Quelques réflexions et compréhensions concernant les récents événements à Paris

FORMER VRAIMENT UN SEUL CORPS EN EXPRIMANT ET PARTAGEANT SES OPINIONS ET COMPREHENSIONS DANS LA LOI.

Suite aux récents événements de l’arrestation d’une cinquantaine de pratiquants lors des festivités du Nouvel An Chinois et de la venue de Hu Jintao. Quelques pratiquant d’autres pays européens sont venus se joindre à nous pour clarifier la vérité, j’ai été très touchée par leur cœur de sauver les êtres, leur compréhension du corps unique que nous sommes, et leur sincérité et gentillesse en nous montrant les failles qu’ils peuvent percevoir en vivant quelques jours avec nous, et qui est aussi un effet de leur profonde compréhension et compassion : « nos affaires sont leurs affaires ».

Ce qui est récemment apparu dans la réaction des autorités françaises - beaucoup de pratiquants sont d’accord là-dessus – était latent depuis longtemps, nourri par le manque de compréhension claire de ce qu’est vraiment le Falun Gong, et s’est manifesté ces derniers jours lors des festivités du Nouvel An Chinois. Il est intéressant de noter que beaucoup d’entre nous n’ont pas perçu immédiatement la signification et la gravité de ces arrestations dans l’optique de la rectification de la Loi. Pour répondre efficacement à ce problème apparu, nous devons, l’ensemble des pratiquants français, élever notre niveau, élever notre compréhension et en même temps tous les pratiquants européens doivent s’élever ensemble. En cette période cruciale, la moindre de nos failles sera utilisée et il est particulièrement urgent de parvenir à former un seul corps. Alors comment nous élever ensemble.

La remarque a été faite que nous ne semblions pas vraiment échanger nos différentes opinions et partager nos compréhensions dans la Loi, et que certains s’opposant à la manière de faire d’autres, s’ ils ne se disputent pas, marquent un écart et gardent à l’esprit un sentiment négatif sur certaines actions entreprises, d’autres ne disent rien gardant pour eux leur propre compréhension.

Nous devons partager nos compréhensions avec les autres dans la Loi afin que tous nous puissions nous élever ensemble, de même pour nos difficultés et nos doutes afin que la compréhension de chacun enrichisse, rectifie, approfondisse notre compréhension d’ensemble et ce n’est qu’alors que nous nous élevons ensemble dans Dafa et formons un champ pur et droit qui peut rectifier la situation.

Avons-nous suffisamment compris que à quoi nous nous attachons, c’est ce que les forces anciennes utilisent pour interférer : si nous avons à l’esprit la crainte que telle manière de faire puisse prêter à penser que nous faisons de la politique, la perversité saisira l’occasion et on nous reprochera de faire de la politique, si nous craignons que distribuer des flyers à grande échelle puisse apparaître comme une opération de propagande, cela n’apparaîtra-t-il pas aussi dans le retour que nous aurons du public, de même que si nous nous focalisons à l’excès sur l’utilisation du mot secte envers nous, nous verrons apparaître des articles reprenant jusqu’à cinq fois le mot secte en trois lignes comme cela s’est produit ces derniers temps etc etc ….

Bien sûr nous devons aussi faire de notre mieux pour expliquer les choses d’une manière de plus en plus subtile, de plus en plus profonde, avec sagesse et compassion.

LA VERTU DE SUIVRE UNE BONNE CAUSE

Il y a à cela aussi un autre aspect, même si les actions entreprises par les autres ne correspondent pas à notre propre compréhension des choses ne représentent elles pas aussi le cœur des pratiquants de Dafa.
Il y a une histoire dans le bouddhisme :

Un jour, Sakyamuni marchait sur la route quand il rencontra deux enfants jouant avec du sable. Quand les deux gosses ont vu Sakyamuni, l’un d'eux a sérieusement ratissé un tas de sable avec les deux mains, l’offrant à Sakyamuni, en disant: “C'est pour vous.” L’autre se tint à côté de Sakyamuni sans rien offrir. Il se contenta d’offrir à Sakyamuni son sourire sincère. Dans leur prochaine réincarnation, les deux enfants semblent avoir eu de la chance à cause de cette rencontre. L'enfant qui avait offert un tas de sable à Sakyamuni devint empereur et l'enfant qui avait souri à Sakyamuni devint Premier ministre.
Dans le Bouddhisme, le crédit obtenu par l’offrande d’un tas de sable à Sakyamuni est un acquis de vertu, alors que le crédit obtenu en souriant à Sakyamuni est la vertu de suivre une bonne cause. Dans le Bouddhisme, il y a un terme appelé “suivre une bonne cause” qui signifie avoir au cœur une pensée heureuse pour la bienveillance ou les bonnes actions d’autrui. La vertu de “suivre une bonne cause” est aussi grande.

Bien sûr, en tant que pratiquants de Dafa nous ne cherchons pas à obtenir un crédit de vertu, mais cela montre que même si l’on ne fait rien, en ayant le cœur heureux pour les bonnes actions d’autrui on est au même niveau que celui qui fait la bonne action.

LES POLICIERS AUSSI ATTENDENT D’OBTENIR DAFA

Aujourd’hui sur notre point de pratique un policier qui il y a quelques années venait parfois pratiquer avec nous est passé et une discussion s’est engagée sur les récentes interpellations par la police lors des festivités du Nouvel An à Paris. Voici quelques jours une pratiquante chinoise dont le français est très limité lui avait présenté la pétition demandant qu’une enquête soit faite sur les récents événements qu’il n’avait pas voulu signer, ce qu’elle comprenait comme l’expression de son désaccord. Et ce matin lors d’une longue conversation il a expliqué qu’il avait tout d’abord réagi au mot arrestations arbitraires. En lui donnant des détails et des exemples de la manière dont s’étaient faites ces arrestations il en est venu de lui-même à convenir qu’en effet le mot arbitraire était bien approprié mais il a expliqué qu’en le lisant, il l’avait ressenti de manière un peu offensive, car lui-même avait toujours exercé son métier avec droiture, et que même des gens qu’il avait dû un jour arrêter avaient continué à le respecter et à le saluer parce qu’il les avait toujours traités humainement et équitablement. Je pense qu’il y a là-dedans certains éléments qui peuvent nous permettre d’améliorer notre clarification sur ces événements. D’abord toujours penser à expliquer pourquoi nous disons telle ou telle chose, quelles implications il y a derrière, clarifier la vérité en profondeur et en détail, calmement, après avoir nous même acquis une compréhension claire des événements et de ce que nous avons à faire. Les policiers impliqués dans cet incident attendent aussi Dafa. J’ai dernièrement été émue aux larmes par le témoignage d’une pratiquante qui racontait comment elle avait été interpellée pour avoir porté du jaune lors des festivités franco-chinoises, son témoignage était droit, sans émotion et sincère. Elle rapportait un dialogue qu’elle avait eu avec la police au cours duquel elle avait réalisé qu’ils ne savaient pas ce qu’était Falun Dafa « A travers ces dialogues avec les policiers, j’ai vu qu’ils ne savaient pas ce qu’était le Falun Dafa. Alors, j’ai commencé à leur expliquer, le Falun Dafa est transmis et pratiqué dans le monde, en Chine les pratiquants de Falun Dafa sont en train de subir une persécution sanglante, la personne qui a initié et organisé cette persécution, l’ancien président chinois, Jiang Zemin est maintenant face à des procès un peu partout dans le monde pour les crimes de génocide, des crimes contre humanité, et de torture. Les policiers m’ont écoutée attentivement, lorsque j’ai dit que le fait d’arrêter arbitrairement ici les pratiquants revenait à aider la persécution en Chine, ils étaient tous très surpris, ils n’avaient jamais songé à cette grave conséquence. Les policiers ont confisqué mon sac, dans lequel il y avait des documents en chinois et en français pour clarifier la réalité des fait sur la répression et sur le Falun Gong, y compris une lettre ouverte au gouvernement français et aux médias. J’ai dit à leur chef qu’il pouvait distribuer cette lettre à ses collègues, il l’a donnée à des policiers autour, et chacun a gardé dans sa main une brochure expliquant la réalité de Falun Gong et de la persécution, en disant qu’il allait pouvoir en apprendre un peu plus. »

Je comprends que c’est cela que nous avons affaire, les aider à comprendre la gravité des conséquences, de tout notre cœur, et que ce n’est que cela qui permettra à ceux qui ont commis des actions erronées de les comprendre et de pouvoir présenter leurs excuses sans leur donner l’impression que nous essayons à tout prix de l'obtenir d'eux , et pour bien faire nous devons d’abord tous ensemble échanger et élever nos compréhensions sur la signification de ces incidents dans l’optique de la rectification de la Loi.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.