Les Chinois démissionnent du Parti communiste, signe annonciateur d’une nouvelle Chine

Un rassemblement à New York pour soutenir un mouvement pacifique
 

Baiqiao Tang, président de «China Peace» et l'un des principaux dissidents chinois, lors d'un rassemblement appelant à mettre fin à la persécution du Falun Gong en Chine qui s’est tenu devant le bâtiment des Nations Unies à New York le 17 mai 2013 (Edward Dai/Epoch Times)


New York – Les membres du Parti communiste chinois démissionnent du Parti par dizaines de milliers, comme des grains de sable s’écoulant du sablier du PCC.


Le 17 mai, un rassemblement a eu lieu devant le bâtiment des Nations Unies à New York en soutien aux 138 millions de Chinois qui ont démissionné du Parti communiste chinois (PCC) et de ses organisations affiliées. Des centaines de personnes, pour la plupart chinoises, ont rempli la place Dag Hammarskjold tenant des bannières en silence, tandis que des orateurs se sont relayés à la tribune en expliquant au public ce que signifie actuellement pour la Chine le mouvement «Démissionner du PCC».


Le mouvement "Tui Dang" ou "Quittez le Parti"est une manifestation de non-violence et un éveil de la conscience qui est en train de changer la Chine. Après le lancement de ce mouvement en novembre 2004, suite à une série d’éditoriaux de l’édition chinoise d’Epoch Times révélant l’histoire non censurée du PCC, les gens ont commencé à démissionner du Parti par dizaines de milliers, enregistrant leurs décisions sur un site tenu par des partisans du mouvement.


Yi Rong, présidente du Bureau mondial pour quitter le PCC a déclaré: "De cette façon, l’organisation communiste est en train de s’effondrer en douceur ».


Parmi les intervenants il y avait des dirigeants d’organisations de défense des droits de l’homme, mais aussi des personnes ayant eu une expérience directe du système de camps de travaux forcés et des prisons du PCC, où les pratiquants de Falun Gong sont fréquemment torturés.


Selon le Centre d’information du Falun Dafa, le bureau de presse officiel du Falun Gong, beaucoup de participants au rassemblement étaient des pratiquants de la méthode chinoise du Falun Dafa (appelée également Falun Gong), qui est durement persécutée par le PCC depuis 1999. Les orateurs ont parlé des crimes du PCC – dont plus de cent formes de tortures – contre les membres de ce groupe.


Chris Smith, membre du Congrès américain et co-président de la Commission exécutive du Congrès sur la Chine, a envoyé une lettre de soutien à cette manifestation. Il a précisé qu’il soutient les 8.000 pratiquants de Falun Dafa venus à New York pour les activités de ce week-end, et a appelé à mettre fin à la persécution du Falun Gong en Chine.


En se référant à la persécution des pratiquants du Falun Gong par le PCC, il a déclaré: "J’ai reçu de nombreux témoignages soulignant que la situation en Chine a empiré. La répression est omniprésente et sévère. Des millions de pratiquants de Falun Dafa en Chine, mais aussi certains parmi ceux qui sont ici aux Etats-Unis, ont été victime d’actes de violence et d’agression, de vol et de destruction de leurs biens, d’écoutes illégales, d'intimidation et de persécution."


«En Chine, des millions de pratiquants de cette pratique pacifique ont été tués. Des centaines de milliers ont été arrêtés. Et plus de 100.000 personnes ont été condamnées aux camps de travaux forcés, souvent sans aucun procès», a-t-il ajouté.


Nombreux sont ceux qui considèrent le mouvement pour démissionner du PCC comme la seule voie pacifique vers l’effondrement inévitable du régime.


Baiqiao Tang, président de "China Peace" et l’un des principaux dissidents chinois, était parmi les intervenants du rassemblement. Il est le co-auteur du rapport Hymne à la défaite: la répression dans la province du Hunan en 1989-1992, publié par Human Right Watch.


S’exprimant par l’intermédiaire d’un interprète chinois, Tang a déclaré qu’en 2010, il y avait environ 150.000 grandes manifestations publiques dans toute la Chine, et qu’après cette année-là, le PCC a cessé de publier les statistiques.


Il a ajouté que depuis lors: "on estime que 300.000 émeutes se produisent chaque année en Chine en raison du mécontentement de la population contre le règne du Parti communiste".


Selon Tang, alors que le budget militaire du PCC est l’un des plus élevés au monde, ce dernier dépense encore plus pour la surveillance et la persécution de son propre peuple. Il précise que les émeutes qui éclatent à travers la Chine sont le prétexte pour laquelle le PCC dépense de l’argent pour la surveillance, la censure d’Internet et pour le personnel paramilitaire présent dans les rues.


Tang a déclaré que malgré les efforts du PCC : "rien ne peut arrêter cette marée humaine chinoise qui se lève, car la Chine est plus importante que n’importe quelle ethnie en Chine… quelque soit l’ethnie à laquelle vous appartenez en Chine, vous êtes avant tout Chinois, et vous devez vous soulevez tous ensemble car un jour le Parti communiste va s’écrouler".


Traduit de l'anglais Chinese Quit Communist Party, Heralding a New China

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.