Socialisme - Un loup déguisé en mouton frappe à la porte pour la dernière fois

Beaucoup de gens dans la communauté internationale ont une idée plutôt confuse du socialisme, pensant que le socialisme n'est pas si mal, car il semble promouvoir la " justice sociale " et " l'égalité ". En fait, le socialisme est très dangereux par nature, ce qui est fondamentalement préjudiciable à la culture traditionnelle et aux valeurs éthiques qui sont essentielles à l'existence de l'humanité.


Les partisans socialistes peuvent être très trompeurs car ils se déguisent souvent et essaient de gagner des votes"pour le peuple". Ils ont joué à maintes reprises le rôle de "Loup grand-mère" - Mettant un foulard, portant un panier et frappant à la porte du poulailler: "Ouvrez la porte, je suis grand-mère et je vous ai apporté de la délicieuse nourriture."


Les socialistes promeuvent la "propriété publique", la "société de bien-être" et la "justice sociale", encourageant secrètement les gens à "vivre de l'aide sociale" au lieu de travailler pour gagner leur vie. Un des commandements inquiétants que Marx mentionne dans le manifeste communiste disait que " la théorie du communisme peut se résumer en une phrase : abolir toute propriété privée ".


Bill Muehlenberg, auteur né aux États-Unis, commentateur des médias et actuellement secrétaire du Conseil de la famille de Victoria en Australie, a fait valoir que "la justice sociale n'est pas ce que vous croyez" et que "dans les pays socialistes, les seules personnes qui possèdent des biens de grande valeur sont les dirigeants socialistes et leurs fidèles acolytes. Parce qu'il y a peu de mobilité ascendante sous le socialisme, les sociétés socialistes sont caractérisées par deux niveaux économiques : une petite élite dirigeante immensément riche au sommet, et au bas de l'échelle, les masses à faible revenu obligées d'obéir aux diktats de leurs maîtres socialistes. Une classe moyenne importante et prospère comme celle que nous avons en Amérique n'existe pas dans les pays avec un régime socialiste à parti unique.


La " troisième voie " de Chavez
En 1998, pendant la campagne où Chavez se présentait à la présidence du Venezuela, afin de prendre le pouvoir, il a minimisé ses propositions socialistes et promis de vastes réformes sociales et économiques, qui ont gagné la confiance et la faveur des pauvres et des travailleurs à l'époque.


Il a dit qu'il trouverait une " troisième voie " entre le socialisme et le capitalisme pour mener une " révolution démocratique pacifique ", faisant croire qu'il ne suivait pas le communisme de l’Europe de l'Est, qui s'est effondré il n'y a pas longtemps en 1991.


Après son arrivée au pouvoir, Chavez a pris le contrôle des législatures et a amendé la Constitution. Il a ensuite commencé à promouvoir globalement le socialisme en nationalisant des secteurs économiques clés, en offrant des soins médicaux gratuits et une éducation gratuite, ainsi qu'un système de logement public. L'essence vénézuélienne est devenue la moins chère du monde, coûtant moins cher que l'eau en bouteille. On pouvait utiliser autant d'essence qu'on le voulait, sans se soucier de ce qui se passerait devenait insoutenable en cours de route.


Au cours des premières années de son administration, le peuple vénézuélien a eu la belle vie. Le revenu des pauvres dans de nombreux endroits a augmenté de 55%; le taux de chômage a baissé de 6,4% et la population en situation de pauvreté de 10%. Par conséquent, Chavez est devenu de plus en plus populaire auprès des pauvres, apparaissant comme leur " grand sauveur ".


Le Venezuela a créé 132 centres de formation socialiste en 2007. Chavez a ordonné à tous les employés des entreprises nationales de passer au moins 4 heures par semaine à étudier la théorie marxiste, et cette exigence s'est également étendue aux militaires et aux écoles.


Au début, alors que le Venezuela possédait les plus grandes réserves de pétrole du monde et bénéficiait des prix élevés du pétrole, Chavez semblait avoir créé un paradis sur terre au Venezuela, où les gens pouvaient simplement s'asseoir et profiter d'une bonne vie gratuitement. Cependant, lorsque les prix du pétrole ont chuté, l'économie planifiée de Chavez est allée de mal en pis chaque jour.


La "grande marmite de riz" s'épuisera tôt ou tard. La même histoire s'est produite en Chine dans les années 1950, lorsque le régime communiste a lancé le "Grand Bond en avant" et que les gens ont mangé de "la même grande marmite". Les soi-disant "égalité" et "avantages sociaux" ont produit de plus en plus de "paresseux" et ont conduit à l'inefficacité et à la stagnation sociale et économique.


L'économie du Venezuela a commencé à se détériorer rapidement à partir de 2010 et s'est finalement effondrée avec, en grande partie, la surimpression des billets de banque. La famine et la pauvreté ont rapidement assailli le pays.


Lorsque Chavez a annoncé qu'il allait redistribuer la richesse et prendre l'argent des riches pour le donner aux pauvres, les riches ont commencé à émigrer ; lorsqu'il a annoncé la nationalisation des entreprises privées et le contrôle des devises, ainsi que le contrôle des prix des produits de première nécessité, la classe moyenne a commencé à émigrer ; lorsque son successeur, Maduro, a annoncé que les imprimantes de billets de banque allaient tourner à plein régime, les pauvres ont commencé à faire tout leur possible pour fuir vers d'autres pays.


L'inflation au Venezuela a atteint le chiffre stupéfiant d'un million de pour cent en 2018. Cependant, le gouvernement Maduro a continué à émettre des billets de banque et à emprunter des dettes extérieures, qui s'élevaient à 120 milliards de dollars américains, dont plus de 60 milliards étaient dus à la Chine communiste.


Selon l'enquête nationale sur les conditions de vie au Venezuela (ENCOVI) pour la période 2019-2020, les niveaux de pauvreté au Venezuela ont atteint un sommet en 2019, en faisant officiellement le pays le plus pauvre d'Amérique latine et des Caraïbes. Dans tout le pays, 75 % de la population n'avaient pas assez à manger et perdu en moyenne 8,7 kg de poids.


Le revenu moyen au Venezuela en 2019 était de 72 cents US par jour. En se basant uniquement sur le revenu, selon l'enquête, 96% des Vénézuéliens vivaient dans la pauvreté et 70% dans l'extrême pauvreté


L'Europe de l'Est a abandonné le communisme en 1989, et trente ans plus tard, le Venezuela a une fois de plus prouvé que le communisme est une impasse. Il n'a pas apporté le bonheur au peuple comme promis, mais a seulement laissé derrière lui la perversité, la corruption, la souffrance et la pauvreté du peuple.


L'échec du Venezuela a attiré l'attention du monde entier, et pourtant Bernie Sanders, le plus influent socialiste américain et d'autres en ont très peu parlé et ont affirmé que le socialisme de style nordique était ce que les États-Unis devraient suivre.


Le professeur à la retraite Paul H. Rubin, un expert du socialisme et du capitalisme, a publié un nouveau livre en août de l'année dernière, intitulé A Student's Guide to Socialism: How It Will Trash Your Lives ( en français " Un guide du Socialisme à l’usage des étudiants: comment il démolira vos vies ".)


Il y explique à quoi ressembleraient les États-Unis sous le socialisme : Les gens seraient plus pauvres. Il y aurait moins de liberté, et les biens seraient de moins bonne qualité mais plus chers. Il y aurait moins d'innovation, et l'environnement serait en plus mauvais état.


Il soutient également que les États-Unis sont le pays le plus productif et le plus riche qui ait jamais existé, et que le niveau actuel de richesse aux États-Unis est dû au capitalisme. Enfin, il démontre que de nombreuses critiques du capitalisme (telles que celle qui conduit à une inégalité excessive) sont erronées ou mal fondées.


En fait, les socialistes se comportent souvent comme Chavez au début, et ils minimiseront les extrêmes du communisme mais dépeignent une belle image dont ils savent qu'elle ne se réalisera jamais.


Le Danemark n'est pas socialiste
Après avoir vu son pays cité en exemple dans le débat présidentiel américain par Bernie Sanders, le Premier ministre danois Lars Løkke Rasmussen a expliqué lors d'une conférence à Harvard le 31 octobre 2015, que son pays n'est pas socialiste.


"Je sais que certaines personnes aux États-Unis associent le modèle nordique à une sorte de socialisme. Par conséquent, je voudrais clarifier une chose. Le Danemark est loin d'être une économie planifiée socialiste. Le Danemark est une économie de marché ", a déclaré Rasmussen.


" Le modèle nordique est un État-providence élargi qui offre un haut niveau de sécurité à ses citoyens, mais c'est aussi une économie de marché prospère avec beaucoup de liberté pour poursuivre vos rêves et vivre votre vie comme vous le souhaitez ", a-t-il ajouté.


En fait, les pays nordiques sont conscients des problèmes du socialisme depuis un certain temps. En 1975, la Suède était le quatrième pays le plus riche du monde (mesuré par le PIB par habitant); cependant, il a chuté au 14e en 1993, et les Suédois ont commencé à se rendre compte des problèmes auxquels ils étaient confrontés dans leur expérience du socialisme. La chercheuse suédoise Nina Sanaddaji et d'autres estiment que la protection sociale élargie a été abusée et l'éthique du travail érodée, et les Suédois ont commencé à penser que les diverses pratiques du socialisme sont " un échec colossal ", et le Danemark est arrivé à une conclusion similaire.


Cependant, les grands médias américains, longtemps pris au piège du "politiquement correct", refusent de rendre compte des troubles causés par les pratiques socialistes dans les pays nordiques. La "drogue psychédélique" du communisme, au nom du "Green New Deal", gagne maintenant en popularité.


Le fait est qu'au cours des dernières décennies du 20e siècle, la politique d'apaisement des États-Unis envers la Chine communiste avait déjà permis au socialisme d'entrer aux États-Unis. Une enquête auprès de la génération Y montre que 70% d'entre eux croient au socialisme.


Comme l'opium, le communisme a autrefois attiré un grand nombre de personnes, et il a effectivement empoisonné les gens comme l'opium pendant toutes ces années.


Sous l'influence de l'athéisme communiste, une indulgence sans scrupules a prévalu aux États-Unis. Les huit années de l'administration d'Obama et les deux dernières années du bureau de Bush Jr. sont considérées comme la " décennie perdue " par de nombreux Américains, avec deux indicateurs emblématiques - Premièrement, de plus en plus de gens ont commencé à compter sur l'aide sociale; deuxièmement, la classe moyenne rétrécissait. En outre, le mariage homosexuel a été légalisé, des centaines de condamnés à mort liés à la drogue ont été graciés et d’absurdes toilettes publiques unisexes ont été popularisées.


La vérité du " socialisme aux caractéristiques chinoises "
Le Parti communiste chinois (PCC) est extrêmement trompeur et a une histoire de mensonge pour gagner la sympathie et l'approbation de la communauté internationale afin de pousser ses propres agendas politiques.


"Comment parvenir à la démocratie ? Veuillez prendre la bonne voie de la démocratie : Donnez les droits du peuple au peuple", disait l'éditorial du porte-parole du PCC, le Xinhua Daily, le 27 septembre 1945, sous le titre "La bonne voie de la démocratie" : Rendre le pouvoir politique au peuple sans réserve".


"La démocratie est devenue la tendance du monde. Quiconque va à l'encontre de cette tendance périra......" a déclaré le quotidien Xinhua "Democracy First" (15 septembre 1943).


Afin de cacher sa vraie nature en prétendant promouvoir la démocratie, Mao Zedong, chef du PCC de 1935 jusqu'à sa mort en 1976, a personnellement abordé l'importance de la démocratie à de nombreuses occasions publiques, affirmant que les lacunes de la Chine étaient le manque de démocratie, et que ce n'est qu'en pratiquant la démocratie que la Chine pourrait se développer correctement.


En juillet 1944, lors d'une rencontre avec John Stewart Service, conseiller politique de Joseph Stilwell, commandant du théâtre Chine-Inde-Myanmar et chef d'état-major du généralissime Chiang Kai-shek, Mao Zedong a déclaré chaleureusement : " Chaque soldat américain en Chine devrait être un agent de publicité pour la démocratie et ils devraient parler de démocratie à tous les Chinois qu'ils rencontrent. Les responsables américains devraient parler de démocratie aux responsables chinois. Bref, les Chinois respectent vos idéaux américains de démocratie. " ("La lettre historique du Parti»" 1983 question No. 20-21, compilé par le Centre de recherche sur l'histoire du Parti du Comité central du PCC)


En 1949, le PCC a prétendu établir une "Nouvelle Chine libre et démocratique" et a "invité" de nombreux patriotes d'outre-mer à retourner dans la mère-patrie. Beaucoup ont répondu à l'appel, laissant derrière eux leur maison et leur carrière. Cependant, la plupart d'entre eux ont fini par être persécutés en tant qu'"espions", "autorités réactionnaires", etc. et beaucoup ont perdu la vie à cause de cela.


Pendant des décennies, on a fait valoir que le PCC est différent d'avant et qu'il est en train de changer, et qu'il suit sa propre voie avec le "socialisme à caractéristiques chinoises". Cependant, 40 ans plus tard, depuis la réforme économique et l'ouverture de la Chine, le PCC reste le même, mensonges, violence, corruption et destruction de la foi, parmi beaucoup d'autres problèmes. Le prolétariat est toujours le prolétariat, avec 600 millions de personnes qui gagnent 1 000 yuans par mois. Après 40 ans de réformes et d'ouverture, le niveau de vie de près de la moitié de la population chinoise ne s'est guère amélioré.


Le chercheur américain Steven Mosher, auteur de Bully of Asia: Why China’s Dream is the New Threat to World Order (en français : "Tyran d’Asie: Pourquoi le rêve de la Chine est une nouvelle menace pour l’ordre mondial"), a déclaré que le PCC est en fait un régime fasciste enveloppé dans le communisme. Premièrement, le PCC lui-même consomme environ un milliard de dollars américains chaque année, principalement pour les salaires des cadres et des fonctionnaires, les sanatoriums et les installations de récupération des cadres à la retraite, les voyages à l'étranger financés par l'État et d'autres dépenses.


La deuxième chose, ou le deuxième fardeau que les Chinois doivent supporter, est le secteur public qui perd des milliards de dollars américains chaque année. Toutes les entreprises publiques perdent de l'argent, créant de lourdes charges pour le peuple chinois.


Steven Mosher a déclaré que l'économie du PCC ne peut pas joindre les deux bouts et qu'elle est allée trop loin pour pouvoir se remettre. La désintégration du PCC est inévitable et ce ne sera pas trop long.


Épilogue: les gens se réveillent et le rejet du communisme est devenu un consensus
À travers les âges, la raison pour laquelle les escrocs ont souvent réussi est parce qu'ils ont des séries de tours qui peuvent gagner la confiance des autres en cachant leur vraie couleur. Mais les menteurs sont toujours des menteurs, et peu importe à quel point ils sont habiles à jouer à des jeux, ils finiront par trahir
e spectacle.


Trump a mis en garde contre le socialisme à de nombreuses reprises, et les élections américaines de 2020 ont permis à de nombreux Américains de se rendre compte de l'ampleur de la pénétration du communisme dans la société américaine. Un net-citoyen a laissé un message en ligne, disant que "nous ne voulons pas voir aux États-Unis où les marchandises sont volées et l'argent dérobé, où les immigrants illégaux entrent à volonté, où les meurtriers et les pyromanes restent impunis, où l'on préconise le changement de sexe et l'abus de drogues, où les violeurs de jeunes filles sont protégés, où les militants BLM et Antifa se comportent de manière totalement anarchique, où le vol de 950 dollars n'est pas considéré comme illégal, où il n'y a pas de contrôle d'identité lors des élections, etc. Nous ne voulons pas voir le capitalisme se transformer en socialisme".


L'histoire a atteint un moment critique et les tours du diable rouge du communisme n'ont nulle part où se cacher. La frénésie socialiste lors des élections générales américaines n'a été que le dernier coup frappé à la porte par le " Loup grand-mère ".


Version anglaise :
Socialism – A Wolf in Sheep Clothing Is Knocking at the Door for the Last Time

Version chinoise :
A href= https://www.minghui.org/mh/articles/2020/12/12/社会主义“狼外婆”-最后一次敲门-416394.html>社会主义“狼外婆”-最后一次敲门

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.