L’architecte de la “Grande Muraille de l'Internet chinois” ridiculisé dans la sphère Twitter

Fang Binxing, président de l'Université des Postes et Télécommunications de Pékin est tristement célèbre pour être l'architecte en chef du contrôle de l'Internet chinois, et surnommé “Père de la Grande Muraille de l'Internet chinois". Récemment, Fang a démissionné à l'âge de 53 ans en raison d'un cancer rectal. Le réseau Twitter a explosé de joie quand les internautes chinois ont appris la nouvelle.


Pendant des années, la communauté internationale a considéré la Chine comme un’“ennemi pubilc de l'Internet", Fang étant en grande partie responsable de cette image. Il a longtemps été méprisé par les internautes chinois pour avoir aidé le Parti communiste chinois (PCC) à censurer les sites Web.

Le 9 février 2013 Fang a envoyé un message de vœux pour le Nouvel An aux internautes sur Weibo (équivalent de Twitter). Il a reçu en réponse 250.000 messages "Va te faire voir" et a clot les commentaires peu de temps après.

Le régime du PCC a commencé à construire un pare-feu pour censurer les sites web en 1998. Le pare-feu a connu un développement rapide après que le régime de Jiang Zemin a commencé à persécuter le Falun Gong en juillet 1999.

Le PCC a immédiatement fabriqué des mensonges pour calomnier et diffamer le Falun Gong afin de créer une atmosphère de méfiance parmi la population chinoise, et également fournir des excuses à sa persécution inhumaine des pratiquants.

Une priorité politique sans précédent a été donnée auu projet de pare-feu sous les ordres de Jiang Zemin, fournissant simultanément les moyens pour dissimuler la vérité. Dans ces circonstances, Fang a joué son rôle infâme dans le développement accéléré du Grand Pare-feu chinois (GFW).

Il n'est pas surprenant que les internautes chinois détestent autant le GFW, après avoir constaté comment les faits à propos du Falun Gong sont bloqués et combien les mensonges sont acceptés de façon convaincante. De nombreux internautes chinois sont férus de technologie et conscients des restrictions du GFW - sans parler de la propagande et de la désinformation du gouvernement - de sorte que leur ressentiment envers Fang est facile à comprendre.

Après que la persécution a commencé, le PCC a déployé son appareil de propagande au complet, y compris la télévision, la radio, les journaux et l'Internet pour diffamer le Falun Gong. Le pays tout entier a été saturé de mensonges effrénés. C'était comme une réédition de la Révolution culturelle, mais en pire.

Je me souviens des événements dans ma ville natale pendant la Révolution culturelle. Au moment où nous arrivions à lire un journal, il datait déjà de deux semaines. Aujourd'hui, avec les télécommunications de pointe, la popularisation de la télévision et l'utilisation intensive de l'Internet, les appareils de propagande modernes sont de loin supérieurs à ceux qui étaient disponibles pendant la Révolution culturelle.

Les fabrications du PCC peuvent être diffusées instantanément dans le monde entier. Celle visant le Falun Gong est sans précédent en termes de technologie, d'échelle et de couverture.


.


Le plus gros coup de propagande de tous a été la soi-disant "auto immolation de la place Tiananmen" en janvier 2001


Sur la base de la séquence vidéo de l'incident fourni par CCTV, les pratiquants de Falun Gong d'outre-mer ont créé le programme “Faux feux” afin de révéler la supercherie au monde.

En regardant les prises de vue de CCTV au ralenti, on peut clairement observer que Liu Chunling, déclarée avoir succombé à ses brûlures, a été en fait frappée par derrière par un objet contondant et tuée sur le coup.

Le policier debout les bras croisés derrière Wang Jindong, un autre “auto-immolé" qui était assis sur le sol et criait des slogans, a attendu qu’il finisse de crier avant de jeter la couverture anti-feu sur sa tête. La bouteille en plastique entre les jambes de Wang, est restée intacte après qu’il se soit immolé par le feu et que ses vêtements aient été brûlés en lambeaux. Comment est-ce possible ?

Le PCC n'a jamais donné de réponse adéquate aux inexactitudes et incohérences de ce canular, mais le film est toujours utilisé pour laver le cerveau des Chinois

Ce sujet est même inclut dans les manuels de l'école primaire pour empoisonner l'esprit des enfants. Le PCC continue à tromper le peuple chinois, bloquant tous les canaux de communication via le GFW.

Les personnes réfléchies devraient maintenir leur intégrité éthique et ne pas coopérer avec des personnes telles que Fang. Il a agi sans même l'éthique de base et utilisé sa compétence pour diviser l'ensemble de l'Internet en Chine isolant les LAN (réseaux locaux), coupant ainsi toutes voies par lesquelles les gens puissent apprendre les faits.


Il se conforme en tout point au PCC pour empêcher les citoyens d'accéder aux médias indépendants, pas étonnant qu'il soit ridiculisé par eux.


Sa vie a été illustrée par les internautes dans un couplet sarcastique : "Des milliers de personnes te pointent du doigt quand tu es en vie, Un nom humiliant te suivra une fois mort." Le titre du poème est "Un parcours de vie pas repris en vain ".


L'immoral PCC peut facilement remplacer Fang Binxing par quelqu'un d'autre pour maintenir le GFW et il ne va pas desserrer son emprise sur la vérité simplement parce que Fang est rejeté par le grand public.


Nous aimerions suggérer à ceux qui marchent dans les pas de Fang, de regarder en face la vérité à laquelle les gens aspirent, parce qu'ils ne veulent pas vivre dans un monde de mensonges


Ne vous associez pas avec le PCC pour des raisons d'intérêt personnel. Soyez plutôt du côté du peuple pour désintégrer le PCC et éliminer le GFW !


Traduit de l’anglais
Architect of the “Great Firewall of China” is Ridiculed in the Twittersphere

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.