Sun Bin, l’un des plus grands stratèges après Sunzi

Sun Bin, le stratège militaire le plus important de l’histoire chinoise après Sunzi. (Yeuan Fang/Epoch Times)


Sun Bin (316 av. J.- C.) a été considéré comme l’un des plus distingués stratèges de l’histoire militaire après Sunzi (aussi connu sous le nom de Sun Tzu - 544–496 av. J.- C.) par de nombreux érudits, pourtant la controverse existait de savoir s’il était un descendant direct de Sunzi. Son nom Bin, associé à un ancien et cruel châtiment, reflétait sa pénitence d’homme talentueux de la période des Royaumes combattants.


Dès le début de ses études, le talent de Sun a été pressenti par son condisciple. Pang Juan, qui rêvait d’être le meilleur général stratège militaire, était conscient du don spécial de Sun.


Pour s’assurer que personne ne pourrait rivaliser avec lui, après être devenu un général plusieurs années plus tard dans le royaume de Wei, Pang Juan prépara un coup monté contre Sun venu l’aider. Il l’encercla rapidement et l’accusa de trahison. Sun fut puni et on lui coupa les rotules. Un tel handicap pouvait le priver de toutes ses chances de devenir un général à cette époque : ainsi Sun fut maintenu dans l’ombre par l’hypocrisie de Pang Juan après avoir été isolé de l’extérieur.


Après avoir découvert la vérité, Sun réussit finalement à s’enfuir du royaume avec l’aide du royaume de Qi. Il a été accueilli avec courtoisie par le général Tianji et a, pour la première fois, pu montrer ses talents dans une légendaire course de chevaux, lors d’un pari.


Dans cette fameuse course de chevaux opposant le général et le roi de Qi, les chevaux étaient aussi classés en trois catégories, la première, la moyenne et l’inférieure. La personne qui remportait le plus de victoires dans toutes les catégories était déclarée vainqueur. Sun Bin élabora une stratégie pour le général qui consistait à inverser l’ordre de ses chevaux en faisant concourir les chevaux de catégorie inférieure du général contre ceux de première catégorie du roi, ceux de la première catégorie du général contre ceux de la moyenne du roi et les chevaux de moyenne catégorie du général contre ceux de la catégorie inférieure du roi. Le général remporta tous les paris de ce jour-là et le roi fut grandement surpris par la stratégie de Sun Bin. Par la suite, le roi nomma Sun Bin général et conseiller en chef.


Cet évènement fut traduit plus tard par un proverbe chinois: "la stratégie de course du général Tianji", qui conseille de savoir tirer avantage du fait de rivaliser avec les faiblesses de l’adversaire pour gagner une plus grande faveur.


Le rachat de Sun Bin a été complet lors de deux batailles mémorables dont les noms ont été gravés dans l’histoire militaire chinoise.


La première bataille commença lorsque le général Pang Juan, son vieux rival, leva une grande armée pour assiéger le royaume de Zhao. Pour aider le royaume de Zhao avec la petite armée de Qi, Sun Bin conseilla au général Tianji d’assiéger la capitale de Wei pour secourir Zhao, car toutes les troupes d’élite de Wei étaient absentes. Par ailleurs, Sun Bin affina son plan en envoyant tout d’abord des petites troupes, de faible puissance, pour attaquer les importantes bases militaires de Wei, pour les pousser à la défaite et renforcer ainsi l’arrogance du général Pang, pour par la suite utiliser des troupes d’élite et attaquer la capitale de Wei.


Pang hâta la retraite de son armée pour défendre sa capitale quand il réalisa la situation. Son armée fut prise en embuscade à mi-parcours par Sun Bin et subit d’énormes pertes dues à l’épuisement et à la mauvaise préparation.


"Assiéger Wei pour secourir Zhao", ou la tactique de soulager les assiégés en assiégeant la base des assiégeants, a été répertoriée comme deuxième des 36 stratégies des classiques de l’histoire militaire chinoise.


La seconde bataille, la finale entre Sun Bin et Pang Juan, survint treize ans plus tard. Quand le roi de Wei commanda à Pang Juan d’assiéger un autre royaume, le royaume de Han, avec sa grande armée, Sun Bin attaqua sa base avec à nouveau une petite armée. Ayant tiré profit de sa dernière leçon, Pang retourna à la capitale, mais avec des troupes bien préparées. Aussitôt, l’armée de Sun Bin se réfugia dans le royaume de Qi. Pour se venger de sa dernière défaite, Pang demanda à son armée de poursuivre Sun Bin.


Cette fois, Sun Bin mit en place une nouvelle stratégie de "diminution des feux". Il demanda à son armée de réduire tous les jours les feux de camp et de cuisiner sur de nombreux réchauds. Quand le général Pang remarqua cela, il fut tenté de croire que la moralité de l’armée de Sun était en train de chuter et qu’une grande partie des soldats avait démissionné. Pensant que Sun était désavantagé et avançait lentement, Pang fut impatient de le capturer. Ainsi il prit une petite troupe d’élite pour partir à sa poursuite.


Sun Bin estima que les troupes personnelles de Pang arriveraient dans une vallée étroite à la nuit tombée, un parfait endroit pour une embuscade. Il ordonna à ses soldats d’inscrire sur un gros tronc d’arbre proche de la route après avoir retiré les écorces, les mots suivants: "Pang Juan mourra ici", et d’abattre tous les autres arbres en les laissant un peu partout sur la route. Ensuite il ordonna à tous les archers de se camoufler à proximité et d’être prêts à tirer toutes leurs flèches au premier signe de feu à proximité du gros tronc d’arbre.


Quand le général Pang Juan arriva sur la place et alluma une torche pour lire le message inscrit sur l’arbre, des centaines de flèches arrivèrent sur lui. Gravement blessé et sachant que son destin avait été scellé, Pang se suicida à l’aide de son épée, à côté de l’arbre.


Par la suite, Sun Bin quitta l’armée, écrivit son ouvrage Le Traité militaire de Sun Bin et enseigna dans un endroit retiré, à des disciples triés sur le volet. Son livre a été considéré comme une étude de valeur et un complément important au texte de Sunzi L’Art de la guerre.

The Epoch Times


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.