Ride2Freedom: Des enfants au grand cœur

Borong Tsai joue du guzheng, un instrument traditionnel, au rassemblement de Country Club Plaza, Kansas City, Missouri, le 27 Juin, 2015. (Cat Rooney/Epoch Times)


KANSAS CITY, Missouri. — Comment qualifieriez-vous l’initiative d’un groupe d’adolescents et de préadolescents qui ont décidé d’accomplir un grand raid de 4828 km à vélo baptisé Ride2Freedom, pour secourir cinq orphelins ? Remarquable ? Ou héroïque ?


Originaires des quatre coins du monde, et représentant différents pays, ces 25 jeunes ont pris le départ sur leur vélo, le 1er Juin à Los Angeles.


À travers ce voyage, ils veulent sensibiliser le public au sujet de la persécution du Falun Gong en République populaire de Chine, une persécution qui dure depuis 1999. Plus précisément, ils pédalent pour sauver la vie de cinq enfants orphelins dont les parents ont été victimes de la persécution.


Les jeunes de Ride2Freedom sont eux-mêmes des pratiquants de Falun Gong, une méthode spirituelle qui comprend des exercices de méditation et qui adhère aux principes de vérité, compassion et tolérance.


Aila Verheijke, ambassadrice de Ride2Freedom représente Hong Kong dans le trek cycliste de 4828 km. Ici au rassemblement de Country Club Plaza, Kansas City, Missouri, le 27 Juin, 2015. (Chris Jasurek/Epoch Times)

Quelle motivation a bien pu pousser ces jeunes à tronquer leurs vacances d’été contre un tour cycliste à travers le pays ? Au 27e jour du périple, Epoch Times a rejoint Ride2Freedom à Kansas City pour le savoir.


Aila Verheijke, qui représente Hong Kong, est la cadette des coureurs. Elle a 11 ans. Originaire de Hong Kong, elle vit aujourd’hui à San Francisco.


Pour elle, ce raid " est une chance unique dans une vie " qu’elle ne veut manquer pour rien au monde. Elle estime "qu’informer le public et sauver cinq orphelins est une chose très importante ".


Pour Tanner Gao, 13 ans, ce voyage a une autre connotation, plus personnelle car ses parents ont été persécutés en Chine.


Il n’était pas encore né lorsque son père a été arrêté et incarcéré dans un camp de travail pendant deux ans. Lorsqu’il était âgé de 6 ans, c’était au tour de sa mère d’être arrêtée puis emmenée dans un camp de lavage de cerveau où elle est restée six mois. Sa famille est arrivée aux États-Unis pour fuir la persécution, a-t-il expliqué


" Ma mère m’a tellement manqué ! Je ne souhaite à personne de ressentir ce que j’ai ressenti", se souvient-il.


Tanner fait remarquer que les américains ont le droit de croire en ce qu’ils veulent et de jouir de la liberté, alors " qu’en Chine, la persécution est vraiment dure, les pratiquants ne font pourtant rien de mal, ils vivent sous le joug du Parti communiste ".


" Si je loupais cette occasion de sauver des orphelins, je me sentirais vraiment coupable ", confie-t-il.


Partis de Los Angeles, les coureurs sont en train de traverser les États-Unis et ils atteindront Washington DC au bout de leur 45ème jour de raid. Ils rejoindront ensuite New York pour s’exprimer auprès de l’ONU, selon le site Web de Ride2Freedom.


Le jeune groupe parcourt en moyenne 130 à 210 km par jour. Après une à deux heures de vélo, les cyclistes marquent une pause à tour de rôle pour se reposer et rejoindre leurs accompagnateurs dans les véhicules suiveurs.


Il convient de rappeler, comme le signale leur communiqué de presse, que ces jeunes coureurs n’ont aucune expérience cycliste professionnelle. Pourtant, ils n’ont pas rechigné à escalader des montagnes et à traverser des déserts. Ils ont donc dû affronter un certain nombre d’obstacles difficiles sur leur route.


Le plus dur ? C’était la chute, confie Ailia. Les blessures des coureurs étaient assez rouges et enflées. Les jambes de Tanner par exemple étaient couvertes de croûtes après sa chute.


Borong Tsai, ambassadeur de Ride2Freedom, vient de Singapour. Il était au rendez-vous du Country Club Plaza, Kansas City, Missouri, le 27 Juin, 2015. (Chris Jasurek/Epoch Times)

Pour Borong Tsai, originaire de Singapour, la traversée des Rocheuse est ce qui a été le plus difficile. " Je vis habituellement au niveau de la mer, or là nous étions à presque 2500 mètres d’altitude et j’ai failli m’évanouir", reconnaît Tsai.


Ils ont aussi connu quelques jours terriblement chauds et humides, avec un pic à 39°C dans le Kansas.


Mais ces enfants gardent leur esprit d’enfant. Ils se font des amis et s’amusent partout où ils vont.


Ce sont les parties de natation qui ont le plus marqué le collégien Tanner. Il raconte : " nous avons nagé dans le lac le plus limpide du Kansas. C’était une journée vraiment chaude et après avoir tant pédalé, nous avons pu nous jeter à l’eau. Quel bonheur ! ".


Faire la connaissance des autres cyclistes et camper ensemble, est ce qui a le plus marqué Aila.


D’habitude, Borong passe son temps libre à jouer de la musique et à dessiner, mais cet été, il a hâte de visiter " Chicago pour … les pizzas! ".


Le plus grand défi de cette expédition reste à venir. Le groupe va sélectionner quelques coureurs qui iront en Chine chercher les cinq enfants orphelins.


Vous pouvez suivre et encourager le tour Ride2Freedom sur leur site internet, sur la page Facebook R2F, sur la chaine télé NTD et sur Epoch Times.


Version anglaise :
Ride2Freedom: Children Small in Size, but Big in Heart

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.