Genève - L’effet boomerang de la tentative d’intimidation chinoise à la réunion des droits de l’homme

Les efforts pour empêcher que ne soit abordée la persécution du Falun Gong aboutissent à une issue comique
 

La réunion du Conseil des Droits Humains des Nations unies à Genève le 19 septembre a offert un exemple vivant, montrant comment les diplomates et les fonctionnaires du Parti communiste chinois plient parfois le système international en leur faveur.


“Motion d’ordre !”

En interrompant à répétition un orateur, affilié à une ONG aux Nations unies, la délégation chinoise a essayé de gagner du temps pour empêcher la diffusion de points de vue qui mettent les autorités chinoises mal à l'aise.


“Motion d’ordre !”

Chen Shizhong, un chercheur sur les violations des droits humains en Chine, venait juste de commencer sa présentation à la 21ème Réunion de la 24ème Session régulière du Conseil des Droits Humains en Suisse. Son discours commençait comme suit—


“Motion d’ordre!”


Chen a déclaré: “[mon groupe] exhorte le Conseil des droits humains à prêter attention à la persécution longue de 14 ans du Falun Gong qui a coûté de nombreuses vies; Non seulement a-t-elle été une des plus grandes crises des droits humains dans le monde, mais l’extraction alléguée d’organes sur des pratiquants de Falun Gong par le Parti communiste chinois constitue aussi … "


Et vous savez ce que la délégation chinoise a dit à brûle-pourpoint.


Falun Gong est une pratique spirituelle qui est persécutée par les autorités chinoises. L’interruption a continué pendant à peu près encore dix minutes, jusqu’à ce que la délégation chinoise s’entende effectivement demander de se désister par le Secrétariat responsable de maintenir l’ordre dans les chambres du Conseil.


Après avoir réussi à s’exprimer librement pendant environ trois minutes, Chen Shizhong a toutefois été interrompu de nouveau, sur la même motion d’ordre : que l’intervenant, Chen, n’était en réalité pas affilié au groupe au nom duquel il parlait. (Dans le cas présent, le Parti radical non violent, une ONG européenne pacifiste de gauche avec un statut aux Nations unies.) Les chinois ont reçu l’assurance qu’il avait été dûment accrédité, de multiples fois, mais la motion d’ordre a continué à courir.

“Le Secrétariat ne connaît même pas le nom de l’intervenant” a déclaré à un moment le représentant chinois. " Nous espérons que le Secrétariat identifiera et clarifiera cette personne. "


L’orateur du Falun Gong a reçu l'appui du Royaume Uni, de l’Italie, la Suisse, la Suède, la France et des Etats-Unis. " L’orateur a le droit de parler, et ce qu’il dit est pertinent " a déclaré à un moment le représentant des Etats-Unis, en faisant un geste comme pour souligner le caractère raisonnable de la requête.


“Nous attendons d’entendre la fin de la déclaration de l’ONG … a déclaré le représentant de la République tchèque. Il a ajouté que le Chinois venait juste de " faire de cette déclaration, la déclaration la plus populaire de la journée. " Les applaudissements ont fusé, et la Vice-présidente a fait de son mieux pour réprimer un fou-rire. Les tentatives de faire dérailler le discours du Falun Gong ont semblé avoir l’effet inverse que celui prévu.

[...]

Epoch Times

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.