La lettre signée par 106 membres du Congrès des Etats-Unis, demandant au Département d'Etat de rendre publique l'information sur la collecte d'organes en Chine

Le 3 octobre, 106 membres du Congrès ont signé une "Lettre Cher Collègue" à l'intention de la Secrétaire d'Etat Hilary Clinton, exprimant leur préocupation à propos de la collecte forcée d'organes en Chine, et demandant au Département d'Etat de rendre publique toute information qu'ils pourraient avoir sur cette question majeure. la lettre Cher Collègue a été co-parrainée par le Représentant Robert Andrews (D- NJ) et le Représentant Chris Smith (R-NJ) et a circulé à la Chambre.


La lettre Chère Collègue adressée à la Secrétaire d'Etat

En voici une traduction :

Cher Collègue :


Les greffes d'organes sont une plus grandes avancées de la médecine moderne. C'est une procédure qui peut et a sauvé des milliers de vies. Toutefois, son succès dépend de la disponibilité d'organes compatibles. Les médecins aux Etats-Unis et dans le monde sont de plus en plus préoccupés par les allégations de pratiques contraires à l'éthique pour se procurer des organes et d'abus de la médecine des greffes à l'étranger.Ce n'en est pas moins vrai en Chine, où de graves allégations suggèrent que d'inimaginables abus se sont produits.


Le Dr. Wang Guoqi, un médecin chinois, a témoigné en 2001 devant le Sous-Comité sur les Opérations internationales et les Droits humains de la Chambre des Représentants des EU, à propos de son implication dans le prélèvement des organes de prisonniers exécutés en Chine. Depuis lors, d'autres allégations se sont fait jour, incluant le récent témoignage donné le 12 septembre 2012 à l'audition "La collecte des organes de dissidents politiques et religieux par le Parti communiste chinois," impliquant les hôpitaux chinois et les médecins dans la pratique de prélèvements forcés d'organes de prisonniers, jusqu'à prétendument inclure des pratiquants du mouvement spirituel Falun Gong, des Ouïgours, des Tibétains et des Chrétiens clandestins, de leur vivant.


Nous allons envoyer la lettre ci-dessous à la Secrétaire Clinton, demandant plus d'information sur ce que sait le Département d'Etat sur les abus de greffes en Chine et vous demandons de vous joindre à nous dans cet important effort.


Veuillez contacter Adrienne Izzo dans le bureau du Rep. Andrew au 5-6501 ou adrienne.izzo@mail.house.gov avant le COB du 20 septembre, si vous souhaitez être ajoutés à la lettre. (La date limite a depuis été repoussée au 1er octobre 2012)


Sincèrement ,

ROBERT E. ANDREWS CHRISTOPHER H. SMITH

Membre du Congrès Membre du Congrès


The Honorable Hilary Rodham Clinton
Secretary of State
Department of State
2201 C Street NW
Washington, D.C. 20520

Chère Madame la Secrétaire :

Les greffes d'organes sont une plus grandes avancées de la médecine moderne. Pratiquée en accord avec les standards éthiques, c'est une procédure qui peut et a sauvé des milliers de vies. En dépit de nombreux accomplissements dans le domaine de la médecine des greffes, sont succès est dépendant de la disponibilité d'organes compatibles. Trop souvent, la demande en organes est plus grande que la disponibilité. Dans certains pays, il est allégué que cette demande a conduit au développement d'un marché noir d'organes. Les médecins aux Etats-Unis et dans le monde sont de plus en plus préoccupés par des pratiques contraires à l'éthique pour se procurer des organes et des abus de la médecines des greffes à l'étranger. Il n'en est pas moins vrai qu'en Chine, de graves allégations suggèrent que d'inimaginables abus se sont produits.


Le Dr. Wang Guoqi, un médecin chinois, a témoigné en 2001 devant le Sous-Comité sur les Opérations internationales et les Droits humains de la Chambre des Représentants des EU, à propos de son implication dans le prélèvement des organes de prisonniers exécutés en Chine. Depuis lors, d'autres allégations se sont fait jour, incluant le récent témoignage donné le 12 septembre 2012 à l'audition "La collecte des organes de dissidents politiques et religieux par le Parti communiste chinois," impliquant les hôpitaux chinois et les médecins dans la pratique de prélèvements forcés d'organes de prisonniers, jusqu'à prétendument inclure des pratiquants du mouvement spirituel Falun Gong, des Ouighours des Tibétains et des Chrétiens clandestins, de leur vivant.


En février, Wang Lijun, le Maire adjoint de Chongqing chargé de la sécurité publique, a passé plus de 24 heures au Consulat des Etats-Unis à Chengdu. Certains ont prétendu que Wang Lijun pourrait avoir été personnellement impliqué dans ces pratiques terrifiantes de prélèvement d'organes sur des prisonniers encore vivants en Chine. Il est dit que lors de son séjour au Consulat des Etats-Unis, Wang Lijun aurait divulgué l'information à propos de la collecte d'organes de pratiquants de Falun Gong encore vivants. Si une telle preuve a bien été reçue et mise en lumière, des mesures devraient être prises pour aider à faire cesser de si abominables abus.


Nous demandons par conséquent au Département d'Etat de rendre publique toute information qu'il pourrait avoir et qui soit liée aux abus des greffes en Chine, y compris tout document que Wang Lijun a pu fournir à notre Consulat à Chengdu.

Sincèrement ,

Adrienne C. Izzo
Congressional Fellow
Congressman Rob Andrews (NJ-01)
(202) 225-6501


Traduit de l'anglais :
http://en.minghui.org/html/articles/2012/10/7/135751.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.