Une femme meurt en purgeant une peine de 3 ans et demi pour sa pratique du Falun Gong, la famille suspecte un meurtre

Mme Li Guixiang est morte fin septembre 2015 alors qu’elle purgeait une peine de trois ans et demi pour sa pratique et la diffusion d’information sur le Falun Gong, une pratique spirituelle persécutée par le régime communiste chinois.


La fille de Mme Li a reçu un appel téléphonique de la prison de Longquanyi vers 18 heures le 29 septembre, l'informant que sa mère était dans un état critique. Un deuxième appel est arrivé neuf heures plus tard, annonçant que Mme Li était décédée malgré les soins d'urgence. Sa famille, cependant, n'a pas été informée du moment exact de sa mort.


Bien que le mari de Mme Li, sa fille et son gendre aient été autorisés à voir son corps, deux proches ont été refoulés pour ne pas être des membres de sa famille immédiate. Les gardes ont déclaré que Mme Li était morte de causes naturelles et ils ont fait pression sur la famille pour qu’ils acceptent une crémation rapide du corps.


Au moment d’écrire cet article la famille de Mme Li n'a rien appris d’autre des autorités carcérales, qui ont fait allusion à une compensation en échange de la coopération de la famille.


L'emprisonnement de Mme Li a suivi son arrestation le 6 octobre 2013. Elle a été condamnée à trois ans et demi en juin 2014 et rapidement transférée à la prison de Longyuanyi. Sa famille soupçonne qu’elle a pu être torturée pendant son emprisonnement, étant donné qu’elle avait à peine la cinquantaine et aucuns antécédents médicaux antérieurs.


Avant son dernier emprisonnement, Mme Li a été arrêtée à deux reprises en 2000, elle a passé trois ans dans un camp de travail de 2001 à 2004, et a été condamnée à trois ans en 2008, tout cela pour avoir refusé d'abandonner sa croyance en Falun Gong.


Chaque fois que Mme Li a été arrêtée, elle a été soumise à diverses formes d'abus. En particulier, après avoir été arrêtée pour la troisième fois en juillet 2001, elle a été battue à perdre connaissance. Le camp de travail pour femmes de Nanmusi a d'abord refusé de l'admettre en raison de la gravité de ses blessures, mais les autorités du camp ont fini par céder sous la pression de la police.


Les gardes du camp de travail n'ont pas rendu la vie de Mme Li plus facile, essayant tous les moyens pour lui infliger des dommages. Elle a été une fois forcée à rester debout pendant de longues périodes de temps sans sommeil ni pouvoir aller aux toilettes. Les gardes ne lui permettaient pas de changer son pantalon souillé.


La persécution incessante de Mme Li a chassé son mari, qui a demandé le divorce en 2004. Plus tard, il s’est remarié avec elle après avoir vu comment elle prenait encore soin de sa mère alitée, même après leur divorce.


Maintenant que Mme Li a disparu, sa famille est affligée par la perte d'une épouse, d’une mère, et d’une belle-fille aimante.


Version chinois:
一包塑料珠珠、七十元钱-一条人命

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.