La rencontre fortuite de grand-mère Chen : Renaître à soixante et onze ans !

Affligée de nombreuses maladies, ma jeunesse n’a été que misère

Je m’appelle Chen Yuexia et j’ai soixante et onze ans. Les êtres humains dans ce monde endurent vraiment beaucoup de souffrances venant de la maladie . Je ne peux même pas énumérer le nombre de maladies que j’ai eues. J’ai toujours eu une mauvaise santé depuis que je suis toute petite. Je suis née dans une famille pauvre. La plupart des maladies dont j’ai souffert sont devenues chroniques et ont persisté durant toute ma vie d’adulte. Je me suis mariée dans ma vingtième année. A cause de ma mauvaise santé je n’ai pas pu avoir d’enfant et je ne pouvais pas non plus faire les travaux ménagers de ce fait il fallait toujours embaucher une aide. A cette époque je souffrais de toutes sortes de maladies : inflammation, ovarienne, gastroentérite, anémie, neurasthénie,rhumes fréquents, migraine, constipation chronique, mal de dos, sciatique, hémorroïdes, cystite etc. Bien qu’aucune de ces maladies ne représentaient un danger pour ma vie j’étais très malheureuse.


Grand mère Chen forte et saine l'année de ses soixante dix ans


Mon mari avait l’habitude de plaisanter en disant que sa femme avait une caractéristique : tout le corps sent le médicament. Chaque mois je prenais plusieurs injections : pour la douleur, l’inflammation, la grippe, l’anémie et la constipation. Comme je n’arrivais pas à tomber enceinte, nous avons adopté une petite fille. Quand ma fille a eu quinze ans, mon mari a fait une crise cardiaque. Après être resté alité pendant un an il est décédé en laissant derrière lui sa fille et moi. Je devais continuer à gérer les affaires de mon mari tout en élevant ma fille. J’étais très occupée la journée et le soir je devais endurer la souffrance de mes différents maux.


A la recherche du bien être

Néanmoins la vie continuait et mes maladies restaient bien accrochées à moi. Les médicaments ne me soulageaient pas et je ne savais plus quoi faire. Je comptais sur les médicaments pour maintenir le minimum de fonctions dans mon corps et pour améliorer un tant soit peu ma vie. Je n’avais pas le choix. J’acceptais la vie telle qu’elle était et je pensais ne jamais pouvoir me sentir bien durant toute ma vie. Six ou sept ans ont passé et ma fille a grandie et s’est mariée. J’ai aussi fermé le magasin que mon mari avait ouvert.


Comme j’avais plus de temps deux ans plus tard j’ai commencé à faire des exercices dans le parc. Pendant les dix années qui ont suivi j’ai essayé divers genres de Qigong sans qu’aucun ne me soulage.


Grand mère Chen devant son ordinateur

À soixante ans je commence une nouvelle vie

A cette époque j’ai remarqué un groupe dans le parc. En général ils s’asseyaient silencieusement. Ils pratiquaient le Falun Gong mais à l’époque je n’avais nul envie d’apprendre.


Six mois plus tard ce groupe a tenu des activités pour promouvoir le Falun Gong. Par curiosité je suis allée jeter un coup d’œil. La seule chose que je me rappelle est que j’ai vu le texte « Lunyu » écrit sur une grande toile . J’ai appris qu'il appartenait à l’école de Bouddha. J’ai pris une brochure.


Avec hésitation je suis allée pratiquer le lendemain. A ma grande surprise, je me suis sentie bien en croisant les jambes et en méditant en position de lotus. J’ai pu m’asseoir une heure en demi-lotus. Etait ce un encouragement ?


Après avoir pratiqué quatre ou cinq jours je me suis sentie différente – comment se faisait-il qu'il y avait des Falun tournant autour de mon corps et de ma tête ? J’étais surprise et j’en ai parlé aux pratiquants. Ils m’ont dit qu’ils aidaient à purifier mon corps. J’étais perdue et je sentais que j’avais beaucoup à apprendre aussi j’ai assisté au stage des neuf conférences afin de vraiment bien comprendre Falun Dafa.


Des “miracles” inattendus me sont arrivés. Peu de temps après avoir commencé à pratiquer Falun Dafa je n’avais plus les rhumes que j’avais chaque mois et la sciatique qui m’avait fait souffrir pendant plus de dix ans a disparue. Dans le passé je ne pouvais ni m’asseoir ni rester debout longtemps et je devais absolument m’allonger et mes jambes fatiguaient et devenaient douloureuses et engourdies très vite. Je devais subir des thérapies deux fois par semaine . Chaque fois je devais faire des exercices d’étirement pendant plus de deux heures. Très vite j’ai pu arrêter ces étirements !


J’avais une maladie très bizarre qu'aucun médecin n’avait pu diagnostiquer. Pendant plus de vingt ans j’ai pris des injections et des analgésiques pour soulager mes douleurs. C’était une névralgie. En moyenne je ressentais une douleur atroce plusieurs jours par mois. Parfois ça durait une semaine. Ca commençait dans les endroits sensibles de mon corps comme à l’intérieur des cuisses ou le haut de mes bras. J’avais l’impression que quelqu’un me transperçait continuellement avec des aiguilles et des couteaux. J’étais désespérée. On ne pouvait toucher ma peau sinon j’avais l’impression qu’on pelait ma peau. En conséquence dû à la douleur mes dents s’entrechoquaient, je pleurais et j’étais ankylosée. La médecine moderne n’arrivait pas à me guérir et je ne comptais que sur de grandes doses de médicaments pour soulager ma douleur et ça revenait chaque mois. Cela durait depuis vingt ans. Cela défiait ma tolérance et j’avais plutôt envie de mourir.


Après avoir pratiqué le Falun Gong tous les jours pendant deux ou trois mois sans interruption, j’ai remarqué que ces douleurs atroces n’étaient pas apparues depuis plusieurs mois. De façon extraordinaire mes autres maladies, les hémorroïdes, l’hématurie avaient disparues. Dans le passé je comptais sur les médicaments pour réguler mes intestins et chaque fois que j’allais aux toilettes je craignais la dysurie et le sang. Aujourd’hui tout cela fait partie du passé !


J’étais étonnée. J’avais été tourmentée par des maladies pratiquement toute ma vie et tous les médicaments chinois et occidentaux n’avaient pas été efficaces. J’avais du mal à croire que juste l’étude de la Loi (Fa) et la pratique des exercices soient aussi efficaces. J’avais l’impression d’être devenue une autre personne, d’humeur différente et avec un autre état d’esprit. Le Falun Gong est merveilleux et miraculeux. Aussi longtemps que je me considérerai comme une pratiquante toutes mes maladies disparaitront en même temps que mon xinxing s’élèvera. Qu'est-ce qui mérite davantage ma gratitude que pour cette "renaissance" si ce n'est le Falun Gong ?


Des pensées et actions droites sont fondamentales


Quant à ma santé ma vie dans le passé avait été vraiment misérable. Jusqu’à ce que je pratique le Falun Gong je n’ai jamais su ce que c’était une vie sans maladies. En conséquence je crois de tout mon cœur en Dafa qui avait changé ma vie. Je suis déterminée à cultiver en Dafa. L’étude de la Loi et la pratique des exercices quotidiennes sont devenues une habitude. Après trois ans je peux m’asseoir en double lotus pendant une heure. Après une deux années d’élimination de karma, de douleur pendant la position de lotus aujourd’hui je sens à peine la douleur.


Quand on pratique le Falun Gong le gong se développe très vite. La manifestation du gong est toujours évidente. J’ai vu et ressenti l’énergie dans mon corps. Particulièrement quand je suis concentrée et que j’émets des pensées droites l’énergie est en général très forte. En public je me contrôle pour ne pas paraître bizarre. Mais quand je pratique ou émets des pensées droites en privée je le laisse apparaître car c’est un état naturel de cultivation.


Parfois j’ai une forte énergie juste comme il est décrit dans xinxing Zhuan Falun. Cependant je n’y suis pas attachée. C’est tout à fait normal dans une cultivation de la voie juste. Un jour alors que j’émettais des pensées droites ma fille a soudain saisi très fort mes mains. Elle me fixait du regard inquiète et m’a dit d’une voix inquiète : « Maman j’ai eu vraiment eu l’impression que tu allais t’envoler »


Les souffrances disparaissent et ma véritable chance arrive


Après le processus de cultivation de ces dernières années, je sens que j’ai eu une très grande chance d’avoir obtenu Dafa. Je voudrais dire à tout le monde que c’est une très grande chance pour une personne âgée comme moi d’avoir obtenu Dafa. Je n’ai connu Dafa qu’à l’âge de soixante cinq ans. Aujourd’hui j’ai soixante et onze ans et j’ai l’impression de renaitre.


J’espère que tous les gens avec une relation prédestinée obtiendront Dafa. C’est pourquoi que j’offre une partie de ma maison pour étudier la Loi afin que les pratiquants puissent s’améliorer ensemble. Chaque matin du lundi au vendredi nous nous rassemblons pour étudier la Loi, pratiquer les exercices, échanger des expériences et nous améliorer ensemble.


Finalement je voudrais vous dire ce qui suit : des gens qui souffrent de maladies sont vraiment malheureux. Cependant grâce à la cultivation on peut changer sa vie et on peut s’en débarrasser et vivre avec dignité ! Parfois je vois mes vieux amis, qui deviennent âgés, malades et même qui décèdent. Je me sens vraiment triste pour eux. Comment se fait il qu’ils ne veulent pas de ce merveilleux Dafa ? Comment se fait-il qu’ils préfèrent la vie ordinaire remplie de souffrances ?


Si vous avez la chance de lire mon expérience, s’il vous plaît n’attendez pas que tous les karmas se manifestent pour penser à la cultivation. Cela pourrait être trop tard.

Version chinoise disponible à :
http://www.minghui.org/mh/articles/2007/6/16/156997.html

Traduit de l’anglais de :
http://clearwisdom.net/emh/articles/2007/7/19/87821.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.