Des membres du Parlement européen expriment leur soutien aux pratiquants de Falun Gong dans l’affaire de droits humains du Heilongjiang

Plus d’une vingtaine de Membres du Parlement européen (MEP) ont envoyé le 3 février une lettre commune à l’Ambassadeur chinois en Allemagne, aux tribunaux de la province du Heilongjiang et au "Bureau 610" provincial, demandant la libération immédiate des quatre pratiquants de Falun Gong arrêtés en mars 2014.


La lettre condamnait également les actes illégaux des tribunaux et des services de police locaux et demandait aux autorités provinciales d’invalider le verdict du procès illégal. La dernière audience a eu le 8 janvier 2015. Le verdict n’a pas été rendu public.


Les quatre pratiquants ont été arrêtés avec quatre avocats des droits, réunis dans un hôtel à Jiansanjiang, dans le Heilongjiang, afin de discuter des moyens de secourir les autres pratiquants détenus au Centre de lavage de cerveau de Qinglongshan, officiellement connu comme le "Centre d’éducation juridique de la Ferme de Jiansanjiang." Les avocats ont tous été relâchés à la mi-avril, mais les quatre pratiquants demeurent encore détenus.


Outre prendre l’initiative de l’effort de lettre commune, le député européen Klaus Buchner a également ouvertement condamné la persécution sur sa page Facebook, le 5 février :


“Les plus de 15 ans de persécution du Falun Gong, et le prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant par le Parti communiste chinois a non seulement violé la liberté de croyance, la liberté d’avoir sa propre opinion, et autres droits fondamentaux protégés par la Constitution chinoise, mais aussi les conventions que la Chine a signées, par exemple la Convention des Nations Unies contre la Torture."


C’était la seconde fois que M. Buchner exprimait son soutien au Falun Gong à la suite de sa précédente mise en ligne sur Facebook le 7 janvier 2015. M. Buchner poursuivait dans son message en ligne de Février :

“Afin de mettre fin à ce crime contre l’humanité basé sur l’Article 7 du Statut de Rome de la Cour pénale internationale, le génocide à l’encontre des pratiquants de Falun gong basé sur l’Article 6 du Statut de Rome de la Cour pénale internationale, une résolution contre le prélèvement d’organes en Chine a été passée le 12 décembre 2013 à Strasbourg ; "


"La résolution demande au Parti communiste chinois de libérer immédiatement tous les prisonniers du Falun Gong emprisonnés et d’immédiatement mettre fin au prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong, d’ autre prisonniers politiques non violents, et des membres de minorités ethniques et religieuses."

Capture d’écran de la page Facebook de M. Klaus Buchner, Membre du Parlement européen.

La lettre commune du 3 février a été envoyée à l’Ambassadeur Shi Mingde de l’Ambassade chinoise en Allemagne ; à Zhang Dejiang, Président du Congrès du Peuple du Parti communiste chinois (PCC); Zhou Qiang, Chef de la Cour suprême ; Wang Xiankui, Secrétaire du Comité provincial du Heilongjiang; Gu Songhai, Directeur du Bureau 610 de la province du Heilongjiang ; Zhang Shuyuan, Chef de la Haute Cour de la province du Heilongjiang; et à Fu Wen, Chef de la Cour de récupération du sol de Jiangsanjiang.


Une liste de requêtes plus détaillées est comme suit :

1. Immédiatement relâcher les quatre pratiquants de Falun Gong Shi Mengwen, Wang Yanxin, Li Guifang, et Meng Fanli, qui ont été détenus depuis l’arrestation de Mars 2014.
2. Garantir la liberté et la sécurité des quatre pratiquants de Falun Gong, de leurs membres de famille, et des avocats de la défense.;
3. Ne pas révoquer la licence des avocats de la défense;
4. Libérer immédiatement tous les pratiquants de Falun Gong emprisonnés dans la province du Heilongjiang;
5. Annuler la décision de la Cour de récupération du sol après le procès illégal de janvier.
6. Investiguer les actions illégales de la Cour de récupération du sol de Jiansanjiang, du Parquet de récupération du sol de Jiansanjiang, et du Bureau de la Sécurité publique de Jiansanjiang.


Concernant le procès illégal des quatre pratiquants de Falun Gong par la Cour de récupération du sol de Jiansanjiang, M. Buchner a communiqué avec l’Ambassadeur Yang Yanyi de la Mission chinoise auprès de l’UE le 8 janvier 2015. Il a également exprimé sa protestation au régime communiste sur sa page Facebook.


Il a écrit dans un essai "Focus sur la Chine" : "Les pratiquants de Falun Gong sont persécutés et détenus en raison de leurs croyances. Même leurs avocats de la défense ont été arrêtés ou torturés. La liberté de croyance prévue dans la Constitution de la République populaire de Chine doit être garantie à ces croyants."


S’agissant de la propagande de haine et de l’assassinat des pratiquants pour leurs organes par le Parti communiste chinois, M. Buchner a souligné que cette propagande pave la voie à la persécution du Falun Gong par le régime ; c’est un des moyens les plus pervers utilisés par les régimes totalitaires et autoritaires. La répression s’applique à quantité de gens, même à une religion ou une population toute entière du pays. " les pays européens doivent agir " a-t-il dit.


Ayant été témoin du génocide nazi contre les Juifs, M. Buchner a exprimé que le but du régime communiste chinois est d’abolir la croyance spirituelle et la liberté des gens en contrôlant étroitement leurs esprits. Le régime n’autorise pas les gens à avoir une vie spirituelle susceptible de leur apporter la liberté et des relations harmonieuses.


M. Buchner a déclaré “Nous Européens, sommes vraiment préoccupés par de telles situations et protestons contre de tels actes. Nous disons aussi aux autorités là-bas que nous ne souhaitons pas voir de telles choses se produire car cela peut réellement affecter nos relations. "


Il a aussi indiqué que lui et d’autres Membres du Parlement européen vont suivre le développement de cette affaire, continuer à secourir les pratiquants de Falun Gong impliqués, et soutenir leurs avocats de la défense.


Retour arrière sur l'affaire des droits de l'homme du Heilongjiang

L'affaire de mars est concentrée sur le centre de lavage de cerveau de Qinglongshan. Selon Wang Quanzhang, il y a des centaines de prisons noires semblables ou de centres de détention extrajudiciaires en Chine. De telles installations opèrent profil bas depuis des années et ont effectivement remplacé les camps de travaux forcés qui ont été officiellement fermés en 2013.


Les quatre avocats des droits de l'homme, les pratiquants de Falun Gong détenus dans le centre de lavage de cerveau du Qinglongshan et les membres de famille des pratiquants se sont rendus au centre de lavage de cerveau le 20 mars 2014. On leur a refusé l'entrée, ils ont fait appel, près de l'entrée, pour que les pratiquants détenus soient libérés.


Le lendemain, les avocats et sept pratiquants ont été arrêtés lors d'une rencontre dans un hôtel local. Quatre des sept pratiquants sont détenus depuis.


Les avocats ont été torturés en détention : la police a battu l'avocat Me Tang Jitian et les autres avocats. Les quatre avocats ont eu en tout 24 côtes de fracturées. Trois pratiquants de Falun Gong ont été torturés jusqu'au seuil de la mort.


Me Wang Yu, Me Zhang Weiyu et six autres avocats représentaient les quatre pratiquants depuis environ un an. Ils ont rencontré harcèlements et interférences alors qu'ils essayaient d'exercer leurs devoirs de conseil en tant qu'avocats de la défense.

Les quatre pratiquants de Falun Gong arrêtés en mars sont toujours détenus et ont été récemment jugés.

Les huit avocats ont protesté contre les procès à huis clos et déposé des plaintes devant la Haute cour du Heilongjiang, le Parquet provincial, le Parquet de la branche de récupération du sol et l'Assemblée nationale populaire de la province du Heilongjiang.


Les avocats Me Wang Yu et Me Zhang Weiyu protestent devant la Cour de récupération du sol de Jiansanjiang pour leur droit de défendre les pratiquants de Falun Gong.

Jusqu'à présent, plus de 60 avocats en Chine ont rejoint le groupe de soutien judiciaire de Jiansanjiang, qui fournit de l'aide juridique aux avocats et aux représentants des familles. Le groupe demande la fin des procès illégaux et la révocation du jugement de la Cour de récupération du sol.


Quatre des membres de famille des pratiquants et les avocats Me Gong Xiangdong et Me Zhang Weiyu ont essayé de rendre visite aux quatre pratiquants au centre de détention de Jiansanjiang le 28 janvier 2015, mais leur demande a été refusée. Au lieu de cela, ils ont été battus et insultés par des policiers dirigés par le directeur du centre de détention.


Version en anglais
EU Parliament Members Voice Support for Falun Gong Practitioners in Heilongjiang Human Rights Case

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.