Mme Guan Suming dans un état critique; la prison refuse de la libérer

Nom : Guan Suming (关素明)
Genre : Féminin
Âge : 44 ans
Adresse : District Jinshantun, Yichun, Heilongjiang
Profession : Inconnue
Date de la dernière arrestation : 5 septembre 2009
Dernier lieu de détention : Prison pour femmes de la province de Heilongjiang (黑龙江省女子监狱)
Ville : Harbin
Province : Heilongjiang
Persécution subie : Détention, interrogatoire, condamnation illégale, emprisonnement, privation de sommeil, injections forcés/administration de drogues, passages à tabac, torture, contrainte physique
Principaux persécuteurs : Bai Yingxian, directeur de la prison pour femmes de la province de Heilongjiang: +86-451-86639099
Shi Genghui, directeur adjoint de la prison pour femmes de la province de Heilongjiang: +86-451-86639066


Pratiquante de Falun Gong, Mme Guan Suming, a été gravement persécutée dans la prison pour femmes de la province de Heilongjiang. Elle a développé une pression sanguine élevée, des problèmes cardiovasculaires et des attaques suite à la torture et aux mauvais traitements L’hôpital a qualifié son état de critique mais les fonctionnaires de la prison refusent de la libérer pour traitement médical, parce qu’elle refuse de renoncer à ses convictions.

Mme Guan Suming

Mme Guan a été illégalement arrêtée à Pékin, le 5 septembre 2009. Elle a été torturée pendant plus d’un an dans le centre de détention de Fengtai, Pékin et condamnée à 8 ans de prison par le tribunal du district Fengtai, le 20 septembre 2010.
Plus tard, Mme Guan a été transférée dans la prison Tianhe de Pékin à Daxing. Elle a continué à pratiquer les exercices du Falun Gong et refusé de porter l’uniforme de la prison. En conséquence, elle a été battue plusieurs fois au point de perdre conscience.


Mme Guan a été transférée dans la prison pour femmes de la province de Heilongjiang, à Harbin, le 26 juin et a continué à y être maltraitée. Comme elle persistait à pratiquer le Falun Gong, le 25 février 2012, elle a été forcée de s’asseoir sur un minuscule tabouret du matin jusqu’au soir sans bouger—elle n’était pas même autorisée à fermer les yeux.


Mme Guan s’est évanouie dans la soirée du 27 février 2012, alors que les gardes prenaient leur service. Elle a repris conscience après avoir reçu des médicaments et deux unités d’oxygène.


La condition de Mme Guan a continué à empirer, et elle a été emmenée à l’hôpital de la prison dans l’après-midi du 13 mars 2012. Un médecin a tenté de lui faire des intraveineuses, mais Mme Guan a, de nouveau, perdu conscience avant même qu’il puisse le faire. Elle s’est réveillée après avoir reçu de l’oxygène, mais n’a pas finalement pas eu les intraveineuses.


Mme Guan a été envoyée à l’hôpital provincial N° 2, le 22 mars 2012. Sa pression sanguine était de 220/180. On lui a diagnostiqué une maladie cardiaque et des attaques et l’a considérée comme étant dans un état critique.

Néanmoins, les fonctionnaires de la prison n’ont pas autorisé Mme Guan à être libérée pour traitement médical sous prétexte qu’elle refusait de renoncer à ses convictions. L’état de Mme Guan ayant continué à se détériorer, les autorités de la prison ont commencé à reconsidérer leur position. Cependant, ils exercent encore des pressions sur Mme Guan pour tenter de la forcer à abandonner sa pratique de Falun Gong avant de la libérer pour traitement médical.


Articles correspondants :

Mme Guan Suming et M. Ye Liangjun du Heilongjiang illégalement condamnés à de lourdes peines à Pékin (http://fr.clearharmony.net/articles/201102/55124.html)

La pratiquante Guan Suming, et d’autres, détenus à Pékin (http://en.minghui.org/html/articles/2010/2/18/114758.html#.T-vpIMWD83I)


Version chinoise
Traduit de l’anglais
http://en.minghui.org/html/articles/2012/7/3/134233.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.