M. Gao Cai du comté de Jingyuan, dans la province de Liaoning, est persécuté depuis 2005

Nom : Gao Cai (高财)
Genre : Male
Age : 58
Adresse : Inconnue
Profession : Inconnue
Date de la dernière arrestation : 18 mars 2005
Dernier lieu de détention : Prison municipale de Benxi (本溪监狱)
Ville : Benxi
Province : Liaoning


M. Gao Cai, 58 ans, est retraité du gouvernement du canton de Jingyuan dans le comté de Jingyuan à Fushun, dans la province de Liaoning. Comme il pratiquait les exercices du Falun Gong dans un parc, il a été arrêté de nombreuses fois et soumis à deux ans de travaux forcés au camp de travaux forcés de Wujiabao à Fushun. En mars 2005, il a de nouveau été arrêté et condamné à quatre ans d’emprisonnement par la cour du comté de Jingyuan. Il a subi toutes sortes de tortures en prison, notamment il a été violemment battu, obligé de rester sur un petit banc pendant des périodes de temps prolongé, privé de sommeil, soumis à des lavages de cerveau et obligé de travailler dans des conditions d’esclavage. En 2009, après avoir été arrêté, il n’a plus reçu sa pension de retraite du gouvernement du canton de Jingyuan. Voici le détail des persécutions auxquelles il a été soumis.

Violemment torturé et soumis à des interrogatoires
Le soir du 18 mars 2005, Gao Cai et son épouse sont allés en motocyclette à la campagne et ils ont été interceptés par le policier Li Hongbin et d’autres du département de police du comté de Jingyuan. Pendant qu’il était enfermé au centre de détention de Dashagou, cinq ou six policiers, notamment Wang Xingchuan, le chef de la division de la sécurité domestique, et le policier Li Hongbin, l’ont interrogé en recourant à des moyens barbares. Ils ont obligé M. Gao à rester assis sur une chaise spéciale en métal attaché avec neuf nœuds qu’ils pouvaient resserrer ou desserrer selon leur bon vouloir. Les quatre pieds de la chaise étaient soudés à une épaisse plaque de fer. Quand une personne y était attachée, il ne pouvait plus bouger que sa tête et ses doigts.

Ces policiers ont torturé Gao Cai des manières suivantes :
1. Ils l’ont électrocuté avec plusieurs bâtons électriques à la fois sur des parties sensibles de son corps, telles que le visage, les lèvres, le ventre, les mamelons, les aisselles et le dos.
2. Avec une planche en bois, ils l’ont frappé dans le cou, sur les épaules, le dos, les cuisses, et les bras.
3. Ils ont inséré des cigarettes dans ses narines pour les allumer ensuite. Ils ont aussi couvert son visage avec une capuche, puis ils ont plié un journal en forme de cône, l’ont allumé, et ont ainsi enfumé le visage de Gao sous la capuche.
4. Ils ont versé dans sa bouche de l’alcool distillé.
5. En hiver ils lui ont enlevé ses vêtements chauds, ont ouvert la porte et la fenêtre, et tourné le ventilateur au maximum devant lui.
6. Ils l’ont menacé en lui montrant toutes sortes d’instruments de torture en prétendant que tous avaient été utilisés sur des pratiquants de Falun Gong. Ils ont prétendu : « Ces histoires sur le site Minghui sur les tortures à mort et celles qui font des handicapés, tout ça, c’est vrai. On l’a fait. Mais nous avons plus d’instruments et on peut les essayer sur toi un par un. Si tu ne meurs pas d’ici là, tu seras au moins écorché de deux épaisseurs de peau. Même si tu meurs, ta mort ne servira à rien. »

Quand M. Gao a été renvoyé au centre de détention après cette horrible série de tortures, il était méconnaissable. Il avait de nombreuses entailles au visage et à la tête suite aux électrocutions. Sa poitrine et son dos étaient violet-noir. Ses bras et ses cuisses étaient enflés de bleus. Des larmes coulaient de ses yeux en permanence et il n’arrivait plus à les ouvrir. Comme il n’avait pas pu dormir pendant 50 heures, il était étourdi et souffrait d’hallucinations.

Condamné illégalement
Le 20 juillet 2005 vers 9h, M. Gao a été amené à la Cour de Jingyuan pour y être entendu. Il n’a été prévenu qu’une heure avant l’audience. Mais il a réussi à demander à quelqu’un d’en informer sa famille.
Durant l’audience, le juge a autorisé le procureur à s’exprimer mais pas la défense. La défense n’a eu le droit que de dire « oui » ou « non ». L’audience a duré moins d’une heure. Et le juge a annoncé le verdict, qui était déjà prêt d’avance, le condamnant à quatre ans de prison. Le fait de ne pas permettre à la défense de plaider sa cause a provoqué beaucoup de mécontentement dans la salle d’audience. (Note : le juge qui présidait l’audience était Hua Yuzhe ; les jurés, Yi Bo, Liu Wei ; le greffier, Peng Xiaoqiang).

Torturé en prison
Le 8 août 2005, Gao Cai a été envoyé à la prison de Dabeixin dans la ville de Shenyang, où on l’a soumis à des travaux dans des conditions d’esclavage. La prison de Dabeixin est utilisée temporairement pour enfermer de nouveaux prisonniers avant de les diriger vers leur destination finale. L’administration était hors de contrôle. Les prisonniers étaient obligés de travailler au moins 16 heures par jour voire parfois 24 heures. Les criminels les plus dangereux étaient assignés pour être chefs de groupe et dirigeaient les autres. Ils portaient à la main un bâton en bois et frappaient les autres selon leur bon vouloir. Comme M. Gao n’acceptait pas de coopérer, ils le frappaient avec violence.

Après son transfert vers la prison de Benxi, comme il refusait d’abandonner ses convictions, il a été obligé de rester assis sur un très petit banc (15 cm x 10 cm x 5 cm) pendant 18 à 19 heures par jour, de 5h du matin à minuit. Deux prisonniers devaient le surveiller. Son front n’était qu’à 10 cm du mur et il n’avait pas le droit de bouger, ni de fermer les yeux, ni même d’aller aux toilettes. Pour manger il n’avait que 10 minutes. Plusieurs jours plus tard, la peau de ses fesses commençait à pourrir, et son pantalon était trempé de sang. Il ressentait des douleurs atroces dans les jambes et le bas du dos, et ses vêtements étaient trempés de sueur. Un jour, sept ou huit détenus l’ont encerclé pour le passer à tabac. Tout son dos était couvert de bleus. Son oreille droite a été blessée au point qu’il perde l’ouïe après le passage à tabac.

Plus de 70 pratiquants étaient détenus à la prison de Benxi en 2008. Actuellement ce sont 40 pratiquants qui continuent d’y être persécutés. Dans la section d’éducation de la prison, ils ont une prétendue « classe d’éducation de la pensée » qui est un lavage de cerveau pour les pratiquants du Falun Gong. Ceux qui ne se soumettent pas ont été envoyés à d’autres gardiens de prison pour continuer d’être soumis à des sévices. Les gardiens ont incité des criminels dangereux à torturer ces pratiquants de différentes manières, telles que des privations de sommeil pendant plusieurs jours ; ils les ont déshabillés dans le froid de l’hiver et ont versé de l’eau froide sur eux ; ils les ont accrochés en l’air par les bras, les ont battus ; et ont essayé de les forcer à écrire les trois déclarations. En raison de « ses performances exceptionnelles, » la prison de Benxi Prison a reçu de nombreuses récompenses et est devenue l’une des quatre prisons de la province de Liaoning désignée pour enfermer des pratiquants de Falun Gong. En 2007, la prison a même reçu le titre de « Prison provinciale civilisée ». La persécution et les sévices contre les pratiquants de Falun Gong continuent dans cet établissement.

La persécution économique continue
En mai 2008, M. Gao a été relâché. Plus d’un an a passé, mais il n’a reçu aucune pension de retraite. Son unité de travail d’origine – le gouvernement de canton de Jingyuan -- devait reprendre ses versements de retraite. Mais le chef du Parti, Yang Jianguo, a essayé de l’empêcher, en utilisant toutes sortes de prétextes. Après avoir fait appel aux autorités supérieures, M. Gao s’est entendu dire qu’on pouvait lui faire des versements temporaires à la condition qu’il abandonne le Falun Gong et qu’il ne participe plus aux activités du Falun Gong.

M. Gao a refusé d’accepter ces conditions. Actuellement, sa famille n’a aucune ressource et leur vie est très dure. Nous faisons appel à la Coalition pour enquêter sur la persécution du Falun Gong (CIPFG) pour prêter attention à ce cas, et nous faisons appel au reste du monde pour mettre fin aux violations des droits de l’homme par le régime chinois et stopper la persécution contre le Falun Gong.

Département de police du comté de Jingyuan :
Wang Xingchuan, ancien chef de la division de la sécurité domestique, actuellement dans la division des enquêtes financières : 86-13514133766 (portable), 86-413-3050166 (domicile)
Personnes impliquées dans le cas de M. Cao à la cour du comté de Jingyuan :
juge président Huan Yuzhe, jurés Yu Bo et Liu Wei, greffier Peng Xiaoqiang
Personnes responsables d’avoir retenu la pension de retraite de M. Cao :
Yang Jianguo, chef du comité du parti du canton de Jingyuan : 86-413-3023371 (Bureau), 86-413-3075999 (Home), 86-13324135599 (portable)
Gao Shan, chef du bureau 610 du comté de Jingyuan : 86-413-3023640 (Bureau), 86-413-3033120 (domicile), 86-13030713619 (portable)
Chen Anyuan, chef adjoint du bureau 610 du comté de Jingyuan : 86-413-3031165 (Bureau), 86-413-3022808 (domicile), 86-13188296698 (portable)
Yang Jun, chef adjoint du gouvernement de comté de Jingyuan (en charge des salaires): 86-413-3029090 (Bureau), 86-413-3023370 (domicile), 86-13841395999 (portable)
Prison de Benxi (2008) :
Bao Diqing, chef de la prison : 86-414-2821555 (Bureau), 86-13304141588 (portable)
Chen Weizhong, chef de parti à la prison : 86-414-2186669 (Bureau), 86-13841407866 (portable)
Tian Dengfeng, chef adjoint de la prison : 86-414-3622188 (Bureau), 86-13386702066 (portable)
Tian Yong, chef adjoint du gardien de prison M. Cao : 86-414-5538910 (Bureau), 86-13941409595 (portable), 86-414-5538856 (domicile) (il est impliqué dans la persécution de nombreux pratiquants de Falun Gong et de manière particulièrement barbare.)

Traduit en France de l'anglais le 24 septembre 2009

Version chinoise disponible à l'adresse : M. Gao Cai du comté de Jingyuan, dans la province de Liaoning, est persécuté depuis 2005
Nom : Gao Cai (高财)
Genre : Male
Age : 58
Adresse : Inconnue
Profession : Inconnue
Date de la dernière arrestation : 18 mars 2005
Dernier lieu de détention : Prison municipale de Benxi (本溪监狱)
Ville : Benxi
Province : Liaoning
[Site Clartés et Sagesse]
M. Gao Cai, 58 ans, est retraité du gouvernement du canton de Jingyuan dans le comté de Jingyuan à Fushun, dans la province de Liaoning. Comme il pratiquait les exercices du Falun Gong dans un parc, il a été arrêté de nombreuses fois et soumis à deux ans de travaux forcés au camp de travaux forcés de Wujiabao à Fushun. En mars 2005, il a de nouveau été arrêté et condamné à quatre ans d’emprisonnement par la cour du comté de Jingyuan. Il a subi toutes sortes de tortures en prison, notamment il a été violemment battu, obligé de rester sur un petit banc pendant des périodes de temps prolongé, privé de sommeil, soumis à des lavages de cerveau et obligé de travailler dans des conditions d’esclavage. En 2009, après avoir été arrêté, il n’a plus reçu sa pension de retraite du gouvernement du canton de Jingyuan. Voici le détail des persécutions auxquelles il a été soumis.
Violemment torturé et soumis à des interrogatoires
Le soir du 18 mars 2005, Gao Cai et son épouse sont allés en motocyclette à la campagne et ils ont été interceptés par le policier Li Hongbin et d’autres du département de police du comté de Jingyuan. Pendant qu’il était enfermé au centre de détention de Dashagou, cinq ou six policiers, notamment Wang Xingchuan, le chef de la division de la sécurité domestique, et le policier Li Hongbin, l’ont interrogé en recourant à des moyens barbares. Ils ont obligé M. Gao à rester assis sur une chaise spéciale en métal attaché avec neuf nœuds qu’ils pouvaient resserrer ou desserrer selon leur bon vouloir. Les quatre pieds de la chaise étaient soudés à une épaisse plaque de fer. Quand une personne y était attachée, il ne pouvait plus bouger que sa tête et ses doigts.
Ces policiers ont torturé Gao Cai des manières suivantes :
1. Ils l’ont électrocuté avec plusieurs bâtons électriques à la fois sur des parties sensibles de son corps, telles que le visage, les lèvres, le ventre, les mamelons, les aisselles et le dos.
2. Avec une planche en bois, ils l’ont frappé dans le cou, sur les épaules, le dos, les cuisses, et les bras.
3. Ils ont inséré des cigarettes dans ses narines pour les allumer ensuite. Ils ont aussi couvert son visage avec une capuche, puis ils ont plié un journal en forme de cône, l’ont allumé, et ont ainsi enfumé le visage de Gao sous la capuche.
4. Ils ont versé dans sa bouche de l’alcool distillé.
5. En hiver ils lui ont enlevé ses vêtements chauds, ont ouvert la porte et la fenêtre, et tourné le ventilateur au maximum devant lui.
6. Ils l’ont menacé en lui montrant toutes sortes d’instruments de torture en prétendant que tous avaient été utilisés sur des pratiquants de Falun Gong. Ils ont prétendu : « Ces histoires sur le site Minghui/Clartés et Sagesse sur les tortures à mort et celles qui font des handicapés, tout ça, c’est vrai. On l’a fait. Mais nous avons plus d’instruments et on peut les essayer sur toi un par un. Si tu ne meurs pas d’ici là, tu seras au moins écorché de deux épaisseurs de peau. Même si tu meurs, ta mort ne servira à rien. »
Quand M. Gao a été renvoyé au centre de détention après cette horrible série de tortures, il était méconnaissable. Il avait de nombreuses entailles au visage et à la tête suite aux électrocutions. Sa poitrine et son dos étaient violet-noir. Ses bras et ses cuisses étaient enflés de bleus. Des larmes coulaient de ses yeux en permanence et il n’arrivait plus à les ouvrir. Comme il n’avait pas pu dormir pendant 50 heures, il était étourdi et souffrait d’hallucinations.
Condamné illégalement
Le 20 juillet 2005 vers 9h, M. Gao a été amené à la Cour de Jingyuan pour y être entendu. Il n’a été prévenu qu’une heure avant l’audience. Mais il a réussi à demander à quelqu’un d’en informer sa famille.
Durant l’audience, le juge a autorisé le procureur à s’exprimer mais pas la défense. La défense n’a eu le droit que de dire « oui » ou « non ». L’audience a duré moins d’une heure. Et le juge a annoncé le verdict, qui était déjà prêt d’avance, le condamnant à quatre ans de prison. Le fait de ne pas permettre à la défense de plaider sa cause a provoqué beaucoup de mécontentement dans la salle d’audience. (Note : le juge qui présidait l’audience était Hua Yuzhe ; les jurés, Yi Bo, Liu Wei ; le greffier, Peng Xiaoqiang).
Torturé en prison
Le 8 août 2005, Gao Cai a été envoyé à la prison de Dabeixin dans la ville de Shenyang, où on l’a soumis à des travaux dans des conditions d’esclavage. La prison de Dabeixin est utilisée temporairement pour enfermer de nouveaux prisonniers avant de les diriger vers leur destination finale. L’administration était hors de contrôle. Les prisonniers étaient obligés de travailler au moins 16 heures par jour voire parfois 24 heures. Les criminels les plus dangereux étaient assignés pour être chefs de groupe et dirigeaient les autres. Ils portaient à la main un bâton en bois et frappaient les autres selon leur bon vouloir. Comme M. Gao n’acceptait pas de coopérer, ils le frappaient avec violence.
Après son transfert vers la prison de Benxi, comme il refusait d’abandonner ses convictions, il a été obligé de rester assis sur un très petit banc (15 cm x 10 cm x 5 cm) pendant 18 à 19 heures par jour, de 5h du matin à minuit. Deux prisonniers devaient le surveiller. Son front n’était qu’à 10 cm du mur et il n’avait pas le droit de bouger, ni de fermer les yeux, ni même d’aller aux toilettes. Pour manger il n’avait que 10 minutes. Plusieurs jours plus tard, la peau de ses fesses commençait à pourrir, et son pantalon était trempé de sang. Il ressentait des douleurs atroces dans les jambes et le bas du dos, et ses vêtements étaient trempés de sueur. Un jour, sept ou huit détenus l’ont encerclé pour le passer à tabac. Tout son dos était couvert de bleus. Son oreille droite a été blessée au point qu’il perde l’ouïe après le passage à tabac.
Plus de 70 pratiquants étaient détenus à la prison de Benxi en 2008. Actuellement ce sont 40 pratiquants qui continuent d’y être persécutés. Dans la section d’éducation de la prison, ils ont une prétendue « classe d’éducation de la pensée » qui est un lavage de cerveau pour les pratiquants du Falun Gong. Ceux qui ne se soumettent pas ont été envoyés à d’autres gardiens de prison pour continuer d’être soumis à des sévices. Les gardiens ont incité des criminels dangereux à torturer ces pratiquants de différentes manières, telles que des privations de sommeil pendant plusieurs jours ; ils les ont déshabillés dans le froid de l’hiver et ont versé de l’eau froide sur eux ; ils les ont accrochés en l’air par les bras, les ont battus ; et ont essayé de les forcer à écrire les trois déclarations. En raison de « ses performances exceptionnelles, » la prison de Benxi Prison a reçu de nombreuses récompenses et est devenue l’une des quatre prisons de la province de Liaoning désignée pour enfermer des pratiquants de Falun Gong. En 2007, la prison a même reçu le titre de « Prison provinciale civilisée ». La persécution et les sévices contre les pratiquants de Falun Gong continuent dans cet établissement.
La persécution économique continue
En mai 2008, M. Gao a été relâché. Plus d’un an a passé, mais il n’a reçu aucune pension de retraite. Son unité de travail d’origine – le gouvernement de canton de Jingyuan -- devait reprendre ses versements de retraite. Mais le chef du Parti, Yang Jianguo, a essayé de l’empêcher, en utilisant toutes sortes de prétextes. Après avoir fait appel aux autorités supérieures, M. Gao s’est entendu dire qu’on pouvait lui faire des versements temporaires à la condition qu’il abandonne le Falun Gong et qu’il ne participe plus aux activités du Falun Gong.
M. Gao a refusé d’accepter ces conditions. Actuellement, sa famille n’a aucune ressource et leur vie est très dure. Nous faisons appel à la Coalition pour enquêter sur la persécution du Falun Gong (CIPFG) pour prêter attention à ce cas, et nous faisons appel au reste du monde pour mettre fin aux violations des droits de l’homme par le régime chinois et stopper la persécution contre le Falun Gong.

Département de police du comté de Jingyuan :
Wang Xingchuan, ancien chef de la division de la sécurité domestique, actuellement dans la division des enquêtes financières : 86-13514133766 (portable), 86-413-3050166 (domicile)
Personnes impliquées dans le cas de M. Cao à la cour du comté de Jingyuan :
juge président Huan Yuzhe, jurés Yu Bo et Liu Wei, greffier Peng Xiaoqiang
Personnes responsables d’avoir retenu la pension de retraite de M. Cao :
Yang Jianguo, chef du comité du parti du canton de Jingyuan : 86-413-3023371 (Bureau), 86-413-3075999 (Home), 86-13324135599 (portable)
Gao Shan, chef du bureau 610 du comté de Jingyuan : 86-413-3023640 (Bureau), 86-413-3033120 (domicile), 86-13030713619 (portable)
Chen Anyuan, chef adjoint du bureau 610 du comté de Jingyuan : 86-413-3031165 (Bureau), 86-413-3022808 (domicile), 86-13188296698 (portable)
Yang Jun, chef adjoint du gouvernement de comté de Jingyuan (en charge des salaires): 86-413-3029090 (Bureau), 86-413-3023370 (domicile), 86-13841395999 (portable)
Prison de Benxi (2008) :
Bao Diqing, chef de la prison : 86-414-2821555 (Bureau), 86-13304141588 (portable)
Chen Weizhong, chef de parti à la prison : 86-414-2186669 (Bureau), 86-13841407866 (portable)
Tian Dengfeng, chef adjoint de la prison : 86-414-3622188 (Bureau), 86-13386702066 (portable)
Tian Yong, chef adjoint du gardien de prison M. Cao : 86-414-5538910 (Bureau), 86-13941409595 (portable), 86-414-5538856 (domicile) (il est impliqué dans la persécution de nombreux pratiquants de Falun Gong et de manière particulièrement barbare.)

Traduit en France de l'anglais le 24 septembre 2009

Version chinoise disponible à l'adresse : http://www.minghui.org/mh/articles/2009/8/18/206732.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.