Comment j’ai appris à coopérer inconditionnellement

Je fais partie d’une équipe de traductions pour le site web Minghui. J’ai réalisé que si chacun d’entre nous réussissait à achever ses tâches à temps, alors le temps passé sur le projet serait plus productif, et en retour, produirait de meilleurs résultats.

Je me considère moi-même comme le premier maillon d’une chaîne, et endosse une partie des responsabilités de l’équipe. Ceci me motive à travailler dur et à persévérer dans le fait de rendre les tâches qui me sont assignées à temps.


On m’a récemment demandé de traduire neuf pages d’un texte juridique. Je n’ai pas trouvé le contenu intéressant, et l’ai trouvé difficile à comprendre. Habituellement, peu m’importe les articles qui me sont assignés, mais cette fois-ci j’ai eu diverses pensées négatives.


Parce que je trouvais le document difficile à comprendre, ma vitesse de traduction était très lente. Je ne pouvais pas non plus me calmer. Je croyais que c’était trop de temps gaspillé, et que mon temps pourrait être mieux utilisé à quelque chose d’autre.


J’ai demandé : " Qui le lira ? " J’ai même essayé de suggérer au coordinateur qu’il serait suffisant de seulement traduire le préambule de la première page, puis de mettre une note pour le contenu restant "Le texte complet en Anglais est disponible ici", et d’ajouter un hyperlien.


Après avoir suggéré cette approche, j’ai réalisé que je recherchais le confort et la facilité. Parce que je poursuivais le confort je cherchais des excuses pour ne pas traduire l’article en entier.


Quand on m’a dit qu’un pratiquant qui est familier avec les termes juridique allait corriger l’article que je traduisais, une pensée négative m’est immédiatement venue à l’esprit :" il n’est pas nécessaire d’être aussi minutieux dans ma traduction, puisque quelqu’un de plus qualifié que moi en fera la relecture."


Je me suis immédiatement souvenu que le Maître a dit que nous devions bien accomplir nos tâches. Donc, je savais que je ne devais pas faire endosser aux autres mes responsabilités. Mes pensées n’étaient pas en accord avec le Fa, et j’ai réalisé que je devais coopérer inconditionnellement.


Je me suis résolu à continuer mon travail de traduction sans autre plainte. Quand j’ai pris ma décision de ne pas rechercher le confort et la facilité, je me suis calmée et ai continué mon travail.


Maître dit :
"Appliquer sans condition, vous avez compris ce que je dis ? Dans de nombreux moments, lorsque vous discutez sans fin sur un problème, si lui donne son avis, alors vous n’avez qu’à faire ainsi. Voire même pour beaucoup de choses il n’a pas besoin de discuter avec vous tous, il vous assignera directement les tâches à faire. Pourquoi cela ? Auparavant pour beaucoup de choses lorsque vous discutiez sans fin, je n’ai pas donné mon avis, c’est parce que je voulais que vous soyez forgés pour avoir votre propre réflexion, pour réussir à créer votre propre chemin. Mais maintenant le temps réservé à cela a été suffisamment long, tout ce que vous deviez avoir vous l'avez, alors cet état doit maintenant aussi devenir du passé." ("Avancer encore plus diligemment")


Ceci m’a aidé à voir clairement les exigences du Maître de coopérer "inconditionnellement". Cela ne veut pas dire que nous devons obéir aveuglément aux ordres; mais c’est pour enlever notre égoïsme.


J’ai eu tellement de difficultés à surmonter mon égoïsme. Sans tenir compte des excuses que j’utilisais, il était en fin de compte enraciné dans ma recherche du confort et de la facilité.


Je me suis toujours demandé pourquoi j’étais capable de persévérer tous les jours dans la traduction des articles, mais que je n’avais pas la même persévérance pour faire les exercices au quotidien. Pourquoi étais-je capable d’être diligent pour l’un et pas pour l’autre ?


Si je suis capable de persévérer dans un travail de traduction, je devrais être capable de faire de même pour la pratique des exercices. C’est mon sens de la responsabilité vis-à-vis des pratiquants de l’équipe Minghui qui m’a aidée à surmonter le désir de rechercher le confort encore et encore.


Les pratiquants de la ville où j’habite ont commencé à mettre en place trois à quatre fois par semaine un groupe de pratique, pour répondre aux besoins de ceux qui veulent apprendre les exercices. Nous pratiquons les quatre premières séries d’exercices dans le parc. C’était pour moi l’opportunité de devenir plus diligent dans la pratique, et donc j’y ai participé. Avec l’aide des pratiquants j’ai finalement été capable de persévérer dans la pratique des exercices.


Version anglaise :

How I Learned to Cooperate Unconditionally

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.