D'être une " bonne personne" sans principes à être une " vraiment bonne personne "

J'étais mécontente d'être appelée " une bonne personne" avant de commencer à pratiquer le Falun Dafa parce que " une bonne personne " était un commentaire désobligeant. Cela signifiait quelqu'un qui acceptait n'importe quoi et n'offensait jamais personne. C'était un synonyme d’ " inutile ". J'étais de nature généreuse et je me demandais si je devais être une " bonne personne ". Être une bonne personne en valait-il la peine ? Je ne pouvais pas changer mes notions jusqu'à ce que je commence à pratiquer le Falun Dafa.


Une " bonne personne " impuissante
J'avais une faible personnalité et un fort sentiment d'infériorité depuis mon plus jeune âge. Je manquais de confiance en tout. Je n'osais participer à aucune activité. Je n'osais pas jouer à la corde à sauter ou sauter à la corde avec d'autres enfants. Je pensais que je ne serais pas aussi doué pour ces choses que les autres et qu'on se moquerait de moi. Mes amis m'aidaient généralement. Les gens ne me considéraient que comme une intello sans aucun sens commun.


Je ne pensais pas que je pouvais aider les autres, alors je ne proposais jamais d'aide à personne. Je n'exprimais pas mes opinions sur quoi que ce soit et j'étais toujours agréable. Mais j'étais gentille et je ne blessais personne. Les gens m'appelaient une « bonne vieille personne ».


La vie était difficile pour moi et j'avais des tonnes d'anxiété. J'avais peur de perdre ceci et cela. J'avais du mépris pour les activités corrompues dans la société, comme jouer au mahjong et danser toute la nuit, mais beaucoup de gens que je connaissais étaient accros à ces choses et semblaient ne jamais s'en lasser.


Je me demandais parfois si j'étais trop hautaine en ne suivant pas la foule. Je voulais suivre les voies traditionnelles, mais j'avais peur que d'autres personnes me traitent de rétrograde. J'avais peur d'être victime d'intimidation si j'étais gentille. J'avais peur d'être exploitée et considérée comme une imbécile si je ne me battais pas pour mon profit personnel. J'ai toujours entendu des gens dire : « Les gens gentils seront brutalisés. Ne soyez jamais une bonne personne. »


Pour me protéger et parce que je suivais les "bons conseils "des autres, j'ai essayé d'apprendre à être méchante et dure. Alors quand je suis allée travailler pour la première fois, j'insultais et frappais les étudiants s'ils ne m'écoutaient pas. Mais cela n'a pas fonctionné. J'ai même frappé un étudiant au nez et l'ai fait saigner. J'ai eu peur et j'ai vu que cette méthode ne fonctionnait pas. Et si les étudiants ne m'obéissaient pas et se rebellaient, je perdrais la face.


J'ai changé mes méthodes et j'ai commencé à tolérer les étudiants méchants. J'ai accordé davantage d'attention à la préparation de mes cours et j'ai rendu le contenu plus facile à comprendre, plus intéressant pour les étudiants et j'ai impliqué davantage les étudiants dans les cours. Cela a eu de bons résultats. Les notes des élèves se sont beaucoup améliorées. Cela a renforcé ma confiance. Je n'ai plus essayé les mauvaises méthodes. Mais ma santé a commencé à décliner. J’ai attrapé deux maladies. Ma santé s'est détériorée au cours des années suivantes et cela m'a causé beaucoup de douleur et d'ennuis.


Pour que les autres ne m'appellent pas une « bonne vieille personne » au travail, je me suis intentionnellement battue avec d'autres personnes pour un gain personnel. Par exemple, je n'étais pas correctement payée, j'ai donc passé près d'un an à parler à plusieurs dirigeants jusqu'à ce que mon salaire soit finalement augmenté d'un niveau. Plus tard, j'ai souvent aidé la comptable, et elle m'a alors donné une allocation de l'industrie. J'ai été remboursée pour ça. Mais cette allocation n'était pas quelque chose à laquelle j'avais droit dans mon secteur d’activité.


Pendant les vacances scolaires d'été qui ont suivi, j'ai attrapé une maladie grave. J'ai engagé 2 000 yuans en un mois en dépenses médicales et j'ai dépensé tout mon salaire supplémentaire. C'est dans cette impasse que j'ai commencé à pratiquer le Falun Dafa.


Obtenir le Fa et devenir une personne vraiment bonne
Après avoir commencé à pratiquer le Falun Dafa, j'ai finalement compris pourquoi une personne doit être bonne et pourquoi une personne gentille est une bonne personne.


Le Maître a dit :

    « L’homme doit retourner à son origine première et à son authenticité première, c’est là le vrai but de la vie humaine. (Première leçon, Zhuan Falun)

    « Zhen-Shan-Ren est le seul critère pour juger si quelqu’un est bon ou mauvais » (Première leçon, Zhuan Falun)


J'étudiais le Fa et cultivais mon xinxing chaque jour. Je m’efforçais de me débarrasser de mes mauvaises pensées. Je suis devenue très assurée et heureuse. Je pouvais enfin devenir une bonne personne ouvertement et dignement. Je sentais que le monde était devenu si beau. Même la couleur du soleil était si belle.


Moins d’un an après avoir commencé à pratiquer, le régime de Jiang Zemin a commencé à persécuter Falun Dafa. Pour les 20 années suivantes j’ai supporté beaucoup de pression. Mais je n’ai jamais vacillé dans ma croyance juste en Falun Dafa. J’exigeais de moi-même de me comporter selon le principe de Vérité-Bonté-Patience. Je m’efforçais d’être une bonne personne, une meilleure personne et de devenir une véritable pratiquante.


Un vieux dicton chinois dit : " Il est facile de changer les montagnes et les rivières alors qu'il est difficile de changer le caractère d'une personne." Mais le Falun Dafa m'a fondamentalement changée. Je suis devenue forte sans être lâche, confiante sans me sentir inférieure. J’étais prête à assumer des responsabilités et je n’avais plus peur d'exprimer mes opinions. Je suis devenue attentionné et j'ai proposé d'aider les autres sans rien demander en retour. Guidée par le principe de Falun Dafa Vérité-Bonté-Patience, j'ai surmonté mes tribulations et je suis devenue une bonne personne qui était félicitée par les membres de sa famille, ses collègues et ses amis. Ils m'admirent et me respectent.


Contributions désintéressées à la famille
J'étais très bonne avec mes beaux-parents avant de commencer à pratiquer le Falun Dafa. Mais je n'étais bonne avec eux que superficiellement. Je pensais qu'ils devaient s'occuper de mes enfants. Je prenais cela pour acquis. J'ai essayé d'obtenir de l'argent de leur part quand j'allais acheter un nouvel appartement. J'ai dit que je voulais leur emprunter de l'argent, mais dans mon cœur, je n'avais pas l'intention de rembourser l'argent.


Je ne m'entendais pas avec la sœur de mon mari parce que je trouvais que ma belle-famille lui avait trop donné et qu'elle ne leur avait pas rendu leur gentillesse et était ingrate. Je me disputais avec elle pour des choses insignifiantes. J'étais risible quand j'y repense. Mais à l'époque, je pensais que je m'en sortais plutôt bien et que je gardais une attitude noble. Je me comparais toujours à des gens qui s'en sortaient moins bien que moi.


Après avoir pratiqué le Falun Dafa, j’ai commencé à voir mon égoïsme, ma jalousie et ma quête de gain personnel. J’ai compris que mes beaux-parents n’avaient pas une vie facile. J’ai parlé à mon mari et leur ai remboursé tout leur argent. Je pensais dans mon cœur qu’ils avaient construit la maison dans laquelle nous pouvions vivre et maintenant il était temps pour nous de construire une maison dans laquelle ils pourraient vivre. Nous ne devions plus dépenser leur argent.


Depuis, mon mari leur verse des frais de subsistance tous les mois. Je leur donne aussi de l’argent de poche. J’étais satisfaite qu’ils s’occupent de nos enfants et qu’ils cuisinent pour nous. Nous ne devrions pas les obliger à dépenser de l’argent pour nous. Je m’occupais des enfants des deux sœurs de mon mari comme s’ils étaient les miens. Trois enfants sont restés chez moi pendant les vacances scolaires d’été et d’hiver. J’ai payé leurs frais de subsistance ainsi que leurs frais de scolarité pour les cours de tutorat et les tuteurs à domicile. Je n’aurais pas fait ces choses si je n’avais pas pratiqué Falun Dafa.


En me voyant changer, les membres de notre famille ont compris que les pratiquants de Falun Dafa sont en effet des gens bien. Ils ont tous accepté ce que j'ai dit lorsque je leur ai clarifié la vérité. Les gens disent qu'il est difficile de s'entendre avec la belle-famille. Mais nous nous entendons très bien. Pendant les vacances, nous nous réunissons amicalement et chacun est prévenant envers les autres. Nous ne nous disputons pas et ne cherchons pas à obtenir des avantages personnels. C'est une manifestation de :

    «La lumière de Bouddha illumine tout, bienséance et loyauté rayonnent harmonieusement » (Troisième leçon Zhuan Falun)


Ma belle-mère est tombée d'un tricycle il y a plusieurs années. Son bras droit et sa main gauche ont été fracturés. Comme elle ne pouvait pas bouger ses bras, je me suis occupée d'elle et je suis restée avec elle la nuit. Je l'ai aidée à se brosser les dents, à se laver le visage, à aller aux toilettes et je lui ai donné un bain à l'éponge. Je devais faire attention car son plâtre était lourd et pouvait lui causer des douleurs si je ne faisais pas attention. Elle s'est réveillée la nuit à cause de la douleur. Je l'ai habillée et lui ai remis l'écharpe. Son bras était douloureux à cause du plâtre et elle avait chaud. Elle était énervée et se plaignait que son mari avait causé sa blessure.


Je lui ai dit : " Père ne l'a pas fait intentionnellement. Il le regrette beaucoup. S'il te plaît ne le blâmes pas. Les choses arrivent pour une raison. Cela pourrait signifier que nous devrions avoir cette tribulation. Lorsque tu te plains et que tu te mets en colère en plus de ressentir de la douleur, tu ne te remettras pas facilement. Je la réconfortais constamment et lui racontais des histoires étonnantes sur la pratique du Falun Dafa. Je lui ai demandé de réciter "Falun Dafa hao, Zhen-Shan-Ren hao "("Falun Dafa est bon, Vérité-Bonté-Patience est bon".) Elle s'est finalement remise de ses blessures.


Mon beau-père vieillissait et souffrait de maladies chroniques. Parfois, il devait être hospitalisé. Je me suis occupée de lui à l'hôpital et lui achetais de la soupe et d'autres plats. Je le laissais manger d'abord puis je finissais les restes.


Quand il n'était pas de bonne humeur, il se plaignait que nous étions irresponsables et que nous ne faisions pas bien. Je me disputais avec lui et le mettais encore plus en colère. Plus tard, j'ai regardé à l'intérieur. J'ai trouvé que ce qu'il avait dit était correct. En effet, je n'avais pas bien fait. J'ai arrêté de me disputer avec lui. J'ai fait ce qu'il m'a dit de faire. Il ne s'est pas fâché. L'hostilité entre nous a disparu.


Les patients de sa chambre m'ont demandée pourquoi ses filles n'étaient pas venues quand m’ont vue rester la nuit. Je leur ai dit qu'une de ses filles était occupée par son travail et que l'autre n'était pas en mesure de demander un congé et avait une mauvaise santé.


Je ne me suis pas plaint d’elles dans mon cœur. Mais quand d'autres personnes me posaient de telles questions, je savais que mon cœur bougeait, c’était donc un test pour moi. J'ai étudié davantage le Fa et j'ai essayé de me débarrasser de la jalousie et de l'impatience. Je me suis calmée pour pouvoir bien m'occuper de mon beau-père. Lorsqu’il était sous perfusion, je discutais avec lui au lieu de regarder mon téléphone portable. J'ai écouté ses histoires sur sa famille, ses proches et les choses qui s'étaient passées dans le village. Je l'ai écouté avec patience et l'ai guidé avec des pensées bienveillantes. Je l'ai encouragé à faire de bonnes actions. Je lui ai raconté des histoires traditionnelles et des histoires étonnantes sur le Falun Dafa. Il a progressivement gagné en confiance et s'est rétabli rapidement.


Beaucoup de gens ont demandé à ma belle-mère si j'étais sa fille. Ils ont été stupéfaits quand ils ont appris que j'étais sa belle-fille. En fait, je devrais m'occuper davantage de ma belle-famille. Mais parce que j'étais occupée, ils ont pris plus soin de nous et se sont sacrifiés davantage. Ils savaient que j'étais bonne envers eux du fond de mon cœur. Ils m'ont compris et me faisaient confiance. Ils aimaient me dire n'importe quoi. Je les ai aidés autant que je pouvais. Si je ne pouvais pas le faire, je demandais à mon mari de le faire pour eux.


Je m'occupe aussi de mes propres parents. Je leur donne de l'argent de poche et je discute avec eux. Ils sont en bonne santé. Beaucoup de mes amis m'envient et disent que je suis bénie. Non seulement j'ai une fille et un fils, mais mes parents et mes beaux-parents sont toujours en vie et en bonne santé.


Parce que je pratique le Falun Dafa, je peux rester calme et faire face aux choses. J'aide ma famille en me basant sur les principes du Falun Dafa et notre famille a traversé les tempêtes en toute sécurité. Je suis vraiment béni. La pratique du Falun Dafa est ma plus grande bénédiction.


Aider mes voisins
Mes voisins du dessus ont passé le Nouvel An chinois dans une autre ville il y a plusieurs années. La nuit où ils sont partis, de l'eau s'est infiltrée de leur appartement dans ma salle de bain. Mon mari a appelé notre société de gestion immobilière et ils ont découvert qu'il s'agissait d'une fuite d'un radiateur. Ils ont coupé la vanne de chauffage.


Avec l'accord du propriétaire, plusieurs voisins ont demandé à un serrurier d'ouvrir la porte afin que nous puissions inspecter les pièces. Nous avons vidé l'eau, nettoyé les débris, ouvert les fenêtres et changé les serrures.


Lorsque les voisins sont revenus, ils étaient très reconnaissants et ont voulu me donner 500 yuans en compensation. Je ne l'ai pas accepté. Le plafond de ma salle de bain n’était pas endommagé alors que l'eau s'était infiltrée pendant six heures.


Faire du bon travail et être responsable
J'ai commencé à travailler dans une unité informatique plus de 10 ans après avoir commencé à pratiquer le Falun Dafa. Nous n'avons eu aucun problème de sécurité dans la salle informatique. L'équipement était dûment entretenu et une partie était utilisée depuis plus de 10 ans, ce qui avait permis à l'entreprise d'économiser des coûts.


Je n'avais jamais rien emporté à la maison de mon entreprise. Nous avons eu de nouveaux employés dans notre département. Je leur ai parlé du Falun Dafa et du principe "pas de perte, pas de gain ". Ils ont compris et n'ont jamais rien ramené chez eux non plus.


Avant de pratiquer le Falun Dafa, je n'étais pas comme ça. Quand je voyais d'autres collègues ramener des choses de l'entreprise à la maison, je leur emboîtais le pas. Lorsque mon entreprise n'a pas pu payer nos salaires, j'ai emporté des bureaux et des classeurs à la maison. Mais je pensais toujours que j'étais meilleure que les fonctionnaires corrompus. Je suivais juste la foule sans réaliser que j'étais devenue mauvaise.
.

Croyance inébranlable malgré une pression énorme
Le régime de Jiang Zemin a commencé la brutale persécution du Falun Dafa en juillet 1999. Je n'ai pas abandonné ma pratique malgré l'adversité. Le Maître nous enseigne à être bons et aimables. Il n’y a rien de mal. J'ai continué à pratiquer le Falun Dafa et par mes paroles et mes actions j'ai prouvé que le Falun Dafa est droit et merveilleux.


Je parle du Falun Dafa aux gens afin qu'ils ne soient pas trompés et qu'ils puissent également en bénéficier. Les gens qui ont appris la vérité respectent les pratiquants de Falun Dafa. L'environnement autour de moi a changé. Je marche sur mon chemin de cultivation avec constance.


J'ai refusé de chanter les chansons rouges faisant l'éloge du PCC organisées par ma compagnie le jour du Nouvel An une année. J'ai dit aux dirigeants qu'il n'était pas bon de chanter de telles chansons pour louer le PCC.Mais ils n'ont pas écouté.


Mon travail a été affecté. Je ne pouvais pas accepter leur façon de gérer cette situation, alors j'ai continué à parler aux dirigeants et leur ai dit la vérité sur le Falun Dafa. Ils ont finalement décidé de ne pas me réprimander.


Bien que j'aie eu un peu peur à l'époque et que je n'ai pas bien géré la situation, en tant que pratiquante de Dafa, je dois suivre ma conscience et ne pas me contenter de suivre la foule. J'ai pensé aux autres en faisant face à l'adversité et j'ai essayé de persuader les autres de faire ce qu'il fallait. J'étais responsable et vraiment une bonne personne.


Le pouvoir de Dafa me rend forte et m'a permis de traverser la dure persécution. Les gens autour de moi ont appris la vérité et me traitent avec gentillesse. Mon environnement est devenu meilleur.


Au cours des 22 dernières années, d'innombrables pratiquants de Falun Dafa ont raconté aux gens leurs propres expériences qui démontrent que Falun Dafa est bon et que le monde a besoin de Vérité-Bonté-Patience.


Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original.


Version anglaise:
From Being a “Good Person” with No Principles to Being a “Genuinely Good Person”


Version chinoise:
从“老好人”到“真正的好人”-

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.