Discours de la « Mission Globale pour Secourir les Pratiquants de Falun Gong Persécutés » lors de la conférence de presse a Genève

Aide pour Secourir les Pratiquants de Falun Dafa Persécutés en Chine.
 

Place des Nations, Genève, 15 mars 2004.

Avec la 60eme Session de la commission des Nations Unies des Droits de l’Homme à Genève qui approchait rapidement, nous voudrions vous encourager à aider à secourir les pratiquants de Falun Gong qui sont persécutés en Chine, de co-présenter une Résolution contre la Chine pour mettre en évidence la persécution de Falun Gong et autres abus à l’encontre des droits de l’homme, et pour obtenir le passage par la Commission d’une telle résolution.

A l’heure actuelle, la vie de beaucoup de pratiquants de Falun Gong est dans une situation critique, et Mme Yiwen Tang , 37 ans est un cas typique. En tant que sœur de la citoyenne australienne Lisa Liang, grâce au soutien de la communauté internationale, elle fut finalement relâchée en octobre 2003 après avoir été torturée pendant deux ans au Camp de Travaux Forcés pour Femmes Chatou dans la ville de Guangzhou en Chine. Bien que ses jambes eussent été battues au point de devenir boiteuse, elle fut détenue de nouveau le 25 février 2004, et jusqu'à maintenant, sa vie est dans une situation critique.

Le cas de Yiwen indique qu’a moins que la persécution de Falun Gong soit tout à fait stoppée, la vie des pratiquants de Falun Gong ne sera jamais sauve même s’ils sont parfois relâchés grâce au soutien de la communauté internationale. Durant les quatre ans et demi passés, la persécution de Falun Gong et les protestations pacifiques incessantes des pratiquants aussi bien en Chine qu’à l’étranger ont constitué les plus grandes questions des droits de l’homme dans le monde, et a impliqué beaucoup de pays.

La persécution de Falun Gong a aussi été étendue aux pays occidentaux. Le groupe de jiang a dressé une liste noire de pratiquants étrangers et non seulement les stoppe à leur entrée en Chine, mais aussi les a empêchés d’entrer en Islande durant la visite de Jiang en 2002. En Allemagne et en France, les pratiquants de Falun Gong ont été illégalement arrêtés suite à la pression de Jiang. En Amérique et en Australie, les ambassades et les consulats chinois continuent à exercer des pressions sur les autorités locales dans des tentatives d’empêcher les pratiquants de Falun Gong de participer à des activités communautaires locales et des festivals. Sous la pression financière, quelques sociétés importantes comme Mary Kay ont même renvoyé des employés qui pratiquaient Falun Gong.

A cause du manque de condamnation ouverte de la persécution de la part de la société internationale, non seulement les gens en Chine font face à la persécution, les individus, les organisations et les gouvernements occidentaux ont aussi été forcés de compromettre leurs principes de justice et de conscience.

Beaucoup de gouvernements et d’organisations internationales ont fait des efforts pour aider la Chine a améliorer ses droits de l’homme, mais comme cela a été noté par le département d’état U.S et beaucoup d’organisations des droits de l’homme, les rapports des droits de l’homme en Chine ont continué à empirer ces dernières années. L’attaque violente contre le Falun Gong, une pratique spirituelle paisible de « Vérité-Compassion- Endurance », est un exemple capital de cette injustice flagrante. Si la persécution incessante de Falun Gong n’est pas stoppée, comment peut on s’attendre à ce que la Chine résolve réellement ses abus de droits de l’homme contre d’autres groupes ou individus ?

De plus en plus de pays ont maintenant compris que la criminalisation de l’innocence en Chine ne déstabilise et démoralise pas seulement la Chine, mais aussi le monde. Les actes du groupe de Jiang ont gravement compromis la sécurité nationale des nations étrangères et ont compromis les principes de liberté, de justice et de démocratie chéris en Occident.

Sans la pression de la communauté internationale, les persécuteurs continueront leurs abus des droits de l’homme. En l’absence de pression de l’opinion publique, la persécution sévirait davantage et deviendrait hors de contrôle. Ainsi, nous, avec plus de 40 autres organisations des droits de l’homme, avons passé une résolution pour demander à la Commission de présenter une résolution lors de la 60eme session de l’UNHRC, demandant d’urgence a la République Populaire de Chine de stopper immédiatement la persécution, pour relâcher immédiatement de détention tous les pratiquants de Falun Gong et tous les autres prisonniers de conscience et les dissidents politiques, de stopper le travail d’esclaves dans les camps de travail, et d’accepter par des standards acceptés internationalement la mise en œuvre de la liberté de croyance, d’expression, d’association et de la presse.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.