Résumé de “l’incident de Chongqing ”

Wang Lijun, l’ancien chef de la police et maire adjoint de Chongqing qui s’est enfui au Consulat américain dans la ville de Chengdu pour y demander asile, a provoqué un état de crise au sein du régime chinois. Bo Xilai et Wang Lijun ont activement persécuté le Falun Gong et ne font que commencer à recevoir leur due rétribution, mais les évènements ne vont pas s'arrêter là.


Ce qui suit retrace en gros les grandes lignes de l’incident


I. Différents points de vue des raisons pour lesquelles Bo Xilai et Wang Lijun se sont retournés l’un contre l’autre

En tant qu’homme de main de Bo Xilai, Wang Lijun s’est engagé dans les écoutes sous le prétexte d’une campagne dite "Frapper le noir”. Il a également mis sur écoute Bo Xilai, recueilli plusieurs enregistrements de Bo et avait des informations internes concernant des secrets de Bo et de sa famille. En surface l ’ “incident de Chongqing” semblait provenir du fait que Bo Xilai ait tourné le dos à son proche allié Wang Lijun, mais il y a différentes opinions quant aux raisons pour lesquelles Bo et Wang se sont retournés l’un contre l’autre. Par exemple :


1. Le 28 janvier 2012, Wang Lijun a dit à Bo qu’une enquête sur certaines affaires remontait à la famille de Bo. Un de ses enquêteurs a présenté sa démission en raison de la pression. Bo a été très en colère et s’est retourné contre Wang.


2. En tant que chef de la police de Chongqing, Wang Lijun a découvert que l’épouse de Bo, Gu Kaili, était impliquée dans l’assassinat de l’homme d’affaires anglais Neil Heywood. Quand il en a parlé, Bo l’a giflé. En deux jours 11 personnes du groupe d’investigation créé par Wang ont été arrêtées, parmi elles, deux ont été battues à mort et une s’est suicidée. Plus tard, Wang a fait plusieurs copies de documents concernant les secrets de Bo Xilai et de Zhou Yongkang. Il a également menacé que si Zhou ne le protégeait pas ils tomberaient ensemble. Les médias outremer ont révélé que Heywood a été assassiné pour avoir appris que la famille de Bo avait secrètement transféré des actifs, et il avait une liaison avec Gu Kailai.


3. Wang Lijun a pris peur après une conversation avec des représentants de la Commission centrale pour l’Inspection de la Discipline (CCID), un organe secret et puissant du Parti qui mène des enquêtes et punit les cadres soupçonnés de corruption. Il voulait se protéger et a décidé de recueillir des informations sur Bo. Un informateur dans le haut leadership de Pékin a informé Bo de l'enquête de Wang et celui-ci a limogé Wang.


Quels que soient les points de vue, une chose est relativement claire : Wang Lijun avait en main des secrets extrêmement préjudiciables pour Bo Xilai. Craignant que Bo ne veuille l’assassiner pour le faire taire, il s’est enfui au consulat américain à Chengdu et a demandé asile. Les sites Web à l’étranger ont appris d’une source interne que Bo avait directement commandité le meurtre de l’anglais Heywood ; dont on dit qu’il a été exécuté par Zhang Xiaojun ( personnel de la famille Bo). Bo est également responsable de 6 meurtres à Dalian et à Chongqing.


II. Une brève présentation de l’“incident de Chongqing”

Le 2 février, Bo Xilai, le chef du Parti communiste chinois (PCC) à Chongqing a relevé Wang de ses fonctions de chef de la police et l’a rétrogradé de premier à septième adjoint au maire, chargé de la supervision du commerce et de l’industrie, de la supervision technique, de la science, l'éducation, la culture et la santé, etc.

Les autorités de Chongqing l’ont officiellement rendu public le même jour.


Avant l'annonce du renvoi de Wang de son poste le 2 février, Bo avait fait arrêter 19 proches collaborateurs de Wang, y compris son chauffeur, son cuisinier, ses gardes du corps et sa secrétaire, parmi lesquels deux ont été tués et un s'est suicidé. Les faits et gestes de Wang étaient sous la surveillance de Bo.


Le 3 février, une agence de presse a révélé que Wang avait divulgué au CCID la corruption de l’épouse de Bo, Gu Kuailai, notamment son transfert d' actifs à l'étranger, et les problèmes du fils de Bo. Selon les médias d'outre-mer, Gu Kailaia a transféré plus de 8 milliards de dollars en actifs aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans d'autres pays.


Le 4 février, l’hôpital Daping de la troisième Faculté militaire de médecine a publié un document déclarant que Wang Lijun avait des tendances suicidaires. Selon les analystes cela démontre que du côté de Chongqing (Bo Xilai) on préparait déjà l’opinion publique au fait de se débarrasser de Wang Lijun.


Le 6 février, craignant que Bo ne l’assassine, Wang déguisé en vieille femme a échappé aux policiers qui le suivaient secrètement. Il s’est enfui en voiture vers l’ouest en direction de Chengdu où après quatre heures de route il est entré au consulat des Etats Unis. Il a passé plus de 24 heures dans le consulat avant de ressortir. Il a fait une demande d’asile politique pendant qu’il était au consulat.


Entretemps Bo a découvert la fuite de Wang et a dépêché le maire Huang Qifan. Le matin du 7 février, Huang Qifan a fait encercler le consulat des Etats Unis par 70 voitures de police y compris des véhicules blindés.


Le 7 février, des hauts dirigeants de Pékin sont intervenus (on dit que Hu Jintao était directement impliqué) et Huang Qifan a démissionné. Wang Lijun a quitté le consulat et a été mis en détention préventive par Qiu Jin, un vice-ministre de la sécurité d'Etat, qui a escorté Wang à Pékin.


Le 7 février, le journaliste Jiang Weiping a révélé qu’après que la fuite de Wang Lijun au consulat des États-Unis ait été révélée, de nombreux policiers à Chongqing étaient enchantés. Ils ont dit avoir eu un sentiment de soulagement et prévoyaient de fêter ça. Ils ont organisé un banquet et discuté des scandales sexuels de Wang Lijun.


Le 8 février le gouvernement municipal de Chongqing a déclaré que Wang Lijun recevait “un traitement médical de style vacances. ” Le micro blog du gouvernement de Chongqing a déclaré : “Nous avons appris que le maire adjoint Wang Lijun est gravement malade suite à une surcharge de travail à long terme et un stress mental intense. Actuellement, il a été autorisé à prendre des vacances pour traitement médical.”


Le 9 février, la porte-parole du Département d’état des Etats-Unis Victoria Nuland a confirmé que Wang Lijun s’était bien rendu au consulat des Etats Unis et a déclaré qu'il en était reparti de son “plein gré”.


Le 9 février, le Ministère des Affaires étrangères chinois a été forcé de reconnaître la visite de Wang au consulat des Etats Unis et a déclaré qu’il y était resté plus de 24 heures avant d’en repartir.


Le 13 février, Xi Jinping s’est envolé pour les Etats Unis pour commencer une visite de cinq jour. Durant son séjour aux Etats Unis, un fonctionnaire américain familier avec les affaires chinoises a révélé les points essentiels de la conversation de Wang Lijun au consulat des Etats Unis. Selon un rapport publié sur le site Web du Washington Free Beacon, le journaliste Bill Gertz a cité un fonctionnaire américain disant que Wang Lijun a fourni des informations détaillées concernant la corruption de hauts fonctionnaires du PCC, les liens aux crimes organisés de son patron Bo Xilai, ainsi que les efforts des irréductibles du régime, comme Zhou Yongkang et Bo Xilai pour empêcher la succession sans heurts de Xi Jinping. Plus tard, Xi Jinping a lancé un vote crucial au Comité permanent du Politburo pour écarter Bo Xilai.

Après quoi, les médias étrangers ont successivement rapporté une partie du contenu des documents que Wang Lijun avait remis au Consulat américain. Ils incluaient : (1) des preuves pertinentes (enregistrements et documents confidentiels) à propos de l’ordre et de l’implication de Bo Xilai dans le prélèvement d’organes de pratiquants de Falun Gong ainsi que des documents issus des systèmes politiques et législatifs concernant la brutale répression du Falun Gong et des dissidents politiques. (2) Une cassette audio d’une conversation de Bo Xilai. On pouvait y entendre Bo dire que le chef du PCC Jiang Zemin est " l’actuelle impératrice douairière Cixi" (une femme puissante et charismatique qui a officieusement mais réellement contrôlé la Dynastie Manchu des Qing en Chine pendant 47 ans, de 1861 à 1908). Bo décrivait l’actuel dirigeant du PCC Hu Jintao comme étant “l’Empereur Xian des Han,” le dernier empereur (qui a régné de 189–220) de la Dynastie Han qui était considéré comme une simple marionnette, au point que même les loyalistes Han abusaient de sa souveraineté. Bo parlait aussi de Xi Jinping, en lice pour succéder à Hu au 18ème Congrès du Parti dans le courant de cette année. Bo disait que Xi est " Liu E’dou," le nom de nourriçon de Liu Shan, communément perçu comme un dirigeant incapable et même retardé. Bo disait que c’est lui qui conduira la Chine dans le futur et non les neuf membres actuels incompétents et mentalement retardés, et pas plus que les nouveaux membres "incompétents et mentalement retardés" choisis par les membres actuels. Bo faisait allusion aux neuf membres du Comité permanant du Politburo, le petit groupe qui dirige la Chine, et comment on s’attend à ce qu’ils choisissent un nouveau Comité permanent au 18ème congrès du Parti. (3) Bo Xilai et Zhou Yongkang montaient un coup pour empêcher Xi Jinping de prendre ses fonctions.


Le 28 février, dans une interview avec la Télévision Phœnix basée à Hong Kong, le Maire de Chongqing Huang Qifan a confirmé la véracité de l’incident Wang Lijun, et dit que les plaques minéralogiques des véhicules de la police entourant le Consulat américain étaient de la province du Sichuan. Mais le 5 mars la vidéo de l’interview de Huang, avait disparu du site web de Phœnix.


En février, les plus hauts échelons du PCC ont tenu deux rencontres afférentes, (date exacte inconnue). Wen Jiabao a dit que l’incident Wang Lijun reflétait les "problèmes manifestes" existant dans le travail de l’actuel Comité municipal de Chongqing ces quelques dernières années. Il pensait que le comité central devrait conduire une investigation approfondie du travail de Chongqing ces dernières années. He Guoqiang et Li Keqiang étaient plus ou moins d’accord avec l’opinion de Wen. Pour Zhou Yongkang la désertion de Wang Lijun au Consulat des Etats-Unis était un incident isolé, qui ne porterait pas ombrage aux accomplissements de Bo Xilai ces quelques dernières années. Li Changchun et Jia Qinling partageaient dans l’ensemble l’opinion de Zhou. Hu Jintao a gardé le silence sur la façon de traiter les problèmes de Chongjing, et Wu Bangguo n’a pas non plus pris position.


Le 2 mars, durant les “deux réunions” annuelles tenues au même moment – le Congrès national du peuple et la Conférence consultative politique du peuple chinois, un des intervenants, Zhao Qizheng, a dit que Wang Lijun faisait actuellement l’objet d’une enquête par les départements concernés. Wang Lijun a soumis une ‘requête pour absence’, car il n’assisterait pas à la rencontre du Congrès national du peuple, tenue le 5 mars à Pékin. Mais Bo Xilai viendrait, et il pourrait être interviewé à ce moment.


Le 5 mars, le premier jour des deux rencontres, dans une interview séparée avec la Télévision Phoenix basée à Hong Kong et loyale à Pékin, le Maire de Chongqing Huang a dit s'agissant de la police entourant le Consulat américain, : "J’y suis allé avec ma secrétaire dans une voiture. " "Les gens ont dit qu’il y avait de nombreux véhicules au-dehors. Ces véhicules avaient tous des plaques minéralogiques de la province du Sichuan." Le 7 mars, la délégation du Sichuan a répondu : "Le département de la sécurité publique de la province du Sichuan n’a pas dépêché de forces de police pour s’impliquer dans l’incident Wang Lijun. Alors qui y a envoyé la police du Sichuan ? " Les analystes pensent que Zhou Yongkang a directement mobilisé la police du Sichuan. Au moment critique, Zhou a utilisé la police de manière non autorisée, outrepassant sa compétence, ce qui a provoqué la colère de Hu Jintao et de Wen Jiabao.


Le 7 mars, le South China Morning Post, un média de langue anglaise à Hong Kong, a cité un reportage de la province du Sichuan qui disait que Hu Jintao avait dénoncé Wang Lijun, comme traitre au Parti communiste et à la nation lors d’un briefing interne relayé aux hauts dirigeants des deux réunions quelques jours plus tôt.


Le 8 mars, Bo Xilai était absent pour la réunion du jour au Congrès national du peuple. Zhou Yongkang assistait aux rencontres de la délégation de Chongqing, et a publiquement donné son plein soutien à Bo.


Le lendemain, 9 mars, durant la journée de la presse de Chongqing au Congrès national du peuple, Bo a pour la première fois répondu aux questions des médias à propos de l’incident Wang Lijun, déclarant que le fait que Wang Lijun l’ait laissé tomber était " inattendu" et "très triste" et qu’il "n’avait pas utilisé la bonne personne." Bo a tenté de justifier son mouvement "Frapper le noir" à Chongqing, qui a étiqueté des ennemis politiques et des hommes d’affaire comme étant des caids de la Mafia et les a emprisonnés de manière expéditive, souvent par milliers, tandis que leurs biens étaient expropriés. Bo a prétendu que le mouvement bénéficiait de l’implication du Comité des Affaires législatives et Politiques (CALP) et impliquait les organes de la sécurité publique : le procuratorat, les tribunaux, les responsables de la sécurité d’état, et la Commission centrale pour l’inspection de la Discipline (CCID). Il a dit que ça n’était pas simplement un mouvement local mobilisé par Wang Lijun. Lorsqu’un journaliste a posé la question sensible : "Pourquoi Hu Jintao n’a-t-il pas fait une visite à Chongqing ?" Bo a répondu : "Nous croyons fermement que le secrétaire général ira visiter Chongqing un jour, et il se réjouira de voir ce qui s’y passe. " Les remarques de Bo ont été considérées comme le détonateur qui a amené Hu Jintao à décider de démettre Bo de son poste.


Le 13 mars, durant une brève réunion des membres du Comité siégeant du Politburo, Xi Jinping a pris position en faveur du lancement d’une investigation complète et concrète sur les questions de Chongqing par le comité central. Wu Bangguo a également exprimé son soutien. On rapporte que tous les membres à l’exception de Zhou Yongkang ont été d’accord pour démettre Bo Xilai de ses positions. Zhou Yongkang était le seul membre du Comité siégeant au sein du Politburo à soutenir Bo Xilai.

Le 14 mars, le Premier Wen Jiabao a tenu une conférence de presse de trois heures à la clôture du Congrès national du peuple. Répondant à la question à propos de Wang Lijun, Wen Jiabao a dit que l’incident Wang Lijun devrait faire l’objet d’une investigation approfondie. Il a dit également " L’actuel Comité du Parti municipal de Chongqing et le gouvernement municipal doivent réfléchir sérieusement et apprendre la leçon de l’incident Wang Lijun. " Il a fait l’allusion que les campagnes "chanter des chants rouges et frapper le noir " de Chongqing sont les " vestiges de la Révolution culturelle." Les médias étrangers ont trouvé que c’était "la plus sévère accusation " contre Bo Xilai, et en même temps, il a lancé un défi ouvert aux supporters de Bo —l’ancien secrétaire général du PCC Jiang Zemin et l’actuel chef du Comité central législatif et politique Zhou Yongkang. Les remarques de Wen montrent que les plus hauts dirigeants du PCC sont ouvertement séparés.


Le 15 mars, le comité central a décidé que Bo Xilai ne tiendrait désormais plus le poste concomitant de Secrétaire du Comité du Parti de Chongqing. Des sources ont dit que Bo n’est pas retourné à Chongqing après la conclusion des deux rencontres, mais a été détenu à Pékin.


Le 15 mars, le Comité du Parti de Chongqing a tenu une Assemblée générale des cadres dirigeants de la ville afin de transmettre et de mettre en application la décision du Comité central d’ajuster et de changer les principaux dirigeants du Comité municipal. Le maire de Chongqing Huang Qifan a rapidement dénoncé Bo, et exposé ses sombres secrets au Comité central. À la rencontre du gouvernement municipal de Chongqing le 16 mars, Huang a dit que son équipe soutient fortement les ajustements du comité central au comité du parti municipal de Chongqing et leur décision concernant l’affaire Wang Lijun. Les médias étrangers ont rapporté que Huang a révélé que Bo avait même promis à Huang qu’il ferait de lui le Premier ministre de la Chine dans le futur, si Bo devenait Secrétaire général.


Le soir du 17 mars, l’interdiction du site Internet étranger de The Epoch Times a été levée pendant six heures, après une longue censure. Les usagers du Net ont pu voir des messages jusque là bloqués d'en dehors de Chine, sans avoir à utiliser de logiciel de contournement. Ils ont été surpris d’apprendre la grande vague des démissions du Parti communiste chinois et de ses organisations affiliées.


Le 18 mars, selon des sources internes à Pékin, après que les hauts-dirigeants à Pékin aient pris la décision de démettre Bo de son poste, Wen Jiabao a fermement insisté pour qu’une investigation plus poussée soit menée sur toute une série de questions, y compris les violations de la loi et de la discipline par Bo Xilai, la trajectoire de Wang Lijun, et les campagnes "chanter des chants rouges et frapper le noir ". Il a été rapporté que la proposition de Wen Jiabao a été fortement soutenue par plusieurs membres du Comité siégeant, y compris Xi Jiping, mais Zhou Yongkang a voulu soutenir Bo Xilai et confronté Wen. Différentes factions au sein du plus haut niveau du PCC étaient presque toutes impliquées dans cet incident.


Le 19 mars, le Comité des Affaires étrangères du Sénat américain a lancé une investigation de l’incident Wang Lijun.


Le soir du 19 mars, se sont répandus sur l’Internet des messages qu’on avait entendu des bruits de tir dans l’avenue Chang’an à Pékin, alors qu’une lutte interne avait lieu à Zhongnanhai, l’enceinte du leadership chinois. Il a été dit que Zhou Yongkang était ‘sous contrôle.' Pendant un moment, les termes comme " avenue Chang’an" " tirs" et "Zhou Yongkang " ont été bloqués. Des tirs ont également été entendus à minuit le 21 mars. Il est rapporté qu’un des partis était la Garnison de Pékin et l’autre la police armée.


Le 21 mars, le PCC a soudainement ordonné aux subordonnés de Zhou Yongkang, les secrétaires à l’échelle nationale du Comité politique et législatif (les chefs de la police et les chefs de la police politique armée dans tout le pays) de venir à Pékin pour une réunion. Le Secrétaire du Comité central législatif et politique Zhou Yongkang n’était pas mentionné. Le 26 mars, Zhou Yongkang " a fait une apparition" pour prendre la parole à la réunion, mais le ton de son discours était totalement différent d’à l’habitude, et manifestement hypocrite.


Le 21 mars, le Financial Times du Royaume Uni rapportait que Zhou Yongkang " est déjà sous un certain degré de contrôle."


Le 21 mars, Baidu.com a débloqué des recherches jusque-là censurées pour “Shen Yun Performing Arts”, et indiquait des résultats de recherche pour information sur le site officiel de Shen Yun Performing Arts basé aux Etats-Unis. Il a été bloqué le 22 mars, puis débloqué à nouveau le 23 mars. La censure intermittente de Baidu et le déblocage, ont révélé les intenses luttes de pouvoir en coulisses, au sommet du PCC.


Le 22 mars, Zhou Yongkang a fait une très étrange "apparition " aux informations du soir de CCTV, qui envoyait un message à la réunion en faveur du travail politique et législatif du pays tenue à Shanghai.


Le 23 mars, une période sensible à Pékin, dans Zhongnanhai et sur la Place Tianamen, les forces de police étaient en état d’alerte élevé. De Zhongnanhai à Xindan, à moins d’un kilomètre de distance, la région tout entière était en état d’alerte.


Selon China News Service (CNS), l’après-midi du 23 mars, le membre du Politburo, secrétaire du comité central politique et législatif Zhou Yongkang a rencontré le Ministre des affaires étrangères indonésien Marty, dans le Grand Hall du Peuple. Le 23 mars, au même moment où Zhou Yongkang faisait une apparition pour " réfuter les rumeurs", l’accès à davantage d’information a été ouvert lorsque les recherches de Baidu pour Bloody Harvest, ont accédé au livre écrit par David Kilgour et David Matas, détaillant leur investigation sur le prélèvement forcé d’organes de pratiquants de Falun Gong.


Le 24 mars, il a été rapporté que Wen Jiabao a soulevé le redressement des réputations des anciens dirigeants du PCC Hu Yaobang et Zhao Ziyang, en plus de mentionner plusieurs fois un redressement de l’incident du " 4 juin " parmi le haut leadership du PCC. Il a également touché à la question la plus tabou du PCC, en proposant de " redresser le Falun Gong. " On dit que Wen Jiabao a dénoncé le prélèvement d’organes et l’implication de Bo Xilai durant une réunion interne à Zhongnanhai concernant l’incident Wang Lijun. "Sans anesthésique, le prélèvement à vif d’organes humains et les vendre pour de l’argent—est-ce quelque chose qu’un être humain peut faire ?” a dit Wen à la réunion des dirigeants du Parti, selon la source. "Des choses comme cela se sont produites pendant de nombreuses années...”


Durant cette période, Baidu.com et des médias en Chine ont débloqué les recherches pour Zhuan Falun, le livre essentiel des enseignements du Falun Gong, “prélèvement d’organes à vif,” “Shen Yun” et d’autres termes clés de recherche.


Le 29 mars, les nouvelles de “Zhou Yongkang et de Bo Xilai conspirant pour évincer Xi Jinping”sont de façon surprenante apparues sur Baidu. Le 30 mars, une vidéo à propos du "Défilé Quitter le PCC " de Honk Kong était accessible sur Baidu.


Le 30 mars, le Times du RU révélait que de hauts fonctionnaires britanniques reconnaissaient que la mort de l’anglais Neil Heywood était liée à Bo Xilai, qui avait été limogé peu de temps avant de ses fonctions en tant que Secrétaire du Parti.


L’après-midi du 10 avril, Reuters publiait le premier un reportage qui déclarait que Bo Xilai avait été suspendu du Politburo et de tous les comités du Parti central et faisait l’objet d’une investigation. Le porte-parole officiel de la Chine Xinhua annonçait le 10 avril à 23h, que le Parti central avait destitué Bo Xilai de ses positions au sein du Comité central du Parti communiste chinois (CCPCC) et du Politburo. Une minute plus tard, Xinhua annonçait que “Gu Kailai (l’épouse de Bo) et Zhang Xiaojun (personnel de la famille de Bo) sont suspectés du crime d’homicide intentionnel et ont été transférés à une organisation judiciaire.”


Dans l’article de Xinhua à propos de l’arrestation de l’épouse de Bo, on se réfère à Gu Kailai comme à “Bo-Gu Kailai” ce qui indique que les autorités pourraient essayer d’impliquer Bo dans le meurtre de Heywood. Des analystes ont souligné que le PCC a essayé de dissimuler deux importantes questions liées à cette annonce. Une, est que Zhou Yongkang et Bo Xilai ont monté un coup pour renverser la succession en douceur de Xi Jinping; l’autre est que la lutte interne au sommet du leadership du PCC ces dernières années était focalisée sur la question du Falun Gong, et il y a eu de sérieuses différences concernant la persécution du Falun Gong.


Le 11 avril, davantage d’information a été révélée via les médias étrangers concernant Bo Xilai et Gu Kailai : Par exemple :

    1) Le Secrétaire du Parti du district de Nan'an, Xia Deliang, à Chongqing, qui a été arrêté, a avoué qu’il avait préparé du cyanide de potassium, un poison qui tue en quelques minutes à doses infinitésimales, pour assassiner Heywood. Xia a également admis qu’il avait acheté Gu Kailai avec 30 millions de yuans, afin d’être promu vice-maire. Une investigation initiale a révélé que durant les deux dernières années, Bo Xilai avait reçu 1 milliard de Yuans de dessous de table de fonctionnaires qui étaient promus à Chongqing par l’intermédiaire de Gu Kailai.

    2) Bo Xilai et Wang Lijun ont fait construire un hôpital psychiatrique à Chongqing, où 1,300 personnes qui avaient été “criminalisées pour leur libre expression” sont actuellement incarcérées.

    3) Bo Xilai et Wang Lijun avaient été actifs en persécutant le Falun Gong. Ils étaient aussi suspectés d’être impliqués dans le prélèvement des organes de pratiquants de Falun Gong de leur vivant.

    4) Certains analystes ont dit que Heywood a découvert la conspiration de Bo Xilai dans le processus d’aider la famille de Bo à transférer des actifs à l’étranger, et c’est pourquoi Bo avait l’intention de tuer Heywood. Bo a encouragé sa femme Gu Kailai à se charger du meurtre alors qu’il demeurait en coulisses.

    5) Des sources internes du PCC ont accusé Bo Xilai d’être lié à une liste de scandales sexuels

    6) Des sources internes du PCC ont révelé que Bo Xilai avait une grande admiration pour Qin Shihuang et Mao Zedong, et proclamait être lui-même la troisième grande figure en Chine.

    7) Gu Kailai possède une résidence à Hong Kong et elle est aussi une résidente permanente de Singapour.


III. Zhou Yongkang et Bo Xilai ont monté un coup pour empêcher Xi Jinping de prendre ses fonctions

L’ambition de Bo Xilai n’est pas simplement de devenir le Secrétaire du Comité central legislative et politique, mais de s’emparer du pouvoir suprême. Dans l’incident de Wang Lijun, l’information la plus explosive est que Bo Xilai et Zhou Yongkang ont ourdi une conspiration pour empêcher Xi Jinping de prendre ses fonctions.

Selon les médias étrangers :

    1) Bo Xilai s’est associé avec l’armée, déclarant qu’au moins deux unités de l’armée le soutenaient, en plus de l’énorme force de la police armée et des forces de police contrôlées par le comité législatif et politique.

    Les médias étrangers ont dit que Zhou Yongkang contrôle 2.5 millions des forces de la sécurité publique et 1.5 million des forces de la police armée, tandis que Hu Jintao contrôle plus de 2 millions des forces armées. Certaines armes conventionnelles que possèdent la police armée et la sécurité publique sont plus avancées que celles de l’armée, à l’exception de l’équipement à usage industriel qui est moins avancé que celui de l’armée. Ce n’est pas un secret que l’investissement pour maintenir la stabilité sociale en Chine a dépassé celui dépensé pour l’armée. Donc il est réaliste et faisable que Zhou et Bo aient comploté pour lancer une opération de police pour forcer Xi Jinping à renoncer à sa position, comme dévoilé par Wang Lijun au Consulat des E.U.

    (2) Ce qui a choqué les plus hautes autorités du PCC c’est que Wang Lijun ait infiltré le Bureau central des gardes, au point d’être au courant de leurs mouvements et de leurs conversations privées. Wang Lijun était seulement un tueur à gages sous Bo, et n’avait vraisemblablement pas la capacité d’entrer en contact avec le Bureau central des gardes, selon un analyste. L’accès intérieur a dû être arrangé par Zhou Yongkang—le chef de la sécurité du Parti et un des neuf membres du Comité siégeant du Politburo.

    Wang Lijun aimait s’engager dans les écoutes, et était aussi un "héro contre le crime ". Wang a également utilisé de nombreuses technologies d’écoute de pointe de la police. Lorsque les dirigeants du Comité central du PCC ont visité Chongqing, ils étaient sur écoute, ce qui a plus tard conduit à des fuites des secrets de Zhongnanhai.

    Lorsque Xi Jinping, He Guoqiang, Li Yuanchao, Wu Bangguo, et d’autres visitaient Chongqing, Wang Lijun organisait une operation d’écoutes et a rendu compte plusieurs fois à Bo Xilai de l’information qu’il avait ainsi obtenue.

    (3) Bo Xilai était suspecté de payer Li Runtian, le chef des gardes du corps de Wen Jiabao et directeur adjoint du Bureau central des gardes pour espionner le cercle interne du PCC. Li a " pris sa retraite" le 5 avril.

    (4) Bo Xilai a acheté l’aile gauche avec de grosses sommes d’argent, afin de vendre son “modèle de Chongqing—les campagnes politiques impliquant l’arrestation de ceux accusés d’être des gangsters et faire chanter aux gens des chansons de l’époque Maoiste.

    Par exemple, Kong Qingdong, un professeur de l’Université Pékin, a admis avoir reçu un million de yuans (158,800 US$ ) de Chongqing comme “fond de recherche.” Yang Fan, un professeur à l’Université de Science politique et de droit de Chine, et un des créateur d’Utopia, un site Internet ultra gauche du PCC, et supporter de longue date de Bo, a changé de bord, et presse à présent Chongqing de ne pas se déclarer en faveur du parrainage de l'aile gauche.


Minghui

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs : chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.