Paris: Les touristes chinois quittent le Parti communiste

Tout en découvrant la culture et la beauté de Paris, de nombreux touristes chinois tombent de façon inattendue sur une leçon liée à l’histoire de leur propre pays.


Au cours des quelques dernières années, les pratiquants de Falun Gong locaux ont tenu chaque jour un stand près de la Tour Eiffel et d'autres lieux touristiques de la capitale, parlant aux touristes chinois de l'histoire brutale du PCC, en particulier de la persécution du Falun Gong, et les convainquant de prendre position contre l'injustice en renonçant à leurs adhésions au Parti.


Des touristes chinois lisent les documents sur les panneaux d'affichage de Falun Gong


Des touristes chinois lisent les documents sur les panneaux d'affichage de Falun Gong

Une banderole avec les caractères chinois pour "Falun Dafa Hao" ( "Falun Dafa est bon") est devenue un point de repère pour les touristes chinois. Les guides disent aux membres de leur groupe: "Si vous vous perdez, cherchez la bannière du Falun Gong" ou "Séparons-nous maintenant, et retrouvons-nous devant la bannière du Falun Gong dans une heure."


Certains demandent combien gagnent les pratiquants en faisant cela tous les jours. Mme Jun leur explique que personne ne les paie– que tous sont bénévoles. "Nous voulons juste vous parler des crimes que le Parti a commis, et vous aider à en démissionner. Vous assurez votre futur en prenant position contre de tels crimes.


"C'est un message du ciel," lui a dit un jour un jeune homme après l'avoir écoutée. "Vous devez avoir été envoyée par Dieu. Je crois que ce que vous avez dit est vrai."


Une autre fois, un touriste a dit qu'il ne croyait pas aux allégations de prélèvements d'organes cautionnés par l'État sur des pratiquants de Falun Gong. Un autre touriste a pris à partie tout le groupe: "La persécution est réelle et malheureusement vraie. Un de mes voisins pratiquait le Falun Gong. Il a été arrêté il y a quelques années. Il a été battu à mort en prison quelques jours après son arrestation." Une troisième personne a désigné du doigt la photo d'une pratiquante sur le panneau d'affichage et a dit: "Je la connaissais, Mme Zhao Qin, une professeure de l'université de Pékin. Elle a été battue à mort."


Horrifiés par la brutalité de la persécution, tout le groupe a décidé de quitter le Parti.


Certaines personnes ont dit à Mme Jun qu'ils avaient entendu parler du mouvement de démissions du Parti en Chine, et qu'ils étaient heureux d'avoir cette chance de pouvoir finalement publier leurs déclarations de démission, ici à Paris. Ils ont alors encouragé les autres membres du groupe à ne pas manquer l'opportunité et à faire de même.


Version anglaise :
Paris: Chinese Tourists Quit the Communist Party

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.