucun doute quant à l’existence de prélèvements forcés d’organes en Chine et allaient exhorter le gouvernement allemand et le Bundestag à prendre des mesures pour faire cesser ce crime.


Version chinoise :
德国会人权委员会关注中共活摘罪恶

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.