Le public condamne la persécution en cours en Chine lors de la Conférence des Nations Unies sur l'environnement à Stockholm

Lors de Stockholm+50, une réunion internationale convoquée par l'Assemblée générale des Nations Unies, les 2 et 3 juin 2022 à Stockholm, les pratiquants de Falun Dafa ont installé un stand devant le Musée Nobel. Ils ont parlé aux gens du Falun Dafa et de la façon dont la pratique spirituelle est persécutée en Chine.


Des pratiquants font la démonstration des exercices devant le Musée le 4 juin 2022


Impressionnés par les exercices tout en douceur, certains passants se sont arrêtés pour les apprendre.


Le Stockholm+50 a été organisé pour commémorer la Conférence des Nations Unies sur l'environnement humain de Stockholm, qui s'est tenue pour la première fois en 1972. Outre cette conférence, de nombreuses personnes se trouvaient dans la ville pour le marathon de Stockholm, qui a eu lieu le 4 juin. En raison des restrictions de circulation, les pratiquants ont garé leurs véhicules à 2 kilomètres de là et ont transporté leurs matériaux sur le site.




Les passants se sont arrêtés pour parler avec les pratiquants et en ont appris davantage sur le Falun Dafa. 2022
Les gens lisent l'information à propos de la persécution en Chine


Les paisibles exercices et la musique apaisante ont attiré beaucoup d'attention de la part des touristes. Certains guides touristiques ont également pris l'initiative de leur parler du Falun Dafa. Beaucoup de gens ont pris des photos ou des vidéos, tandis que certains ont demandé plus d'informations ou à apprendre les exercices.


Choqués par la persécution

Christina a pris un dépliant et s'est tenue à côté pour regarder l'exercice. " La musique est très apaisante et rafraîchissante", a-t-elle dit, " Il est difficile d'imaginer que le Parti communiste chinois (PCC) puisse réprimer une telle chose. Voilà pourquoi le régime du PCC a des problèmes, quand il fait des choses comme ça ",


Indiquant les mots" Vérité, Bonté, Patience" sur le dépliant, elle a ajouté : " Notre société en a besoin. Je soutiens absolument et continuez comme ça je vous prie !”


Choquée par la brutalité du PCC, en particulier le prélèvement d'organes sur des pratiquants de leur vivant, Sofia a dit qu'elle savait que le PCC est mauvais, mais ignorait qu'il était vicieux à ce point. Elle a expliqué que sa mère est originaire de Shanghai, elle est donc sino-suisse. Parce que sa mère n'aimait pas le PCC, la famille visitait rarement la Chine. Mais Sofia est consciente des antécédents du régime en matière de violations des droits de l'homme, y compris le récent confinement strict à Shanghai. " Le peuple chinois a tellement souffert ! Je vous soutiens totalement", a-t-elle dit à un pratiquant.


Peu de temps après avoir quitté le site, elle est revenue avec trois amis. Un pratiquant a expliqué ce qu'est le Falun Dafa et la répression qui dure depuis 23 ans en Chine. Sofia était heureuse de voir tous ses amis signer les pétitions appelant à mettre fin à la répression en Chine. Elle a dit qu'elle se renseignerait sur le Falun Dafa lorsqu'elle rentrerait chez elle.


David est chinois mais a grandi en Espagne. Il aime voyager et a dit qu'il était heureux de voir des pratiquants lors de son premier voyage en Suède. Il était préoccupé par la propagande haineuse du PCC qui diffamait le Falun Dafa. "J'aime la Chine, mais je n'aime pas le PCC car ce régime apporte des désastres au pays. C'est pourquoi je veux rompre tout lien avec lui ", a-t-il déclaré en signant une pétition condamnant la persécution.


Un homme d'âge moyen d'un autre pays européen était furieux d'apprendre l'atrocité de prélèvement forcé d'organes en Chine. " Le PCC ça suffit ! " s'est-il exclamé, ajoutant que davantage de personnes devraient se joindre à la mobilisation pour faire cesser les tragédies.


Version anglaise:
Stockholm, Sweden: Public Condemns Ongoing Persecution in China During UN Environmental Conference

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.