Sortir de la prison de nos esprits

Je me souviens que lorsque j'ai étudié pour la première fois le poème de Maître Li "Ne soyez pas triste" :

"Vous êtes emprisonné, ne soyez pas affligés, ne soyez pas triste.
Persistez avec des pensées et des actions droites, et la Loi est avec vous;
Réflêchissez calmement aux attachements que vous avez encore ;
Enlevez vos pensées humaines et le mal disparaîtra naturellement ." (Hong Yin II)

j 'ai pensé que ce poème était écrit pour ces pratiquants qui étaient arrêtés et détenus. Aujourd'hui, je comprends vraiment clairement qu'il a été écrit pour tous les pratiquants de Dafa. Lorsque la "prison" est mentionnée, nous tendons à penser au lourdes grilles et aux lugubres cellules, ce qui résulte du fait que nous utilions nos yeux de chair. En fait il y a une autre sorte de prison, qui est encore plus à craindre et qui est la prison dans nos esprits.

J'ai obtenu Dafa durant l'intense persécution en 1999. Durant le processus de suivre le Maitre dans la recification par la Loi, j'ai eu un environnement assez tranquille, malgré cela la police venait chez moi perquisitionner, des pratiquants autour de moi ont été arrêtés et des superviseurs qui ne comprenaient pas la vérité m'ont hurlé dessus et renvoyé. J'ai continué à pratiquer en dépit de la persécution.

Chaque fois qu'apparaissait un incident potentiellement dangereux, il semblait que je ne fus pas en danger. Après chacun de ces incidents, Maître m'a donné des indications qui m'ont assuré, que si nous pouvons prendre un chemin droit, un chemin noble, nous ne courrons aucun danger. En fait, rien de vraiment dangereux ne s'est produit. L'indicent qui m'a le plus affecté c'est lorsqu'un compagnon de pratique avec lequel j''étais étroitement lié a été arrêté, tandis que le même jour, un superviseur de mon lieu de travail m'a offert une imprimante gratuite. Je savais que le Maître me donnait une indication de continuer à bien faire les trois choses.

Je n'ai jamais cessé de faire les trois choses. Toutefois, lorsque de plus en plus de pratiquants autour de moi ont été arrêtés, du fait de l'attachement à la peur, je suis devenu réticent à fournir trop de documents à d'autres pratiquants autour de moi, et ne voulais pas non plus être en contact avec les pratiquants qui avaient déjà été persécutés. Je m'inquiétais toujours d'être impliqué, et j'utilisais toujours comme excuse que j'étais très occupé au travail pour dissimuler mes attachements de peur et de recherche du confort. La conséquence, c'est que l"'éxcuse" est devenue une réalité. Ma charge de travail est devenue très lourde et des inspections majeures avaient lieu les unes après les autres. A mon travail, les documents, dont nous avions rendu compte en haut lieu, se sont avérés avoir des problèmes.

J'ai alors été incapable de garantir le temps pour l'étude de la Loi, et ma propre imprimante a cessé de fonctionner, j'ai donc été incapable ne serait-ce que d'assurer l'impression de documents pour mon propre usage, sans parler de fournir des documents pour les autres pratiquants. Comme ne n'avais pas suffisamment de matériaux à donner aux pratiquants, alors naturellement de moins en moins de pratiquants sont venus chez moi, et en conséquence, j'ai eu de moins en moins d'opportunités d'échanger avec les autres et mon état d'esprit est devenu de moins en moins bon.

Un tel état a duré plusieurs mois, mais je ne ne m'en apercevais pas. Chaque jour commençait et finissait avec une lourde charge de travail. J'espérais toujours que la situation serait différente le jour suivant, mais après plusieurs mois, ce "demain" anticipé n'était toujours qu'une répétition d'"aujourd'hui". je me suis demandé pourquoi je ne pouvais pas sortir d'un tel état.

Aujourd'hui j'ai ouvert le site Internet Minghui et j'ai lu les partages d'expériences de pratiquants. Une pensée a surgi dans mon esprit "Pourquoi ne puis-pas sortir de cet état ? .... ne puis-je pas sortir .... ne puis-je pas sortir ...." n'est-ce pas l'état de ne pas être capable de sortir d'une sorte de prison ?

Je n'ai pas été détenu dans une prison manifeste que le mal avait arrangé et qui était visible aux yeux humains, mais je marchais dans la prison qu'avait créée mes propres attachements. Laquelle de ces deux prisons est la plus à craindre ? La prison de l'esprit. Si nous n'enlevons pas les attachements, ces prisons ne disparaîtront pas. J'ai découvert en moi toutes sortes de mauvaises pensées, dont la première était un manque de ferme croyance à cent pour cent pure dans les indications du Maître, suivie par les attachements de peur, de confort, de vanité, de jalousie, le mentalité de se mettre en avant, l'attachements à la recherche du renom et de son propre intérêt et l'attachement à entendre de belles paroles. Chacun de ces attachements existait jusqu'à un certain point et était caché. L'autre jour, j'ai coupé une belle pomme rouge en deux pour la placer devant la photo du Maitre et j'ai découvert que la pomme était pourrie. Ce n'était pas par accident. L'incident était une indication du Maître, tout cela reflète dans notre esprit le fait que nous ayons bien cultivé ou non. Maître espère que nous cultivions pour devenir des disciples de Dafa purs et propres.

Non seulement je manifeste cette "prison dans l'esprit", mais je remarque que de nombreux pratiquants ont des problèmes similaires. Lorsque nous avons telle ou telle excuse, en fait l'excuse elle-même forme le mur, la grille de la prison, et le lugubre environnement d'une prison, qui nous empêche d'avancer, nous empêche d'offrir le salut aux êtres sensibles, nous empêche d'établir notre propre vertu majestueuse et nous empêche d'accomplir la responsabilit sacrée que le Maître nous a donnés. Comment pouvons nous devenir un disciple de la rectification de la Loi ?

Ma compréhension, c'est que si nous ne reconnaissons pas l''arrangement des forces anciennes, ni nos corps ni nos esprits ne seront emprisonnés, et nous pouvons bien clarifier la vérité et sauver les êtres. Lorsque nous sommes lents et relâchés, lorsque nous sommes indifférents, lorsque nous avançons et reculons, nous devrions y réflêchir attentivement : "Sommes nous en train de languir dans une prison ?"


Le 26 octobre 2006

Date de l’article original : 27/11/2006

Version Chinoise disponible à :
http://www.minghui.org/mh/articles/2006/10/28/141130.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.