Retour sur le 12e anniversaire du piratage de la télévision d'État pour diffuser la vérité à propos du Falun Gong

Se souvenir des héros (1ère partie de 3)

Quarante minutes de programmation qui présentaient les faits réels sur le Falun Gong ont été diffusées simultanément sur huit canaux à 300 000 ménages d'abonnés du câble dans la ville de Changchun, province du Jilin, il y a 12 ans. Près de 100 000 ménages ont vu les programmes "Auto-immolations ou mystification ? "et "Falun Dafa se diffuse dans le monde entier. "


Plus tard, des dizaines de milliers d'abonnés au câble dans les environs de la ville de Songyuan, une ville satellite de Changchun, ont vu les mêmes programmes.

En ce 12e anniversaire de cet événement historique, nous nous souvenons des pratiquants courageux qui ont brisé le blocus de l'information et de la propagande écrasante en Chine et montré aux gens de Changchun les faits concernant le Falun Gong.


Table des matières

1. Liang Zhenxing, fondateur de l’équipe Interception
2. Une équipe d'élite
3. La légende de Liu Chengjun
4. Euphorie dans la ville de Changchun
5. Héros arrêtés et torturés
6. Jugements absurdes
7. L'histoire se souviendra d'eux
8. Décès des innovateurs
9. La liberté n'est pas gratuite

Toute la ville de Changchun a été bouleversée et euphorique dans la nuit du 5 mars 2002.

Huit chaînes câblées de Changchun ont été piratées et des vidéos de clarification des faits concernant le Falun Gong diffusées simultanément. Les spectateurs étonnés appelaient leurs amis pour qu’ils allument la télé : "Savez-vous que les auto-immolations sur la place Tiananmen ont été mises en scène ? Savez-vous que le Falun Gong s'est répandu dans le monde entier ? Toutes les calomnies sur le Falun Gong sont de la propagande fabriquée par le gouvernement ... "

" Félicitations ! " Les gens étaient heureux pour les pratiquants de Falun Gong. Certains pensaient que la persécution du Falun Gong avait pris fin et que la réputation du Falun Gong avait été restaurée.


Beaucoup de pratiquants pensaient ainsi, aussi. Ils sont sortis, dire aux gens les faits sur le Falun Gong et distribuer des documents d'information. Même les policiers en civil qui les regardaient ont dit : "Bon travail ! Continuez ! " Les gens pensaient que la période la plus sombre était terminée et ils étaient soulagés de pouvoir respirer l'air de la liberté.

" Vous devez partir maintenant," un officier de l'armée a passé un appel urgent à son ami du Falun Gong. La loi martiale était décrétée et les soldats arrivaient. Chaque policier de la ville a été envoyé pour rechercher les pratiquants qui avaient piraté le réseau câblé et diffusé des vidéos.

Les dirigeants de la ville de Changchun, province du Jilin, qui étaient au 15e Congrès national du peuple à Pékin, ont eu peur et ont paniqué. Un ordre de Jiang Zemin, qui était alors chef du Parti communiste chinois (PCC) et directeur de la persécution du Falun Gong, a dit à la police d’arrêter sans pitié les personnes impliquées. Liu Jing, alors ministre-adjoint de la Sécurité publique, s'est rendu à Changchun pour superviser.

Pourquoi le PCC était-il dans un tel état de panique ? Qu'est ce qui les a fait réagir avec une telle violence ? Pourquoi cet événement a-t-il eu un impact profond sur la Chine et la communauté internationale ? Pourquoi considérons-nous les pratiquants de Falun Gong qui y ont participé comme des héros pour avoir brisé le blocus de l'information en Chine ?

Retournons 12 ans en arrière et revoyons cet événement incroyable.


Liang Zhenxing, fondateur de l’équipe d'Interception

Un riche bon à rien change

Liang Zhenxing, un agent immobilier efficace.

Liang Zhenxing était un agent immobilier efficace valant des centaines de milliers de yuans dans les années 1990. (Note de la rédaction : Le salaire mensuel moyen d'un professeur de collège à l'époque était d'environ 500 yuan) Il vivait une vie d'opulence.

En 1992, Maître Li Hongzhi a enseigné le Falun Gong au public à Changchun. Des milliers d'habitants se sont bientôt mis à la pratique. La maison de Liang était près du site d'exercices de la Place de la Culture. Il regardait souvent les pratiquants faire les exercices dans toutes sortes de conditions météorologiques et a commencé à les respecter.

Il a finalement rejoint le site d'exercices par curiosité un matin d'hiver en 1996. Il ne pouvait pas croire que les enseignements étaient gratuits. Les exercices l’ont fait se sentir bien. Il a lu le Zhuan Falun, et le principe d'Authenticité-Bienveillance-Tolérance lui a enseigné le véritable but de la vie.

Il a cessé de boire et d'autres mauvaises habitudes. Son mariage, qui était sur le point de s'effondrer, a été restauré. Liang Zhenxing est devenu une nouvelle personne. Il a parlé à beaucoup de parents et amis du Falun Gong et est vite devenu une personne de contact pour son site local d'exercices.

La persécution du Falun Gong et la résistance pacifique

Selon un sondage du gouvernement, il y avait plus de 70 millions de pratiquants de Falun Gong en Chine avant 1999. La croissance rapide du Falun Gong a secoué le Parti communiste.

Le 19 juillet 1999, toutes les forces de l'ordre étaient en préparation pour le combat. Le 20 juillet, le régime communiste a émis l'ordre de faire des arrestations dans tout le pays. Tous les médias publics, y compris les journaux, les radios, les chaînes de télévision et l'Internet, ont commencé à diffamer le Falun Gong.

Le Parti a inventé toutes sortes de mensonges pour attaquer le Falun Gong et inciter la haine envers la pratique.

" Que devons-nous faire ? "Liang et beaucoup d'autres pratiquants se sont demandés. Ils savaient que le Falun Gong était bon et qu" Authenticité-Bienveillance-Tolérance était la vérité à laquelle ils resteraient fidèles pour le restant de leur vie.


" Nous avons tous bénéficié du Falun Gong. Maintenant, il est de notre responsabilité de protéger la vérité et de rétablir sa réputation", s’est dit Liang.

Dans les années 1990, la façon de le faire était d'aller au Bureau national des appels à Pékin et de déposer une plainte. Au début de la persécution, des milliers de pratiquants s'étaient rendus à Pékin chaque jour, essayant de faire cela.


Les pratiquants pensaient que leurs cœurs sincères, leurs esprits purs et les efforts détaillés pour clarifier la vérité pourraient changer la politique du PCC. Il s'est avéré qu'ils étaient trop naïfs.

Le PCC a recours à la violence pour rester au pouvoir. Tous les pratiquants qui se sont rendus à Pékin pour faire appel pour le Falun Gong ont été arrêtés et renvoyés dans leurs villes natales.

La police attendait au Bureau national des appels pour arrêter les pratiquants. Liang et ses amis étaient parmi eux. Ils ont été jugés et emprisonnés ou envoyés dans des camps de travail, le tout sans procédure régulière.

Les « Trois mousquetaires » dans le camp de travail

Liang Zhenxing a refusé de renoncer au Falun Gong, peu importe comment il était torturé. En 2000, il a été transféré au camp de travaux forcés de Weizigou à Changchun, où il a rencontré Liu Chengjun et Liu Haibo, dont les histoires seront racontées plus tard. Les "Trois Mousquetaires" ont commencé à lutter ensemble pour la vérité et la liberté.


Chaque fois que le camp de travail calomniait le Falun Gong, ils se levaient et clarifiaient la vérité. Même lors des conférences de grande envergure en présence du gouvernement et des directeurs des systèmes judiciaires locaux, les trois hommes parlaient courageusement en faveur du Falun Gong. Chaque fois, ils étaient sévèrement battus, mais recommençaient la fois suivante.

Pour encourager le public à haïr le Falun Gong, le PCC a organisé les infâmes "auto-immolations " sur la place Tiananmen le 23 janvier 2001. Le régime chinois a accusé le Falun Gong d’avoir incité des pratiquants à s'immoler. Les médias ont aussi lancé une nouvelle série d'attaques contre le Falun Gong.

La persécution a empiré. Jiang Zemin, alors à la tête du PCC, a émis la directive "Tuer les pratiquants de Falun Gong n’entraînera aucune responsabilités, et leurs décès seront considérés comme des suicides." Toutes sortes de tortures ont été utilisées sur les pratiquants et des décès ont été signalés sur le site Minghui tous les jours.

Liang Zhenxing et ses amis savaient que l' auto-immolation était un des plus grands mensonges et avait trompé beaucoup de gens. "Que pouvons-nous faire pour que les gens sachent la vérité ? " Ils ont réfléchi.

À la fin de 2001, Liang a été libéré. À la maison, il a vu " False Fire "(Faux feu) , un documentaire sur le site Minghui. Lauréat du 51e Festival international de Columbus Film & Vidéo, le court-métrage dénonce toutes les failles des auto-immolations avec des preuves solides et une analyse rigoureuse. Il dit la vérité que les gens ont besoin de savoir.


Plus tard, Liang a lu un article sur Minghui qui montrait comment pirater un réseau de télévision et diffuser une vidéo avec un lecteur de VCD. " C'est l'approche que je cherchais", a pensé Liang. "C'est beaucoup plus efficace que de faire circuler des dépliants ou d'accrocher des banderoles."



Ce dot Liang avait besoin était d'une équipe pour réaliser cet effort de haute-technologie.

Un groupe d’élite

Organiser l’équipe

Liang Zhenxing a partagé son idée avec d’autres pratiquants à Changchun et a cherché des personnes qualifiées pour effectuer la tâche.


Zhou Runjun, une pratiquante de 52 ans, a eu la même idée au même moment. Elle a loué une maison vide comme base et a aidé à établir l'équipe de Liang.

Liu Weiming, 32 ans, était un professionnel d’un réseau de télévision par câble. Grâce à sa connaissance de l'ingénierie électrique, il est devenu le principal responsable technique de l'équipe.

Zhang Wen, 28 ans, un électricien professionnel, a aidé Liu Weiming à faire des graphiques détaillés du réseau de télévision par câble.

Lei Ming, 26 ans, le "petit frère"de l'équipe, était un chef cuisinier de la ville de Baishan. C'était un excellent athlète et il pouvait courir vite. Sur la place Tiananmen, des dizaines de policiers avaient essayé de l'attraper après qu'il ait déployé une banderole de Falun Gong. Lei a franchi leurs lignes et leur a échappé avec succès.

Li Dehai, 31 ans, était un agriculteur de la ville de Tonghua. Sa famille se préparait pour son mariage avant qu'il soit recherché par la police et qu'il se soit réfugié à Changchun. Li était également un athlète et il est devenu une force majeure dans l'équipe.

Avec ces cinq principaux membres, l'équipe est ensuite passée à 18. Sauf pour les six ci-dessus, les noms et les détails des autres ne sont pas encore connus.

Des opinions différentes à propos de savoir quoi faire

"Devrions-nous le faire ? " Beaucoup de pratiquants pensaient que les gens n’allaient pas aimer que leur programme de TV soit interrompu et qu'ils allaient développer une impression négative du Falun Gong. Ceux qui ont des opinions différentes se sont prononcés contre l'idée de Liang. Liang était sous une pression intense.


Tang Feng, un pratiquant de Changchun, était respecté par la plupart des pratiquants locaux en raison de sa cultivation et pratique solide et de sa forte croyance. Ceux qui n'étaient pas d'accord avec Liang Zhenxing ont demandé à Tang de parler à Liang et de discuter de la faisabilité de leur plan.

Tang et Liang se sont réunis sur un marché fermier animé. Après une longue conversation, Tang a été ému par le courage de Liang et son esprit de compassion pour clarifier la vérité. Tang a également convenu que le piratage de la chaîne de télévision et la diffusion de vidéos de clarification était possible.

Tang a expliqué plus tard sa compréhension aux pratiquants et a gagné leur soutien.

Liang Zhenxing savait que c'était la bonne chose à faire. Le public a le droit de connaître la vérité. Il savait également le risque et le prix qu'il pourrait avoir à payer. Sa famille, en plus de lui-même, pourrait être mise en danger.

Cependant, en lisant les décès rapportés sur le site Minghui et face aux personnes qui avaient été trompées par les mensonges, Liang a décidé de mettre sa sécurité personnelle et sa paix de côté pour le plus bien du plus grand nombre.

Se préparer

Tous les membres de l’équipe avait la même volonté solide.

Liang Zhenxing était en charge de l'achat de fournitures et de l'équipement. Zhou Runjun faisait la cuisine pour tout le monde et prenait soin des questions pratiques. Liu Weiming était en charge de la formation des membres de l'équipe.

Le 16 février 2002, Liang a entendu que les pratiquants de la ville d'Anshan, non loin de Changchun, avaient tenté de pirater le réseau de télévision locale, mais avaient échoué. Liang et son équipe se sont demandés : "Allons-nous réussir ? "


" Nous avons appris toutes les techniques nécessaires. Tant que tout le monde coopère bien, nous allons réussir", a dit Liu Weiming tout le monde.

Il était temps de répéter.


L'équipe s’est rendue dans un village éloigné. Zhang Wen et d'autres ont grimpé sur le poteau électrique et ont piraté le réseau de télévision. Liu Weiming a passé une maquette vidéo et a envoyée des membres de l'équipe aux maisons voisines pour vérifier les résultats. Chaque canal présentait la maquette. La répétition était un succès.


Liang arrêté

En février 2002, presque tout était prêt. Le 27 février, un ami de Liang l'a appelé et lui a demandé de venir à son entreprise pour affaires.

C'était un piège. La police l’attendait là et Liang a été enlevé.

Liang savait que leur secret avait été divulgué, parce qu'il n'avait rien fait d'autre. Il a été torturé 24h/24 tous les jours pour plus d'informations. Liang n'en a pas données. Cependant, il était inquiet au sujet de son équipe : "Sont-ils tous en sécurité ? Quand vont-ils agir ? Vont-ils réussir ? Les gens vont-ils connaître la vérité ? "


La légende de Liu Chengjun

Saisir l’occasion

Beaucoup de membres de l'équipe étaient nerveux quand ils ont su que Liang avait été arrêté. Serait-il OK ? Serait-il en mesure de supporter la torture ? Leur base serait-elle découverte ? Devaient-ils se déplacer ou tout simplement annuler leur plan ?

Liu Chengjun, un des "Trois Mousquetaires", n'était pas inquiet. Il connaissait bien Liang. Liang ne vendrait jamais l'équipe, peu importe ce qui allait se passer.

Il n'y avait pas de chef officiel ou de directeur parmi eux. Liang était un coordinateur, et tout le monde collaborait sur la base d’un travail d'équipe. Ainsi, l'équipe ne s'est pas effondrée juste parce que Liang avait été arrêté. Tant que quelqu'un jouait le rôle de coordinateur, le projet pouvait toujours aller de l'avant.

Liu Chengjun a relevé l'occasion et est devenu le nouveau chef de l'équipe.

Assigner les tâches

Dans la nuit du 3 mars, cinq jours après l’arrestation de Liang, Liu Chengjun a convoqué une réunion. Il a dit : "Un groupe de pratiquants sera jugé le 6 mars. Nous devrions faire en sorte que les gens connaissent la vérité sur le Falun Gong avant et soutenir les pratiquants arrêtés. Pouvons-nous agir le 5 mars ? "

" Bien sûr. " Quatre sous-groupes ont été créés.

Liu Weiming a accepté d'être en charge de la branche principale à Changchun.

" Sun Changjun, peux-tu prendre soin de l'autre branche principale à Changchun ? " a demandé Liu Chengjun.

" Ce sera difficile. L'autre branche principale est difficile à contrôler. Je crains que je ne puisse pas le gérer. Aussi, je suis en charge de la rédaction des détails techniques pour le site Minghui. Je ne suis pas encore prêt", a déclaré Sun Changjun.

" OK alors. Zhang Wen, peux tu le faire ?" "Pas de problème", a répondu Zhang Wen, l'électricien professionnel.

" Li Dehai, tu prends une personne, et je vais en prendre une autre. Nous irons dans la ville de Songyuan. Je connais bien la situation là-bas. Nous allons prendre soin des deux branches principales là-bas. "



" Lei Ming, tu aideras Zhang Wen, et Chang Changjun aidera Liu Weiming."


"Le reste d'entre vous nous couvrirez avec vos pensées droites. À 19 heures, le 5 mars, nous allons pirater ces quatre branches principales et commencer à diffuser simultanément."


Le temps était compté. Les quatre sous-équipes ont testé et re-testés leurs équipements. Zhou Runjun a préparé des vêtements de travail qui avaient l'air officiels pour tout le monde.

"Ne vous inquiétez pas", a déclaré Zhou Runjun, "je vais nettoyer cette maison et déplacer tout cela. Ce sera une maison à nouveau vide." La base, sans meubles, avait été la maison pour chaque membre de l'équipe.


L’histoire de Liu Chengjun

Liu Chengjun était alors devenu le coordinateur principal.


Liu Chengjun (premier à droite) et sa famille. Sa sœur, Liu Lin, est au milieu.

Liu Chengjun avait 31 ans en 2002. Il était grand et fort. Dans sa ville natale de Nong'an, il avait été un voyou notoire. Personne n'osait le défier. Mais la pratique du Falun Gong l’avait fondamentalement changé d’un voyou en un homme qui croyait et vivait par le principe d'Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Sa famille et ses amis ont assisté à la puissance du Falun Gong à travers sa transformation.

Après le début de la persécution, Liu s’est rendu à Pékin pour faire appel pour le Falun Gong à plusieurs reprises. Il a été arrêté et emprisonné à chaque fois. Le 1er octobre 2001, il s’est de nouveau rendu à Pékin. Cette fois, il a déployé une banderole de Falun Gong sur la Place Tiananmen et a crié "Falun Dafa est bon" pour les touristes.

La police et des policiers en civil ont essayé de l'attraper. Il a couru et crié. Après avoir couru trois fois autour de la place, il a été pris.

Il a refusé de donner son nom en dépit de la torture. Il a commencé une grève de la faim en guise de protestation. La police lui a attaché les mains et les pieds à un lit et l’a gavé de force. Ils ont endommagé son visage, son nez, sa bouche et sa gorge.

Même ainsi, il essayait encore de leur dire les faits sur le Falun Gong. La police a abandonné et lui a demandé : " Que pouvons-nous faire pour que vous commenciez à manger ? " " Je veux une copie du Zhuan Falun. "


Le Zhuan Falun est le livre principal du Falun Gong. Quand la persécution a commencé, le Parti communiste a confisqué et détruit des exemplaires du livre partout dans le pays, parce qu'ils savaient que les gens qui avaient lu le livre et appris la vérité au sujet du Falun Gong verraient à travers la propagande du Parti.

De nombreux policiers ont caché le livre. Certains d'entre eux l’ont lu et leur impression sur le Falun Gong a changé.

Liu Chengjun a eu la vie sauve cette fois-là. Un policier lui a donné une copie du Zhuan Falun. Il a été libéré plus tard, parce qu'il y avait beaucoup de pratiquants faisant appel pour le Falun Gong à Pékin à l'époque, et tous les centres de détention, camps de travail et les postes de police étaient pleins. Beaucoup de pratiquants ont refusé de donner leurs noms, et certains d'entre eux ont été libérés.

Après avoir été libéré, Liu Chengjun savait que faire appel était inutile. Il a commencé à produire des livrets et des dépliants clarifiant la vérité sur le Falun Gong par lui-même. Il transportait les documents dans une camionette. Le long de la route 302, il distribuait des documents pour les personnes dans sa ville natale, Nong'an, et les cantons à proximité. On le surnommait "Camionette. "


C'était risqué, et il a été arrêté de nouveau. Dans le centre de détention, la police a essayé de le battre. Liu Chengjun, grand et fort, a regardé la police et a dit : "Ne vous avisez pas ! "


Ils avaient peur. Des histoires et des rumeurs sur Liu, vraies ou fausses, ont commencé à se répandre dans le centre de détention : "Il peut avaler un petit pain en une seule bouchée" "Il était le chef d'un gang secret" "Il a des liens avec des responsables gouvernementaux de haut rang."


En fait, Liu Chengjun ne voulait pas riposter. Il voulait juste faire peur à la police. Comme l'enseigne le Zhuan Falun : " Comme personne qui pratique le gong, vous devez d’abord parvenir à ne pas « rendre les coups » quand on vous frappe, à ne pas répliquer quand on vous insulte, vous devez exercer le Ren. "


Liu Chengjun n’a jamais dévié de cet enseignement depuis le début de sa pratique jusqu’à la fin de sa vie, bien qu'il ait été sauvagement torturé plus tard.

Par une nuit froide d’octobre, tout le monde dormait. Liu Chengjun a escaladé le mur du centre de détention et s'est échappé. Le centre de détention avait peur que leurs supérieurs ne les tiennent responsables de la fuite de Liu, donc ils ont dit au public qu'ils avaient libéré Liu.

Plus tard, Liu Chengjun a été de nouveau arrêté quand il distribuait des documents d'information sur le Falun Gong. Il a été détenu dans un camp de travail, où il a rencontré Liang Zhenxing.


Avançons rapidement jusqu'à la nuit du 5 mars, quand Liu et ses compagnons de pratique étaient sur le point de pirater le réseau de télévision.

Liu Chengjun et Li Dehai ont ont pris deux pratiquants et sont allés dans le canton de Qiangguo dans la ville de Songyuan. Ils ont réussi à pirater les deux branches principales de la chaîne de télévision et à diffuser les vidéos de Falun Gong.

Sur le chemin du retour, ils ont vu les voitures de police se précipiter dans la direction de la ville de Songyun avec leurs sirènes en marche.

Après son retour à Changchun, Liu Chengjun a voulu connaître les résultats de leur acte héroïque. Il est sorti. Le lendemain matin, il est revenu, excité. Les larmes aux yeux, il a dit à tous les membres de l'équipe : "Ce fut un grand succès ! Merci à tous !"

"Les gens parlent partout de la vérité du Falun Gong, même en public, comme dans les bus. L'émission a duré plus de 20 minutes sur une branche et 30 minutes sur l'autre ! Les vidéos sont passées jusqu’à la fin, et les gens ont appris la vérité. Toute la ville est en état de choc. "


(à suivre)

Articles apparentés :
Radio Australie rapporte que 18 pratiquants du Falun Gong ont été arrêtés en raison de la diffusion des films à la télévision
Reuters: China Jails Falun Gong [Practitioners Who Pre-Empted State Television Broadcast with Falun Gong Programming]
Tapping into Television Transmissions to Broadcast the Persecution Facts Is Upholding Essential Rights for Humanity



Version anglaise :
On the 12th Anniversary of Tapping into State Television to Broadcast the Truth about Falun Gong: Remembering the Heroes (Part 1 of 3)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.