Un pratiquant de Falun Gong illégalement jugé: L’avocat condamne le recours des autorités à la torture pour lui soutirer des aveux

L’avocat du pratiquant de Falun Gong Lian Baochang a déclaré le 30 avril à la cour du district de Haigang que son client avait été torturé durant l’ interrogatoire par des agents de la sécurité publique.


" Il s'agit d'une question de droits humains. C'est une question qui devrait concerner chaque Chinois, parce que chacun d'entre nous ici présent peut faire l’objet d’une enquête et être torturé pour des aveux ".


Arrestations et saisies de biens coordonnées

Lian et six autres ont été arrêtés le 10 juin 2013, lorsque plus de vingt policiers ont pris d'assaut son véhicule arrêté à une barrière de péage. Toutes les personnes arrêtées étaient des pratiquants de Falun Gong, une discipline spirituelle cible de la persécution violente du régime chinois depuis 1999.

Ils ont appris que les agents de la division de sécurité intérieure et du bureau de sécurité publique de Qinhuangdao avaient surveillé les données de localisation des pratiquants via leurs téléphones cellulaires pendant deux mois avant le raid.

Le procès de six heures le 30 avril 2014 a été suivi par les membres de la famille de Lian Baochang et le personnel du bureau 610 et du bureau de sécurité publique.


L'avocat de Lian a fait valoir que son client devait être acquitté la loi chinoise autorisant la liberté de croyance et la liberté de parole, aucune raison ne permettant donc d'affirmer que la pratique du Falun Gong en Chine est illégale, et que son client n'avait violé aucune loi.

Lian a témoigné qu'il avait obtenu une meilleure santé et le bien-être spirituel après avoir pratiqué le Falun Gong et que la pratique l'avait amené à améliorer son niveau moral et permis de mieux servir sa communauté.


En plus des allégations de torture, Lian a accusé les policiers de lui avoir volé 100 000 yuans en espèces dans son véhicule pendant le raid. Toutefois, le juge présidant Zhang Shuxia a rejeté l'allégation de vol, invoquant une insuffisance de preuves et de témoins.

En incluant les dix autres pratiquants dont les maisons ont été perquisitionnées le même soir, le 10 juin, un total de 3.000.000 yuans en espèces et six véhicules ont été emmenés par la police. Un total de 17 pratiquants ont été arrêtés et envoyés au centre de détention n ° 1 de Qinhuangdao.

Aveux forcés

Au centre de détention, un capitaine de la division de sécurité intérieure, Fu Xiaobing, et un conseiller, Zhang Aimin, ont tour à tour interrogé les dix-sept pratiquants arrêtés ce jour-là.


Un mois plus tard, Lian Baochang a été déplacé dans une salle d'interrogatoire du bureau de la sécurité publique de la ville, où le capitaine Fu l’a battu au visage et lui a frappé l'arrière de la tête de façon répétée en utilisant son coude. En conséquence, Lian n'était plus en mesure de voir clairement et se sentait souvent étourdi.

Un autre capitaine de la sécurité intérieure a crié : " Suspendez-le et battez-le si nécessaire! " Deux gardes se sont relayés pour interroger Lian, le priver de sommeil et de l’utilisation des toilettes, ils ont continué à le torturer pendant 29 heures, et l'ont forcé à signer une déclaration fabriquée s'incriminant lui-même.

De la même façon, le capitaine Fu et des agents de la sécurité publique ont réuni des "aveux" pour les seize autres pratiquants et ont transmis les dossiers au parquet du district Haigang Qinhuangdao et au tribunal du district de Haigang.

Le public s’oppose à la persécution

Au 10 janvier 2014, 16 des 17 pratiquants étaient encore détenus au centre de détention n ° 1 de Qinhuangdao. Une pétition appelant à leur libération ayant circulé à Qinhuangdao a recueilli 4984 signatures.


Deux des avocats qui défendent ces pratiquants se sont vu refuser l'accès aux dossiers de leurs clients et ont tenu une bannière en signe de protestation devant le parquet du district de Haigang.

Falun Gong Practitioner Illegally Tried: Attorney Condemns Authorities' Use of Torture to Extract a “Confession

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.