La police arrête des pratiquants faisant leurs exercices matinaux et entrave les démarches de leurs familles pour réclamer justice


Des pratiquants qui se réunissaient pour faire les exercices du Falun Gong ont été arrêtés les 20, 21 et 28 mars 2013, et sévèrement torturés. Leurs avocats et leurs familles ont été menacés pour qu'ils laissent tomber l'affaire. Un simple rassemblement s'est transformé en une affaire majeure aux yeux du PCC, qui a mobilisé la police à travers toute la province pour effectuer l'arrestation.


Lorsque les avocats des pratiquants ont essayé de présenter leurs dossiers le 6 novembre 2013, l'agent de sécurité à la porte du parquet du district de Dadong a essayé de les empêcher d'entrer. En fin de compte, il a bousculé l'avocat Guo Lianhui, qui a 65 ans et est handicapé, et il est parti.

13 personnes arrêtées et torturées

Plusieurs pratiquants ont été arrêtés dans le district de Dadong à Shenyang tôt dans la matinée du 21 mars 2013, alors qu'ils faisaient les exercices du Falun Gong dans le parc de Xiafang. D'autres de Harbin, province du Heilongjiang ont été arrêtés à la descente du train à la gare de Shenyang le 20 mars. Ils sont actuellement détenus au centre de détention de Shenyang.


Quatre autres ont été arrêtés le 28 mars.


Ils ont été battus et sévèrement torturés en garde à vue. Mme Fu Hui a dû être emmenée à l'hôpital pour des soins d'urgence. Mme Zhao Shuyun a fait une dépression nerveuse.


Les familles ont visité le centre de détention pour demander leur libération. Lorsque la police leur a montré des photos de détenus récemment arrêtés pour identification, ils n'ont pas immédiatement reconnu les pratiquants tant ces derniers étaient défigurés par les passages à tabac.

Les familles et les avocats reçoivent des réponses évasives, les preuves sont fabriquées

Les familles et leurs avocats ont tenté de porter plainte auprès de divers bureaux concernant la torture subie par les pratiquants, mais ont été confrontés à des obstacles parce que les victimes sont des pratiquants de Falun Gong.

La police n'avait aucune base juridique leur permettant d'arrêter et de détenir les pratiquants, et leurs cas soumis par la division de sécurité intérieure de Dadong au parquet du district de Dadong ont été rejetés à deux reprises.


Cependant, la police a continué à fournir davantage de preuves forgées de toute pièce jusqu'à ce que les cas aient été acceptés le 24 octobre 2013. À la fin de novembre 2013, le parquet a inculpé les 13 pratiquants.


En ce qui concerne les pratiquants arrêtés qui n'ont pas participé aux exercices du matin, la police a commenté : " Nous avons observé les déplacements [de ces pratiquants] en interceptant les communications de leurs téléphones cellulaires. Si vous pratiquez le Falun Gong, vous serez arrêté. "

La torture résulte en de graves blessures

Mme Fu Hui de Harbin a été arrêtée en descendant du train, le 20 mars. Elle a été détenue dans une cellule froide sans fenêtre dans le commissariat de Xinggong et attachée à une chaise de fer . Ses pieds étaient attachés et elle était incapable de bouger. Comme elle refusait de coopérer, trois policiers ont continué à la frapper. Plus tard, ils ont choqué ses cuisses et ses parties intimes avec des matraques électriques, ils ont versé de l'eau froide sur son t-shirt, et l’ont ventilé pour la geler. Ensuite, ils ont couvert sa tête avec un casque qu'ils ont frappé avec un bâton en bois.


Mme Fu a été torturée sur la chaise de fer toute la nuit. Elle n'a rien eu à manger. Après avoir été libérée de la chaise de fer, elle faisait de l’hypertension et avait des symptômes de maladie de coeur. Elle était en sueur et avait mal partout. Il y avait des ecchymoses et des coupures sur son visage et elle était incapable de parler.


Mme Fu a été emmenée au premier centre de détention de la ville de Shenyang dans la nuit du 21 mars 2013. Le centre de détention a refusé de l'accepter à cause de son état, elle a été transférée à l'hôpital. La police a dit qu'elle avait besoin d'un traitement d'urgence parce que sa pression artérielle était à plus de 200 et son rythme cardiaquede 140. Cependant, ils l'ont emmenée dans un autre hôpital, où ils ont forcé le médecin à écrire un faux diagnostic, indiquant qu'elle était en bonne santé. Puis ils l'ont ramenée au centre de détention.

La police a frappé Mme Zang Yuzhen, 60 ans, parce qu'elle refusait de signer les documents. Elle n'a pas reçu de quoi manger pendant deux jours.


Mme Zhao Shuyun, âgée de 60 ans, est une pratiquante de la région autonome de Mongolie intérieure. Elle a été soumise à la violence jusqu'à ce qu'elle souffre d'un effondrement mental. Malgré cela, la police de la division de la sécurité intérieure Dadong refuse toujours de la libérer.

Les familles et les avocats des pratiquants n'ont eu nulle part où demander justice

Les familles de Mme Fu Hui et de Mme Ren Xiuying ont demandé qu'elles soient libérées parce que toutes deux avaient été torturées et étaient en mauvaise santé. Leur demande a été rejetée.


Plusieurs familles de pratiquants ont embauché trois avocats, qui sont allés à la division de sécurité intérieure de Dadong avec les familles à plusieurs reprises pour demander la libération des pratiquantes, mais sans succès.


Les fonctionnaires de la division de sécurité intérieure de Dadong ont nié que les pratiquantes avaient été torturées le 14 août 2013. Ils ont affirmé qu'ils suivaient les ordres. Il a été dit aux familles deux jours plus tard qu'ils devaient discuter de l'affaire avec le parquet car il avait déjà approuvé les arrestations.


Le 10 septembre 2013, les familles et les avocats des pratiquants ont essayé de soumettre au parquet des documents qui détaillaient la torture. Le policier Liang Chao leur a dit qu'ils accepteraient le cas si la torture avait eu lieu. Toutefois, lorsque les avocats ont soumis le document de procuration, Liang Chao a refusé de les rencontrer, déclarant qu'ils n’avaient pas apporté leurs certifications d'avocat.


Un avocat est allé au parquet le 20 septembre 2013, pour examiner les documents du procès, mais il n'a pas reçu la permission. Liang Chao était en colère que les pratiquants aient engagé un avocat et il a menacé les familles que les pratiquants pourraient être condamnés à des peines plus lourdes à cause de cela.


L'avocat est allé au premier centre de détention de Shenyang le 16 octobre 2013. Il a lu à haute voix une copie du récit de Mme Fu sur la façon dont elle avait été torturée au garde à la porte, puis de nouveau au fonctionnaire de supervision, Wu. Les documents de l'avocat ont ensuite été acceptés.


Cependant, lorsque les familles des pratiquants sont allés à la division de sécurité intérieure de Dadong rencontrer Wu le 22 octobre 2013, ce dernier a refusé de les voir. On leur a dit d'aller soumettre leur cas au parquet de Tiexi.


Les familles et l'avocat sont allés dans plusieurs organismes gouvernementaux afin d'obtenir justice, comprenant le département de police de Tiexi, le parquet de Tiexi, le parquet de Dadong, le bureau d'appel de la ville de Shenyang, et le bureau d'appel du tribunal du district de Dadong. Dès que les fonctionnaires apprenait que l'affaire concernait des pratiquants de Falun Gong, ils refusaient d'y toucher.

Détails des arrestations et détentions

M. Liu Zhanhai, Mme Ren Xiuying, et plusieurs autres pratiquants ont été arrêtés dans la matinée du 21 mars 2013, alors qu'ils faisaient les exercices du Falun Gong dans le parc de Xiafang.


Mme Fu Hui, Mme Liu Jingxia, Mme Zang Yuzhen, et Mme Gao Xiufen de la ville de Harbin, province du Heilongjiang ont été arrêtées à leur arrivée à la gare de Shenyang l'après-midi du 20 mars. Elles ont été emmenées au commissariat de Xinggong dans le district de Tiexi et transférés au centre de détention du village de Gaoli.


Mme Han Jing et un autre pratiquant ont été arrêtés dans un train à destination de Shenyang le 28 mars.


Mme Li Yuping et Mme Liu Yarong de Shenyang ont également été arrêtées dans la matinée du 28 mars et leurs maisons ont été saccagées. La police a trouvé des cartes d'identité pour Mme Wu Qiuyan et Mme Xu Xiaoyan dans la maison de Mme Li et les ont respectivement arrêtés à Harbin et Benxi, province du Heilongjiang.

Les pratiquants arrêtés sont :
M. Liu Zhanhai, 48 ans, de Harbin, Heilongjiang
Mme Zhao Shuyun, la soixantaine, ville de Tongliao, région autonome de Mongolie intérieure
Mme Li Yuping, 54 ans, de Shenyang, Liaoning
Mme Fu Hui, 43 ans, de Harbin
Mme Liu Jinxia, la soixantaine, de Harbin
Mme Zang Yuzhen, la soixantaine, ville de Daqing, Heilongjiang
Mme Xu Xiaoyan, de Benxi, Heilongjiang
Mme Ren Xiuying, 73 ans, de Harbin
Mme Gao Xiufen, 60 ans, de Daqing, Heilongjiang
Mme Liu Yarong, de Shenyang, Liaoning
M. Wang Honglin, la soixantaine, de Benxi, Heilongjiang
M. Zhao Hongxing, la soixantaine, de Harbin
Mme Wu Qiuyan, 58 ans, de Harbin

Version anglaise :
Police Round Up Practitioners Doing Morning Exercises and Obstruct Families

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.