J’ai clarifié la vérité à propos du Falun Dafa aux chefs du Bureau 610

J’ai été été forcée de quitter mon domicile et en suis resté éloignée après que le Parti communiste chinois (PCC) a commencé à persécuter le Falun Dafa en juillet 1999. Ma pension de retraite a été suspendue. Mes compagnons de pratique m’ont suggéré d’aller clarifier la vérité aux agents responsables du Bureau 610, et j’ai réclamé qu’ils rétablissent le paiement de ma pension.


J’ai préparé et envoyé environ 100 lettres au Bureau 610 et autres agences affiliées, leur demandant de traiter les pratiquants avec gentillesse, afin d’avoir un bel avenir pour eux-mêmes.


J’ai écrit une lettre à part pour le directeur du Bureau 610, décrivant deux anecdotes survenues dans une ville voisine où des fonctionnaires gouvernementaux qui persécutaient les pratiquants ont été confrontés à la rétribution.


Je suis retournée dans ma ville et ai remis la lettre au directeur, en personne. Il ne l’a pas lue à ce moment-là, mais je lui ai parlé face-à-face. Avec l’aide du Maître, cela s’est très bien passé. Lui, sa femme et leurs deux invités ont démissionné du PCC et de ses organisations pour la jeunesse. Il a même aidé sa fille, qui n’était pas à ce moment-là chez eux, à démissionner du PCC, disant qu’il lui en parlerait plus tard.


Il a bientôt été remplacé par un nouveau directeur, et j’ai trouvé une opportunité pour lui parler également. Il s’est avéré que sa mère avait été une de mes collègues. Donc j’ai commencé à parler de sa mère. Puis j’ai parlé à propos du Falun Dafa, lui disant combien la pratique était bénéfique. Il m’a poliment écoutée.


Je suis rentrée chez moi et lui ai écrit une lettre. Il m’a rapidement notifiée d’entreprendre des démarches pour renouveler ma pension et pour récupérer les pensions non versées. Quand j’y suis allée, l’ancien directeur et le capitaine de la sécurité intérieure étaient également présents. Ils ont dit qu’ils me donneraient ma pension si je signais leur document, mais j’ai refusé de signer.


Ils m’ont demandé de les excuser quelques minutes, pour qu’ils puissent discuter de la situation. Ils ont ensuite demandé à mon fils de me convaincre de signer. Je n’ai pas cédé. Ils ont demandé de nouveau à être excusés. Ils ont alors dit que je n’avais pas besoin de signer quoique ce soit pour eux, tout ce que j’avais à faire était d’aller au service de la sécurité sociale pour remplir les documents nécessaires. Ma pension a été rétablie, et j’ai reçu deux ans de rappels.


Peu de temps après, le second directeur du Bureau 610 est tombé malade et a arrêté de travailler, il a été remplacé par le capitaine de la sécurité intérieure. Un autre pratiquant lui a parlé et lui a clarifié la vérité à propos de Dafa. Il a été très positif au sujet de Dafa, et a démissionné du PCC et de ses organisations.


Un autre pratiquant et moi avons, un jour, pris quelques documents informatifs concernant Dafa pour aller chez lui et lui parler plus en détails. Il nous a dit que depuis qu’il était devenu le directeur, il n’avait ni arrêté ni persécuté aucun pratiquant. Effectivement il a protégé les pratiquants.


Une fois je l’ai rencontré alors qu’il sortait d’un restaurant. Je lui ai dit de réciter plus souvent : " Falun Dafa Hao, Zhen-Shan-Ren Hao " (Falun Dafa est bon, Vérité-Bonté-Patience est bon). Il a crié trois fois : " Falun Dafa Hao, Zhen-Shan-Ren Hao ".

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original.


Version anglaise :
I Clarified the Truth About Falun Dafa to the Heads of the 610 Office

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.