Selon experts et témoins le prélèvement forcé d'organes reste une réalité en Chine

Selon des experts de la Chine et les pratiquants de Falun Gong, le Parti communiste chinois (PCC) continue à cibler des pratiquants de Falun Gong comme donneurs involontaires d'organes.


Leur point de vue, énoncé lors du Congrès international de transplantation 2014 à San Francisco, a été repris par le Comité de la Chambre des affaires étrangères des Etat-unis. Le 30 juillet, le comité préparait une résolution (H. Res. 281) condamnant ce crime pour un vote général, dernière étape avant qu'elle ne devienne officielle.

Les pratiquants de Falun Gong racontent leur expérience personnelle de prises de sang et d’examens physiques suspects lors de leur incarcération sous la persécution en Chine. Leurs expériences aident à relier le récent boom des transplantations d'organes en Chine et une vaste banque d'organes vivants de pratiquants emprisonnés.


Plusieurs pratiquants de Falun Gong dans la Baie de San Francisco ont des expériences de première main des tests sanguins et examens physiques auxquels les pratiquants sont soumis dans les prisons chinoises, les centres de détention et les camps de travail.


Li Jie s’est souvenue avoir été forcée de se soumettre à des examens physiques pour la fonction cardiaque et la pression artérielle au cours de sa détention au centre de détention de Xicheng à Pékin en 2000. Avant d’être transférée en prison, elle a également été soumise à des examens plus complets de son cœur et de ses poumons, y compris dû soumettre un échantillon d'urine et un test sanguin.


“Ils tiraient 200 cc de sang en une fois en prison en 2003,” a-t-elle ajouté.


“ Organes au détail" : les détenus du Falun Gong sont ciblés pour leurs organes (Gracieuseté de M. He Mai, MD, directeur adjoint de Docteur contre le prélèvement forcé d'organes et professeur adjoint à la Faculté de Médecine Alpert de l'Université Brown)

Yolanda, arrivée de Chine dans la région de la baie voici peu, a été incarcérée dans des centres de détention chinois entre 2011 et 2013. Elle a été forcée à subir trois examens physiques pendant sa détention. Ces examens comprenaient un examen des poumons et des tests sanguins. Beaucoup d'autres pratiquants dans le même camp ont été soumis à des examens similaires.


Les examens étaient effectués dans les hôpitaux et dans des véhicules médicaux mobiles. Pourtant, étrangement, Yolanda a été torturée en détention au cours de la même période . " C’était étrange à faire peur lors des examens physiques,"a-t-elle dit.


"Tous les trois mois, le camp de travail Tuanhe organisait une prise de sang pour les pratiquants de Falun Gong. Mais ils étaient seuls à avoir un tel " privilège ". Les personnes non-Falun Gong n'ont pas à subir d'examens de sang ", a déclaré M. Bu Dongwei, ancien coordinateur de projet au bureau de la Fondation Asie de Pékin et objet d’une campagne mondiale de lettres d'Amnesty International.


Aucun de ces pratiquants n’a reçu de résultats des tests.


David Matas, éminent avocat des droits de l'homme internationaux et expert sur la question du prélèvement forcé d'organes, a questionné : pourquoi des médecins chinois ont- ils été autorisés à prendre part à la conférence de transplantation ?


Il a exigé que les médecins chinois ayant été profondément impliqués dans les abus de prélèvement d’organes soient expulsés de la conférence internationale. Il a appelé davantage de professionnels de la santé et de participants à la conférence à aider à mettre fin au prélèvement forcé d'organes en Chine.


Il y a un poster de présentation permanent dans le hall d'exposition pendant le Congrès. À la fin de la journée, les présentateurs sont disponibles pour une session d’une heure de Q&R. Le poster "Sources des organes destinés à la transplantation en Chine" de M. Matas a été désigné comme un "Poster de distinction" et le comité de planification de la conférence a recommandé aux participants de faire de sa lecture une priorité .


Le célèbre avocat international des droits de l'homme David Matas questionne le fait que des médecins chinois aient réussi à obtenir des visas pour participer au Congrès mondial de transplantation à San Francisco


Lors d'un forum le 29 juillet, le journaliste Ethan Gutmann a déclaré que le prélèvement d'organes en Chine continue. Selon lui, le nombre est en augmentation. Il a également fait la promotion de son nouveau livre The Slaughter, une enquête approfondie sur les atrocités de prélèvement d’organes de la Chine, lors de la conférence.


M. Gutmann a passé cinq ans à interviewer un grand nombre de pratiquants de Falun Gong, des professionnels médicaux chinois et des représentants des forces de l'ordre. Il a recueilli un grand nombre de preuves indiquant que le prélèvement d'organes de prisonniers de conscience, en particulier les pratiquants de Falun Gong, est bien une réalité en Chine.


M. Gutmann a également mentionné le récent rapport de Minghui à propos de pratiquants en Chine soumis à des prises de sang forcées, ou leurs parents à leur place, si le sang des pratiquants n'a pu être obtenu. Il l'a qualifié de "développement véritablement alarmant."


L’expert de la Chine et journaliste Ethan Gutmann déclare que le prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong a toujours lieu en Chine.


Wang Haibo, directeur du Centre de recherche sur le système de réponse à la transplantation d'organes en Chine, du Ministère de la Santé et membre du comité national de donation d’organes et du comité des greffes d'organes de la Chine, ne s'est pas présenté pour son discours prévu à la conférence.


Les pratiquants de Falun Gong tiennent des activités à l’extérieur du Congrès international de transplantation 2014, informant les professionnels médicaux à propos du prélèvement forcé d'organes en Chine et demandant leur aide pour mettre fin à ce crime.


Version anglaise :
Forced Organ Harvesting Still Happening in China, Say Experts and Witnesses

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.