Le tribunal du Heilongjiang tient une troisième audience dans le nouveau procès de deux pratiquantes

Une troisième audience dans le nouveau procès de deux femmes s’est déroulée le 21 décembre 2015, au tribunal Ranghlu de la province du Heilongjiang. Mme Cheng Jinzhi et Mme Li Junying avaient été condamnées prés de 8 mois plus tôt pour leur pratique de Falun Gong.


La troisième audience se concrétise suite aux protestations des sympathisants

Mme Cheng et Mme Li ont été initialement arrêtées le 30 octobre 2014 et condamnées respectivement à sept ans et demi et sept ans, en avril 2015.


Elles ont fait appel auprès de la cour intermédiaire et leurs condamnations ont été renversées en raison de " faits peu clairs et de preuves insuffisantes. " Le tribunal a ordonné un nouveau procès le 21 novembre 2015.


Lors de la première audience du nouveau procès, le juge a rapidement ajourné les procédures lorsque plus de 100 des parents et amis de Mme Cheng ont applaudi son entrée dans la salle d’audience.


Lors de l’audience du 30 novembre 2015, seuls sept membres de la famille ont été autorisés à entrer dans la salle d’audience. Mme Cheng a engagé deux avocats, mais aucun des deux n’est apparu. Elle a soupçonné qu’ils n’avaient pas été avertis de l’audience.


Les avocats ont rencontré le président du tribunal après la seconde audience. Au nom des pratiquants et de leurs familles, ils ont demandé instamment une nouvelle audience où ils pourraient être présents. En même temps, de nombreux pratiquants locaux ont appelé le tribunal pour demander un nouveau procès équitable pour Mme Cheng et Mme Li.


Le président de la cour a cédé et une troisième audience a été prévue le 21 décembre 2015.


La défense des avocats

Trois avocats étaient présents lors de la troisième audience et plus de 300 pratiquants se sont rassemblés au tribunal pour montrer leur soutien, occupant presque entièrement le bâtiment entier. En dépit du nombre considérable de sympathisants, l’audience s’est tenue dans une petite salle du tribunal, où seulement 11 parents ont été autorisés à entrer.


Les avocats ont demandé au juge président d’autoriser qu’une partie des preuves soit présentée pour vérification. Lorsque les preuves ont été présentées, les pratiquantes ont déclaré que de nombreux articles ne leur appartenaient pas.


Elles ont de plus réfuté la validité de deux « admissions » produites par le tribunal, ne les ayant pas fournies ni n’ayant signé quoi que ce soit à cet effet. Les pratiquantes ont aussi fait valoir dans leur défense qu’il n’y avait rien de mal à pratiquer Falun Gong.


Les avocats ont ajouté que, selon la " Déclaration Universelle des Droits de l’Homme " des Nations Unies, la liberté de croyance est un droit humain fondamental et qu’ il n’existe aucune loi en Chine criminalisant le Falun Gong.


Le changement d’attitude du juge

L’audience a été menée par vidéoconférence, les trois parties se trouvant dans différents endroits : le juge et les avocats dans la salle du tribunal, les deux pratiquantes dans le centre de détention et le procureur au Parquet.


Les avocats ont soulevé une objection à cet arrangement, déclarant que cela enfreignait le droit de leurs clientes d’apparaître en personne à la cour. Le juge président a balayé l’objection, affirmant que l’utilisation de la vidéoconférence était à la discrétion du tribunal.


Néanmoins, le juge a été réceptif aux arguments de la défense et aux témoignages personnels des pratiquantes. Contrairement aux deux premières audiences, il a enregistré précisément la défense des avocats et ne les a pas interrompus. Avant l’ajournement, il a lu à voix haute ses notes sur les procédures et a autorisé les avocats et les deux pratiquantes à les vérifier avant de signer le document. Il a même demandé aux avocats leur opinion sur la façon dont il avait mené l’audience.


La procédure a duré prés de 8 heures. Reste à voir si le juge acquittera les pratiquantes.


Version chinoise :
大庆市程金芝、李俊英第四次被让胡路区法院非法庭审

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.