Zhang Yuke, chef adjoint de division et sa famille sont persécutés depuis dix ans

Zhang Yuke était chef adjoint dans le service comptable du premier bureau d’ingénierie de la Sinohydro. En 1995, son fils Xiao Wei, qui venait d’être diplômé du collège a développé une spondylarthrite, une forme d’inflammation de la colonne vertébrale et des articulations. L’état de santé du jeune homme s’est rapidement détériorée. Il souffrait d’atrophie musculaire dans le bas du corps et les os du fémur de ses deux jambes ne fonctionnaient plus. Il est devenu paralysé et alité. La femme de Zhang Yuke, Yu Fengyun, n’a pas pu supporter de voir les souffrances de son fils et elle est devenue mentalement instable. Zhang Yuke a lui aussi souffert de nombreuses maladies. Il a eu de graves insomnies et souvent il n’arrivait plus à dormir la nuit. Il a aussi souffert de bronchites et d‘un mal de dos intense, de problèmes d’estomac, de migraines et de douleurs articulaires. Il a pris beaucoup de médicaments pour contrôler de graves hémorroïdes et il est devenu difficile pour lui de s’asseoir bien droit à son travail. Toute sa famille se sentait désespérée et impuissante. En août 1996, les trois membres de la famille ont commencé à pratiquer le Falun Gong. Yu Fengyun a retrouvé un état mental normal et stable et a aussi guéri d’autres maladies dont elle souffrait. Le fils a constaté le renforcement des muscles de ses jambes qui s’étaient atrophiées. De ne plus pouvoir marcher sans l’aide de quelqu’un, il a réussit à marcher doucement puis finalement à pouvoir marcher tout seul. Zhang Yuke a aussi complètement guéri de toutes les maladies dont il souffrait. Il a retrouvé une bonne santé et beaucoup d’énergie et s’est dédié à son travail. Le Falun Gong a redonné une vie et l’espoir à toute la famille.

Le 20 juillet 1999, le Parti communiste chinois (PCC) mené par Jiang Zemin a initié la persécution injustifiée du Falun Gong. Après avoir entendu les mensonges calomnieux, les trois membres de la famille ont décidé d’aller à Beijing pour faire appel en faveur du Falun Gong et demander au régime de laver le nom du Falun Gong et de Maître Li [de toute insulte]. Le 28 octobre 1999, ils sont allés à la place Tiananmen à Beijing et tenant une banderole qu’ils avaient fait eux mêmes sur laquelle était inscrit : "Falun Dafa est bon" et ils ont crié de tout leur cœur : "Falun Dafa est bon! Falun Dafa est une Loi juste! Laver le nom de notre Maître! " La police les a rapidement entourés, elle les a frappés et leur a donné des coups de pieds. Xiao Wei a été envoyé à terre deux fois.

Ils ont été emmenés tous les trois au poste de police de Tiananmen et ensuite au centre de détention de Dongcheng à Beijing. Là bas, un groupe de policiers ont maintenu de force les membres de Zhang Yuke et l’ont fouillé. Quand ils ont vu qu’il avait cousu de l’argent dans la ceinture de son pantalon, ils ont découpé la ceinture et ont confisqué son argent. Quand les agents ont vu que Xiao Wei portait un petit badge du Falun Gong sur sa poitrine, ils l’ont battu à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’il ne puisse plus marcher. La police l’a ensuite tiré par les pieds à travers un sol en béton froid sur près de 30 mètres et jeté dans une cellule. Zhang Yuke et son fils ont entamé une grève de la faim pour protester contre la brutalité de la police. Alors qu’ils faisaient cette grève de la faim, les agents de police les ont frappés à plusieurs reprise avec des matraques électriques. Xiao Wei a été alimenté de force deux fois avec des substances inconnues. Ils ont été détenus à Beijing pendant douze jours puis ils ont été renvoyés dans la ville de Changchun. Le régime communiste n’a cessé de les persécuter depuis ce jour.

M. Zhang était chef adjoint dans le service comptabilité de son bureau. Il était expert comptable et travaillait comme responsable financier et responsable comptable sur de nombreux projets de développement gouvernementaux importants. En pratiquant Falun Dafa, non seulement il était en bonne santé physique mais il était aussi devenu une personne plus morale. Il refusait d’accepter les pots de vin et il était largement connu pour être une bonne personne d’une grande moralité par tous ceux qui le connaissaient.

Après que M. Zhang soit renvoyé à Changchun, les principaux responsables de son bureau ont suivi la politique du régime et ils ont intensifié leur persécution contre le Falun Gong. A cet époque, M. Zhang travaillait comme responsable financier sur un projet d’ingénierie important dans la ville de Shenzhen. Parce qu’il continuait de pratiquer le Falun Gong, un autre chef adjoint de son bureau appelé Chang Huansheng (qui est maintenant en retraite) a fait personnellement le long voyage de Changchun à Shenzhen accompagné de M. Chun une personne de la sécurité [national] et de deux policiers de la ville de Shenzhen. Ils ont pénétré dans la chambre de Zhang Yuke au beau milieu de la nuit alors qu’il dormait. Ils l’ont menotté et emmené. On ne lui a même pas permis d’enfiler sa chemise ni son pantalon. Il a été emmené à l’aéroport en ne portant que ses sous vêtements et une paire de chaussons et a été renvoyé par avion à Changchun.

Après que M. Zhang est été escorté à Changchun, Che Zhizhong, le responsable du bureau du comité du parti et d’autres fonctionnaires ont directement participé à le persécuter. Parce qu’il refusait de renoncer à pratiquer le Falun Gong, les fonctionnaires lui ont retiré son travail et l’ont envoyé au poste de police local où il a été détenu pendant un mois. On l’a suspendu de son travail et il n’a reçu aucun salaire pendant plus de deux ans. En novembre 2001, même si il n’était plus salarié, le bureau a continué à collaborer avec le poste de police de Luyuan (maintenant connu comme poste de police de Hepingjie) pour l’arrêter et le soumettre à un an de travaux forcés au camp de travail forcé Chaoyanggou à Changchun.

Parce qu’il refusait de renoncer à pratiquer le Falun Gong, M. Zhang a été torturé à maintes reprise au camp de travail. Son corps a complètement enflé et a été couvert de gale et il ne pouvait plus du tout s’asseoir ou se tenir debout tout seul. C’était également trop douloureux pour lui de s’allonger dans une position normale. Il ne pouvait même plus plier ses propres doigts. Le camp de travail a eu peur qu’il ne meurt bientôt, aussi ils l’ont relâché plus tôt. Après être rentré chez lui, il a persévéré à pratiquer le Falun Gong. Plusieurs mois après, toute la gale sur son corps a miraculeusement disparu.

La femme de M. Zhang, Yu Fengyun a aussi été persécutée à maintes reprise par la police locale parce qu’elle continuait de pratiquer le Falun Gong et disait cette vérité "Falun Dafa est bon." Du 20 juillet 1999 à 2000, elle a été arrêtée et détenue par les agents du poste de police de Luyuan trois fois et elle a finalement été soumise à une année de travaux forcés au camp de travail pour femme de Heizuizi dans la ville de Changchun. Après avoir été libérée du camp, elle a été de nouveau arrêtée en décembre 2001 et soumise à une autre année en camp de travail au même endroit.

Le 8 mars 2005, Yu Fengyun a été encore une fois arrêtée par les agents du poste de police de Luyuan. M. Zhang est allé au poste de police de nombreuses fois pour voir sa femme. Là bas les agents ont été extrêmement grossiers et ont refusé de le laisser rendre visite à sa femme et de lui dire où elle était. Le 20 mars, il a finalement pu parler au responsable du poste de police qui lui a dit qu’elle avait été envoyée au centre de détention local. M. Zhang y est allé le 21 mars pour la voir mais on lui a dit qu’elle n’y était pas détenue. Il est retourné au poste de police de Luyuan où on lui a appris qu’elle avait été condamnée à deux ans au camp de travail forcé pour femme de Heizuizi. Il a finalement pu lui rendre visite au camp de travail le matin du 22 mars, 15 jours après qu’elle soit disparue. C’était la troisième fois que mme Yu était envoyée là bas.

A cause de la persécution, certaines maladies du fils de M. Zhang, Xiao Wei sont réapparues, et il a perdu son autonomie. Après 2001, alors que ses deux parents étaient envoyés en camps de travail, Xiao Wei a dû s’occuper de lui pendant plus de vingt mois. Une fois, il est parti au poste de police de Luyuan pour demander que ses parents soient relâchés. La police l’a poussé dehors sur le sol couvert de neige. Xiao Wei était incapable de se relever tout seul et la police a refusé de l’aider en disant qu’il faisait semblant. Des passants au bon cœur ont été assez courageux pour critiquer les actions de la police et celle ci a finalement emmené Xiao Wei à l’hôpital n° 208. Ils l’ont mis dans la salle des urgences et sont partis. Il a fallu plus de 24 heures à ses proches pour le retrouver dans la salle des urgences de l’hôpital.

En février et mars 2002, Xiao Wei est retourné de nouveau au poste de police pour demander la libération de ses parents. Après que la police ait refusé de l’écouter, il est allé chez lui et a accroché une banderole à la fenêtre de sa maison sur laquelle on pouvait lire : "Falun Dafa est la Loi juste" et " Rendez moi mes parents." La police du poste de Luyuan a pénétré dans sa maison deux fois et l’a saccagé. La police a utilisée des barres de fer pour faire levier sur la porte d’entrée et a brisé la porte en bois avec tant de force que tout le béton de l’encadrement de la porte est tombé et qu’un grand trou a été fait dans celle ci. La police s’est ensuite précipitée dans sa maison et l’a plaqué au sol face contre terre, a attaché ses mains ensemble et a commencé à saccager sa maison. Ils ont confisqué deux couperets, deux paires de ciseaux, une lime à métaux, des stylos, des brosses à encre, un coffre-fort personnel, trois lecteurs de cassettes, des cartes de visites, des photos de famille et d’autres affaires personnelles. Il avait seulement 500 yuan en liquide chez lui et avait caché l’argent dans deux endroits. La police a trouvé les deux cachettes et a pris tout l’argent mais a seulement déclaré 200 yuans sur une liste. 300 yuans manquait. Durant la période où ses deux parents étaient en camp de travail, l’unique source de revenu de Xiao Wei venait de ses proches et des compagnons pratiquants du Falun Gong. Les 500 yuans était l’unique argent qu’il avait pour survivre.

Au cours des dix dernières années, les trois membres de la famille Zhang ont rarement pu vivre tous ensemble sous le même toit. Même pendant les courtes périodes où ils étaient réunis, la police locale passait systématiquement chez eux pour les harceler, saccager leur maison et les injurier dans un langage grossier. En juillet 2006, Zhang Yuke n’a pas eu d’autre choix que de vendre sa maison à Changchun et de déménager dans sa ville natale de Lalatun, comté de Huaide, province du Liaoning. En 2008, le régime a intensifié la persécution au nom du renforcement de la sécurité pour les jeux olympique de Beijing 2008. En mars 2008, un groupe de policiers de Gongzhulin a pénétré dans la maison de Zhang, a arrêté le couple et confisqué tous les objets de valeur de la maison. Ils ont même volé la carte d’épargne de M. Zhang (qui a été par la suite récupérée par ses proches). La femme de M. Zhang a été condamnée à deux ans d’emprisonnement et elle est toujours en prison à ce jour. Zhang Yuke a été condamné à quatre ans dans la prison de Jilin, où il a été maintes fois torturé. Depuis ces derniers mois, il a été attaché contre un lit et nourrit de force quotidiennement.

Pendant le nouvel an chinois en 2002, M. Zhang était détenu au camps de travail forcé de Changyanggou dans la ville de Changchun et sa femme était enfermée au camp de travaux forcés pour femme de Heizuizi dans la même ville. Xiao Wei a passé le nouvel an chinois tout seul. Pendant le nouvel an chinois 2009, Zhang Yuke était détenu à la prison de Liaoning et sa femme Yu Fengyuan était détenue à la prison pour femme de Liaoning. Xiao Wei a encore une fois passé le nouvel an chinois dans la ville natale de la famille
seul.


Version chinoise à :
http://minghui.ca/mh/articles/2009/8/2/205736.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.