Changer ses notions humaines pour vaincre le cancer

Il y a deux mois de cela, j’ai soudain ressenti une violente douleur sous l’une de mes aisselles. J’ai été à maintes reprises réveillé par la douleur la nuit. La douleur m’a aussi engourdi le bras et les doigts. Ma mère était morte d’un cancer et j’avais les mêmes symptômes que ma mère avait connus juste avant sa mort. La douleur était si terrible qu’elle me fit réaliser pourquoi les gens utilisaient l’expression : " être torturé par la maladie " pour décrire la souffrance produite par une telle douleur. Je savais que cela devait être terrible d’éprouver des douleurs physiques ; cependant, je n’avais jamais personnellement éprouvé de telles douleurs auparavant. Maintenant je comprenais combien c’était douloureux. Comprendre une chose et l’éprouver réellement sont deux choses différentes. On peut comprendre de quoi les livres parlent mais savoir si oui ou non on est véritablement éveillé aux principes appris dans les livres est une toute autre histoire.


Quand la douleur m'a fait sortir de mon sommeil, j'ai pressé mon oreiller contre l’endroit d'où la douleur était partie. Je respirais à peine. Mes larmes se sont mises à couler et mon nez à dégouliner. J’ai commencé à me poser des questions : "Qu’est-ce-qui m’arrive , ? Suis-je un pratiquant de Dafa ? Les autres guérissent de leurs maladies une fois qu’ils ont pratiqué Falun Dafa. Moi, cela fait plus de dix ans maintenant que je pratique le Falun Dafa. Comment est-ce-possible d’avoir ce problème maintenant ? Quelle est la cause profonde de ce problème ? Mon esprit est devenu très clair. Pourrais-je avoir hérité du même cancer que ma mère ? Cela pourrait être le cas car les symptômes concordaient : toutefois, je ne devrais utiliser aucune notion humaine pour traiter ce problème. Les pratiquants ne développeront aucune maladie et j’étais une véritable pratiquant de Dafa. Est-ce-que cela pourrait être une forme d’interférence générée par les forces anciennes ? Si tel était le cas, cela devait donc dire que j’avais des insuffisances et avais besoin de regarder à l’intérieur pour trouver mes attachements. S’agirait-il de "karma de maladie " ? Pourquoi est-ce-que j’essayais de l’associer à la maladie ? J’ai décidé que je devais considérer le Fa comme seule source de mes principes et me débarrasser de mes notions humaines et que je devais commencer à développer de puissantes pensées droites sur cette question.


Dans l’article “Conférence de Loi à Chicago”, Maître Li déclare : Les choses que vous rencontrez au cours de votre cultivation et pratique – qu’elles soient bonnes ou mauvaises –sont toujours de bonnes choses, car cela apparaît uniquement parce que vous êtes en train de cultiver et de pratiquer. Un pratiquant ne peut pas atteindre la plénitude parfaite avec un esprit humain, des dettes karmiques et des attachements.


Dans l’article "Enseignement de la Loi à la Conférence de New York 2008", Maître Li mentionne aussi : Ces épreuves dues au démon et la souffrance –aussi grandes et brutales qu’elles vous paraissent- sont de bonnes choses car elles surviennent seulement du fait de votre cultivation et de votre pratique.

Des enseignements précédents j'ai commencé à comprendre que quelle que soit la chose qui m’arrivait, c’était quelque chose de bon pour moi. Que ce soit le "karma de maladie", le cancer, ou une interférence, maintenant que je rencontrais ce problème, c’était quelque chose de bon pour moi.


Ma compréhension sur la question était très claire à présent, mais la douleur physique était quand même difficile à oublier. Je voulais savoir où j’avais eu des failles dans ma cultivation, et comment je pouvais m’améliorer afin de transformer cette souffrance en une bonne chose.

Après avoir regardé à l’intérieur, j’ai commencé à comprendre ce que je devais faire; puisque cette douleur me réveillait de mon sommeil, je devais la considérer comme une alarme pour me réveiller plus tôt, émettre des pensées droites, étudier le Fa et pratiquer les exercices. Désormais, chaque fois que la douleur me réveillait, je me levais et commençais à émettre des pensées droites jusqu’à ce que la douleur disparaisse quel que soit le temps que cela prenait. J’étudiais le Fa et pratiquais les exercices tous les jours. La paresse que j’éprouvais à cultiver a alors disparu. Je me disais à moi-même : "Maintenant qu'il n'y a plus pour moi de chemin de retour, je vais juste aller de l’avant et deviendrai plus diligente dans ma cultivation. Je ferai mieux " les trois choses". Si cette douleur me sert d’alarme, je vais la considérer comme mon alarme et je devrais la remercier pour me pousser à devenir une pratiquante de Dafa plus diligente. "


Maintenant, bien que je m'étais attendue à devoir mener une longue bataille contre ma douleur, j’ai commencé après quelques jours à avoir des problèmes pour me tenir debout. Les douleurs me tiraient de nouveau du sommeil. J’étais très déprimée et désespérée. Comment un problème aussi banal pouvait-il me faire autant souffrir ?

Pourquoi étais-je de nouveau tiré du sommeil par la douleur ? Etais-je vraiment devenu une pratiquante diligente ? En proie à la douleur, je me suis tout à coup rappelé ce qui m’était arrivé quelque temps auparavant durant la méditation assise. À trois reprises pendant que je faisais la méditation assise, j'ai ressenti une telle douleur que j’ai ouvert les yeux. J’ai alors réalisé que je m’étais endormie pendant la méditation assise. Maître Li m’a fait me réveiller de mon sommeil. Il me fallait comprendre que je ne pratiquais pas sérieusement la méditation assise. Ce que je faisais était juste une perte de temps. Je dormais encore même assise en position du lotus.

J’ai décidé que je devais strictement suivre les instructions pour la pratique exercices. En faisant la méditation assise, je devais garder le dos droit, rentrer le menton, et lever mes bras selon ce qui est requis. Je devais rester assis bien droit. Je demanderais au Maître de me fortifier pour que je ne m’endorme pas.

Plus tard, j'ai aussi réfléchi à ce qui m'était arrivé alors que j’avais été battue par la police précédemment. A ce moment-là je n’avais nullement l’impression de ressentir la douleur, pourquoi ? Parce que au fond de moi, je n’éprouvais aucune peur ; je ne pensais guère aux forces de police. Alors pourquoi est ce que je ressentais cette douleur aujourd'hui ? Qui me faisait souffrir ? J’ai décidé que je repousserais la douleur sur ce qui me faisait souffrir. Je voulais que cette entité endure la douleur plutôt qu'elle se contente de s'enfuit chaque fois qu’elle me voyait.


J’en suis aussi venue à comprendre que les pratiquants devraient se considérer comme différents des pratiquants de Qigong ordinaires. Les pratiquants considèrent tout inconfort physique comme une élimination du karma. Un tel malaise pourrait ressembler à une maladie, pourtant un véritable pratiquant ne devrait jamais considérer dans son esprit un tel malaise comme une maladie. Maintenant que j’avais développé cette douleur physique et ce symptôme d’engourdissement, je le considérerais simplement comme quelque chose de bon à cultiver. J’ai décidé que de ce jour, je donnerais à ma douleur un nouveau nom : la "non-douleur".


Dans le livre “Zhuan Falun”, Maître Li déclare : La Loi de Bouddha est ce qu’il ya de plus subtil et de plus profond, elle est la science la plus mystérieuse et la plus extraordinaire de tous les systèmes de connaissance du monde. Pour défricher ce domaine, il faut transformer radicalement la façon de voir des gens ordinaires , sinon la vérité de l’univers restera à jamais un mythe pour l’humanité et les gens ordinaires ramperont à jamais dans le cadre tracé par leur propre ignorance. » Maître Li dit aussi : « Une différence dans la pensée provoque un résultat différent.


La dernière fois que je j'ai été tirée de mon sommeil par la douleur, je me suis levée et je me suis assise. Puis j'ai murmuré sans arrêt : "non-douleur" à la partie de mon corps où se développait la douleur. J'ai tenu bon et fermement, je n’ai jamais développé aucun doute, je n’ai jamais hésité, je restais concentré, j’essayais d’utiliser toute mon énergie pour dire à toutes les cellules douloureuses que je ne ressentais aucune douleur, et je disais à toutes ces cellules : " Nous ne souffrons d’aucune douleur. Je ne ressens aucune douleur ! "


Soudain, une brise douce et fraîche a semblé balayer la partie endolorie. Je pouvais sentir la fraîcheur. Eh bien, juste après cela, la douleur a disparu. Depuis, je n’ai plus jamais ressenti la douleur. Je devine que mon Xinxing devait avoir atteint un certain niveau, et que Maître Li ne permettait pas qu’une telle interférence continue à me perturber.


Par la suite, à chaque fois que je ressentais un malaise, j’utilisais la même méthode. Je me concentrais sur la partie malade et je disais à ces cellules que je ne souffrais pas du tout, et ça marchait très bien.


Maintenant, le symptôme d’engourdissement n'a pas disparu pendant plus d' un mois au début parce que j'avais considéré cet engourdissement vraiment comme une bonne chose, je pensais que c’était en quelque sorte un signe indiquant que ma cultivation s’améliorait. Je n’avais pas réalisé que cette sensation d’engourdissement faisait en fait partie de la douleur, si bien que je l’avais quelque peu ignoré.


Je viens de raconter comment j’ai éradiqué ma douleur , et comment j’ai lutté contre ce cancer apparemment héréditaire. En fait, je n’ai jamais considéré aucun malaise comme une maladie. Je voulais que cette opportunité contribue à améliorer ma cultivation. On peut aussi dire que j’ai résolu le problème en douceur ; j’ai traité ce problème comme quelque chose qui me motiverait davantage pour ma cultivation, donc je veux aussi reconnaître ce problème. Quand j’émettais des pensées droites, je voulais aussi me débarrasser de ces forces et éléments pervers qui essayaient de persécuter ma cultivation, et je voulais dissoudre ces éléments fondamentaux qui m’avaient fait endurer la douleur et les interférences. J’ai également été très optimiste pour moi-même. J’ai toujours été très sûre de mon succès.


Je veux aussi partager une autre histoire qui est un peu liée à l’histoire précédente. Dans l’histoire suivante, j’avais changé mes notions humaines pour surmonter un froid glacial.


Un jour d’hiver, je marchais dans la rue et j’essayais de coller des affiches de Shen Yun. Il faisait si froid que mon corps s’est mis à trembler. Je me suis dit :"Maître Li nous dit que la compassion peut venir à bout de toute difficulté. Je dois utiliser mon extrême compassion pour contribuer à la promotion de Shen Yun. Le vent qui soufflait sur moi devrait ressembler à une brise printanière. Je devrais appeler cet hiver saison chaude et un été chaud saison froide . Puisque c’est un printemps chaud, les brises devraient être agréables, je ne devrais pas trembler et je devrais relever la tête. " J’ai alors relevé la tête pour accueillir le vent "chaud". Du fond du cœur, j’avais la forte détermination de sauver davantage d’êtres. Mon cœur était chaleureux et j’ai continué à aller de l’avant. Avec à l’esprit un tel changement de notion, j’ai cessé d’avoir froid. Le soleil s'est montré dans l’après-midi, et il a fait effectivement plus chaud.


Ma compréhension personnelle, c’est qu'une fois que nos notions humaines sont changées, une fois qu'on met les théories en pratique, on comprendra que Falun Dafa est vrai. Maintenant, tous les principes, tous les enseignements sont disponibles dans les livres et les écrits. Si de tout notre cœur, nous plaçons notre foi dansFalun Dafa, si nous appliquons les principes dans nos activités quotidiennes, l’esprit peut devenir matière physique. Des que nous l’avons compris avec notre sens de l’éveil, nous serons amenés à voir les résultats. Notre esprit et notre corps ne formeront qu’une seule entité, et notre pensée droite nous guidera.

Version anglaise :
Changing One’s Human Notions to Overcome Cancer


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.