Lâcher l’ego et emprunter un chemin droit en faisant le travail de coordination

A propos de la coordination

Le chemin des pratiquants est un processus d’affinement de soi pour s’acheminer vers la maturité. À ce propos, j’ai quelques expériences à partager, que j'en suis venu à réaliser à mon niveau actuel de compréhension :


1. La coordination est la cultivation à l'inverse de se contenter de faire les choses. L’étude du Fa est la clé pour bien faire dans chaque projet.


2. La coordination implique la communication, la discussion, et de travailler avec les autres au lieu de dire aux autres ce qu’il y a à faire. On ne devrait pas avoir un cœur d’arrogance.


3. En coordonnant, il est nécessaire d’avoir des pensées droites et de la sagesse. Il faut être patient et avoir l’esprit ouvert. En cas de conflit, faire un pas en arrière plutôt que de rester englué dans le problème finira par amener un changement dans la situation.


4. Au cours du processus de coordination, on doit bien gérer les trois choses. On ne devrait pas aller aux extrêmes. Lire les partages des autres pratiquants sur le site Minghui peut nous aider à gérer certaines situations. Nous devrions toujours prendre le Fa pour Maître.


5. Traiter équitablement les insuffisances des pratiquants ou les pratiquants qui ont fait des erreurs. Les pratiquants verront apparaître les attachements humains dans leur cultivation. Compte tenu de cela, on devrait se montrer tolérant et compréhensif envers les autres, laisser aux autres l’occasion de se corriger et aider les autres à abandonner leurs attachements.


En tant que coordinateur, il est normal d’avoir des avis différents ou d'entrer en conflit avec les autres. Si chacun de nous peut regarder à l’intérieur et être tolérant envers les autres, nous allons sûrement nous élever.


6. En tant que pratiquant, on doit veiller à cultiver fermement- c’est aussi la base. Si nous pouvons bien cultiver, nous pouvons jouer un rôle positif dans la rectification de Fa. Pendant de nombreuses années, ma femme et moi, nous avons bien coopéré tout en nous évaluant d'après les enseignements du Falun Dafa.


Cultiver et coordonner

J’en suis venu à assimiler les leçons précédentes à travers des années d’erreurs, de travail en équipe, et d’éveil grâce à l’étude du Fa. Travailler à travers la persécution en particulier a été extrêmement important pour acquérir de la perspicacité et pour s'améliorer en coordonnant mieux.


Pour éviter d’être persécuté par le Parti communiste (PCC), nous avons dû déménager et aller vivre dans une autre ville. Sur ordre du Bureau 610, notre entreprise a retenu notre salaire et cette persécution financière nous a procuré de grandes difficultés.


Un jour, dès que ma femme et moi sommes arrivés à la maison ma fille a fondu en larmes. " Papa, je crois que tu es très égoïste !", m'a-telle-dit. " Pendant toutes ces années, ni maman, ni toi vous ne vous êtes occupés de moi. " Vous vous occupez seulement de votre pratique. Vous ne pensez jamais à moi ! "


J’ai été pris au dépourvu et je me suis senti très triste. Je me suis dit :" Ce qu’elle dit a du sens. C’est vrai que nous n’avons pas beaucoup fait attention à elle, au point de l’oublier parfois."


Il m'a fallu un moment pour retrouver mon calme et pouvoir lui parler clairement. " En fait, ce n’est pas que je ne voulais pas m’occuper de toi, lui ai-je dit. En ce moment, nous avons une vie très pénible. Mais si Dafa ne se répandait pas dans le monde et n’offrait pas une autre chance de survie pour les êtres humains, cela fait longtemps que nous aurions tous disparu. Cependant, nous aidons les gens à connaître la vérité à propos du Falun Dafa. C’est très important pour chacun de nous."


J’ignorais ce qui lui pesait encore sur le coeur. Du moins elle a commencé à se calmer.


Maintenant la situation est beaucoup moins tendue. Le salaire de ma femme est versé de nouveau, et notre vie a repris son cours. Quand nous pensons rétrospectivement à notre chemin de cultivation, sans l’aide du Maître, nous n’en serions pas où nous en sommes actuellement.


Abandonner l’ego durant la coordination

Quand nous avons commencé à nous opposer à la persécution, nous avons réussi à utiliser la TV d’état chinoise et à diffuser une vidéo révélant la persécution des pratiquants de Falun Dafa. En conséquence, beaucoup de coordinateurs locaux et beaucoup de pratiquants très qualifiés ont été arrêtés, ce qui a impacté de façon significative nos efforts en matière d’activités de Dafa locales. Nous ne savions que faire. Pendant ces jours-là, quand nous étions réunis, nous parlions surtout de ce que nous devrions faire et de ce que nous avions besoin de dépasser pour assumer le rôle de coordinateur.


À ce moment-là, j’étais vraiment perplexe. Certains pratiquants ont dit qu’ils pouvaient faire des DVD et d’autres qu’ils pouvaient réparer les machines. Un jour, une pratiquante s’est portée volontaire pour télécharger des documents. À ce moment-là, il nous semblait être dans une sorte d’impasse.


J’ai compris que le problème ne venait pas du fait que nous étions à court de main d’œuvre, mais que nous n’utilisions pas nos ressources au maximum. Là était le problème.


Ainsi donc, certains d’entre nous se sont réunis, et nous avons décidé de faire l’effort de coordonner les pratiquants locaux. Nous avons scindé la charge de travail en plusieurs domaines tels que la production de documents, la distribution de documents, la maintenance de l’équipement, l’assistance aux autres pratiquants, et ainsi de suite. Aprés10 à 15 jours, les efforts pour les activités de Dafa dans notre région avaient repris normalement.


Au cours du processus de coordination, il a fallu passer beaucoup de tests de xinxing. Il y en a eu un qui m’a frappé plus que les autres : à cette époque, l’un des pratiquants de notre quartier a été torturé à mort, si bien qu’il s’en est suivi beaucoup de problèmes à gérer. C’est pourquoi j’ai invité chacun à venir partager à ce propos. Cependant, quelques pratiquants ont refusé.


Selon le Fa nous formons un seul corps, nous devions donc gérer ces problèmes ensemble. Nous avons alors décidé d’aller chez un pratiquant pour échanger. Mais contre toute attente, ils ne voulaient absolument pas échanger avec nous. Dans une telle situation, j'ai décidé de lâcher prise et d’étudier le Fa d’abord. Nous étions tous d’accord.


Après l’étude du Fa, j’ai proposé que puisqu’il était facile pour nous de nous rassembler, nous devions partager les uns avec les autres. Mais ils n’étaient toujours pas d’accord. Apparemment c’est moi qui les dérangeait. J’ai essayé de briser la glace. "Je veux vraiment que notre activité de Dafa soit bien faite, ai-je dit. " Mais je sens qu’il y a des obstacles en ce moment. Si quelqu'un pense pouvoir faire un meilleur travail, qu’il le fasse. "


Ensuite, un pratiquant m’a encouragé à quitter mon poste, ce qui m’a attristé. C’est alors qu’un autre pratiquant m’a dit : " Continues à faire ce que tu fais, je t’en prie. Si nous trouvons quelqu’un d’autre qui exerce cette tâche mieux que toi, alors tu pourras t’en aller. " Ensuite, nous avons levé la séance. Avant de partir, j’ai parlé à une autre pratiquante qui avait au départ refusé d’échanger avec moi, pour voir si elle pouvait me rencontrer afin que nous discutions un peu.


Le lendemain, cette pratiquante est venue chez moi. J’étais plein de compassion en partageant avec elle. Elle m’a dit franchement : "Comment avions-nous décidé que les choses allaient fonctionner au début ? N’avions-nous pas décidé que nous allions nous réunir toutes les quinzaines et discuter ? "


Ses mots m’ont rappelé quelque chose. Comme les jeunes pratiquants prenaient toujours les initiatives pour faire les choses, j’ai vite oublié les autres pratiquants et je prenais les décisions seulement avec les jeunes pratiquants.


Après avoir identifié mes failles, je lui ai promis que je ferais mieux la prochaine fois, ma sincérité l’a changée elle aussi. En effet, les jeunes pratiquants sont très actifs, a-t-elle dit. Je t’en prie, laisses-les travailler davantage et ne les fais pas s’arrêter. Moi, je suis vieille et ne travaille pas assez vite. Je vais les aider en faisant les choses sur le terrain. "


J’étais si touché après avoir vu qu’elle était disposée à renoncer à son opinion. À partir de là , moi aussi, j’ai été capable de voir mes lacunes.


Bien que le chemin soit cahoteux, nous devons marcher droit

Les pratiquants soumis à une grave persécution avant 2004 ont dû quitter leurs domiciles et vivre dans notre région pour fuir la persécution. Quelques pratiquants locaux qui se sentaient en sécurité avaient peur d’être en contact avec ces pratiquants d'autres régions, même s'ils faisaient partie de ceux qui avaient eu de grandes responsabilités dans le centre local de production de documents. Par la suite une fois que des centres de production de documents ont commencé à apparaître chez les pratiquants, davantage de pratiquants se sont impliquer. En conséquence, le téléchargement s’est réparti entre davantage de pratiquants et la persécution a été réduite.


Le PCC a continué à nous surveiller, à nous suivre et même à nous arrêter aux centres de production de documents. Parfois, les endroits que nous louions étaient découverts par le PCC, alors nous perdions la location, ce qui causait de grandes pertes.


Étant donné cette situation, nous avons commencé à regarder à l’intérieur et nous avons découvert certaines choses qui n’étaient pas conformes au Fa. Par exemple, nous recherchions un meilleur environnement comme endroit à louer bien que l’argent consacré aux frais de location fût pour le salut des êtres. Deuxièmement, le comportement de certains pratiquants n'était pas en accord avec le Fa. Troisièmement, certains pratiquants dépendaient financièrement d’autres pratiquants. Après avoir échangé sur ces différentes questions, beaucoup de pratiquants ont fini par comprendre le fond du problème. Par la suite, certains d’entre eux ont cherché du travail et ont commencé à se prendre en main.


Un jour, à une réunion, une pratiquante n’était pas d’accord avec nous. Elle a dit que selon elle pour assumer une telle responsabilité, elle avait besoin d'argent pour payer le loyer, car elle n’avait pas de revenus- quoique l’argent aurait pu être utilisé pour imprimer les documents. Cette pratiquante campait sur ses positions. Elle a fini par être arrêtée à la fin de 2004. Ensuite, elle a compris où étaient ses failles.


Les leçons que nous avons apprises l’une après l’autre nous ont fait réaliser l’importance de la véritable cultivation. De plus, on ne devrait jamais attendre quelque chose de Dafa mais plutôt nous en tenir nous-mêmes aux critères de Dafa à tout moment. À ce jour, les pratiquants de notre région ont leurs propres revenus et apportent leurs contributions financières pour couvrir les frais des activités de Dafa.


Rétrospectivement, j’ai tellement de choses à dire. Mais il s’agit toujours de bien se cultiver. Marcher droit sur son propre chemin de cultivation est si important.


Ce qui a été exposé plus haut fait partie de mes expériences de cultivation en tant que coordinateur. Compagnons de pratique, veuillez souligner tout ce qui vous paraît inapproprié.


Version chinoise :
黑龙江绥阳法院对七位法轮功学员非法庭审

Traduit de l'anglais
While Doing Coordination Work—Letting Go of Self and Walking a Righteous Path

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.