Le regard des anciens chinois sur l'importance d'une vie de famille harmonieuse

Favoriser l'affection dans la famille est, au sens strict, prendre soin de ses parents. Au sens large, cela comprend l'affection entre les enfants de mêmes parents, l'harmonie entre mari et femme, aussi bien que l'harmonie entre les autres membres de la famille. Le Confucianisme croyait que " des familles suivant les régles " est une nécessité pour des "états bien régis." Il était dit dans le Zhouyi (le livre des mutations): [Quand la] famille est rectifiée, l'état est stable. Un père est aimable et un fils est filial, les frères sont amicaux et une femme est l'écho de son mari. Ce sont les directives familiales qu'ont suivi les Chinois pendant des milliers d'années. Ce sont les principes de moralité et de justice auxquels les gens devraient croire et obéir.

" Pitoyables parents, vous travaillez tellement dur pour m'élever !" est une expression poétique tirée de "Laoe" dans le chapitre de "Xiaoya" dans le livre des Odes, exprimant l'appréciation d'un fils pour ses parents. Il décrit de façon répétitive comment les parents travaillent dur afin d'élever et de prendre soin des enfants, et comment, quand les parents sont devenus vieux, on devrait payer de retour leur générosité.

Outre cette poésie ancienne qui mentionnait de respecter les parents et de chérir leur mémoire, il y avait un livre dans le Classique Filial dans les travaux de l'école Confucéenne. On pouvait y apprendre que les anciens chinois prêtaient une grande attention à la "piété filiale." La piété filiale est une partie de la moralité traditionnelle. La nation chinoise a traditionnellement respecté la vieillesse et affectionné la jeunesse depuis les temps anciens. Le chapitre intitulé "Le Fils du Ciel" dans le Classique Filial dit: "Celui qui aime ses parents n'ose pas détester les autres parents; Celui qui révère ses parents n'ose pas rejeter les autres parents. " Il favorise l'harmonie parmi le peuple.

Dans le chapitre "Xue Er" dans Lunyu, Confucius dit: "Chacun devrait essayer de son mieux de respecter et de prendre soin de ses parents." L'école Confucéenne croit que les vertus humaines de base incluent le respect des parents, l'amour pour les enfants de mêmes parents, la dévotion à son pays et de tenir sa langue. La piété filiale est le plus important. Depuis les temps anciens, il y a un dicton: "La piété filiale est la première des choses parmi une centaine de bonnes actions." Si une personne fait preuve de piété filiale, il procurera l'harmonie à la famille et conduira d'autres bonnes relations. C'est pourquoi les anciens chinois disaient: "Si la famille est harmonieuse, tout sera florissant" et: "La famille est rectifiée et ainsi, l'état est stable."

Pourtant cette grande affection n'est pas dénuée de principes. Aux périodes de printemps et d'automne, Yan Zi disait à Qi Jinggong, le Roi de l'Etat de Qi: "Aussi longtemps que le père est amical, le fils est filial, les frères s'occupent les uns des autres, le mari est doux et la femme est gentille, la famille sera harmonieuse. La société fonctionnera normalement par le biais de la courtoisie." Un père devrait aimer ses enfants, mais il devrait également faire attention à leur éducation, un fils et une fille devraient respecter leurs parents, mais ils devraient également leur donner des conseils si l'occasion l'exige. Dans une famille harmonieuse, chaque personne devrait comprendre et respecter l'autre.

Favoriser l'affection dans la famille est une tradition morale pour la nation chinoise. Nous pouvons voir une profonde affection exprimée dans beaucoup de poèmes qui ont gagné des éloges universels. Meng Jiao's " Poème par un Fils Voyageur" dit:

Le fil dans les mains d'une mère au coeur affectueux,
Fait des vêtements pour le corps de son garçon capricieux ;
Soigneusement elle coud et complètement elle répare,
Redoutant les retards qui le retiendront loin de la maison ;
Mais quel est donc l'amour de la minuscule pousse d'herbe,
Pour trois mois de la lumière du soleil au printemps.

Ce poème exprime l'appréciation poétique pour la mère, dont l'amour est si désintéressé et grand qu'il le compare à la bonté du soleil pour l'herbe minuscule. Nous ne pouvons jamais complètement le rembourser.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.