Pourquoi le design d'un bateau chinois vieux de 2000 ans est-il toujours d’actualité

Quasiment un siècle avant que Christophe Colomb ne traverse l’océan pour atteindre l' Amérique, l'amiral chinois Zheng He entamait la première de sept expéditions visant à explorer les mers du sud.


Forts de ses 30 000 marins et de sa flotte constituée de 300 vaisseaux, les voyages de Zheng l'emmenèrent jusqu'aux îles de la Malaisie et de l''Indonésie, le long des côtes indiennes et arabes, pour finalement arriver au Cap de Bonne Espérance—l'extrémité sud de l'Afrique.


Itinéraire des voyages de Zheng He de 1405 à 1433 (Wikipédia)

Le principal vaisseau de Zheng He était alors la jonque, dont le design fut créé il y a quelques 2200 ans, ou aux alentours de la première dynastie impériale de la Chine. Ces bateaux sont rapides, dotés d'une bonne maniabilité, et peuvent naviguer contre le vent avec aisance. Ils ont aussi été les premiers navires dans l'histoire à utiliser l'étambot en caoutchouc, une innovation qui n'arrivera en Europe qu'après des siècles d’utilisation en Chine.


(Avec l’aimable autorisation de HotelClub)

À l'époque des voyages intercontinentaux de Zheng, la jonque avait évolué tant en sophistication qu'au niveau de la taille. Comparée avec le 3 mâts et 18 mètres de long de la Santa Maria avec lequel Christophe Colomb avait atteint l’Amérique, les plus grands navires chinois du 15ème siècle étaient des géants de 121 mètres de long et pas moins de 9 mâts soutenaient les voiles utilisées pour propulser ces grands navires.


Avec l’aimable autorisation de HotelClub

Malgré son utilité, la jonque resta inconnue en dehors de l'Est asiatique et eut peu d'impact sur les constructions de navires en Occident. Les Chinois connaissaient l'excellence de la conception de la jonque et gardèrent jalousement ses secrets. Les empereurs firent passer des lois interdisant la vente de jonques aux acheteurs étrangers, et pendant longtemps ce navire permit aux marchands chinois de dominer les voies de navigation maritime des océans Indien et Pacifique.


Bien que les voyages de Zheng He furent effectués en temps de paix, les grandes jonques démontrèrent leur valeur navale au 17ème siècle, lorsque l'amiral et rebelle chinois Zheng Chenggong, plus connu sous le nom de Koxinga, dirigea une flotte de 400 jonques et 25 000 hommes prête à conquérir l'île de Taïwan qui appartenait à l'époque aux Néerlandais. Les armées chinoises impériales prirent finalement le contrôle de Taïwan qu'ils gardèrent jusqu'en 1895, lorsque l'île fut conquise par les Japonais.


Entre 1846 et 1848, une jonque appelée Keying navigua de la Chine aux États-Unis et en Grande Bretagne en traversant l'Océan indien et l'Océan Atlantique. Elle passa par le Cap Horn pour atteindre ses destinations. La presse londonienne loua les capacités du bateau pour avoir réussi à relier la Grande Bretagne et les États-Unis en seulement 21 jours.


Alors que la jonque est indubitablement liée à la tradition maritime chinoise, son origine véritable est sans conteste Hong Kong, comme le décrit un article sur le site de voyages HotelCub. Pendant des siècles, ce paysage et cette géographie uniques du territoire du sud de la Chine contribuèrent à fournir de nombreux éléments qui firent de la jonque un bateau si novateur pour son époque. La jonque reliait "les réseaux complexes des ports, des baies et des îles de Hong Kong aux réseaux de grands fleuves menant au continent, tout en permettant aux commerçants d'atteindre facilement Taïwan, le Vietnam, l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines et le Japon."


Bien que remplacées par des navires modernes au service de transports maritimes plus importants, les jonques sont encore largement utilisées en Chine pour la pêche, les navettes, le commerce, les voyages et le tourisme. Simples et solides, elles diffèrent peu de leurs formes traditionnelles, perfectionnées durant des siècles .


Un bon exemple de jonque traditionnelle ayant survécu est le Mon Lei, construit en 1890 à Hong Kong.


Vers la fin des années 30, il fit son apparition à San Francisco; juste avant le début de la Seconde Guerre Mondiale, il fut définitivement supprimé en Chine pour échapper aux Japonais et fut acheté en 1946 par Robert Ripley , créateur de la célèbre franchise Believe It or Not ! Ripley utilisa ce bateau pour des événements promotionnels et publicitaires sur la Côte Est. Le Mon Lei fait 50 mètres de long et a été construit avec du teck. À l'origine, il fut construit pour un seigneur de guerre chinois et décoré avec des sculptures élaborées représentant des scènes du folklore chinois.


Version anglaise :
Why a 2,000-Year-Old Chinese Ship Design Still Holds Up

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.