Un rayon de lumière dans une nuit noire

Je cultive dans le Falun Dafa depuis plus d’une dizaine d’années. Avec la protection compatissante de Maître, J’ai vécu de nombreuses choses stupéfiantes qui ont renforcé ma confiance dans la cultivation. J’aimerais ici partager certaines d’entre elles.


Un rayon de lumière

Après la publication des Neuf Commentaires sur le Parti Communiste, des compagnons de pratique et moi avons distribué le livre pour aider les gens à voir la nature perverse du Parti communiste chinois (PCC) et établir une fondation pour leur salut.


Vers la fin de l’année alors que tout le monde se préparait pour les vacances, trois pratiquants et moi sommes allés dans un village retiré pour déployer des banderoles de Dafa et distribuer les Neuf Commentaires. Etant la plus jeune de tous, je suis allée en éclaireur. Après avoir achevé ma mission, j’ai réalisé que je m’étais perdue. J’étais debout dans la neige épaisse et dans l’obscurité.


Debout là seule, je tremblais un peu intérieurement et j'ai demandé au Maître : " où devrais-je aller? " Immédiatement, j’ai vu un rayon de lumière ! Une rue éclairée est apparue sur ma gauche, et il y avait une dizaine de personnes marchant sur la route ! Deux ou trois enfants jouaient à se pourchasser, et leurs parents les appelaient pour qu’ils rentrent à la maison. Trois femmes marchaient dans la rue, et un jeune couple était en train de discuter. J’ai réalisé que le Maître m'indiquait le chemin pour sortir de là. J’ai vu un petit fossé sous la lumière, je l’ai enjambé et me suis retrouvée dans la rue.


La scène de rue animée a soudainement disparu. J’ai découvert que je me tenais debout dans la rue principale du village. Le véhicule dans lequel nous étions venus était juste là, avec ses clignotants allumés. Après être montée dans la voiture, j’ai partagé avec eux mon expérience, tout le monde a été profondément reconnaissant pour la miséricorde de Maître.


Un monde totalement différent en l’espace de cinq minutes

Une jeune collègue, qui est une parente du directeur général, a été admise au conseil de mon entreprise. Elle se comportait de façon inappropriée et me donnait souvent du fil à retordre. J’essayais de mon mieux de l’ignorer et me disais à moi-même que je lui devais certainement quelque chose du passé, et qu’elle était là pour m’aider à me débarrasser de mes attachements.


Un après-midi, elle m’a blâmée devant un groupe de collègues pour quelque chose que je n’avais pas fait. Je n’ai pas argumenté et suis allée dans mon bureau. À ce point, j’étais presque en pleurs, pensant qu’il n’était vraiment pas facile de cultiver.


J’ai vu mes attachements à la mentalité de compétition, la réputation et à ne pas vouloir être critiquée. J’ai pensé que je devais rectifier ces choses puisque je cultive, et ne pas dépendre des autres pour me les montrer à travers leur mauvais comportements. En réalisant cela, je me suis sentie mal qu'elle ait eu à faire ces mauvaises choses pour m'aider à m’éveiller à mes attachements.


À ce moment, la jeune collègue est entrée dans mon bureau et a dit joyeusement : " J’ai des oranges et des biscuits pour toi." Je lui ai dit que je ne les voulais pas. Elle les a placés dans ma main, avec un grand sourire comme si rien ne s’était passé.


Quel monde de différence ! Elle m’a plus tard demandée de l’aider, elle et son petit ami, à démissionner du PCC après que je leur ai parlé du Falun Gong et de la persécution par le PCC.


Un moment critique de vie et de mort

Cet épisode s’est passé peu de temps après que le site web de Minghui a publié un article en rapport avec le fait de se débarrasser des marques et symboles du PCC. Mon mari est un secrétaire du Parti, donc il y a dans notre maison une grande quantité de livres et de magazines relatifs au PCC.


Une fois, mon mari était en voyage d’affaires, j’ai fait un nettoyage complet. J’ai tout d’abord ramassé tous les magazines du PCC, lesquels ont rempli une grande boîte et deux grands sacs. J’ai descendu la boîte, et en remontant les escaliers pour prendre les sacs, tout à coup je ne pouvais plus respirer. J’avais de l'écume au coin de la bouche, sans pouvoir du tout inspirer d'air.


J’ai réalisé que les facteurs pervers du PCC dans les autres dimensions agissaient à mon encontre puisque je débarrassais ma maison de leurs documents. J’ai pensé en moi-même que je suis une pratiquante de Dafa de la période de la rectification de Fa. Je suis une disciple de Maître Li Hongzhi, alors qui ose me toucher ?


Je me suis souvenue de ce que le Maître nous dit dans Zhuan Falun:

" […] En Inde, beaucoup de maîtres de yoga peuvent rester assis sous l’eau ou être enterrés pendant des jours et des jours, ils peuvent se mettre dans un état d’immobilité parfaite et même maîtriser les battements de leur cœur. […] »


J’ai pensé que j’irais bien même si j'étais incapable de respirer, et j'ai commencé à émettre la pensée droite pour éliminer tous les êtres et facteurs pervers qui étaient en train de me persécuter. J’ai demandé au Maître de me raffermir et de me sauver.


J’ai émis la pensée droite, même alors que j'écumais de la bouche et bavais. J’ai écouté une conférence du Maître enregistrée sur mon portable, et finalement je me suis endormie. Quand je me suis réveillée un peu plus tard, je me sentais parfaitement bien. Mon corps était léger et énergique, j’ai donc continué mon nettoyage jusqu’à ce que tous les documents appartenant au PCC soient sortis de ma maison.


Ma reconnaissance envers le Maître est au-delà de toute mesure. Je suis très chanceuse d’être une pratiquante de Dafa, sous la constante protection et les soins du Maître. Compagnons de pratique, essayons de faire de notre mieux, laissons tomber nos peurs, continuons d’avancer quelques soient les difficultés que nous rencontrons, et accomplissons bien nos serments—Maître est juste à nos côtés !

Version anglaise :

A Beacon of Light in a Dark Night

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.