M. Cheng Fengxiang, connu pour avoir intercepté un réseau TV pour diffuser les faits de la persécution, disparu depuis 2005

Les pratiquants de la Province du Hebei ont intercepté un réseau de TV local à Xingtai et Shahe afin de diffuser des programmes de clarification des faits le 19 janvier 2004; La diffusion a duré deux heures et réussi à révéler les mensonges du Parti communiste chinois (PCC) à propos du Falun Gong.


Des dizaines de milliers de personnes à Xingtai et Shahe ont regardé les programmes. Ils ont été choqués d'apprendre que les pratiquants de Falun Gong étaient victimes des machinations du PCC pour les accuser de crimes et brutalement persécutés. Encore bien plus ont appris les faits par le bouche à oreille de ceux qui avaient regardé la diffusion de deux heures.


Se sentant menacés et fous de rage, les responsables du PCC ont fait pression sur la police locale pour qu'ils arrêtent les pratiquants impliqués aussi rapidement que possible. Suite à quoi, le pratiquant Gai Xinzhong a été capturé et est décédé par la suite d'un gavage brutal.


Les autres pratiquants- --Zhang Caixia, Cheng Fengxiang, Tang Hui, Wang Shengbiao, Li Yueran, et Gong Shuangqin--ont été illégalement condamnés à la prison . Parmi les pratiquants arrêtés, M. Cheng Fengxiang (程凤翔) était connu pour avoir été torturé d'au moins onze façons différentes. On n'a plus rien su de lui ces neuf dernières années.


M. Cheng Fengxiang


Méthodes de Torture endurées par M. Cheng

Plusieurs policiers, accompagnant Chen Jushan de la Brigade de Sécurité nationale du canton de Yongnian et le chef du " Bureau 610 " de Handan, ont attrapé M. Cheng Fengxian le soir du 28 janvier 2004 et l'ont emmené au poste de police locale.


M. Cheng avait alors 1000 yuans sur lui. Le chef du poste de police, Wang Baoshi, lui a arraché les espèces et les a fourrées dans sa propre poche devant tout le monde. Il a dit en ricanant à M. Cheng : "je suis le chef de ce poste de police, Wang Baoshi. Nous ne sommes tenus de nous soumettre à aucune loi en ayant affaire au Falun Gong. Poursuivez-moi si vous voulez."


M. Cheng a été torturé dans le sous-sol de la Division d'investigation criminelle N°1 des services de polices du canton de Yongnian dans l'agglomération de Handan, province du Hebei, par les méthodes décrites ci-dessous.


Le chef Yang Qingshe's (杨庆社) a d'abord essayé de forcer M. Cheng à révéler où se trouvait l'équipement utilisé pour intercepter le réseau TV en lui enfonçant des pointes de bambou sous les ongles


Illustraion de torture : Enfoncer des pointes de bambou sous les ongles .

Le Chef-adjoint Liu Boying (刘伯英) a alors battu M. Cheng avec des lattes de bois jusqu'à ce qu'elles se cassent . M. Cheng a perdu connaissance plusieurs fois et a contracté d'extrêmes blessures à l'aine. .


L'agent de police Wang Ailin (王爱林) a couvert le visage de M. Cheng avec un sac plastique, puis il l'a suspendu par ses poignets et l'a frappé.


Illustration de torture: Suspendu par les menottes .

L'agent de police Xu Zhaoliang (徐兆良) a donné à répétition des coups de pieds dans le torse de M. Cheng, lui cassant ses onze côtes du côté droit. M. Cheng n'a reçu aucun traitement pour ses côtes cassées pendant une période de temps prolongée.


Xu a alors attaché M. Cheng sur le dispositif de torture de la chaise de fer, l'empêchant de bouger pensant sept à huit jours. Il a alors tenu une latte de bois contre les tibias de M. Cheng, et ordonné à deux personnes de monter dessus, et de la faire aller et venir.


Les mains de M. Cheng sont restés handicapées à vie en raison du froid prolongé.


Dispositif de torture: La chaise de fer


M. Cheng a été empêché de dormir pendant 14 jours et on lui a enfoncé des médicaments endommageant les nerfs dans la gorge.


Echapper au contrôle des médias en Chine

Certaines personnes ne comprennent pas pourquoi les pratiquants ont intercepté les réseaux TV pour diffuser une information clarifiant les faits. Pourquoi l'ont ils fait ? Pour qui l'ont ils fait ? Comme nous le savons tous, dans un pays libre, les médias ne sont pas contrôlés par le gouvernement. Leur responsabilité est de surveiller le gouvernement, d'offrir une couverture objective, et de dénoncer les méfaits commis par les responsables du gouvernement. Jusqu'à un certain point; les médias aident à protéger les droits des gens.


Mais les médias en Chine sont sous le contrôle absolu du PCC, et leur seul but est de servir le PCC, lequel alimente sans cesse de sa propagande les citoyens chinois afin de maintenir son contrôle.


Tous les médias en Chine, Télévisions, radios et presse écrite, ont joué un rôle dans la propagation des mensonges du PCC concernant le Falun Gong depuis le début de la persécution en juillet 1999.


Par exemple, le 23 janvier 2001, le PCC a mis en scène une manifestation d'auto-immolation sur la Place Tiananmen, impliquant à tort les pratiquants de Falun Gong, et a utilisé ses propres médias pour rapporter l'incident. Des millions de personnes ont été trompées par ces mensonges, qui ont attisé leur haine à l'égard du Falun Gong.


Outre distribuer des dépliants et parler à leurs amis et leurs familles, les pratiquants en Chine se sont aussi tournés vers l'interception de câbles de programmation afin de permettre au public d'apprendre les faits concernant la persécution. C'était un effort pour protéger le droit de la population chinoise à savoir.


Version anglaise :
Mr. Cheng Fengxiang, Known for Tapping into a TV Network to Broadcast Persecution Facts, Missing Since 2005

Version chinoise

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.