Une jeune pratiquante : Un rappel de cultiver le xinxing et éliminer les attachements

Lorsque j'avais dix ans, il y a dix ans de cela, ma famille a émigré de Chine au Canada.


Arrivée au Canada, mon père qui n'est pas pratiquant, a voulu que mon anglais s’améliore au plus vite et me faisait réciter et écrire vingt fois chaque jour une liste de mots anglais. Ma mère,elle, me demandait de transcrire chaque jour quelques pages du Zhuan Falun. À cet âge, je le faisais sans la moindre plainte.


Mon anglais s’est amélioré rapidement. Après avoir transcrit Zhuan Falun en entier, j'ai continué à transcrire le Fa (la Loi) pendant plusieurs années, y compris " Points essentiels pour avancer avec diligence ", " Points essentiels pour avancer avec diligence II ", " Hong Yin ", " Hong Yin II" et "Hong Yin III".


Avant de quitter la Chine, j'étais allée à l'école primaire trois ans et demi. Je n'ai pas perdu ma connaissance de la langue chinoise, parce que j'ai transcrit les versions chinoises des livres du Maître. Néanmoins, je ne savais pas grand-chose concernant la cultivation et le vrai sens de la vie.


Encore pure de cœur

Dans ma famille, ma grand-mère a été la première à obtenir le Fa. Ma mère m’a dit que toute petite, j’écoutais le Fa et faisais les exercices avec ma grand-mère.


À l'âge de trois ans, j'ai eu une grosse fièvre et mon grand-père voulait m’emmener à l’hôpital mais ma grand-mère n’était pas d’accord. Comme ils n'arrivaient pas à se mettre d’accord, ma mère m'a demandé si je voulais aller à l’hôpital, j'ai montré la télévision, indiquant que je voulais écouter l'instruction des exercices par le Maître. Lorsque j'ai eu regardé la vidéo et fini tous les exercices, j'avais récupéré.


Lorsque j’avais sept ans, ma mère et moi avons été heurtées par une moto alors que nous traversions la rue. J'ai atterri sous la moto. Ma mère a soulevé le véhicule pour me libérer et m’a dit à l'oreille : "Tu es une jeune disciple de Dafa, tout ira bien." Falun Dafa est bon, Zhen-Shan-Ren est bon".


Le conducteur de la moto m'a demandé si ma mère et moi voulions aller à l’hôpital. J'ai fait non de la main et lui ai dit d’une voix tremblante : "Je vais bien. Je vais bien. Vous devriez aller à l’hôpital car vos genoux saignent."


En grandissant, mes attachements ont commencé à faire surface et j'ai peu à peu compris à quel point la cultivation est sérieuse.


Insuffisances et attachements

Lorsque je suis arrivée à Montréal et que j'ai vu l'ensemble Tian Guo Marching Band dans un défilé, je l'ai trouvé spectaculaire et sacré. Durant chaque défilé, je portais un T-shirt de Dafa jaune, suivais le défilé sur le trottoir, fredonnais les chansons de Dafa, marchais d'un pas léger, et portais des documents de clarification de la vérité à distribuer. Tout en distribuant les dépliants, je me demandais quand je pourrais devenir un membre de Tian Guo Marching Band.


À 14 ans, le coordinateur de l'Orchestre m’a demandé de jouer de la flûte traversière. J'étais si heureuse et exaltée parce que mon souhait m'avait été accordé. Dans la pratique j’ai constaté que ce n’était pas aussi simple que je le pensais. La première fois, tout le monde m'a ignorée, et je me suis assise là tristement à regarder les autres pratiquer. Je ne savais pas quoi faire, aussi ai-je pensé ne pas participer à l'orchestre.


Quand j'ai eu 15 ans, j'ai eu la chance d'assister à l’École Minghui de Toronto. Il s'est trouvé qu'un autre jeune pratiquant jouait de la flute dans l'Orchestre. Durant cet été là, j’ai appris à jouer toutes les chansons et ai été autorisée à participer au défilé. À chaque défilé, on me plaçait sur la rangée extérieure puisque j'étais jeune et jolie. Il y avait des vidéos en ligne et j'y ai figuré plusieurs fois. Avec le temps, les attachements à l'exaltation et à se faire valoir ont été exposés.


Début 2015, on m'a demandé de jouer du piccolo. Le piccolo est plus difficile que la flûte, parce que vous devez bouger vos doigts plus vite. De plus la plupart des notes sont très aiguës. j’étais la seule dans l'orchestre à jouer du piccolo, alors je me sentais vraiment fière. D'autres pratiquants m'ont dit que depuis que nous avions le piccolo, le son produit était plus harmonieux.


Mon attachement à me faire valoir et mon exaltation ont été renforcés. Lorsque les autres indiquaient mes insuffisances, en surface j'avais l'air de les accepter, mais dans mon for intérieur j'étais blessée et éprouvais envers eux du ressentiment. Je n'aimais écouter que les éloges et pouvais difficile accepter la critique ou reconnaître mes insuffisances.


Maître a dit :

"Il ne respectait même plus les maîtres de qigong appartenant à une transmission authentique, ses oreilles n’entendaient que les louanges de ses prouesses. Il se fâchait quand on disait qu’il n’était pas bon, son attachement à la renommée et au gain commençait à poindre, il se croyait extraordinaire et plus fort que les autres. Il pensait qu’on lui avait donné ce gong pour faire de lui un maître de qigong et pour qu’il s’enrichisse, alors que c’était pour lui permettre de cultiver et pratiquer. Dès que son attachement au renom et au profit surgissait, son xinxing avait en fait déjà chuté." (Zhuan Falun)


Rechercher les compliments

Bien que je comprenais le Fa du Maître, ce n'était pas facile d'éliminer mes attachements à me faire valoir et à l'exaltation. Ils ont fait de nouveau surface lorsque j'ai vendu des billets pour Shen Yun.


Trois d'entre nous étions en train de vendre des billets à un stand tard un après midi : moi-même, une Occidentale et un autre pratiquant. L'occidentale était fatiguée ayant été là toute la journée, donc elle a pris une pause.


Au début j'avais des doutes sur ma capacité à tout pouvoir gérer seule. Je distribuais les dépliants aux passants et leur demandais de regarder la courte présentation vidéo. Bientôt, plusieurs personnes ont voulu acheter des billets, et j'étais très occupée. Ce soir là, j'ai vendu neuf des places les plus chères.


Il était presque l'heure de fermer notre stand et j'ai appelé ma mère pour partager cette bonne nouvelle avec elle. J'espérais qu'elle me félicite mais elle a dit :" La cultivation dépend de soi-même alors que le gong dépend du Maître." (Zhuan Falun)


J'aurais dû me douter que ma mère n’allait pas faire mon éloge. Cependant, j'en ai été perturbée. Maître a dit : " Étant pratiquant, toutes les amertumes rencontrées au milieu des gens ordinaires sont des passes à franchir ; tous les éloges rencontrés sont des épreuves." (Les pratiquants sont naturellement dedans, Points essentiels pour avancer avec diligence).


Le Fa du Maître ma rappelé que je devais toujours garder un état d'esprit humble


Quand j'ai étudié "Lunyu" : Maître disait :
"Dafa a aussi créé les temps, les espaces, la multitude des sortes de vies et toute chose et tout être, il englobe tout sans rien omettre…"


Cette vérité du Fa me montrait combien j'étais minuscule et immature. En plus, cette petite compétence m'était donnée par le Maître pour montrer la beauté de Dafa et non pour me faire valoir. L'Orchestre est un seul corps, chacun y joue un rôle différent, et chacun est indispensable. Ce n'est que lorsque nous coopérons entre nous que nous pouvons atteindre le meilleur résultat de sauver les êtres.


L’arrangement du Maître est le meilleur

L’été dernier, j'ai obtenu un job à LaRonde, le plus grand parc d’attraction de Montréal. Pour obtenir ce travail j'ai du rédiger un CV, passer un examen, aller à un entretien, faire un jeu de rôle et suivre une formation.


En fait, LaRonde m'avait déjà embauchée l'année dernière, mais je n'avais travaillé que quelques jours. ils m'ont appelée plusieurs fois lorsque j'étais occupée à des activités de validation du Fa et j'avais refusé. Nous ne pouvez refuser que trois fois, après vous perdez le job. En raison d'activités pour valider le Fa, j'avais refusé plus de trois fois.


Je pensais que je ne serais plus embauchée, mais ils m'ont contactée de nouveau au mois de mars et m'ont demandé si j'étais intéressée par un emploi. Je l'étais mais le planning de la formation coïncidait avec la Conférence de Fa de New York. La formation est obligatoire : pas de formation, pas d'emploi. De plus, il y avait de nombreux postulants. J'étais déchirée entre aller à la conférence ou passer la formation.


Maître a dit :

"Cultiver véritablement Dafa, Seul cela est important.» ("Obtenir la Loi", de Hong Yin)


Ma mère a récité le poème de Hong Yin “Obtenir le Fa,” lorsque je lui ai exposé mon dilemme. Elle a dit que cela dépendait de ma priorité : était-ce Dafa ou gagner de l'argent ?


Cela sonnait juste, mais l'attachement à l'argent était difficile à éliminer. Si je travaillais tout l'été, je pouvais gagner suffisamment d'argent pour mes cours.


Elle avait raison mais je n’étais pas prête à me détacher de cet attachement au gain. Une fois lorsque j’étudiais la Loi avec ma mère, dans la septième leçon : Maître disait :


"En tant que pratiquants, nous devons encore moins nous conduire ainsi. Nous, les pratiquants, nous disons qu’il faut laisser les choses se faire naturellement; ce qui est à vous, vous ne le perdrez pas et ce qui n’est pas à vous, vous ne l’aurez pas, même si vous luttez pour l’avoir. Bien sûr, ce n’est pas non plus absolu. Si c’était absolu, la question de commettre des méfaits ne se poserait pas pour les gens; autrement dit, il peut y avoir aussi des facteurs d’instabilité. Cependant, comme personnes qui pratiquent le gong, nous avons normalement les Corps de Loi du Maître qui s’occupent de nous: si d’autres veulent s’emparer de ce qui vous appartient, ils n’y parviendront pas. C’est pourquoi nous disons qu’il faut suivre le cours naturel des choses; parfois, vous croyez que quelque chose est à vous, les autres vous disent aussi que c’est à vous, mais en fait cela ne vous appartient pas. Vous êtes peut-être convaincu que cette chose est à vous mais finalement elle ne l’est pas: c’est à travers cela qu’on voit si vous pouvez ou non vous détacher; si vous n’êtes pas capable de l’abandonner, alors c’est un attachement, et on utilise ce moyen pour vous faire abandonner l’attachement à vos intérêts personnels, voilà ce qu’il en est. Comme les gens ordinaires n’arrivent pas à comprendre ce principe, ils sont toujours en compétition et en lutte quand il s’agit de leurs intérêts." (Zhuan Falun)


J'ai clairement vu mon attachement aux profits. "Un cœur sans agitation peut dominer dix mille agitations." ("Éliminer le dernier attachement", Points essentiels pour avancer diligemment II)


J'ai lâché prise et décidé d'aller à la conférence de New York. Tout le reste serait arrangé par le Maître. Ce que le Maître arrange pour moi est toujours le meilleur. Au retour de la conférence de New York, La Ronde m’avait offert un poste à temps plein.


L’attachement au confort

J'ai distribué des dépliants de Shen Yun les week-ends avec un autre jeune pratiquant pendant cinq ans.Au début, nous n’aimions pas distribuer les dépliants parce que nous devions nous lever tôt le matin . Les hivers à Montréal sont rigoureux. Parfois, nous tombions à cause de la neige et de la glace et nous blessions. Je me prenais en pitié. Parfois, nous trouvions des excuses pour ne pas y aller


Ma mère m'a dit et répété : “Tu n'as pas de problème à te lever tôt pour gagner de l'argent, alors comment se fait-il que tu ne puisses pas te lever pour distribuer les dépliants ? Le temps presse terriblement et tu es toujours en train de dormir. Que vas-tu faire si tu ne peux pas accomplir ta mission et remplir des vœux au Maitre ? Tout le monde retourner avec le Maître en ayant achevé leur cultivation. Toi tu ne pourras que pleurer !"


Entendre cela m'a rendue lucide. C'était la paresse et l'attachement au confort. Les gens ordinaires disent même que le confort est pire l'alcool. La paresse est aussi la nature de démon. Nous qui cultivons devons éliminer notre nature de démon.


Le Maître a expliqué : "Donc la situation globale est devenue plus détendue pour les disciples de Dafa. Mais, à mesure que la situation se détendait, la pression a aussi diminué, et moins de pression peut favoriser un désir de confort, on veut être un peu plus à l’aise, on veut se détendre un petit peu, avoir un peu de soulagement. Mais en réalité la vie de chaque disciple de Dafa est étroitement liée à votre cultivation et pratique, comme les maillons d’une chaîne. Alors quand vous vous relâchez, cela revient à relâcher votre cultivation et pratique." ("Enseignement de Fa à la Conférence de Fa de la grande région de New York 2009")


L'état d'esprit est la clé

En réfléchissant à mon étude du Fa, j'ai pris conscience que je lisais très vite. Ce n'était pas une bonne chose, car très souvent je ne lisais pas correctement ou omettais des mots. En plus Je devais aussi me rattraper en faisant les exercices.


Quand ma mère me demandait de me lever le matin pour faire la pratique, j'étais à moitié endormie. Je m'étais vraiment relâchée. Lorsque je distribuais des dépliants, je le faisais vite pour en avoir fini plus vite et rentrer à la maison.


Je n'avais pas un bon xinxing, n’étais pas responsable envers mes êtres et manquais de compassion. Ce qui compte en distribuant les dépliants, ce n’est pas combien vous en avez distribué, mais plutôt quel genre d'état d'esprit vous avez en le faisant. C'est là l'élément clé qui détermine que nous puissions sauver les êtres.

Maître a dit :

"Comme je vous l’ai dit auparavant, en réalité vous n'êtes pas en train de sauver ces gens pour le Maître, ni de le faire pour d'autres. Vous êtes en train de les sauver pour vous, car très probablement ce seront les êtres de vos futurs mondes ou qui appartiendront à votre sphère. Une fois retourné à votre position, vous ne pouvez pas être comme un commandant en chef sans armée, dépourvu de tout, tout est vide, dans le corps céleste gigantesque il n'y a que vous qui soyez là. Les bouddhas ne doivent pas être pauvres ; ils doivent être riches. Les vies sont vos richesses, seulement avec elles votre monde pourra prospérer. Elles comptent toutes comme richesses – chaque vie compte comme une richesse." ("Les disciples de Dafa doivent impérativement étudier Fa", Enseignement de Fa dans les conférences XI)


La puissance et le sacré de Dafa

Quand notre cœur est dans le Fa, et si nous plaçons le salut des êtres comme notre priorité, Dafa montrera sa puissance et son sacré. Tout est fait par le Maître.


Je n’ai pas bien cultivé. Pendant de si nombreuses années, je n'ai pas compris l'essence de la cultivation, ne me focalisant que sur ce qui est superficiel. Comparée à ces pratiquants diligents je suis très loin derrière. Et je suis encore plus loin comparée aux exigences du Maître. Cependant, je sais que notre Maître compatissant ne veut pas laisser un seul pratiquant en arrière. Chaque fois que j'étudie le Fa du Maître, je peux sentir l'encouragement et l'immense compassion du Maître. "


Maître a dit : "Dans le passé, les pratiquants éliminaient les attachements un par un, mais pour vous, quasiment tous vos attachements sont là, ils sont affaiblis, affaiblis, affaiblis, affaiblis, couche après couche, ils sont réduits pour qu'ils deviennent de plus en plus faibles et de moins en moins nombreux, c’est l’approche que j’ai prise avec vous, ce qui permet aux disciples de Dafa de vivre une vie normale parmi les gens ordinaires avant la plénitude parfaite, de sauver les gens normalement en étant l'un d'entre eux, et en même temps, justement parce que ces cœurs humains n'ont pas été entièrement éliminés, cela te permet de cultiver et pratiquer au milieu des interférences des cœurs humains, de te rappeler de rester vigilant à tout instant, de cultiver et pratiquer, d'accomplir la responsabilité des disciples de Dafa, c’est cela la vertu majestueuse, c’est cela être admirable, c’est cela le chemin que vous empruntez."


(Présenté à la Conférence 2016 de Partage d’Expérience de la Cultivation de Falun Dafa du Canada)

Version anglaise :
Young Practitioner: A Reminder to Cultivate Xinxing and Eliminate Attachments

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.