La bonté et la méchanceté reflétées dans le témoignage d’un policier ayant assisté à un prélèvement d’organes à vif

L’Organisation mondiale d’Investigation de la persécution du Falun Gong en Chine (WOIPFG) rapportait le 12 décembre 2009 qu’un de leurs enquêteurs spéciaux avait eu une conversation de prés de 30 minutes avec un témoin qui travaillait dans le système de sécurité publique de la province de Liaoning. L’homme a révélé comment il avait été témoin d’un cas de prélèvement d’organes sur une pratiquante de Falun Gong de son vivant. Ce qu'il décrit nous ramène en l’année 2002. La conversation nous donne l’impression d’entendre nous-même les voix et d’assister à la scène.


1. La victime, une pratiquante de Falun Gong
Dans ce cas, la victime était une pratiquante de Falun Gong d’une trentaine d’années. Elle avait été brutalement torturée pendant une semaine et soumise à un gavage forcé . Son corps était couvert de tuméfactions et d’entailles. Lorsque le couteau a incisé sa poitrine, elle a émis un ‘’fort bruit de lamentation. Elle a dit : ‘Falun Dafa Hao (Rao) [Falun Dafa est bon]’ et a aussi dit quelque chose comme “Vous tuez un individu comme moi. Pouvez vous tuer plusieurs centaines de millions d’entre nous, que vous persécutez pour notre seule croyance ?”

Le témoin a affirmé: ‘’Cette pratiquante était professeur dans un collège. Son fils aurait probablement 12 ans cette année. Son époux n’était qu’un ouvrier et n’avait pas beaucoup d’influence dans la société.’’ L’implication, d’après l’énoncé du témoin, indiquant qu’il existait certaines règles dans le prélèvement d’organes par le Parti communiste chinois (PCC). Des régles basées sur l’environnement et le statut social des victimes. Combien de risques sont impliqués dans le prélèvement d’organes ? Tout dépend des critères du PCC. Tant que les victimes sont qualifiées selon les règles du PCC, tout va bien. Auparavant, il était largement reconnu que les prélèvements d’organes sur des pratiquants de Falun Gong étaient restreints à ceux qui venaient de la campagne ou qui refusaient de donner leurs noms. Cependant, il semble que ceux qui pratiquent chez eux, ceux qui parlent de Falun Gong et de la persécution aux gens, et ceux qui sont issus des villes, peuvent aussi devenir victimes de prélèvement d’organes.

Durant la Révolution culturelle en Chine, il était exigé de créer une école élémentaire dans chaque village et un collège dans chaque commune, ce qui est encore la situation actuelle de l’éducation en Chine. Donc si l’endroit d’où venait cette victime avait un collège, ce n’était ni un village ni une ville. De plus, l’époux de la victime travaillait dans une usine. Normalement, une usine ne serait pas située dans une zone rurale éloignée. Il semble que la victime était une citadine. Affirmer que, ‘’son époux n’avait pas beaucoup d’influence dans la société, ‘’ indique qu’il n’avait pas d’environnement spécial, vivait sur un salaire, et pourrait être l’un de ces travailleurs du plus bas niveau social de la ville, faisant constamment face au danger d’être renvoyé. Ainsi, les fonctionnaires du PCC ne s’inquiétaient pas trop des conséquences s’ils prélevaient les organes de son épouse. Une telle personne sans aucun environnement social ni relations n’aurait pas suffisamment d’argent pour acheter différents fonctionnaires et faire appel pour sa femme ou se venger des responsables. Nous devons prêter attention à cette ‘’règle’’ du PCC dans le prélèvement d’organes parce que cela signifie que cela peut arriver à n’importe qui, et pas seulement aux pratiquants de Falun Gong ou aux condamnés à mort.

De nombreux pratiquants illégalement détenus en Chine ont mentionné un phénomène commun : que les gardes de la prison et les chefs de cellules des détenus étaient tous intéressés par la situation des familles des détenus. Non pas par sympathie, mais cela déterminait plutôt leur attitude envers eux. Si la famille de l’un d’entre eux avait de l’argent, du pouvoir ou des relations sociales complexes, il serait difficilement l’objet de mauvais traitements. Ceux qui n’ont pas beaucoup de visiteurs, n’ont pas d’argent qu’on puisse leur extorquer, ou n’ont pas de haut niveau social, sont soumis à plus de torture ou autres mauvais traitements. Les battre n’amènera pas de conséquences graves. Battre ceux qui ont des parents et amis dans le crime organisé ou ayant un statut social élevé pourrait par contre entraîner de gros problèmes.

Certains pourraient demander : ‘’Il y a tant de personnes dont les organes sont prélevés. Pourquoi les membres de leurs familles ne réagissent-ils pas ?’’ Une des raisons est cette ‘’règle’’ du PCC. Ils ne se préoccupent pas des lois ou de la conscience humaine mais regardent seulement leur propre intérêt ou ce que cela leur coûtera. Ainsi, ils craignent généralement ceux qui ont des ressources sociales ou la capacité de les dénoncer publiquement. Tous les membres des familles ou parents de ces pratiquants venant de la campagne ne pratiquent pas Falun Gong. Ils sont souvent menacés, et on leur rabâche que les pratiquants sont des ‘’ennemis sociaux’’ et sont contre le parti communiste. La ‘’terreur rouge’’ et la politique de longue date d’implication les rend silencieux, même s’ils savent que les membres de leur famille sont assassinés. La police locale nie habituellement toute connaissance de la ‘’situation’’ des victimes lorsque les personnes viennent s’enquérir de l’endroit où se trouvent les membres de leur famille, sauf en cas de pots-de-vin. Après avoir essayé et échoué encore et encore, de nombreuses personnes ne peuvent finalement plus le supporter mentalement et/ou financièrement, et abandonnent leurs efforts de recherche des membres de leur famille illégalement détenus.


2. Des employés médicaux impliqués dans le prélèvement d’organes
Le témoin a décrit les médecins impliqués dans le prélèvement d’organes qu’il a vus. ‘’Un vient de l’hôpital général de Shenyang de l’armée et l’autre est diplômé de l’université médicale militaire N° 2. Un est âgé et l’autre jeune.’’ Après avoir ouvert la poitrine de la victime, ‘’ Ce médecin a hésité un petit peu. Il m’a jeté un coup d’œil, puis à mon supérieur. Ce dernier a acquiescé. Il a alors continué à travailler sur les vaisseaux sanguins…prélevant d’abord le cœur puis les reins.’’

Normalement, dans le cadre de sa formation, un médecin novice est souvent désigné pour effectuer la première incision lors d’une opération. Parce qu’il est jeune, il pourrait s’être senti mal-à-l’aise lorsque la pratiquante a crié, ‘’Falun Dafa Hao (Rao) [Falun Dafa est bon]’’, ce qui l’a fait hésiter et regarder les autres. Il n’a pas voulu prendre la responsabilité de l’assassinat. Les écoles médicales militaires du PCC sont généralement pires que les autres institutions. Puisqu’ils sont formés dans le style militaire et sont plus restreints et secrets, la corruption, les avantages, l’insistance sur les relations sociales et autres aspects négatifs sont bien pires que partout ailleurs en Chine. Cet environnement corrompu abaisse rapidement les standards moraux des gens et mène à une insensibilité à ce qui est bien ou mal. Un département de greffe d’organes est un endroit spécial dans le domaine médical. Un patient en greffe d’organes se trouve souvent dans une condition physique précaire et exige de grandes quantités de médicaments anti immunitaires et de soins intensifs. L’organe transplanté pourrait être rejeté n’importe quand. Ici, un médecin fait face à des risques et une pression élevés, et il lui est demandé d’être hautement efficace. Habituellement, un médecin novice dans le département ne sera pas félicité s’il fait les choses correctement, parce que l’on s’attend à ce qu’il soit correct, mais il pourrait être réprimandé même pour une petite erreur et pourrait être mis au rebut par le département entier s’il en commet une grosse.

Un jeune homme avec des idéaux et de l’enthousiasme passé par la noirceur de l’école médicale militaire et obtenant finalement un emploi dans le département des greffes d’organes, se sent souvent déçu lorsqu’on lui demande d’effectuer toutes sortes de travaux anodins comme vérifier le taux d’urine/heure d’un patient après une greffe de rein. Dans le système militaire chinois, une personne sans famille influente traverse souvent plus de difficultés pour grimper l’échelle sociale et se démarquer des autres. Lorsqu’il est finalement capable d’effectuer des greffes d’organes mais doit le faire sur un corps en vie, ce qui revient à commettre un meurtre, il fera face à un choc incroyable. En effectuant sa première incision, sa conscience commence déjà à mourir.

Le témoin a affirmé: ‘’J’ai été formé en tant que policier armé, utilisant des armes à feu, participant à des exercices à balles réelles et voyant de nombreux corps morts. J’’admire’ vraiment ces médecins. Leurs mains sont si fermes et ils ne tremblent pas du tout.’’ Ce médecin était insensible face à la douleur extrême de la victime, pleurant et saignant, parce qu’il a été entraîné et est graduellement devenu insensible sous le système du PCC, d’avoir une conscience mal à l’aise à perdre toute conscience, et finalement devenir insensible. Le faisant encore et encore juste pour une prime ou une promotion dans l’armée. Dans le domaine des greffes d’organes, les gens entrent en compétition quant au nombre de greffes qu’ils ont effectué. Plus quelqu’un en a fait, plus il est considéré comme ayant une expérience plus riche et de plus grandes capacités médicales. Xia Qiang, directeur du centre de greffes de foie de l’hôpital Renji, affilié à l’université N° 2 de Shanghai, a déclaré : ‘’Je suis fana des greffes de foie, je suis devenu accroc ! Je ne me sens pas l’esprit tranquille si je manque les visites quotidiennes dans les salles. J'effectue de deux à cinq greffes par semaine minimum. Je n’ai pas peur d’échouer. Je tire les leçons de l’échec, et je recommence le lendemain.’’ Une telle personne est justement ce que veut le PCC. Quelqu’un s’élevant plus haut et plus loin dans le système de formation du PCC, perdra de plus en plus sa conscience et sa nature humaine et donnera finalement libre cours. à sa nature démoniaque.

Officiers militaires, vous avez été élevés par des parents et certains d’entre vous êtes parents. Vous avez eu autrefois l’enthousiasme et les idéaux de soigner les blessés et de secourir les mourants, et vous êtes donc devenus médecin. Le régime du PCC vous a transformés en outils pervers. Vous êtes aussi leurs victimes. Bien que vous maltraitiez les pratiquants de Falun Gong, ils ne vous haïront pas ni ne chercheront à se venger, parce qu’ils suivent les principes d’Authenticité-Compassion-Tolérance. Peu importe combien ils souffrent, leur futur est éternel et merveilleux. Cependant, votre futur est condamné, transformés que vous êtes en démon en uniforme blanc. Mais il vous reste une dernière chance de bien faire. Tentez de comprendre la vérité à propos du Falun Gong ! Dénoncez ces crimes au monde ! Aidez à faire cesser la persécution du Falun Gong ! Ce n’est pas pour le Falun Gong, mais dans votre propre intérêt.


26 décembre 2009

Version chinoise disponible à :
http://www.minghui.org/mh/articles/2009/12/27/215127.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.