Authenticité-Bonté-Tolérance viennent au Congrès

WASHINGTON—l’authenticité, la bienveillance et la tolérance ne sont pas les premières choses qui viennent à l’esprit en marchant dans les couloirs du Congrès et pour un groupe de jeunes dirigeants visitant la Colline du Capitole jeudi, c’était une agréable surprise de voir l’exposition d’art Zhen Shan Ren affichée au bâtiment Rayburn.


“C’est une exposition tellement importante,” a déclaré Bill Gilliam, un étudiant du New Jersey en troisième année de relations internationales à l’Université Seton Hally.


La collection de tableaux montre la beauté de la disciple spirituelle chinoise du Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, et la difficulté de vivre une vie spirituelle dans la Chine d’aujourd’hui.


Gilliam, dont les centres d’intérêt sont l’économie et les études asiatiques, a apprécié que l’exposition se focalise sur les droits de l’homme en Chine. "Ça n’est pas quelque chose de beaucoup discuté au Congrés," a-t-il dit.


Parmi les artistes, beaucoup ont été détenus et brutalement torturés pour leur adhérence au Falun Gong, une forme paisible de qigong cible d’une terrible persécution par le régime Chinois.


Mary Eveleigh, 20 ans, résidente de D.C., a dit qu’elle pouvait ressentir le chagrin des gens représentés dans les peintures mais qu"aussi la beauté et les couleurs des œuvres elles-mêmes l’avaient impressionnée.


Gilliam a mentionné la “clarté et l’intensité” des œuvres. “Tout est très direct—ça ne tourne pas autour du pot,” a-t-il dit .


Le professeur Zhang Kunlun, coordinateur général de l’Exposition internationale l’Art de Zhen-Shan-Ren et un des artistes aurait apprécié ses remarques.


“À travers la peinture, Je veux montrer aux gens combien la 'cultivation' de Dafa est belle et avec quelle brutalité le PCC [Parti communiste chinois] traite Falun Dafa" a déclaré Zhang à l’exposition.


Zhang est diplômé de l’Académie des Arts en Chine avec une spécialité en sculpture et a fondé par la suite le département sculpture à l’Université des Arts de Shandong. Il était directeur de l’Institut de Recherche en Sculpture en 2000, lorsqu’il a soudainement été arrêté pour avoir distribué une information à propos du Falun Gong.


Le soumettant à un interrogatoire, la police a attaqué Zhang avec des matraques électriques, ils voulaient les noms d’autres personnes qui pratiquaient le Falun Gong avec lui.


Zhang a surpris le chef de la police en train de dire à un autre policier que le dirigeant d’alors Jiang Zemin avait émis la directive de détruire le Falun Gong et que la police avait toute licence pour ce faire. Les coups de la police sont devenus encore plus brutaux.


"J’ai ressenti une grande douleur, un grand stress," dit Zhang.


Après trois nuits au commissariat sans avoir donné aucuns noms, Zhang a été emmené d’abord dans un centre de détention puis dans un centre de lavage de cerveau où il s’est mis presque aussitôt en grève de la faim.


“Je savais que je ne voulais pas rester là,” a-t-il dit recourant à un interprète.


Zhang a eu de la chance, il a été relâché mais il savait qu’il ne se passerait pas longtemps avant qu’il ne soit arrêté de nouveau. Il a été condamné à trois ans mais grâce aux efforts d’amis, de la famille et du gouvernement canadien, il a été relâché et s’est enfui en Amérique du nord.


Zhang croit que l’art est le meilleur moyen d’informer les gens sur le Falun Gong, en particulier les législateurs. "S’ils comprennent vraiment ils se tiendront aux côtés du Falun Gong" a-t-il dit via un interprète.


Traduit de l'anglais :
Truthfulness Compassion Tolerance Comes to Congress

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.