Un journal hollandais rend compte de la collecte d'organes en Chine

Le 4 octobre, David Matas, un avocat des droits de l'homme canadien et co-auteur du rapport "Prélèvements meurtriers," une enquête sur les allégations de collecte d'organes sur des pratiquants de Falun Gong vivants par le Parti communiste chinois, a tenu une conférence de presse à Amsterdam. Le 5 octobre, le journal hollandais Metro a publié un article sous le titre "Besoin d'un nouveau poumon ? Allez en Chine."

L'article rapportait que chaque année, il y a des milliers de Chinois qui perdent leurs précieuses vies parce que leurs organes sont prélevés pour la chirurgie des greffes. Peut-être parce que de nombreux Américains et Européens occidentaux sont prêts à payer le prix fort pour un nouveau poumon ou un nouveau foie [venant de Chine].

Citant le rapport de Matas, l'article a dit que de nombreux pratiquants de Falun Gong ont été arrêtés sans raison, détenus dans les prisons, torturés et beaucoup on finalement perdu leurs vies après que leurs organes aient été volés et vendus pour la chirurgie des greffes. Selon le Parti communiste chinois, tous les organes utilisés dans les hôpitaux chinois ou les hôpitaux spécialisés viennent de condamnés à mort ayant consenti au prélèvement de leurs organes aussitôt après leur exécution. Matas a dit que cette déclaration est ridicule [parce que le nombre de chirurgies de greffes d'organes documenté excède le nombre de criminels exécutés ]. Il a indiqué qu'il y a à peu près 8,000 pratiquants de Falun Gong qui meurent ou disparaissent chaque année en Chine.

Date de l'article original : 7/10/2007

Traduit de l'anglais de :
http://en.clearharmony.net/articles/200710/41533.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.