Culture traditionnelle chinoise (2e partie de l’obéissance filiale) : Transporter du riz sur de longues distances

Zilu, un élève de Confucius étudiant sous la lune, par Yoshitoshi, mars 1888

1ere partie


Zhong You, également connu sous le nom de Zilu, était un élève de Confucius, bien connu pour son obéissance filiale.


Grandissant dans une famille pauvre, Zhong You menait une vie frugale, son régime étant principalement composé de plantes et d’herbes sauvages. S’il était capable de survivre ainsi, il craignait que ses parents ne souffrent de malnutrition s’ils devaient continuer à subsister sur le même régime.


La famille de Zhong You ne produisait pas son propre riz et elle n’avait pas les moyens de l’acheter localement. Son seul choix était de parcourir 48 km à pieds pour acheter le riz, puis de parcourir la même distance pour le ramener à la maison. C’était un voyage assez long, un aller simple pouvant prendre plusieurs jours. Mais il le faisait avec bonheur, toute l’année, pour nourrir sa famille.


Pendant les mois d’hiver, il faisait extrêmement froid et Zhong You devait marcher dans la neige et traverser une rivière glacée, au cours du long voyage. Souvent, ses pieds et ses mains gelaient et devenaient engourdis, le forçant à s’arrêter et à les réchauffer avant de continuer.


Les étés étaient exactement à l’opposé, chauds et étouffants sous un soleil brûlant. Quand il pleuvait, Zhong You couvrait le riz avec ses vêtements pour qu’il ne soit pas mouillé.


Malgré cela, il ne ralentissait jamais ni ne prenait son temps, déterminé qu’il était de rentrer chez lui le plus tôt possible pour cuisiner pour ses parents. Pendant de nombreuses années, Zhong You a fait ces voyages, démontrant son attention sincère et sa responsabilité envers ses parents.


L’histoire de la grande obéissance filiale de Zhong You s’est répandue dans toute la région. À la mort de ses parents, il se rendit dans le royaume de Chu, où le roi le nomma haut fonctionnaire. En tant que tel, il ne manquait de rien, ayant à sa disposition chaque jour la nourriture la plus fine et la plus délicieuse et des dizaines d’employés le servant et l’accompagnant dans ses déplacements. Pourtant Zhong You ne trouvait guère de plaisir dans sa richesse et son luxe nouvellement acquis. Son cœur n’était pas satisfait. Car son véritable souhait était que ses parents, décédés très tôt dans la vie, partagent une si belle vie avec lui.


L’histoire de Zhong You nous dit que l’obéissance filiale ne se mesure pas à l’accumulation de richesses et de richesses, mais à la sincérité qu’il y a dans le cœur. Voyant comment ses efforts bénéficiaient à ses parents, Zhong You n’a jamais vu ses efforts comme une épreuve.


Traduit de la version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2019/9/19/179963.html

Version chinoise

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.