Zhang Sanfeng : Le fondateur du Tai Chi

Depuis sa création au 12eme siècle, le Tai Chi est devenu une pratique pour le corps et l’esprit de plus en plus populaire dans le monde entier. Bien que de nombreuses personnes connaissent la pratique, beaucoup ignorent l’histoire de son fondateur, Zhang Sanfeng.


Zhang était un moine taoïste légendaire dont la vie a couvert les dynasties Song, Yuan et Ming. Selon l’Histoire de la dynastie Ming : Biographie de Zhang Sanfeng, il était de la ville de Yizhou, Liaodong, ou l'actuelle province de Dongbei, dans le nord de la Chine. Son prénom était Quanyi ; Sanfeng était le surnom sous lequel il était connu.


Zhang était un homme imposant de sept pieds de haut, avec une posture aussi rigide que celle d’une grue et des moustaches aussi dures que des fers de lance. Il était connu pour être débraillé et portait une robe taoïste toute l’année et par n'importe quel temps.


On disait qu’il avait été un vagabond, voyageant aux quatre coins de la Chine. La légende affirme qu’il pouvait parcourir près de trois cent cinquante miles en une journée.


En plus d’être le fondateur de la populaire pratique du Tai Chi, Zhang a aussi fondé la secte Wudang de l’école du Tao. En tant que moine ayant obtenu le Tao, il était très recherché pour sa sagesse par les empereurs de la dynastie Ming, et joua un rôle clé en popularisant le Taoïsme à travers la poésie.


Originellement, le Tai Chi était, selon Zhang une pratique à la fois pour le corps et l’esprit. Mais avec le temps, les gens ont commencé à adopter le Tai Chi pour ses bénéfices physiques et le Tai Chi a devenir de plus en plus un exercice physique.


Le temple taoïste où Zhang Sanfeng vécût et cultiva

Portrait de Zhang Sanfeng


Le Mont Wudang

Zhang devint très célèbre à l’époque de la dynastie Ming comme un moine taoïste hautement accompli, . Durant les deux siècles que dura la dynastie, presque chaque empereur envoya des émissaires le chercher afin d'avoir son avis sur la façon de gouverner. Trois empereurs l’ont proclamé une " personne véritable", une personne éveillée de l’école du Tao.

Cependant, Zhang voyageait d’un endroit à un autre et était difficile à trouver jusqu’à ce que finalement, il se fixe dans le Mont Wudang.


Après avoir visité tout les pics et les canyons du Mont Wudang, il déclara : " Dans le futur, cette montagne deviendra très célèbre."


Lorsque l’empereur Yongle, fils du premier empereur de la dynastie Ming, monta sur le trône, il était déterminé à trouver Zhang. Après quelques tentatives infructueuses, l’empereur envoya Hu Guang pour chercher Zhang avec une note très sincère qu’il avait écrite lui-même.


Zhang répondit à la lettre par un poème. Zhang savait exactement pourquoi l’empereur le cherchait—en tant que dirigeant de la Chine, l’empereur avait tout ce qu’il voulait. Alors que pouvait-il bien attendre de Zhang ? La réponse devait être la longévité.


Dans son poème, Zhang révéla à l’empereur Yongle le secret de la longévité : l’empereur devait calmer son esprit et abandonner ses désirs mondains. L’empereur Yongle était plus qu’heureux de suivre ce conseil.


En retour, l’empereur ordonna la construction de huit palais, deux temples taoïstes, trente-six couvents et soixante-douze temples rupestres sur le Mont Wudang. Il en fît aussi une montagne royale et la scella avec un sceau royal.


Tout comme Zhang l’avait prédit, le Mont Wudang est devenu très populaire et le Taoïsme a prospéré en Chine.


Le Taoisme popularisé

De nombreux écrits de Zhang, dont le Da Dao Lun, Xuan Ji Zhi Jiang et Xuan Yao Piao, sont devenus plus tard, très populaires auprès des Taoïstes.


Cependant, son œuvre la plus significative était Wu Gen Shu, une collection de vingt-quatre poèmes visant à inspirer les gens à débuter la cultivation. Dans ces poèmes, Zhang comparait la joie du monde humain à un arbre sans racines qui ne pouvait pas durer longtemps . Dans le but d’échapper à cette fâcheuse situation, disait Zhang, les gens doivent se cultiver.


Jusque là, la littérature du Taoïsme avait été très mystérieuse et obscure en termes de signification et de termes et n’était donc pas largement lue. Grâce au rythme accrocheur et à la forme simple de ses poèmes, Zhang a rendu le Taoïsme accessible à tout un chacun.


D’une croyance inaccessible, ses écrits ont fait du Taoïsme une pratique populaire suivie autant par les empereurs que par les roturiers.


Le Tai Chi—Une voie perdue pour cultiver le corps et l’esprit.

Outre le fait d'avoir des mouvements calmes et détendus et de trouver un équilibre entre la force et la flexibilité, le Tai Chi de Zhang insiste aussi sur la cultivation interne. Il est pratiqué pour l’auto-défense et pour prolonger la vie.


Ces dernières décennies, le Tai Chi a attiré des gens du monde entier. Chaque année, il y a de nombreuses compétitions internationales, tournois et performances à grande échelle dédiées au Tai Chi. Il a aussi été représenté dans de nombreux films et programmes TV.


Mais la pratique s’est éloignée des enseignements originaux de Zhang—elle est devenue un exercice physique qui n'est pas très efficace ni pour l’auto-défense ni pour la longévité.


En tant que véritable cultivation-pratique, le Tai Chi ne consiste pas seulement en mouvements; l’amélioration de l’esprit et du caractère moral est de loin plus important. Le Taoïsme prône d’avoir un esprit pur sans intentions. Sans cultiver l’esprit, les exercices de Tai Chi seuls ne sont pas suffisants pour améliorer le corps.


Quelques maitres bien connus de Tai Chi n'essaient même pas de se plier à ces exigences élémentaires de cultivation, et leurs esprits sont embrumés par les désirs mondains. Pour cette raison, peu importe combien leurs exercices sont diligents, ils ne trouveront pas le Tai Chi très efficace.


Avec le temps, certaines personnes ont créé différents styles de Tai Chi et tenté de devenir populaires en en changeant les mouvements. Mais le Tai Chi lui-même est très intriqué et ne peut être aisément changé. Ces dérivés du Tai Chi ont aussi entrainé l’érosion générale de son efficacité.


Le Tai Chi authentique que Zhang a enseigné a été perdu il y a longtemps. C’est une honte et une déception pour ceux qui veulent réellement cultiver.


Heureusement, il existe aujourd’hui une grande cultivation-pratique connue pour ses mouvements simples et son efficacité—Falun Dafa. Il s’est largement diffusé du fait de ses nombreux bénéfices et est pratiqué par plus de 100 millions de personnes dans le monde.


Ce ne sont peut-être pas les enseignements originaux de Zhang Sanfeng, mais l’esprit d’un corps et d’un esprit sain persiste dans cette pratique—un esprit avec lequel Zhang aurait été d’accord.


Version chinoise
太极祖师张三丰

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.