Changer son destin en accumulant de la vertu

Dans les premières années de la Dynastie Ming, il y avait un homme appelé Zheng Xingr. Il travaillait en tant que serviteur dans la maison d'un fonctionnaire de la cour dont le nom était Wang. Zheng Xingr était très honnête et diligent et son maître le traitait également très bien. Un jour, un célèbre diseur de bonne aventure, Yuan Shangbao, arriva dans la maison de Wang, et après qu'il ait vu Zheng Xingr, dit à Wang que celui-ci lui apporterait de la malchance s'il le gardait sous son toit. Avec grand regret, Wang demanda à son serviteur de quitter sa maison et de chercher ailleurs son gagne-pain. Après le départ de Zheng Xingr, les affaires dans la maison de Wang devinrent réellement plus sereines.

Zheng Xingr n'avait aucun endroit où aller après qu'il ait quitté la maison de Wang, aussi il vécut temporairement dans un ancien temple. Un jour, alors que Zheng Xingr rentrait au temple, il vit un paquet accroché sur le mur. Il l'ouvrit et trouva plus de vingt liang (une unité de mesure d'argent) d'argent à l'intérieur. Juste au moment où il allait se réjouir de cette manne inattendue, il pensa, "Le sort a voulu que je sois pauvre. J'ai trouvé refuge dans la famille Wang, mais j'ai été chassé car j'aurais apporté le malheur dans la maison. Comment puis-je obtenir le bonheur de jouir de cette bonne fortune? Egalement, le propriétaire de l'argent devait en avoir un besoin urgent et il a dû l'oublier ici par accident. Cet argent doit être le soutien de plusieurs vies. Si je le prends, je ferais quelque chose qui endommagera ma vertu. Je ferais mieux d'attendre ici, de façon à ce que si quelqu'un revient pour le récupérer, je puisse le lui rendre." Ayant eu ces pensées, il attendit tout simplement le propriétaire de l'argent.

Pas plus tard que le jour suivant, un homme semblant très ennuyé arriva cherchant l'argent. Zheng Xingr lui posa quelques questions et sut que l'argent appartenait effectivement à cet homme, aussi il le lui rendit. Il s'avéra que l'homme était l'intendant du Général Zheng dans la préfecture de Hejian. Il avait reçu l'ordre de s'occuper d'une affaire dans la capitale, mais il avait perdu l'argent par accident. L'intendant insista pour donner la moitié de l'argent à Zheng Xingr, mais ce dernier lui dit: "Si j'en avais eu après votre argent, j'aurais pris le tout la nuit dernière au lieu de dormir dans un lit sale durant toute la nuit. Ne trahissez pas ma conscience." En discutant avec Zheng Xingr, l'intendant apprit la misère par laquelle il était passé. Voyant que c'était un homme d'une si grande moralité, l'intendant l'invita à rejoindre la maison du Général Zheng en sa compagnie, dans l'espoir qu'il pourrait trouver un travail arrivé là-bas. Comme Zheng Xingr n'avait nulle part où aller, il accompagna l'intendant.

Lorsque le Général Zheng apprit ce qui s'était passé, il en fut très heureux. Impressionné par la vertu de Zheng Xingr et voyant que Zheng Xingr était très honnête et avait un grand cœur, il voulut l'adopter comme son propre fils puisqu'il n'avait pas d'enfant lui-même. Au début, Zheng Xingr refusa car il ne voulait pas se revendiquer d'avoir un lien de parenté avec quelqu'un d'un statut social élevé. Le Général Zheng lui dit: "Vos vertus sont véritablement au-dessus de nos ancêtres. Si je vous donne de l'argent comme récompense, vous ne l'accepterez pas, car vous placez la moralité bien au-dessus de l'argent. Et si je ne vous récompense pas, je passerais pour quelqu'un d'ingrat. Par ailleurs, nous partageons tous les deux le même nom, et ceci est vraiment une relation prédestinée que nous accorde le ciel. Je m'inquiète que ma position ne soit pas assez bonne pour vous, aussi pourquoi vous traitez vous encore comme quelqu'un d'inférieur?" Sentant qu'il aurait été indélicat de refuser une telle bonté, Zheng Xingr accepta.

Ayant été élevé dans le Nord, Zheng Xingr avait appris le tir à l'arc et comment monter à cheval lorsqu'il était enfant. Avec l'aide du Général Zheng, il fut promu à un rang respectable dans le service militaire. Une année, il accompagna le Général Zheng dans la capitale. Il se sentit nostalgique lorsqu'il revit ces scènes familières. Se sentant reconnaissant envers la bonté que Wang lui avait témoignée lorsqu'il le servait dans sa maison, il décida de lui rendre visite. Zheng Xingr mit des habits civils et se rendit chez Wang. Il s'adressa encore à Wang de la même manière que lorsqu'il était son serviteur et suivit les mêmes rites que par le passé. Wang fut très surpris que le visiteur soit Zheng Xingr et se sentit très embarrassé et honteux lorsqu'il se rappela ce qui était arrivé par le passé. Tous les deux rirent du diseur de bonne aventure, disant qu'il n'était célèbre que de nom.

Quand ils furent sur le point de dîner, un serviteur vint annoncer la visite du diseur de bonne aventure, Yuan Shangbao. Wang et Zheng Xingr décidèrent de lui faire une farce, aussi Zheng Xingr revêtit ses vieux habits. Lorsque Yuan Shangbao arriva, il lui apporta respectueusement une tasse de thé. Quand Yuan Shangbao le vit, il fut très surpris et demanda qui était la personne qui lui servait le thé. Wang lui dit qu'il n'était autre que Zheng Xingr qui avait été chassé de sa maison des années auparavant, et parce qu'il n'avait nulle part où aller, il était revenu. En entendant cela, Yuan Shangbao éclata de rire et dit: "Pourquoi me mentez-vous? Ne parlons pas de l'avenir de cet homme, puisqu'à l'heure actuelle il est un officier militaire portant des galons d'or. Il n'est pas du tout un serviteur de votre maison." Wang lui demanda: "En ce temps-là, vous aviez dit qu'il nous apporterai la malchance et compromettrai les membres de ma famille." Yuan Shangbao répliqua: "Je n'avais pas commis d'erreur alors. Mais maintenant, le visage de ce gentilhomme est empli des rides de la vertu. Il a soit sauvé la vie de quelqu'un, ou bien il a rendu un bien de valeur à son juste propriétaire. Sa physionomie a déjà changé. Il semble qu'il ait accompli de bonnes actions pour les autres et qu'il ait été récompensé pour ses bonnes actions, et c'est la raison pour laquelle il est devenu une illustre personne de haut rang."

Zheng Xingr, entendant ces mots, ne put s'empêcher de dire: "Vous êtes un vrai magicien!" Il raconta alors ce qui s'était passé dans l'ancien temple, et chacun réalisa soudain que la raison d'un tel changement dans le destin de Zheng Xingr était qu'il était altruiste et qu'il n'était pas cupide, et qu'il avait été récompensé par le bien parce qu'il avait rendu l'argent et qu'il avait accumulé de la vertu. Plus tard, Zheng Xingr devint général et ses enfants et petits-enfants bénéficièrent également de sa vertu. Ceci est un bon exemple qui accrédite le vieux dicton: Le bien sera récompensé par le bien.

En accomplissant de bonnes actions et en accumulant de la vertu, on peut changer son destin jusqu'à un certain point, parce que les gens qui respectent le ciel et les divinités comprennent le principe selon lequel "les désastres et la chance n'ont pas de portes, et sont appelés par les gens eux-mêmes" et que les gens qui accomplissent de bonnes actions seront récompensés par le bien, et que ceux qui commettent de mauvaises actions rencontreront le mal. Tout cela est décidé par les êtres humains eux-mêmes. Le destin de Zheng Xingr n'a-t-il pas changé simplement grâce à une bonne pensée? Bien sûr, si les gens insistent à commettre de mauvaises actions, leur destin changera également en conséquence.

En tant qu'êtres humains, comment ne pouvons-nous pas accomplir davantage de bonnes actions et accumuler de la vertu? Nous devons comprendre que le ciel n'a jamais traité quiconque injustement.


Version chinoise disponible sur http://minghui.ca/mh/articles/2006/9/15/137654.html
Traduit de l'anglais http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2006/10/6/78693p.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.