République tchèque : Les atrocités en Chine révélées lors du festival international célébrant la liberté face au totalitarisme

Du 23 février au 1er mars 2015 à Prague, les citoyens tchèques ont une fois de plus célébré la liberté lors du 9e festival annuel international Mene Tekel contre le totalitarisme.


L'Art de Zhen Shan Ren, un ensemble d'œuvres réalisées par les pratiquants de Falun Gong, figurait parmi les nombreuses expositions présentées à cette occasion. Les peintures décrivent le monde intérieur paisible de la pratique de méditation Falun Gong, ainsi que la tragédie humaine extérieure de l'actuelle persécution de la pratique en Chine.


La cérémonie d'ouverture comptait parmi les invités David Kilgour, ancien secrétaire d'état canadien pour l'Asie-Pacifique, et Ethan Gutmann, un journaliste d'investigation et auteur du livre The Slaughter, traitant du meurtre des pratiquants de Falun Gong et d'autres prisonniers d'opinion pour leurs organes .


Ethan Gutmann (G) et David Kilgour (D) sont interviewés par la Tribune médicale.

David Kilgour rencontre le ministre tchèque de la culture Daniel Hermann.

Participant également au vernissage de l’exposition se trouvaient le ministre tchèque de la Culture, le maire de Prague, l'Ambassadeur de la Lituanie, l'ambassadeur de l'Estonie, et le président du Conseil œcuménique tchèque des Églises.


M. Kilgour et M. Gutmann ont parlé et répondu aux questions lors d'une discussion après une projection spéciale pendant le festival , du film "Free China: le courage de croire." Le film a suscité un tel intérêt que la discussion s'est prolongée en dehors du temps prévu dans la programmation.

Le film raconte l'histoire d'une mère et ancien membre du Parti communiste, Jennifer Zeng, qui a été emprisonnée et soumise au travail forcé ainsi qu'à d'autres moyens de tortures physiques et mentales en Chine, simplement pour sa croyance en Falun Gong et ses principes de Vérité, Compassion et Tolérance.


Rencontre avec les médias tchèques

Gutmann et Kilgour ont parlé lors d'une conférence de presse autour de la question du prélèvement forcé d'organes en Chine, et tout au long de leur visite à Prague, ils ont été interviewés par divers médias locaux, y compris la Radio tchèque et la Télévision tchèque.

David Kilgour à la Télévision tchèque, la principale chaîne de télévision en République tchèque

Les deux enquêteurs sur le prélèvement d'organes cherchaient à faire progresser la République tchèque vers une interdiction du tourisme d'organes et un boycottage des professionnels médicaux chinois pour leur implication dans ce crime odieux. Ils ont rencontré des représentants d'organismes médicaux professionnels ainsi que des représentants du gouvernement pour discuter de la question.


Rencontre avec le député Karel Schwarzenberg

(de G à D) David Kilgour, l’interprète Jana Skovajsova, Karel Schwarzenberg, et David Gutmann dans le bureau du politicien tchèque

Le 23 février, M. Gutmann et M. Kilgour ont rendu visite au député tchèque Karel Schwarzenberg, un éminent homme politique et ex candidat à la présidentielle.


Schwarzenberg, duc de Krumlov, est issu d'une famille aristocratique, et vivait en exil lorsque la Tchécoslovaquie était sous le règne du régime communiste. Après la Révolution de Velours en 1989, il est revenu à Prague pour devenir un conseiller de l'ancien président tchèque Vaclav Havel.


Il a été ministre des Affaires étrangères de 2010 à 2013, et est actuellement député et chef du Parti TOP09.


Schwarzenberg a toujours été un ardent opposant aux violations des droits humains commises par les régimes totalitaires. Après une entrevue avec Kilgour et Gutmann et après avoir examiné leurs recherches, il a publié une déclaration exprimant son point de vue au sujet de la persécution du Falun Gong en Chine, critiquant les politiciens qui restent silencieux sur ces questions.


Il a écrit: "C'est une grave erreur que les politiciens d'Europe se rendent en Chine et ne parlent pas des droits de l'homme, déclarant même qu'ils n'interfèreront pas avec les affaires internes de la Chine, ce qui est interprété par les Chinois (le gouvernement) comme un abandon du droit à parler des droits de l'homme. C'est un acte d'abandon du peuple chinois, qui sont ceux qui souffrent le plus, depuis de nombreuses décennies. C'est un acte qui tend à les laisser délibérément sans espoir."


Constatant que l'expansion économique de la Chine détourne souvent l'attention du monde de la réalité plus sombre, il a souligné: "Sous cette grande façade se dissimule aussi un visage cachéde la Chine, comme l'indique le journaliste Ethan Gutmann dans son livre très soigneusement étudié sur l'obtention et la vente d'organes humains, une grosse entreprise développée par l'Etat (chinois) au détriment des personnes exécutées. Si seulement un quart de tout cela était vrai, ce serait déjà un crime effroyable."


Version anglaise
Czech Republic: Atrocities in China Exposed During International Festival Celebrating Freedom

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.