L’Agenda caché d’une Conférence médicale pour dissimuler les atrocités de prélèvement d’organes (suite et fin)

1. Séminaires académiques dissimulant les crimes

L’Association Asie Pacifique pour l’étude du foie a été établie à Singapour en 1978 et est devenue une entité reconnue en Asie et dans le Pacifique, en Nouvelle Zélande, en Turquie et en Egypte (www.apasl.info) Elle a été créée pour promouvoir la recherche et la connaissance des maladies hépatiques, et ses membres se réunissent une fois par an. Cette année la rencontre devait avoir lieu pour la toute première fois en Chine au Centre de Convention national de Pékin.


Le Centre de Convention national chinois (CNCC) a ouvert ses portes en octobre 2009. C’est la plus grande installation dernier cri et une grande plate forme pour les expositions, les séminaires, et tout autre type d’évènements. Le centre a 100 salles de réunion qui sont adaptables à n’importe quel besoin et équipées d’une technologie pointue.


L'Institut Confucius a récemment tenu une convention au CNCC. Le sujet était la recherche scientifique basique et clinique et pas tout à fait comme les réunions habituelles annuelles dans le secteur clinique. Les organisateurs, dans un effort pour promouvoir leur agenda caché, ont inclut un enseignement pédagogique sur « L’art des transplantations de foie » Ils ont invité – à l’agenda du premier jour, des médecins de centres de transplantation asiatiques à faire des présentations. Il ont minimisé l’énorme nombre de transplantations de foie accomplies en Chine. Parmi les douze intervenants, seul un était de Chine, Zheng Shusen, chef du Premier hôpital affilié de l’Université de Zhejiang. L’animateur pour chaque séance en petit groupe était un médecin chinois, incluant Shen Zhongyang de l’hôpital de la police armée, Zheng Shusen, chef du Premier hôpital affilié de l’Université de Zhejiang, et Yan Lunan de l’Hôpital de l’ouest de la Chine. Un des organisateurs et président de la convention était le professeur Zhuang Hui membre de la faculté à l’Académie de médecine de la santé de l’Académie chinoise d’ingénierie et professeur au Centre de science de la santé de l’Université de Pékin.


Nous posons la question : “Pourquoi le Parti communiste chinois (PCC) s’est il autant intéressé à l’Association Asie Pacifique pour l’étude du foie ces dernières vingt années ? »


Le PCC a fait face à une énorme pression internationale à la suite des allégations de prélèvement d’organes à vif de pratiquants de Falun Gong, et de la publication du rapport et du livre Bloody Harvest (Prélèvements meurtriers) qui présente des preuves convaincantes de ces terrifiantes atrocités. Les laquais du PCC craignent d’être exposés et critiqués pour leurs crimes par les collègues étrangers, et se sont donc embarqués dans la soit disant recherche académique pour servir de couverture à leurs crimes. Ils voulaient tromper la communauté des greffes d’organes aussi longtemps que possible. Une fois que la communauté internationale des greffes apprendrait la vérité, les médecins du PCC deviendraient des parias. Ils s’inquiétaient que la connaissance de leurs crimes ne pousse à une enquête et à des actions auprès des tribunaux, résultant en la perte de légitimité du PCC dans la communauté internationale.


L’Académie occidentale a fixé des critères rigoureux concernant la recherche clinique. La responsabilité est sur le chercheur, qui doit prouver qu’il n’y a pas de problème médical, éthique, légal ou autre qui invaliderait la recherche.


S’agissant de prélèvement d’organes, il n’y a pas de critères rigoureux ou d’exigences fixées. Par conséquent la récente recherche de transplantions d’organes clinique en Chine n’est pas reconnue dans le forum médical international. Pourtant, le PCC a fait de grands efforts pour avoir ces articles publiés dans l’espoir de gagner la reconnaissance internationale et établir ainsi sa légitimité » tout en couvrant l’assassinat de personnes. Ce qui signifie que à la minute où un article est publié et accepté internationalement, le PCC prétendra que ses transplantations d’organes sont « en ligne avec les critères établis et que les organes ont été volontairement donnés. » Il utilise la tromperie pour légitimer ses crimes de prélèvement d’organes à vif.


En Chine, les dîners font partie des affaires. Après la conférence, des banquets et des visites touristiques sont organisés. Ces activités sont de bonnes opportunités pour les médecins de la communauté de transplantation d’organes du PCC d’établir des contacts. L’intention est de donner une légitimité à leurs activités de transplantation d’organes et permettre aux docteurs d’être reconnus par des pairs de la communauté médicale internationale. En même temps, le PCC veut que le monde pense que les donneurs d’organes sont tous des détenus condamnés à mort.


Shen Zhongyang


Zhuang Hui faisait originellement de la recherche fondamentale, mais est devenu un complice de Shen Zhonghyang et de Shi Bingyi pour des raisons d’avidité, car de vastes profits peuvent être faits sur les prélèvements d’organes. En 2005, il a travaillé avec Shen Zhongyiang et Shi Binghyi au Centre de réhabilitation de transplantation de foie de l’Hôpital Ditan de Pékin comme directeur en visite. En 2006, il a assumé la responsabilité pour des cas de greffes de Shen Zhongyang et publié l’article "Surveiller les complications de la veine porteuse à la suite d’une transplantation de foie par écho doppler couleur " dans le Journal chinois des maladies de foie. Il avait fait un examen préopératoire et postopératoire de 504 cas de transplantations de foie orthotropiques.


En 2009, il est allé dans la ville de Lanzhou et a assisté au Sommet sur les maladies et les transplantations de foie de Lanzhou, une cérémonie pour l’établissement de l’Association provinciale des récipiendaires de greffes de foie de Gansu. Étaient présents : Shen Zhongyang, Liu Weizhong, le Directeur du Département provincial de la santé de Gansu, Li Cunwen, Secrétaire adjoint du Parti du Département provincial de la santé de Gansu, et Wang Hansong, Secrétaire du comité du Parti de l’Université.

2. Assassinats pour un gain politique

En 2006, une plainte criminelle a été intentée contre Shen Zhongyang, le directeur du Centre oriental de transplantation d’organes à l’Hôpital Numéro Un du Centre à Tianjin, Chine et le directeur de l’Institut de transplantation de la police armée, et il s’est vu remettre un mandat alors qu’il assistait au Congrès mondial de la transplantation à Boston. Une inculpation de violer le "Torture Criminal Statute" des Etats-Unis (Titre 18 USCA Section 2340A) et la « Convention de la torture » a été portée par les pratiquants de Falun Gong. La principale preuve à charge contre Shen Zhongyang est que les docteurs à cet hôpital ont admis, dans des conversations téléphoniques enregistrées, que des organes étaient prélevés sur des pratiquants de Falun Gong.


Shen Zhongyang est actuellement un membre de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CPPCC) et le Chef de l’Hôpital du centre numéro un à Tianjin. Il est aussi directeur du Centre oriental de transplantation d’organe et le Directeur de l’Institut de la Police armée. Selon les statistiques publiées sur http:\\www.3shen.cn, en avril 2004,Shen Zhongyang avait effectué 1,000 greffes de foie, plus de la moitié du nombre total des transplantations en Chine. En mars 2005, il avait effectué 1600 greffes de foie plus que quiconque au monde.

3. Le centre oriental de greffes d’organes de Tianjin

Par exemple, le second foie reçu par Fu Biao, après l’échec de la première greffe, a été prélevé sur un pratiquant de Falun Gong, selon sa famille. Ils ont demandé au chirurgien en chef, Shen Zhongyang, quelle était la source de l’organe. Shen a répondu que tout était légal et qu’ils n’étaient pas supposés poser cette question. Il a ajouté : ‘’Fu Biao souffrait d’un carcinome hépatocellulaire de niveau IV, un des pires types de cancer. Un tel patient survivra une moyenne de trois à six mois, après le diagnostique. Fu Biao a vécu un an après la greffe de foie, six mois de plus que la moyenne. ‘’Fu Biao a subi deux greffes de foie en un an, une à l’Hôpital général de la police armée de Pékin, et l’autre au Centre oriental de greffes d’organes à Tianjin. Il a enduré la douleur chirurgicale, les effets secondaires de la chimiothérapie et de la radiothérapie, et a dû payer environ 1 million de yuans.


La communauté des greffes adhère pour l’essentiel au ‘’Critère de Milan’’, qui constitue la base pour sélectionner un patient. Un cancer du foie avancé ne tombe pas sous ce critère, parce que les cellules cancéreuses ont déjà proliféré et se diffusent rapidement dans le système des voies biliaires et se diffuseront aussi dans la zone de la greffe. Sen Zhongyang n’a pas tenu compte du critère et affirmé : ‘’La compréhension que les patients atteints d’un cancer avancé du foie ne sont pas éligibles pour une greffe est une mauvaise compréhension de la réglementation étrangère.’’ Il a continué : ‘’Si vous avez de l’argent, vous pouvez acheter une BMW,’’ encourageant les personnes riches à recourir aux greffes, sans considérer le ‘’Critère de Milan’’. Le message était clair. Il voulait effectuer plus de greffes et était approvisionné en foies. Il assassinait des personnes pour son gain personnel.


A Hong Kong, le Dr Fan Sheung-tat est surnommé le ‘’père de la greffe de foie’’. Il a dit que les greffes de foie sont des opérations chirurgicales majeures et prennent généralement de douze à trente-trois heures. Il a une fois, déclaré à des collègues : ‘’Une greffe de foie raccourcit la vie de quelques années.’’


La motivation de Shen Zhongyang pour effectuer des greffes de foie est une addiction à la drogue et le besoin de fonds pour satisfaire sa dépendance. Cela l’a conduit à tuer, effectuer des greffes de foies, gagner plus d’argent et obtenir la renommée.


Dans les coulisses, il y a en Chine une description intéressante des gangs de la triade. Lorsque ces derniers accumulent une certaine puissance, ils commencent la ‘’transition vers le succès.’’ Il y a trois étapes, la première est appelée, ‘’infiltration économique,’’ qui consiste à investir des gains mal acquis dans des affaires légitimes. La seconde consiste à travailler sur l’image de quelqu’un et à établir une image de ‘’personne qui réussit’’, d’une ‘’personne charitable’’ ou d’un ‘’entrepreneur à chapeau rouge’’ (se réfère à une personne qui est à la fois entrepreneur et haut fonctionnaire). La troisième étape est d’être politiquement ‘’teint en rouge’’, signifiant faire tout son possible pour devenir un député du Congrès national du peuple ou un membre du Comité central du PCC, ce qui fournit un ‘’parapluie protecteur.’’


L’évolution du gang de la triade représente un miroir de la vie de Shen Zhongyang. Il a commencé à travailler à l’hôpital de la police armée, fin 2001. Il a établit le Centre de greffes de l’hôpital de la police armée et y a servi comme directeur. Dés lors, il a accumulé un gros capital. En 2007, son centre recherchait des équipements pour un théâtre d’opération en Allemagne. Ses représentants recherchaient plusieurs séries d’équipements et en ont établi treize de plus, pour un total de vingt théâtres d’opérations. Il a utilisé l’argent gagné sur les greffes de foie afin de frayer son chemin dans les organisations du PCC et obtenir des titres. Il est devenu un ‘’Jeune extraordinaire’’ puis ‘’Fils de l’Est’’. Puis membre du Comité Central du PCC, dans l’espoir de faire partie du cercle intérieur du PCC. Le chemin que ce meurtrier dépendant à la drogue a pris est celui d'une ‘’transition réussie.’’ La seule différence est que le PCC l’a pris à bord et formé en tant que maillon important dans la chaine des greffes d’organes à vif.


4. Se procurer des organes

Depuis avril 2004, Shen Zhongyang a effectué plus de 1000 greffes de foie, plus de la moitié du total national. Le PCC déclare que tous les organes provenaient de prisonniers condamnés à mort. Dans ce cas, le nombre de prisonniers condamnés à mort à Pékin et Tianjin représente plus de la moitié du total national ou tous les organes provenant de prisonniers condamnés à mort dans un rayon de 1000 kilomètres autour de Tianjin ont été fournis à Shen Zhongyang.


Pour les greffes de foie, le temps est essentiel. Le temps maximum entre la découpe du foie du corps du donneur et la greffe est de 15 heures. En moyenne, cela prendra de 7½ heures à 12 ½ heures pour effectuer la greffe. Avec l’aide de la police, les foies dans un rayon de 1000 autour de Tianjin peuvent être utilisés. Cependant, il y a un problème. En 2004, il y avait 360 hôpitaux en Chine ayant la capacité d’effectuer des greffes de foie, de rein et de cœur. Ces hôpitaux seraient en compétition directe les uns avec les autres pour les foies, rendant impossible d’être le seul ou le principal receveur des organes.


Les chiffres du centre oriental de greffes de Shen Zhongyang indiquent:

1) Avant 1998, seules 9 greffes ont été effectuées.
2) En 1999, lorsque le PCC a commencé à persécuter Falun Gong, il y a eu 33 greffes.
3) En 2000, il y a eu 111 greffes.
4) En 2001, il y a eu 240 greffes.
5) En 2002, il y a eu 512 greffes.
6) En 2003, il y a eu 801 greffes.
7) En 2004, il y a eu 1601 greffes.

Les greffes ont augmenté sensiblement après que la persécution de Falun Gong a commencé en 1999. Depuis février 2006, Shen Zhongyang n’a publié aucun article sur son blog personnel. Les atrocités de prélèvement d’organes en Chine ont été mises en lumière pour la première fois en mars 2006.


La concordance est plus qu’une simple coïncidence. A cette époque, un grand nombre de pratiquants se sont rendus à Pékin pour faire appel pour le droit à pratiquer Falun Gong. Selon le site Internet Clearwisdom, prés de sept millions de pratiquants se sont rendus à Pékin au cours des 2 premières années de la persécution. Dans les mois qui ont suivi, un million supplémentaire sont partis à Pékin. Parmi eux, plus de 300 000 sont entrés dans la ville et les autres sont restés à la périphérie de Pékin. Le nombre de pratiquants manquant est d’environ 100 000. L’énorme quantité d’organes dont Shen Zhongyang a eu besoin pour ses greffes exige une banque d’organes. Selon des témoins, les organes ont été collectés sur des pratiquants en vie et lui ont été amenés par la police armée chinoise.


Le 20 juillet 1999, le Comité central du PCC et Jiang Zemin ont lancé la campagne officielle de persécution, mise en œuvre au niveau national par le Bureau 610, avec l’aide de l’appareil politique tout entier. Jiang Zemin a non seulement utilisé la police, mais en juillet-août 1999, lorsque des centaines de milliers ou même des millions de personnes désarmées se sont rendues à Pékin pour faire appel pour le droit à pratiquer Falun Gong, Jiang Zemin a mobilisé les forces armées. Il a réparti les soldats dans toutes les zones de Pékin. Il a aussi déployé des soldats lourdement armés sur les principales voies de Pékin pour intercepter et arrêter les pratiquants sur leur chemin vers Pékin.


Tous les niveaux du Parti, du gouvernement, de la police, et des médecins ont coopéré et collaboré. Ils ont assassiné en masse des pratiquants d’une manière organisée et préméditée et leurs mains sont couvertes du sang des pratiquants. L’histoire des greffes personnelles de Shen Zhongyang est une preuve suffisante de la cruauté et de la portée de la persécution. Shen Zhongyang est membre du Comité central du PCC et chef de l’hôpital de la police armée. Les organes des victimes nécessaires pour ses opérations proviennent de la banque d’organes vivants contrôlée par l’armée et la police armée. Shen Zhongyang lui-même est le chef du premier l’hôpital central de Tianjin. Son succès était garanti parce qu’il est devenu un outil utile dans la persécution de Falun Gong par le PCC.


Pour finir, le prélèvement d’organes sur des pratiquants n'est pas limité à Shen Zhongyang, une tragédie s’est produite dans toute la nation, un crime national et le génocide d'une population innocente.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.