Une professeur d'école élémentaire soumise à la torture "porter une épée dans son dos" et autres tortures douloureuses

Mme Wang Fuhua est professeure d'école primaire, et habite la ville de Chenzhou, dans la province du Hunan. Depuis que la persécution du Falun Gong a commencé, Mme Wang a été arrêtée cinq fois. Elle a été une fois condamnée à un an et demi de travaux forcés et détenue dans le camp de travaux forcés de Baimalong. Sa peine de travaux forcés a été prolongée d’une année supplémentaire. Sa maison a été fouillée à quatre reprises. Elle a été licenciée et également contrainte à divorcer de son mari.


Mme Wang a souffert toutes sortes de tortures brutales, comprenant « porter une épée dans son dos», la suspension, les passages à tabac brutaux, devoir rester debout et accroupie pendant de longues périodes de temps, le lavage de cerveau, le gavage, être choquée avec des matraques électriques, le port de fers, et la torture par privation de sommeil. Au cours du gavage, trois de ses dents de devant sont tombées et deux autres se sont déchaussées.


Voici le récit personnel de Mme Wang de la persécution qu'elle a subie, comprenant la torture "porter une épée" à Beijing.


Le 27 octobre 1999, j'avais prévu d'aller à Pékin avec d'autres pratiquants pour demander justice au nom du Falun Gong. Cependant, la police nous a interceptés à la gare. Ils ont confisqué plusieurs milliers de yuans en espèces et nous ont détenus au centre de détention de Chenzhou pendant un mois.


Je suis finalement arrivée à Pékin le 1er mai 2000. Je suis d'abord allée au Bureau des appels d'état. De nombreux policiers en civil étaient partout et ils arrêtaient les pratiquants qui tentaient de faire appel. Le troisième jour, à Pékin, je suis allée sur la place Tiananmen. J'ai trouvé un endroit pour m'asseoir et j'ai commencé à faire l'exercice paisible de méditation du Falun Gong. Deux policiers m'ont soudainement soulevée brutalement et transportée dans une voiture de police. J'ai été envoyée au commissariat de Qianmen, où de nombreux pratiquants de Falun Gong de tout le pays étaient détenus.


Lors de l'interrogatoire, la police m'a torturée avec la méthode dite "Porter une épée" afin de me forcer à leur donner mon adresse. Avec une main tirée par-dessus mon épaule et l'autre vers le haut par derrière, j'ai été menottée dans le dos. Les policiers ont tiré brutalement sur mes mains tout en verrouillant les menottes. J’ai eu la sensation que mes bras étaient sur le point de se briser.


Torture reenactment: “Carrying the sword” torture

Ils ont également écarté mes pieds et j'ai dû rester en position demi-accroupie. Un policier a marché sur mon pied et me donnait des coups de poing de temps en temps. Un autre policier a saisi une de mes mains et l’a secouée pour que les menottes entaillent ma chair. Un grand policier m'a ensuite donnée des coups de pieds et m'a tirée de nouveau. Un autre policier a allumé une cigarette et l'a coincée dans une de mes narines. Il savait que les pratiquants de Falun Gong ne fument pas et l'a fait intentionnellement pour me tourmenter.


C'était si douloureux que la sueur trempait mes vêtements. En raison de la fumée, mon visage était couvert de larmes et de sueur. Je n'ai pas pu le supporter et j'ai perdu connaissance.


Quand je suis revenue à moi, ils ont retiré les menottes. J'étais très faible et mes mains étaient engourdies. Mes doigts n'ont retrouvé les sensations que quatre mois plus tard.


Un jeune homme de la ville de Wuhan, dans la province du Hubei a également subi cette torture. Son visage était vraiment pâle en conséquence, comme un patient atteint d'une maladie grave. Une jeune femme de la ville de Jiamusi, province du Heilongjiang, a été brutalement battue dans le sous-sol du commissariat de Qianmen. Elle était à l’article de la mort avec des coupures et des blessures sanglantes sur tout son corps.


Version anglaise
Elementary School Teacher Suffers “Carrying a Sword on One's Back” and Other Painful Tortures

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.