Toute chose dans notre vie quotidienne est en relation avec notre cultivation

Troisième Conférence de Partage d'Expérience des pratiquants en Chine sur Internet
 

J'ai consenti avec une personne ordinaire d'aider son ami à installer un logiciel de discussion en direct. Vivant en bordure de la ville, nous étions éloignés d'environ 50 à 60 kilomètres. Cela nous aurait pris au minimum cinq heures d'aller d'un endroit à l'autre en bus, aussi j'ai souhaité que mon mari m'emmène dans sa voiture à l'endroit où nous avions convenu de nous rencontrer. Mais mon mari ne voulait pas y aller. Il a garé sa voiture devant l'immeuble de son travail et a dit qu'il préfèrait que je prenne un taxi. Je pouvais conduire, mais il ne m'a pas laissée faire.

J'ai trouvé difficile de le comprendre: me conduire en voiture aurait pu nous faire économiser du temps et de l'argent, et cependant il ne voulait pas le faire. Je n'avais pas d'autre choix que de prendre un taxi.

Lorsque je suis montée dans le taxi, j'ai vu que le conducteur était un homme bourru avec un regard féroce sur son visage, m'empêchant de lui clarifier les faits. Que devais-je faire? Puis, j'ai remarqué que la compagnie pour laquelle il travaillait portait le même nom qu'un hôtel, aussi j'ai engagé la conversation en lui demandant si sa compagnie était associée avec cet hôtel en question. Bien qu'il fut brusque, il était assez causant. Il m'a raconté qu'il avait battu et insulté ses passagers plus d'une fois. Je lui ai parlé des principes de Dafa et lui ai expliqué comment les conflits devraient être réglés. Puis, j'ai commencé à lui parler de l'importance de démissionner des organisations communistes et de façon inattendue, il a volontiers accepté.

Lorsque je suis descendue du taxi, j'ai découvert que j'avais laissé mon téléphone portable dans la voiture de mon mari. J'étais inquiète car j'avais sauvegardé le numéro de téléphone de mon ami sur mon portable, et maintenant je ne pouvais plus le contacter. L'heure de notre rendez-vous se rapprochait rapidement, aussi j'ai dû prendre un autre taxi afin de retourner chercher mon portable. Par chance, ce n'était pas très loin, et encore dix autres yuans me seraient nécessaire pour revenir. En outre, la circulation n'était pas si mauvaise non plus.

Je suis montée dans un autre taxi, nerveuse à l'idée de retourner. Lorsque j'ai pris place derrière le chauffeur, j'ai soudain réalisé: "Pourquoi suis-je nerveuse? Maintenant, c'est le moment de lui clarifier les faits à lui." Aussi, je suis allée droit au but et je lui ai parlé de l'importance de démissionner du PCC et de ses organisations affiliées et lui aussi a été d'accord. J'ai tout d'abord pensé lui demander de m'attendre car cela ne m'aurait pas pris longtemps pour récupérer mon portable. Puis j'ai pensé que je pourrais parler de la vérité à une autre personne si je prenais un autre taxi, aussi je l'ai salué et je suis descendue.

J'ai appelé mon ami dès que j'ai récupéré mon portable et je lui ai dit que je serais là dans dix minutes. J'ai pris un autre taxi, et ce chauffeur a également été d'accord sur le fait de démissionner des organisations communistes après que je lui ai parlé.

Ainsi, en l'espace de 30 minutes, j'ai pris trois taxis différents et j'ai clarifié les faits aux trois chauffeurs, qui ont tous démissionné des organisations communistes.

Ravie, je suis descendue du taxi et j'ai attendu mon ami sur le trottoir. Cinq minutes plus tard, il était là. Il a insisté pour que nous allions Boulevard Chang'an. J'ai dit qu'il y avait beaucoup de circulation là-bas et qu'il y avait aussi beaucoup de feux de signalisation, mais il s'est montré inflexible. Alors que nous approchions de Xidan [un quartier commerçant de Beijing], il m'est soudain venu à l'esprit que Je devrais émettre de fortes pensées droites lorsque nous arriverions sur la Place Tienanmen. Lorsque nous sommes arrivés, nous avons été arrêtés par un feu rouge. J'ai pensé: "Le ciel est en train de m'aider." J'ai soulevé mes mains en forme de paume de lotus et j'ai commencé à envoyer des pensées droites. Notre voiture s'est avancée un peu avant de s'arrêter à nouveau à un feu rouge. J'ai maintenu mes pensées droites en direction du portrait du chef du parti pervers, des voitures de police, des policiers et des piétons. Lorsque j'eus fini, nous avons redémarré.

Quand nous sommes arrivés chez son amie, j'ai découvert qu'elle aussi était une pratiquante, et que même mon ami n'en savait rien. Je ne connaissais pas bien la carte son de l'ordinateur, mais l'installation s'est bien déroulée.

J'ai pris un bus pour rentrer chez moi, et lorsque j'étais sur le point d'arriver au terminus, j'ai trouvé un siège pour m'asseoir au dernier rang. Je me suis dirigée vers cette place et je me suis assise. A ma droite, il y avait une jeune fille. Je lui ai lancé un coup d'œil et j'ai pensé: "Est-ce le moment de lui clarifier les faits?" Mais elle est descendue du bus quelques minutes plus tard. Une autre jeune fille est montée dans le bus et est venue s'asseoir à côté de moi. Alors que j'allais descendre du bus, elle m'a tout à-coup demandé: "Excusez-moi. Pouvez-vous me dire comment aller à…?" Il s'est trouvé que ma maison se trouvait tout près de l'endroit où elle voulait aller, aussi je lui ai dit: "Venez avec moi." Nous sommes descendues ensemble. Elle pouvait se rendre là où elle voulait aller en traversant le quartier où j'habite. Tout en marchant, j'ai appris qu'elle était étudiante en anglais. J'ai essayé de l'aider à comprendre les faits en utilisant la Bible et des mots anglais. Puis, elle m'a raconté que sa famille, son père en particulier, croyait dans le Bouddhisme. Aussi, je lui ai fourni davantage de pistes en citant les classiques dans le Bouddhisme. Impressionnée, elle m'a écouté avec admiration. Lorsque nous sommes arrivées, je lui ai parlé des démissions des organisations communistes et je lui ai conseillé de démissionner, elle aussi. Elle a dit: "D'accord, je le ferais plus tard." La regardant dans les yeux, je lui ai dit gravement: "Je peux vous aider à les quitter, et je peux le faire maintenant." Elle a hésité et a dit: "Tout ce à quoi je pense à l'heure actuelle, c'est ce que je veux faire." J'ai répondu: "Ne vous inquiétez pas. Comme vous être bouddhiste, je suis sûre que vous savez que votre chemin a été arrangé. Tout ce que vous devez faire c'est aller de l'avant. Et notre rencontre est réllement prédestinée. Nous nous sommes tout de suite bien entendues. Beaucoup de questions que nous avons abordés ne pourraient pas être discutés même avec nos proches voisins. Nous n'aurons probablement pas une seconde chance de nous rencontrer. Je pense que vous êtes une bonne personne et je veux vous aider à démissionner de ces organisations. Laissez-moi vous donner un nom d'emprunt. Que pensez-vous d''Angela'?" Elle a dit: "D'accord." Sur ce, nous nous sommes séparées.

Puis, elle s'est arrêtée et s'est retournée. "Attendez une minute. S'il vous plaît, veuillez utiliser 'Emmy'," m'a-t-elle dit. "C'est mon vrai nom anglais." Ses dernières paroles m'ont rendues vraiment heureuse parce que j'ai vu que ses pensées justes s'étaient renforcées.

J'en suis venue à comprendre de nombreuses choses à travers cette journée pleine d'expériences. J'avais toujours pensé que le temps était court et, à chaque fois que je devais faire quelque chose je prenais toujours une voiture ou un taxi. De plus, j'avais un état d'esprit incorrect lorsque je venais en aide aux personnes ordinaires, pensant que c'était une perte de temps. Mais le fait est que tout ce que nous faisons est arrangé par le Maître, et que si Maître ne l'avait pas arrangé, cela n'aurait pas pu se produire. Une autre chose est que j'ai un attachement à la peur de perdre du temps et au désir de rechercher le confort. Lorsque mon mari n'a pas voulu me laisser utiliser sa voiture aujourd'hui, j'ai été contrariée. En fait, c'était pour révéler mon attachement, n'est-ce pas? Cela ne montrait-il pas que je n'étais pas en accord avec l'arrangement de Maître? Si j'avais utilisé la voiture de mon mari, aurais-je rencontré les quatre personnes qui devaient être sauvées?

Quelques temps auparavant, une pratiquante habitant en dehors de la ville est venue à Beijing afin de faire une demande d'émigration. J'étais toujours avec elle lorsqu'elle venait, et j'ai gardé tous ses documents. A chaque fois qu'elle avait besoin que je fasse quelque chose pour elle, je le faisais. Mais je n'étais pas très contente de cela, et je pensais qu'elle était trop attachée à partir outremer. J'ai pensé: "Il y a tellement de choses à faire en Chine pour clarifier les faits et persuader les gens de démissionner des organisations communistes. N'est-elle pas en train d'échapper au fait de valider la Loi en Chine?

Son propre attachement avait affecté ma cultivation pratique, car je n'avais pas assez de temps pour lire le livre et pratiquer les exercices." Aussi, j'étais perturbée à chaque fois qu'elle me disait qu'elle allait venir, et je suis même devenue récalcitrante à répondre à ses appels téléphoniques. Pendant ce temps, j'ai également réalisé que je n'étais pas droite et que je n'avais pas suffisamment de compassion et de tolérance. Ce n'est qu'aujourd'hui que j'ai réalisé que c'était à cause de mon égoïsme. J'avais peur de perdre mon temps et que ma cultivation pratique en soit affectée.

En fait, la cultivation pratique ce n'est pas seulement notre propre étude de la Loi, accomplir les exercices et faire les projets de Dafa. Toute chose dans notre vie quotidienne est la cultivation pratique. Ces choses ne seraient pas arrivées si ce n'était pour notre propre amélioration et coopération à sauver tous les êtres. Lorsque je suis devenue consciente de cette vérité, j'ai abandonné mon attachement à la peur de quelque chose qui est trop problématique et à la peur de perdre trop de mon temps. Lorsque cette pratiquante est venue à Beijing, nous avons travaillé ensemble pour expliquer la vérité à beaucoup de gens.

Maître a dit dans Zhuan Falun :

"Une fois que les conceptions intrinsèques et anciennes de l'humanité sont organisées en méthodes pour travailler et pour penser, on accepte difficilement les nouvelles connaissances. On n'ose pas accepter l'existence de vérités nouvelles, on les refuse instinctivement."

"Si l'humanité pouvait se comprendre à nouveau elle-même ainsi que l'Univers, changer ses conceptions rigides, l'humanité pourrait connaître un essor prodigieux."

Avant que je ne devienne une pratiquante, j'étais très obstinée et égocentrique. Constamment en désaccord avec les autres, je résistais et je rejetais toutes les choses qui n'étaient pas en phase avec mes conceptions. La même chose s'est produite dans la cultivation. Je m'opposais instinctivement aux idées des autres qui étaient en désaccord avec les miennes. Je savais que je n'étais pas droite, mais je ne trouvais pas la cause réelle. Je ressentais seulement que je devais faire davantage pour les autres et augmenter ma tolérance. En fait, ce n'était pas cela. C'était que je devais abandonner mes conceptions rigides et suivre l'arrangement de Maître. En fait, la cultivation pratique que Maître a arrangée pour nous est un chemin droit. Chaque fois qu'une épreuve ou un défi apparaît, si nous pouvons élever notre conscience et abandonner les mauvaises choses sans nous accrocher à des notions humaines, nous serons capables de marcher droit sur ce chemin. Cependant, que nous soyons conscient ou non, il nous arrive souvent d'être peu enclin à abandonner; lorsque c'est le cas, nous serons alors sur un chemin cahoteux ou bien nous ferons plus de détours.


Version chinoise disponible sur http://minghui.org/mh/articles/2006/10/22/139572.html
Traduit de l'anglais http://clearwisdom.net/emh/articles/2006/11/7/79706p.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.