Une coordination sans faille entre pratiquants est d’une importance primordiale

J'ai fait un rêve dernièrement. J’étais en route pour aller passer un examen. Je ne me suis pas parti suffisamment tôt pour rejoindre le lieu de l’examen, pensant que ça n’était pas nécessaire.


J’ai rencontré un groupe de personnes revenant de leur examen. Ils m’ont dit qu’il y aurait épreuves et tribulations sur le parcours, et qu’il me serait très difficile de m’en acquitter seul. Certains ont dit : " Rien ne garantit que tu puisses revenir sain et sauf. "


Ils ont fait en sorte que chacun dans leur groupe soit accompagné et qu’ils s’aident entre eux tout du long, pour que chacun puisse rentrer sain et sauf.


J’ai éprouvé des regrets en entendant cela, cependant au fond de moi, je doutais de leurs propos. Je n’étais pas convaincu. "Je ne suis inférieur à aucun d’eux", me suis-je dit. " S’ils peuvent le faire, moi aussi, je le peux. Avaient-ils vraiment besoin d’aller passer leur examen tous ensemble ? "


Se joindre à une équipe et nier les arrangements des forces anciennes

En me réveillant, j’ai pensé à ce qui s’était passé plus tôt ce jour-là. Je m’étais farouchement tenu à mon propre emploi du temps et étais resté chez moi pour travailler sur certains projets.


Il s’avéra que ce que j’avais fait chez moi n’était pas très efficace, parce que je n’avais pas saisi l’opportunité de rejoindre un groupe d’étude et des activités locales de clarification de la vérité. Je me disais à moi-même que je travaillais pour le même objectif de sauver les êtres.


Cependant, je savais que l’effet n’était pas le même. J’ai réalisé que ce rêve pourrait être un avertissement. Il est très important de s’associer à l’effort du groupe pour nier les arrangements des forces anciennes, et ce pourrait être beaucoup plus efficace que que faire les choses seul.


Tout pratiquant a des insuffisances dans sa cultivation, et les activités de groupe peuvent contribuer à surmonter ces failles et à aboutir à de bien meilleurs résultats.


Maître nous a dit :

" Si les gens ne veulent pas écouter quand vous assignez quelque chose et qu’ils veulent juste faire ce qu’ils ont envie, et que chacun fait les choses à sa façon, est-ce que ça pourra marcher un jour ? C’est juste comme ce poing qui part – c’est puissant quand tout le monde est serré ensemble. (Le Maître serre le poing.) Mais si vous dites que celui-ci veut faire ceci, celui-là veut faire cela, et le suivant quelque chose d’autre (écartant les cinq doigts en montrant chaque doigt), alors ça manque de force, et sitôt parti, il essuie un revers, n’est-ce pas ? Vous devez avoir un plan et organiser les choses, bien vous coordonner et bien coopérer les uns avec les autres." ("Enseignement de la Loi à la Conférence de Loi de la grande région de New York 2009")


J’ai pensé à la raison pour laquelle je n’étais pas convaincu de passer l’examen avec les autres. J’ai regardé à l’intérieur et réalisé que je me sentais supérieur aux autres. Avant de commencer à cultiver, j’étais un excellent élève et je regardais les autres de haut.


Quand j’ai commencé à cultiver, j’avais un fort attachement aux projets que je lançais, aux activités que j’organisais, et aux idées que je présentais. Parfois, j’étais réticent à participer aux projets où il fallait coopérer avec d’autres pratiquants que j’estimais peu diligents dans leur cultivation. Je pensais que travailler avec eux ne m’aiderait pas dans ma cultivation.


Je savais que mes pensées et attachements de personnes ordinaires m’avaient suivi dans la cultivation. J’étais attaché à la célébrité. Je valorisais les résultats superficiels quand je participais aux projets, même plus que la cultivation elle-même.


En fait, les épreuves d’un pratiquant dans la cultivation sont différentes de celles d’une personne ordinaire. Pour les épreuves des personnes ordinaires il y a un seul critère de jugement qui est le score.


Pour les pratiquants, il n’en est pas de même. Dans mon rêve, ils ont passé l’examen en groupe, se sont coordonnés les uns et les autres, se sont soutenus les uns et les autres, sont restés ensemble en dépit des conflits et finalement sont rentrés ensemble sains et saufs.


Leur coordination faisait en fait partie de l’examen, et dans ce domaine, ils ont marqué des points. Cela a empêché les forces anciennes de profiter de leurs lacunes respectives.


Maître nous a avertis :

" Dans le processus de faire les choses, ce qu'on regarde, c'est ton cœur, pas ta réussite elle-même. Dans le processus de faire les choses, tu peux sauver les gens ! Ton processus de faire les choses est aussi le processus de t'élever dans la cultivation, qui joue en même temps le rôle de sauver les êtres ! Ce n'est pas que seulement si tu réussis cette affaire, tu pourras jouer le rôle de sauver les êtres." ("Enseignement du Fa à la conférence de Fa de New York 2016 ")

J’ai réalisé que participer à des activités de groupe est une grande opportunité de se débarrasser de l’attachement à l’ego, ce qui est critique pour la cultivation. Une caractérisique des forces anciennes est leur attachement à leurs propres arrangements.


Bien travailler ensemble nie les arrangements des forces anciennes. Quand nous sommes réticents à intégrer une étude ou des activités de groupe, nous devons chercher les attachements qui nous empêchent de nous intégrer et de nous élever.


Un message du Tian Guo Marching Band

Dernièrement, j’ai été nommé chef d’équipe sur un projet écrit. J’étais responsable de la coordination avec le chef de projet et de la motivation des membres de l’équipe. On m’a aussi demandé de noter les progrès de l’équipe chaque jour.


Une nuit, j’ai prévu de faire un somme et d’écrire le résumé après minuit. Je ne me suis pas réveillé comme prévu mais au lieu de cela j’ai fait un rêve. J’étais le deuxième chef d’orchestre du Tian Guo Marching Band et je devais marcher au milieu de l’orchestre.


Comme l’orchestre devait défiler et jouer, j’ai fait un somme et j’étais en retard pour la prestation. J’ai dû regarder l’orchestre défiler sans moi. J’étais rempli de regret et de honte.


J’ai réalisé que, bien qu’en apparence, ce ne soit pas une grosse affaire de sauter un jour la production d’un résumé , ce pourrait être bien plus significatif dans d’autres dimensions.Comme le projet était toujours dans sa phase de développement, le chef de projet proposait de temps en temps de nouvelles méthodes de travail. Moi, cependant, je suivais encore les anciennes procédures jusqu’à ce que le chef de projet me rappelle à l’ordre.


Cela s’est produit à deux reprises. J’ai admis mon erreur, mais au fond, j’ai cherché des excuses pour mon comportement : " Les procédures changent si vite et elles ne sont pas faciles à apprendre. Comment faire pour changer aussi vite ? "


La véritable raison, c’est que je ne faisais pas suffisamment attention aux messages du chef de projet. Je n’aurais commis aucune erreur si j’avais été plus vigilant, plus attentif, et plus enclin à coopérer. Mon attitude avait aussi un effet négatif sur l’équipe.


Je faisais des suggestions inopinées au chef de projet. Je lui ai même dit comment être un chef de projet. Un jour, elle m’a dit qu’elle avait pensé à ces choses avant moi. Elle avait pris une décision, et espérait que je respecterais sa décision.


En regardant à l’intérieur, j’ai trouvé, tout au fond de moi, que je n’étais pas satisfait du travail du chef d’équipe. Je visais des choses plus importantes. Je ne respectais pas non plus le projet de la responsable et inconsciemment je la regardais de haut. En réalité, mes nombreuses suggestions pouvaient interférer avec elle.


Progressivement, j’ai réalisé que je ne devais pas exprimer mes observations et suggestions publiquement au cours de la réunion en ligne. Je devais communiquer avec elle plus en privé. Proposer ouvertement des avis contraires ne serait pas bénéfique pour les pratiquants dont la cultivation n’était pas stable et pourrait susciter des attachements humains.


Je me suis soudain éveillé à la compréhension que le Tian Guo Marching Band serait un bon exemple pour d’autres projets en termes de coordination de groupe. Le chef d’orchestre placé à la tête de l’orchestre fait des gestes pour indiquer à l’ensemble de l’orchestre quel air jouer. Le chef d’orchestre secondaire placé au milieu de l’orchestre doit faire très attention pour être en harmonie avec le chef d’orchestre principal. Le moindre retard en passant les consignes entraînerait aussitôt le manque de synchronisation avec la deuxième partie de l’orchestre.


Tous les membres de l’orchestre doivent regarder attentivement et suivre des yeux l’emblème du Falun que l’on voit en haut du bâton du chef d’orchestre. Personne ne demande : " Mais pourquoi jouer cette chanson ? Pourquoi ne pas jouer un peu plus vite ? "


Personne ne défile à son propre rythme ou n’emprunte un autre itinéraire. Si quelqu’un remarque une erreur chez une autre personne, la première personne apporte son soutien avec des pensées droites plutôt que de s’arrêter de jouer et se mettre à critiquer. Tous les membres s’entraînent pour optimiser leurs propres compétences en tant que membres de l’orchestre.


Que peut-on tirer de cet exemple dans d’autres projets ? La deuxième personne en charge d’un projet devrait respecter parfaitement le principal chef de projet.


Chaque membre d’un projet devrait chercher à prendre ses responsabilités et optimiser ses propres compétences au lieu de regarder les erreurs des autres.


Maître nous a dit :

" Les frictions de Xinxing entre nos élèves, la dysharmonie de la coordination, peu importe qu’il s’agisse d’une chose grande ou petite, je vous le dis, c’est nécessairement le démon qui est en train de profiter d’une lacune. " (Enseignement de la Loi et explication de la Loi lors de la Conférence de Loi du New York Métropolitain)


Valider le Fa et non soi-même

Un jour au cours d’une réunion en ligne pour un projet, un membre d’une équipe a proposé de réexaminer et de réarranger des documents dont on avait parlé auparavant et qui étaient sensés être les plus appropriés pour l’équipe.


Personne n’a répondu à sa proposition. Il a semblé troublé et a fait part de sa frustration : " Cette équipe est totalement paralysée. Il y existe de nombreux problèmes. "


J’ai pensé que le pratiquant faisait des histoires et je lui ai dit : “ Ce n’est pas aussi grave que tu le dis. C’est ton problème de ne pas vouloir coopérer. On a déjà parlé de ces questions. Pourquoi crées-tu des ennuis et remets les choses sur le tapis ? "


Je n’agissais pas selon l’enseignement de Maître :

"…. on doit toujours garder un cœur de compassion, un état d’esprit serein et paisible. Quand vous rencontrerez tout à coup un problème, vous pourrez le régler correctement. " (Zhuan Falun)


Ceci apparemment l’a provoqué. Il m’a poussé à lui expliquer pourquoi je l’accusais de faire des histoires. Puis il m’a demandé de me retirer de la réunion en ligne. Pour éviter d’autres disputes, je suis parti.


En regardant à l’intérieur, j’ai vu que je n’aurais pas dû l’accuser de faire des histoires. C’est son sens aigu des responsabilités qui avait dû le pousser à agir de la sorte. J’ai fait un pas en arrière par rapport à la confrontation et lui ai envoyé un message d’excuse.


À ma grande surprise, il a répondu et suggéré que j’apprenne à regarder à l’intérieur pour identifier mes attachements au désir de se faire valoir et à l’esprit de compétition. Il a dit que mes attachements avaient affecté le projet de façon négative.


Il m’a aussi dit que, au cours des dix minutes où je m’étais absenté, lui et d’autres membres du projet ont travaillé de concert et fini de réarranger les documents comme il l’avait proposé, ce qui impliquait qu’il était juste de m’avoir exclu de la réunion.


J’ai perdu mon sang-froid. Pour éviter d’exploser, j’ai éliminé les pensées de rancune ou de récrimination à son encontre. Mais, j’ai pensé : " C’est un ancien pratiquant. Comment peut-il être pire qu’une personne ordinaire dans sa façon d’agir ? C’est lui qui devrait chercher à l’intérieur." C’était un test difficile à passer et je ne savais pas comment m’y prendre.


J’ai consulté les articles sur le site Minghui et je suis tombé sur un extrait du partage d’expériences- " Apprendre à être compatissant envers les compagnons de pratique."


L’article disait : " Je me suis éveillé au fait que je considérais le comportement humain de cette personne, pensant que cela émanait de son être véritable. Cependant, son être véritable n’est pas comme ça du tout ! "


J’ai compris que je ne suivais pas l’enseignement du Maître concernant la manière de traiter les insuffisances des autres.


Maître nous a dit :

" Un pratiquant a tout simplement des cœurs humains ordinaires ; aussi longtemps qu'il n'a pas atteint la plénitude parfaite, il a des cœurs humains ordinaires. Je vais vous dire une chose cependant : qu'il travaille ou soit un simple élève, ce sont précisément ses cœurs d'attachement qui n'ont pas encore été éliminés qui se manifestent le plus – ce cœur qu'il n'arrive pas à abandonner parmi les gens ordinaires ressort le plus facilement. Pourquoi ? Parce que le cœur qui a bien cultivé et qui est enlevé n'est déjà plus là. Ce qui reste sera particulièrement évident et tout le monde pourra le voir. Mais je vous dis que vous ne pouvez pas dire que cette personne n'est pas bonne. En fait, elle est déjà très bonne, seulement les cœurs qui ne sont pas encore enlevés jouent encore leur rôle et affectent son travail et influencent les élèves. Beaucoup de gens peuvent aussi voir son comportement. Donc, ne jugez pas les gens ou n'évaluez pas une situation de la même manière que les gens ordinaires. " (Enseignement de Fa à la conférence de Fa à Singapour)


Pourquoi a-t-il eu affaire à moi avec ses attachements humains ? Était-ce uniquement à cause de sa cultivation ?

Maître a indiqué cela clairement :

" Pourquoi rencontrez-vous ces problèmes? Tout cela est dû au karma que vous avez vous-même contracté, nous en avons déjà éliminé pour vous des portions innombrables. Nous ne vous en avons laissé qu’une petite quantité répartie dans chaque niveau différent pour que vous puissiez élever votre xinxing ; ces épreuves dues aux démons sont préparées pour que celles-ci forgent votre détermination et vous fassent abandonner toutes sortes d’attachements. " (Zhuan Falun)


J’en suis venu à comprendre que fondamentalement, cela venait de mon karma et de ma cultivation.
Maître nous a dit également :

" C'est pourquoi je vous dis que lorsque vous êtes face à un conflit quel qu'il soit, lorsque vous vous sentez mal à l'aise dans votre cœur, vous devez en chercher les causes en vous-mêmes. Je peux vous garantir que la cause réside en vous. " (Enseignement de Fa à la conférence de Fa à Singapour)


En regardant à l’intérieur, j’ai trouvé que j’avais manqué de tolérance à son égard, si bien que je lui avais gardé rancune. Qu’ai-je trouvé d’autre ? J’ai trouvé la cause première en lisant : " Enseignement de Fa à la conférence de Loi internationale à New York "

" Si vous validez la Loi, peu importe ce que l'autre personne dit à votre propos, vous n'êtes pas affecté à l'intérieur. Si quelqu'un contre votre opinion, que ça vous rend énervé et que vous vous sentez mal à l'aise, si quand une personne émet à votre égard une opinion à l'opposé de la vôtre ou n'est pas d'accord avec la vôtre vous vous sentez mal à l'aise, que vous vous opposez et vous vous justifiez, que cela vous amène à sortir du sujet et à ne pas écouter les autres, vous êtes, même si vous défendez et vous expliquez avec les meilleures intentions, juste en train de vous valider vous-mêmes. (Applaudissements) C'est parce que vous n'avez pas mis Dafa en premier et à ce moment-là, ce que vous n'arrivez pas à lâcher est principalement l'ego. "


L’une des raisons pour lesquelles les conflits s’élèvent parmi les pratiquants est que certains essaient de se valider eux-mêmes plutôt que de valider le Fa. Se valider soi-même se manifeste généralement en insistant sur les principes de son niveau de compréhension ou sur sa méthode préférée de sauver les êtres.


À un niveau superficiel, il semble que ce soit pour sauver les êtres et pour le Fa, mais en réalité, c’est pour se protéger soi-même.


Au contraire, si, intérieurement, nous persistons à valider le Fa, si nous pensons aux autres d’abord, et agissons selon les principes Authenticité-Bonté-Patience, nous devrions être capables d’éliminer l’attachement à l’ego et agir de concert avec les autres.


Maître a dit :

"Pourquoi Shâkyamuni a-t-il dit à la fin de sa vie, lorsqu’il a atteint le niveau d’un tathâgata, qu’il n’avait pas enseigné la moindre Loi? Que voulait-il dire par là en fin de compte? Il voulait dire: «Bien que je sois parvenu au niveau de tathâgata, je n’ai pas encore u en quoi consiste le principe ultime de l’univers, la Loi ultime de l’univers.» C’est pourquoi il a demandé aux gens qui viendraient après lui de ne pas considérer ce qu’il avait enseigné comme une vérité absolue, comme une vérité immuable; s’il en avait été ainsi, les gens qui seraient venus après lui auraient été restreints au niveau de tathâgata, voire à un niveau inférieur, ce qui les aurait empêchés d’accéder à des niveaux plus élevés". (Zhuan Falun)


De cet enseignement, je déduis que se valider soi-même au lieu de valider le Fa affecte non seulement notre propre cultivation mais aussi la cultivation des autres pratiquants et la progression globale et l’efficacité de nos projets.


Pour le dire en termes plus solennels, ne pas cultiver de la sorte pourrait jouer involontairement un rôle négatif dans le salut des êtres.


Compagnons de pratique, veuillez m’indiquer avec bienveillance tout ce qui paraît inapproprié.


Seamless Coordination Among Practitioners Is of Paramount Importance

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.